Nutri-Score : un étiquetage nutritionnel pour acheter plus « sain »

Le nutri-score indique la qualité nutritionnelle des aliments transformés

Apposé sur la face avant des emballages de produits, le Nutri-Score renseigne le consommateur sur la quantité de calories, de graisse, de sucre et de sel contenue dans ce qu’il achète. Avec la mise en place de ce logo, le gouvernement entend faire de la qualité nutritionnelle un critère de choix dans les achats alimentaires.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Les 4 grands principes du Nutri-score

 Un code


5 couleurs et 5 lettres : de A vert (meilleure qualité nutritionnelle) à E rouge (moins bonne qualité nutritionnelle).


Un calcul

 

Pour classer le produit, sont pris en compte les éléments à favoriser (fibres, protéines, fruits...) et ceux à limiter (sel, sucres...).


Un objectif


Réduire le développement de certains cancers, des maladies cardio-vasculaires, du diabète et de l’obésité.


Un effet


L’étiquetage nutritionnel modifie les comportements d’achat, selon une étude menée par le gouvernement en 2016.(1)

 

Une information nutritionnelle plus synthétique avec le Nutri-Score

Pour que les consommateurs connaissent la composition nutritionnelle des aliments transformés* qu’ils achètent, un tableau des valeurs nutritionnelles figure obligatoirement sur l’emballage. Mais il est complexe et les consommateurs s’y perdent. D’où l’idée d’un étiquetage nutritionnel complémentaire, simple et accessible pour tous.

Le logo Nutri-Score situe le produit sur une échelle de cinq couleurs (du vert foncé au rouge) et cinq lettres, de A à E, suivant sa teneur en énergie, en acides gras insaturés, en sucres et en sel. Le but est double : renseigner le consommateur sur la qualité globale des aliments, mais aussi inciter les industriels à l’améliorer.

 

Nutri-Score : plus facile de comparer la qualité nutritionnelle des aliments

Le Nutri-Score a été développé par des scientifiques de l’Inserm. Testé en conditions d’achat réelles avec quatre autres types de logos nutritionnels, dans soixante magasins, il s’est avéré le plus pertinent pour informer les consommateurs, notamment ceux qui achètent les produits les moins chers.
Grâce à lui, il est désormais possible de comparer les produits au sein d’un même rayon ou entre différentes marques. Par exemple, pour repérer, parmi ses céréales préférées, celles présentant la meilleure qualité nutritionnelle.

 

Le Nutri-Score déjà adopté par de nombreux distributeurs

Nutri-Score n’a aucun caractère obligatoire. Reste que, depuis son lancement fin 2017, plusieurs industriels de l'agro-alimentaire ont joué le jeu et se sont engagés à le mettre en place sur l’ensemble de leurs produits. C’est aussi le cas de certains distributeurs (Auchan, Intermarché, Leclerc...) pour leurs marques propres.

* En sont exclus les eaux, les produits non transformés ou composés d’une seule catégorie d’ingrédients (comme les viandes crues découpées) et les aliments pour enfants de moins de 3 ans.

À lire aussi
Obésité : où en est la France ?
Les graisses : bonnes ou mauvaises ?
Des menus moins riches en lipides et en protéines
Manger moins sans même y penser !
Matières grasses : quelle huile alimentaire choisir ?

Sucre : des desserts à index glycémique bas

Sources
Inserm / Santé publique France / Manger Bouger.

(1)Ministère des solidarités et de la santé

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Emmanuelle Gautier
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 25/01/2019

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Un goûter sain et équilibré pour les enfants
Entre la fin des cours et le dîner, le goûter permet aux enfants de combler un petit creux et d’évit…
Les cures détox d'automne
Contrairement aux cures de printemps, plutôt destinées à éliminer avant l’été, les cures d’automne v…
L'alimentation pour être en forme en automne
Avec le retour du froid et des virus hivernaux, votre organisme est mis à rude épreuve. Boostez vos …