Le sevrage de bébé : quand et comment arrêter l'allaitement ?

Le sevrage de bébé

En plus d’être parfaitement adapté aux besoins spécifiques de bébé, l’allaitement maternel offre des moments privilégiés à la mère et à son bébé. Étape normale de l’allaitement, le sevrage peut intervenir au bout de quelques semaines ou de plusieurs mois. Naturel ou planifié, il doit être fait de manière progressive et harmonieuse.

Alors à partir de quand envisager le sevrage de l’allaitement ? Comment arrêter d’allaiter son enfant ? Et par quoi remplacer le lait maternel ?


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Quel est le meilleur moment pour le sevrage de l’allaitement ?

En plus d’être pratique et économique, le lait maternel est connu pour ses nombreux bienfaits sur la santé de l’enfant et de la mère. De manière générale, il est donc recommandé d’allaiter le plus longtemps possible.

 

Les bienfaits du lait maternel

Protéines non allergènes, sucres et gras, vitamines et minéraux, enzymes, acides gras essentiels, anticorps et molécules antimicrobiennes, hormones et facteurs de croissance, cellules vivantes… Le lait maternel contient de nombreux composants, qui évoluent et s’adaptent progressivement aux besoins du bébé. Or, plus l’allaitement est long et exclusif (l’enfant est nourri uniquement au sein), plus certains de ses bienfaits sont notables.


Si l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) recommande d’allaiter le bébé jusqu’à ses 6 mois, il n’y a pas d’âge prédéfini ou idéal pour le sevrage. L’allaitement peut durer encore pendant plusieurs mois, jusqu’au 2 ans de l’enfant (voire au-delà). L’essentiel est d’ajouter les aliments complémentaires et nécessaires à l’alimentation de l’enfant, au bon moment (diversification alimentaire, avec des aliments solides).

 

L’arrêt de l’allaitement, une décision personnelle

Si la mère laisse son enfant se sevrer naturellement, l’allaitement peut s’arrêter entre ses 2 ans et ses 4 ans. Mais le sevrage peut également être planifié, à l’initiative de la mère. Retour au travail, envie personnelle, nouvelle grossesse… De nombreuses raisons peuvent en effet pousser la mère à arrêter d’allaiter. L’essentiel est de planifier cette étape en amont, pour sevrer son enfant en douceur et dans les meilleures conditions.


En général, un bébé qui refuse soudainement le sein n’est pas en train de se sevrer. Temporaire, cette « grève de la tétée » peut survenir à différentes périodes de la vie de l’enfant. Elle peut être due à une affection (rhume ou otite, poussée dentaire, muguet…) ou à un contexte familial compliqué (conflits dans l’entourage, manque de temps des parents, changement au sein de la famille…). L’enfant peut aussi se désintéresser du sein de sa mère lorsqu’il est occupé à de nouvelles découvertes, ou lorsque sa mère change de régime alimentaire, de savon ou de déodorant.


Pour aider son bébé à reprendre le sein, il est conseillé de réduire les distractions et d’allaiter pendant un moment calme et serein.
Le peau à peau peut également favoriser la reprise de l’allaitement. Si l’enfant refuse toujours le sein, n’hésitez pas à vous rapprocher d’une conseillère en lactation ou de votre médecin (pour vérifier l’absence de maladie).


 

Comment arrêter l’allaitement maternel ?

Pour que le sevrage de l’allaitement se passe bien, il doit être fait en douceur, en maintenant des contacts peau à peau réguliers avec son enfant. Le processus doit également respecter les besoins de la mère.


Prévoir un sevrage en douceur

Pour éviter de générer du stress (pour la mère et l’enfant), le sevrage de l’allaitement doit être progressif et graduel. Il faut absolument éviter un sevrage brutal, du jour au lendemain : en plus d’être traumatisant pour l’enfant, il peut être particulièrement inconfortable pour la mère (blocage des canaux lactifères, mastites, abcès…). Il est recommandé de commencer le processus de sevrage au moins un mois (voire plus) avant la date à laquelle l’enfant doit avoir abandonné le sein.


Il est conseillé de commencer par remplacer une tétée par jour par un biberon. Pour plus de facilité, les premiers biberons peuvent être confiés au papa. En effet, lorsqu’il est dans les bras de sa mère, le bébé sent son odeur et cherche automatiquement le sein. Une fois familiarisé avec le biberon, sa mère pourra lui donner plus facilement.


Pour un sevrage en douceur, l’allaitement ne doit pas être refusé : il doit simplement ne pas être proposé. Une fois le premier biberon bien accepté par l’enfant, il est possible de passer à deux biberons par jour (il faut éviter de remplacer deux tétées consécutives). Le nombre de biberons peut ensuite être augmenté de manière progressive, et les tétées diminuées en parallèle. La durée du sevrage dépend uniquement du temps dont dispose la mère pour l’étaler. La production de lait diminue ensuite parallèlement à la baisse des demandes de l’enfant.


Pour faciliter le sevrage, il est possible de retarder l’heure de certaines tétées (lorsque l’enfant consomme également des aliments solides, et que le lait n’est plus sa seule alimentation). La durée des tétées peut également être raccourcie, et leur contexte modifié (le sein n’est plus donné aux mêmes endroits ou aux mêmes heures).

 

Maintenir les contacts peau à peau

Pour faciliter l'arrêt du lait maternel, il est recommandé de programmer plusieurs moments qui favorisent le contact corporel avec le bébé. Massage, portage, peau à peau lors du bain ou du biberon… L’enfant doit toujours être porté près du cœur de sa mère, sans que cette dernière ne cherche à l’éloigner de son sein. Rassasié par le lait artificiel, l’enfant ne cherchera plus le sein de sa mère. Néanmoins, si l’envie de téter se déclenche, il est possible de lui proposer une tétine.


Plus ou moins long, le sevrage de l’allaitement dépend finalement du tempérament et de l’âge de l’enfant, ainsi que de l’approche de sa mère. Il faut compter environ 4 semaines pour un sevrage total. Maintenir des contacts peau à peau participe à un arrêt de l’allaitement réussi, tout en douceur. Pour une transition progressive, il est enfin conseillé de conserver les tétées du matin et du soir le plus longtemps possible (en les éliminant en dernier). Ce sont en effet celles que les bébés préfèrent.

 

Soulager ses seins

Lors de l’élimination d’une tétée, il se peut que les seins de la mère soient tendus ou engorgés.

Pour soulager ces tensions, et éviter l'engorgement des seins suite au sevrage de l'allaitement, il est recommandé de :

  • exprimer un peu de lait manuellement, à l’aide d’un massage aréolaire : cette technique peut être réalisée dans un bain chaud ou sous la douche. Avec trois ou quatre doigts, la mère effectue des mouvements circulaires de l’extérieur du sein vers l’aréole. Cela permet de faire sortir un peu de lait pour soulager les seins, sans pour autant stimuler la lactation ;

  • utiliser un tire-lait pour soulager le sein douloureux : là encore, il faut éviter de relancer la lactation. La mère doit donc tirer le minimum de lait nécessaire pour soulager l’engorgement ;

  • utiliser certaines plantes pour inhiber la lactation (persil et sauge, notamment) : pour être efficaces, ces plantes doivent être consommées en grande quantité. Avant d’avoir recours à la phytothérapie, demandez toujours conseil à votre pharmacien;

  • recourir à l’homéopathie pour désengorger les seins et diminuer la lactation.


 

Par quoi remplacer les tétées ?

Les tétées sont remplacées par des biberons, qui contiennent du lait maternel préalablement tiré ou du lait artificiel (préparation commerciale). Plusieurs astuces permettent d’aider son enfant en cas de refus du biberon.

 

Le biberon, l’alternative à l’allaitement maternel

Pour faciliter la transition, il est conseillé de commencer par remplacer les tétées par des biberons de lait maternel. Il peut être exprimé à la main ou tiré au tire-lait (puis conservé au congélateur).


Une fois le sevrage bien engagé, il est possible de passer à des substituts du lait maternel, à base de lait de vache. Destinés aux bébés et aux jeunes enfants, ces laits industriels répondent à des cahiers des charges très précis. Disponibles en pharmacie et en grande surface, les préparations pour nourrissons se déclinent en plusieurs catégories :

  • lait 1 : jusqu’à 6 mois ;

  • lait 2 ou lait de suite : jusqu’à 10–12 mois ;

  • lait 3 ou de croissance : jusqu’à 3 ans.


Disponibles en pharmacie, certains laits industriels sont spécifiquement destinés aux enfants qui régurgitent ou qui présentent un risque d’allergie au lait de vache (ou une allergie avérée). Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre médecin ou d’une puéricultrice de PMI.


Le choix de la tétine du biberon est également primordial. Il est recommandé d’opter pour une tétine en silicone, à petit trou. Cela oblige en effet l’enfant à tirer pour faire venir le lait : il prend le temps de savourer son biberon au lieu de l’engloutir, et il continue à stimuler son oralité. Un bébé allaité a l’habitude de téter fortement, et le silicone n’a pas de goût et une meilleure résistance. La succion profonde est un besoin chez le nourrisson et lui apporte une certaine sérénité.


Refus du biberon : que faire ?

Au moment du sevrage de l’allaitement, il est possible que l’enfant refuse le biberon. Il peut en effet être difficile pour certains bébés de changer leurs habitudes du jour au lendemain (d’où l’importance du sevrage progressif).


En cas de refus du biberon, il est recommandé de ne surtout pas forcer l’enfant, mais de continuer à lui proposer le biberon régulièrement. Quelques astuces peuvent également l’aider à adopter plus vite ce nouveau mode d’alimentation :

  • imbiber la tétine du biberon de lait maternel (après avoir exprimé quelques gouttes du sein) ;

  • réchauffer la tétine du biberon sous de l’eau tiède (pour créer l’illusion de la chaleur humaine) ;

  • essayer d’autres méthodes pour nourrir l’enfant, le temps qu’il s’habitue au goût du lait artificiel : selon son âge, il est par exemple possible d’utiliser une tasse à bec, une cuillère, un compte-goutte…


Sources :
L'allaitement de mon enfant, M-D. Linder et C. Maupas, 2000, Hachette Livre.
naitreetgrandir.com - Le sevrage
Société Canadienne de pédiatrie - Le sevrage

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 25/10/2021

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
24 avis

Voir aussi

Les crevasses d'allaitement
Les crevasses font partie des principaux maux dont les femmes peuvent souffrir lorsqu’elles allaiten…
L'allaitement et le retour de couches
Désignant le retour des règles après l’accouchement, le retour de couches est plus ou moins tardif s…
Tout savoir sur les différentes positions d'allaitement
Mis en place pour quelques semaines ou plusieurs mois, l’allaitement maternel est bénéfique pour l’e…