Sous-continent indien dont Inde et Maldives

Conseils santé du voyageur en Sous-continent indien

Le climat très humide dégrade les conditions sanitaires du sous-continent indien. L’essentiel des problèmes de santé est lié à l’eau et à l’alimentation. Le risque de paludisme est faible (mais pas nul) et se situe uniquement au-dessous de 2 000 mètres d’altitude.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Continent : Asie

 

Zones du continent : Asie du Sud-Est, Sous-continent indien, Proche-Orient et Moyen-Orient, Extrême-Orient.

Pays :

  • Bangladesh
  • Bhoutan
  • Inde
  • Maldives
  • Népal
  • Pakistan
  • Sri Lanka

 

Vaccins recommandés dans le Sous-contient indien

Vaccins usuels : dTP, hépatite B, rougeole. Hépatite A (et typhoïde en cas de séjour prolongé).

Rage : en cas de séjour prolongé en zone rurale ou de séjour aventureux, dans tous les pays de la zone (particulièrement en Inde), excepté aux Maldives.
Méningites à méningocoques : en cas de séjour prolongé ou de contact étroit avec la population locale, en période sèche et en zone d’épidémie, au Bhoutan, au Népal et en Inde. Le risque est très faible pour le voyageur.
Encéphalite japonaise : dans tous les pays de la zone lors de séjours prolongés en zone rurale, surtout pendant la saison des pluies.

 

Problèmes liés au climat et à la géographie

Le climat de la région est principalement tropical, chaud et humide. Protégez-vous du soleil et de la chaleur, particulièrement aux Maldives où les brûlures solaires sont fréquentes et graves en cas d’exposition prolongée. Si vous passez des heures à admirer les fonds marins avec un masque et un tuba, pensez à vous enduire le dos de protection solaire toutes les deux heures ou à nager avec un T-shirt (en particulier pour les enfants).
Les pluies diluviennes qui accompagnent la mousson d’été (de mai à septembre) provoquent bien souvent des inondations, des coulées de boue et des glissements de terrain (notamment le long des rivières). La mousson d’hiver, qui a lieu d’octobre à mars au nord-ouest des Maldives et au nord-est du Sri Lanka, s’accompagne de pluies moins abondantes.
Au nord de la région s’étend l’Himalaya , la plus haute chaîne de montagnes du monde, avec son point culminant, l’Everest, à 8 848 mètres. Les hivers y sont rudes et les étés frais. Protégez-vous du froid, en particulier la nuit. Prenez garde au soleil et au mal aigu des montagnes. Attention, l’aéroport de Leh au Ladakh est situé à plus de 3 200 m d’altitude.
Les sommets de l’Himalaya sont parmi les plus dangereux du monde. Une préparation et un matériel adéquat sont indispensables. Ne vous y aventurez pas seul : prenez un guide connaissant parfaitement la région et assurez-vous d’être suffisamment entraîné.
Des cyclones dévastent régulièrement le golfe du Bengale, à l’automne et au printemps.
L’Inde, le Népal et le Pakistan sont situés dans une zone de très forte activité sismique.

 

Problèmes liés aux transports

  • Transports routiers

La conduite est plutôt risquée dans toute la région (routes en mauvais état, inondations pendant la mousson, conducteurs indisciplinés, densité de la circulation, etc.). Avant de prendre le volant, écoutez toujours les derniers bulletins météorologiques et renseignez-vous sur l’état des axes routiers. La conduite à gauche est généralisée à tous les pays de la région. Vous avez tout intérêt à louer une voiture avec chauffeur.

Évitez les transports en commun dès la tombée de la nuit en raison du risque d’agression, variable selon les régions.

  • Transports ferroviaires

Les vols sont fréquents dans les trains. Les accidents ferroviaires ne sont pas rares au Bangladesh et au Pakistan.

  • Transports aériens

Dans toute la zone, assurez-vous que votre compagnie aérienne ne figure pas sur la liste noire des compagnies déconseillées par les autorités européennes.

  • Transports maritimes

Les actes de piraterie sont en recrudescence dans les eaux indiennes et sri-lankaises.

 

Maladies transmises par l’eau ou les aliments

Les maladies transmises par l’eau et les aliments sont plus fréquentes pendant la saison des pluies.
La diarrhée du voyageur et les parasitoses intestinales sont très répandues. Respectez scrupuleusement les règles d’hygiène corporelle et alimentaire. Sauf dans les hôtels de luxe, il est déconseillé de boire l’eau du robinet mais on peut l’utiliser pour se laver les dents.
Les risques d’hépatite A et de typhoïde sont importants. Pensez à vous faire vacciner.
L’hépatite E existe en Inde, mais aussi aux Maldives, au Népal et au Sri Lanka.
Aux Maldives, prenez garde à la ciguatera présente dans certains poissons.
Évitez de vous baigner en eau douce dans les lacs, les étangs et dans les eaux à faible courant.
Des cas de larva migrans cutanée sont régulièrement signalés sur les plages. Évitez de marcher pieds nus et de vous allonger directement sur le sable.

 

Maladies transmises par des insectes (hors paludisme)

La dengue est très répandue dans tous les pays de la zone, en particulier en période de mousson. Le chikungunya sévit épisodiquement dans plusieurs régions de l’Inde et du Sri Lanka. Respectez les mesures de protection contre les piqûres de moustiques, particulièrement en fin d’après-midi.
L’encéphalite japonaise est présente dans tous les pays de la zone, surtout en zone rurale pendant la saison humide. En cas de séjour prolongé dans ces régions, votre médecin pourra vous proposer une vaccination.
Il existe un risque de leishmaniose dans la plupart des pays de la zone (sauf au Sri Lanka et aux Maldives), ainsi que, plus rarement, de filariose lymphatique en Inde, aux Maldives et au Sri Lanka (côte sud-ouest).
L’encéphalite Chandipura sévit par épidémies en Inde, essentiellement chez les enfants.

 

Prévention du paludisme dans le Sous-continent indien

Le paludisme sévit dans toute la zone au-dessous de 2 000 m d’altitude. Le plus souvent, il s’agit de paludisme à Plasmodium falciparum.

Pour les séjours touristiques courts classiques avec nuits passées en ville (où le risque est nul à très faible), il est raisonnable de s’abstenir de chimioprophylaxie sous réserve de bien se protéger contre les moustiques et de signaler le séjour tropical en cas de fièvre au retour. En effet, dans ces conditions de voyage, on estime que le risque d’effets indésirables liés aux antipaludiques est supérieur au risque de paludisme.

Dans les cas où le risque est plus élevé (séjour prolongé, nuits en zone rurale, zones d’exposition particulières, etc.), les recommandations sont les suivantes (toujours en complément des mesures de prévention des piqûres) :

  • Inde (sauf zones à haut risque, voir ci-dessous), zone de plaines (Teraï) au Népal, Sri Lanka : Nivaquine + Paludrine, Savarine, Nopalu ou Malarone.

  • Bangladesh (sauf à Dacca), Bhoutan, Pakistan, zones à haut risque en Inde (États du nord-est ; îles Andaman et Nicobar ; États de Chattisgarh, Goa, Gujarat, Jharkhand, Karnakata (sauf Bangalore), Madhya Pradesh, Maharashtra (sauf les villes de Nagpur, Nasik et Pune), Orissa et Bengale occidental (sauf Calcutta)  : Lariam, Malarone ou Doxy/Doxypalu/Granudoxy.

 

Maladies transmises par d’autres animaux

Le risque de rage est important dans tous les pays du sous-continent indien, sauf aux Maldives. En Inde, on compte plus de 10 000 cas humains chaque année, transmis le plus souvent par une morsure de chien ou de singe. Évitez d’approcher ces animaux. En cas de morsure, la vaccination préalable ne dispense pas de doses complémentaires de vaccin, à faire dans des centres à normes internationales, car le vaccin « local » n’est pas recommandé.
La grippe aviaire sévit au Bangladesh, au Bhoutan, en Inde et au Pakistan. Évitez les élevages et les marchés aux volailles (ou restez à plus de deux mètres des étalages) et ne manipulez pas les oiseaux morts.


Autres maladies infectieuses

La rougeole est encore très présente dans certains pays (Bangladesh, Inde, Maldives, Népal, Pakistan). Les adultes et les enfants non immunisés (vaccin ou maladie) doivent se faire vacciner avant d’y séjourner.
Les cas de VIH/Sida et autres IST sont de plus en plus nombreux dans tous les pays de la région. Selon l’Organisation mondiale de la santé, l’Inde hébergerait le plus grand nombre de personnes infectées par le VIH en Asie (5,7 millions) et ce nombre serait sous-estimé. L’hépatite B est également répandue. Si vous n’êtes pas immunisé (vaccin ou contact avec le virus), pensez à vous faire vacciner.
Attention, le matériel médical à usage unique n’est pas toujours correctement utilisé. Préférez si possible les traitements par voie orale et assurez-vous que les emballages stériles sont ouverts devant vous.
Des épidémies de méningites à méningocoques sévissent de temps en temps au Bhoutan, en Inde (dans la région de Delhi) et au Népal, surtout pendant la saison sèche. Votre médecin pourra vous proposer une vaccination en cas de séjour prolongé et exposé (contact avec la population locale).

 

Piqûres et morsures

Si vous faites de la marche, prenez garde aux animaux venimeux (serpents, araignées, scorpions) au Bangladesh, au Bhoutan, en Inde et au Sri Lanka, surtout en zone rurale. Évitez les randonnées nocturnes.
Aux Maldives, on trouve des anémones de mer urticantes et des poissons venimeux (poissons-pierre, titans, etc.). Les requins y sont habituellement peu agressifs.

 

Restez vigilant

Restez extrêmement prudent sur le littoral des Maldives, de l’Inde et du Sri Lanka, en raison de la hauteur et de la puissance des vagues, ainsi que de la force des courants. La baignade est déconseillée pendant la mousson du fait des risques élevés de pollution par le ruissellement des eaux.
Le Gange en Inde est sans doute le fleuve le plus pollué du monde.
Les personnes souffrant de troubles respiratoires (asthme, bronchite chronique, etc.) doivent se méfier de la pollution atmosphérique dans les grandes villes indiennes.
Ne consommez pas de boissons alcoolisées artisanales, elles peuvent contenir des substances toxiques.

 

Problèmes liés aux situations politiques et sociales

L’infrastructure médicale est souvent précaire dans la région, sauf dans les grandes villes indiennes et dans les capitales où l’on trouve des cliniques privées de bon niveau. Il est essentiel de contracter une assurance voyage avant de partir, avec rapatriement sanitaire et couverture de vos frais médicaux sur place.
Certaines régions du sous-continent indien sont vivement déconseillées aux touristes en raison de troubles politiques, d’actes de terrorisme ou de la présence de bandes armées : nord du Sri Lanka, régions tribales de l’ouest du Pakistan, frontière indo-pakistanaise, montagnes du Népal, etc. Avant de partir, renseignez-vous auprès du ministère des Affaires étrangères.
Les touristes sont souvent les cibles des voleurs à la tire, des pickpockets et autres harceleurs, ainsi que de fraudes sur les cartes bancaires. En Inde, méfiez-vous des faux sadhus et des faux ashrams. Renseignez-vous afin d’éviter de vous faire délester de tous vos biens, voire de subir des déconvenues plus graves.
Le Pakistan, l’Inde, le Bangladesh et les Maldives ont une population musulmane importante. Respectez les règles de l’islam : portez des vêtements décents (en particulier les femmes, qui devront parfois porter le voile), évitez de manger, de boire ou de fumer en public pendant la journée au moment du ramadan, abstenez-vous de manifestations publiques d’affection, etc. L’homosexualité est illégale dans la plupart des pays de la zone.
L’homosexualité est interdite et sévèrement punie en Arabie Saoudite, aux Émirats arabes unis, en Iran et à Oman.
Ne prenez pas en photo certains bâtiments officiels (aéroports, ponts, bâtiments militaires, etc.), vous vous exposeriez à des poursuites pénales, voire à des ennuis plus sérieux.

 

 

À garder à l’esprit

 

  • Si possible, évitez la région pendant la mousson.

  • Les infections alimentaires sont très fréquentes. Respectez scrupuleusement les règles d’hygiène alimentaire et corporelle.

  • Protégez-vous des piqûres d’insectes, notamment en fin d’après-midi (prévention de la dengue).

  • Gardez vos distances avec les chiens et les singes à cause du risque de rage.

  • Protégez-vous lors de toute relation sexuelle.

  • Renseignez-vous avant de partir pour connaître les régions à éviter, que ce soit à cause de l’instabilité politique, du terrorisme ou de la criminalité.



Les informations médicales sont en constante évolution. Ces informations ne prétendent pas se substituer à un avis médical. Suivez toujours les recommandations de votre médecin traitant ou de votre pharmacien.
Informations tirées du BEH du 29 mai 2012.

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 14/01/2013

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
6 avis

Voir aussi

Les bienfaits de la sieste
Elle améliore nos capacités de mémorisation, de concentration et notre humeur et réduit le stress… Q…
Les causes et conséquences de la déshydratation chez les seniors
Avec l’âge, le corps nécessite une attention accrue, et notamment le risque de déshydratation pour l…
Les symptômes et les traitements de l'endométriose
Caractérisée par des règles particulièrement douloureuses, l’endométriose touche près d’1 Française …