Les crevasses d'allaitement : comment les soulager et les éviter ?

Les crevasses d'allaitement

Les crevasses font partie des principaux maux dont les femmes peuvent souffrir lorsqu’elles allaitent. Douloureuses et parfois longues à cicatriser, ces blessures du mamelon peuvent rendre la mise au sein particulièrement difficile. Il est donc important de les soigner dès qu’elles apparaissent.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Alors comment se forment les crevasses d’allaitement ? Comment prévenir leur apparition ? Et que faire en cas de crevasses d'allaitement ?

Crevasse allaitement

Comment reconnaître une crevasse ?

Lésion cutanée très sensible, la crevasse apparait sur le mamelon ou l’aréole. Elle prend la forme d’une gerçure ou d’une fissure, plus ou moins profonde et douloureuse. 

Quels symptômes ?

La crevasse peut apparaître comme une simple érosion de la peau : de fines lignes rouges ou de légères fissures apparaissent sur le mamelon. Mais le mamelon peut aussi devenir rouge et à vif, et présenter des plaies sanguinolentes.
 

Les crevasses d’allaitement peuvent être accompagnées d’autres symptômes :

  • un érythème (rougeur de la peau des seins) ;

  • un léger gonflement des mamelons ;

  • une ecchymose au niveau des seins (bleu) ;

  • des petites cloques blanches ou jaunes ;

  • parfois, un écoulement jaune (signe d’une infection bactérienne).

 

À quoi sont-elles dues ?

Les crevasses sont en général provoquées par un mauvais positionnement du bébé pendant l’allaitement. Elles se développent aussi plus souvent chez les femmes à la peau fragile.
 

La plupart du temps, les crevasses se forment au début de l’allaitement (au cours des premiers jours qui suivent l’accouchement). Le sein n’est pas bien positionné dans la bouche du bébé : le mamelon est étiré et pincé entre ses gencives, ou frotte contre l’os de son palais. La succion du bébé peut également être en cause (frein de langue serré, palais creux…). Des mamelons rétractés ou plats peuvent enfin rendre la prise du mamelon difficile pour le bébé. Une blessure - la crevasse - se forme alors au fur et à mesure des tétées. On parle de crevasse « mécanique ».
 

En plus d’être particulièrement douloureuses, les crevasses peuvent rendre l’allaitement difficile et provoquer une certaine anxiété chez la mère. La lactation peut devenir moins efficace et provoquer un engorgement des seins, ce qui aggrave les douleurs et l’état du mamelon. Mais une crevasse non traitée peut surtout s’infecter (infection bactérienne à staphylocoque doré, infection fongique à candidose). Le mamelon blessé devient en effet la porte d’entrée idéale pour plusieurs types d’agents pathogènes. Ces infections provoquent alors des douleurs constantes au niveau des mamelons, même en dehors des tétées. 
 

Il est donc indispensable de réagir rapidement, dès les premiers symptômes d’irritation.

 

Comment soigner une crevasse d’allaitement ?

Plusieurs traitements peuvent aider à guérir les crevasses d'allaitement, et à soulager les vives douleurs qu’elles provoquent. Mais le meilleur moyen de soigner les crevasses - sans pour autant arrêter d’allaiter - reste de modifier la position du bébé pendant l’allaitement.

Traiter l’éventuelle infection

Si les seins sont très douloureux ou présentent un écoulement, il est recommandé de consulter un médecin. 
 

En cas d’infection bactérienne, ce dernier prescrit un traitement antibiotique (application locale ou par voie orale). Si elle évolue, l’infection peut en effet provoquer une mastite (une inflammation du sein très douloureuse). En cas d’infection fongique (candidose), la mère et l’enfant doivent suivre un traitement antifongique (pour éviter de se recontaminer mutuellement). 
 

Ces traitements sont compatibles avec la poursuite de l’allaitement. En cas de douleurs intenses, le médecin peut prescrire des antalgiques (compatibles avec l’allaitement).

 

Aider le mamelon à cicatriser

En plus de traiter l’éventuelle infection du mamelon, il faut surtout l’aider à cicatriser en cas de crevasse. On recommande aujourd’hui une cicatrisation en milieu humide : cela permet de limiter les douleurs et les lésions cutanées, et de mieux réparer les tissus abimés. 
 

Plusieurs types de soins permettent d’aider à la cicatrisation :

  • le lait maternel : riche en anti-inflammatoires et contenant des agents anti-infectieux, le lait maternel aide à la cicatrisation en cas de crevasse. Il suffit d’en appliquer quelques gouttes sur le mamelon, après chaque tétée. Il est aussi possible de réaliser des pansements naturels à base de lait maternel : entre chaque tétée, la mère applique une compresse de gaz stérile imbibée de lait sur ses seins (comme un cataplasme, maintenu en place par du film alimentaire). Les compresses doivent être remplacées toutes les deux heures et ce traitement évité en cas d’infection ;

  • la lanoline : substance naturelle qui protège la laine des moutons, la lanoline purifiée est connue pour ses propriétés apaisantes, émollientes et hydratantes. Elle se présente sous forme de crème, de pommade ou d’onguent (100 % lanoline). Il suffit d’en appliquer une pointe sur les mamelons blessés avant et après chaque tétée. Elle ne présente aucun danger pour l’enfant (il n’est pas nécessaire de retirer la pommade avant la mise au sein). Pour en savoir plus, n’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien ;

  • les compresses hydrogels : en vente libre dans le commerce et en pharmacie, ces compresses spéciales aident à soulager les brûlures et à calmer les douleurs provoquées par les crevasses. Elles sont à appliquer sur les mamelons, entre chaque tétée ;

  • les autres remèdes naturels : pour apaiser les mamelons irrités et favoriser le processus de cicatrisation, il est également possible d’appliquer de l’huile de coco extra vierge et bio (hydratante, antibactérienne et antifongique). Cicatrisant, anti-inflammatoire et antibactérien, le miel peut aussi être utilisé sous forme de cataplasme. L’huile d’amande douce est également très nourrissante et peut aider à protéger les mamelons des éventuelles blessures.

 

Continuer à donner le sein

Il est recommandé de ne pas arrêter d’allaiter en cas de crevasses. En effet, l’arrêt brutal de l’allaitement peut provoquer un engorgement des seins, et accentuer la douleur provoquée par les crevasses.

Pour continuer à donner le sein malgré la présence de crevasses, il est recommandé d’essayer d’autres positions d’allaitement. Si les douleurs sont trop vives au moment de la mise au sein, il est possible de mettre l’allaitement en pause, le temps de la cicatrisation. La mère peut alors utiliser un tire-lait, pour continuer à drainer ses seins, maintenir la lactation et nourrir son bébé.

 

Comment éviter les crevasses ?

Les crevasses sont en général dues à une mauvaise position du bébé pendant l’allaitement. Pour éviter la formation de ces blessures douloureuses, il est donc essentiel de bien savoir mettre son bébé au sein.

Bien positionner son bébé

Pour bien positionner le bébé pendant l’allaitement, il faut toujours placer son ventre contre le ventre de sa mère. Sa tête ne doit pas être tordue (son oreille, son épaule et sa hanche doivent toujours rester bien alignés).

Le menton du bébé doit d’abord être appuyé contre le sein de la mère, pour déclencher l’ouverture de sa bouche. Sa lèvre du bas doit se placer à l’extérieur de l’aréole. Lorsque l’enfant ouvre grand la bouche, sa mère rabat doucement sa tête vers le sein. Le mamelon doit être placé assez loin dans la bouche du bébé. Dès que le mamelon touche son palais, cela déclenche le réflexe de succion. Lorsque le bébé prend le sein correctement, son menton est enfoncé dans le sein et son nez dégagé (on ne voit plus ses lèvres).

 

Au début de la tétée, les succions sont assez courtes et rapides. Les mouvements de la mâchoire du bébé deviennent ensuite plus lents et plus profonds (le lait coule régulièrement, pour la phase d’alimentation active). Après la tétée (qui doit normalement être indolore), le mamelon doit toujours être allongé et arrondi : s’il est déformé, cela indique que le bébé n’adopte pas la bonne position pour téter.

Si l’allaitement est inconfortable ou les mamelons douloureux, il est recommandé de retirer doucement le bébé du sein, pour lui faire adopter une meilleure position. Pour en savoir plus sur les positions d'allaitement anti crevasse, la mère peut se rapprocher de son médecin, d’un groupe d’entraide ou d’une conseillère en lactation.

 

Adopter une position d’allaitement confortable

Pour que l’allaitement reste un moment agréable et serein, la mère doit également être confortablement installée. Assise ou semi-allongée, avec ou sans coussin d’allaitement… Il existe plusieurs positions d’allaitement :

  • la position de la madone (ou position du berceau) : l’enfant est à l’horizontale, dans le creux du bras de sa mère (sa main soutient ses fesses). Même s’il s’agit de la position la plus classique, elle est parfois difficile à adopter (manque de soutien pour le nourrisson). La position de la madone inversée est en général plus adaptée aux nouveaux-nés ou aux bébés peu toniques (la mère soutient la tête du bébé dans sa main) ;

  • la position Biological Nurturing (BN) : la mère est en position semi-allongée et place son bébé sur elle, ventre contre ventre. Elle le laisse ensuite ramper vers elle, pour un allaitement instinctif et naturel. Cette position peut être adoptée dès la naissance (en peau à peau) ;

  • la position du ballon de rugby : cette position est idéale après une césarienne ou pour l’allaitement de jumeaux. L’enfant est placé sur l’avant-bras de sa mère, sa tête vers le cœur de sa mère (ses jambes dépassent derrière son bras) ;

  • la position allongée sur le côté : particulièrement pratique pour allaiter la nuit, elle est aussi très confortable pour les mères qui viennent d’accoucher par césarienne. L’enfant et la mère restent allongés, ventre contre ventre ;

  • la position koala (ou à califourchon) : elle est réservée aux enfants plus âgés, qui peuvent se tenir assis. La mère est assise ou semi-allongée, et son enfant assis à califourchon sur l’une de ses jambes (ou sur ses hanches) ;

  • la position de la louve : plus rarement adoptée, cette position peut aider à allaiter en cas de mastite. Le bébé est allongé sur le dos : sa mère se place au-dessus de lui, à quatre pattes.

 

Pour éviter les frottements répétés et limiter la formation de crevasses, il est recommandé de varier les positions d’allaitement. Il est enfin conseillé de ne pas nettoyer trop souvent les seins pendant la période d’allaitement, pour éviter de les assécher.

 

Sources :

Naitreetgrandir.fr - Les bases de l'allaitement

Naitreetgrandir.fr - Allaitement: 5 problèmes courants

Enfant.com - Crevasses, engorgement des seins … comment les soulager?


 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 25/10/2021

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

Le sevrage de bébé
En plus d’être parfaitement adapté aux besoins spécifiques de bébé, l’allaitement maternel offre des…
L'allaitement et le retour de couches
Désignant le retour des règles après l’accouchement, le retour de couches est plus ou moins tardif s…
Tout savoir sur les différentes positions d'allaitement
Mis en place pour quelques semaines ou plusieurs mois, l’allaitement maternel est bénéfique pour l’e…