Diarrhée du voyageur, symptômes et traitement de la Turista

Diarrhée du voyageur, symptômes et traitement de la Turista

En voyage, la diarrhée du voyageur incommode 1 personne sur 2(1) , voire plus selon la destination, les conditions de séjour et les antécédents médicaux. Mieux vaut donc savoir comment l’éviter et la soigner au plus vite pour profiter de ses vacances.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Quelles sont les causes de la diarrhée du voyageur ?

La turista, aussi orthographiée tourista, est, le plus souvent, d’origine bactériologique. Elle résulte de l’ingestion de germes entéro-toxiques ou entéro-invasifs. Cette diarrhée du voyageur découle d’une sécrétion excessive d’eau par les muqueuses en réaction aux toxines apportées par la bactérie. Elle peut également provenir d’une destruction des replis de la muqueuse intestinale chargés d’optimiser l’assimilation des nutriments par l’organisme.

Turista, les pays et populations à risque

La diarrhée du voyageur est particulièrement fréquente en Amérique latine, en Afrique et en Asie du sud-est. La mauvaise observation des conseils d’hygiène et d’alimentation constitue le principal facteur déclencheur de la turista.

Quels sont les principaux symptômes ?

La diarrhée du voyageur se manifeste par des selles liquides répétées (3 en 24heures ou 2 en 8heures). Elle s’accompagne d’un ou plusieurs signes associés : nausées, vomissements, douleurs abdominales, fièvre, glaires ou sang dans les selles.

À quel traitement recourir quand la turista s’invite en voyage ?

La diarrhée du voyageur se résorbe généralement spontanément en quelques jours. Le premier réflexe et le plus important est de bien s’hydrater avec de l’eau. Des solutés de réhydratation peuvent être utiles pour les jeunes enfants ou les personnes âgées, naturellement plus vulnérables. Pensez aussi à adopter une alimentation adaptée. Si besoin, la prise d’anti-diarrhéiques, d’antispasmodiques ou d’antinauséeux peut aider à soulager les symptômes. Demandez conseil à votre pharmacien.

Que faire pour éviter l'éviter en voyage ?

La contamination s’effectue généralement par les aliments, plus rarement par l’eau. Les mains sales et les insectes sont aussi des vecteurs importants des bactéries responsables de la turista. Pour vous prémunir de la turista, il importe donc de :

Respecter les mesures élémentaires d‘hygiène

• Vous laver les mains ou utiliser un gel hydro alcoolique, après chaque passage aux toilettes et avant de manipuler des aliments. Les sécher avec un linge propre ou à l’air.

Surveiller votre alimentation

• Ne boire que des boissons décapsulées devant vous, de l’eau désinfectée avec des pastilles de dichloroisocyanurate de sodium ou bouillie. Refuser les glaçons.

• Éviter les coquillages, les viandes ou les poissons crus, les plats réchauffés, les produits laitiers, glaces et jus de fruits frais. Ne manger les fruits et légumes crus que si vous les avez rincés dans une eau propre ou pelés vous-même.

• Manger des plats très chauds et des viandes, poissons et œufs bien cuits

• Se renseigner sur les risques de toxicité des poissons de mer, comme la ciguatera.

 

Bon à savoir : si vous voyagez avec un nourrisson privilégiez l’allaitement et, dans le cas contraire, soyez très vigilant sur l’hygiène des biberons.

Boire en abondance

• Au moins 2 à 3 litres d'eau par jour.

Quels traitements glisser dans ma trousse de secours ?

Avant un voyage dans une zone à risque, constituez-vous une petite pharmacie « anti-turista ». Emportez un antidiarrhéique, de type lopéramide ou racécadotril. Attention, le lopéramide est déconseillé en cas de fièvre ou de sang dans les selles, demandez conseil à votre pharmacien. Munissez-vous de pastilles de dichloroisocyanurate de sodium, d’un antispasmodique contre les douleurs intestinales et d’un antinauséeux. Si vous partez avec un jeune enfant ou une personne âgée, prévoyez également un soluté de réhydratation.

Turista, quand consulter ?

Une consultation médicale est systématiquement recommandée :

•Pour les enfants en bas âge, les personnes âgées, les femmes enceintes ou les patients souffrant de maladie chronique.

• Lorsque l’abondance des selles ou des vomissements empêche une bonne réhydratation.

• En cas de fièvre de plus de 38, 5 °C, de présence de sang ou de glaires dans les selles.

• Lorsque les symptômes persistent plus de 5 jours.

Que faire lorsque la turista dure après le voyage ?

Consultez sans attendre, si la turista persiste à votre retour, en particulier si vous revenez d’Asie du Sud-Est. Les contaminations par bactéries multi-résistantes (BMR) y sont fréquentes. Une consultation vous permettra aussi d’écarter les risques de complication. Un traitement pourra, par exemple, vous être prescrit pour restaurer votre microbiote et ne pas laisser s’installer les troubles digestifs.

 

Source:

Santé voyage Guide

CNRS.fr

Service-public.fr

 

A lire aussi:

A table dans les pays chauds

La turista

 

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 25/07/2019

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Peur de la séparation, les vacances : un moment privilégié pour expérimenter l’autonomie
Face à la peur de la séparation, les vacances sont l’occasion idéale pour aider les enfants à gagner…
Que faire en cas d'insolation ?
Excellent pour l’humeur et la santé, le soleil réserve parfois quelques mauvaises surprises pour qui…
Les clés d’un été réussi
Travail, transports, éducation des enfants, stress, insomnies… Pendant l’année, nous sommes nombreux…