Sevrage tabagique : votre pharmacien vous accompagne

 

Votre pharmacien Giphar vous propose un accompagnement dans votre sevrage tabagique !

 

Entre 2016 et 2018, 1,6 million de fumeurs français quotidiens ont réussi à écraser leur dernière cigarette(1). Votre pharmacien peut vous aider à en faire de même.

 

Lancé en 2015, l’accompagnement au sevrage tabagique des pharmaciens Giphar a déjà aidé de nombreuses personnes à arrêter de fumer. En tout, 7 séances d’environ 20 minutes chacune, sont prévues(2). « L’idéal est de programmer la première le jour de l’arrêt du tabac », conseille Caroline Mazet, docteur en pharmacie. « D’abord, nous vous interrogeons sur vos habitudes, vos craintes et vos motivations. Nous établissons aussi votre degré de dépendance au tabac(3). Ce qui nous permet de dresser votre profil de fumeur et de personnaliser les aides et l’accompagnement dont vous aurez peut-être besoin


Des consultations à votre rythme et selon vos besoins


 

 

Les bénéfices immédiats


Les bénéfices de l’arrêt du tabac sur la forme, le souffle, la qualité du sommeil et de la peau… sont quasi instantanés. La réduction des risques de maladies graves est également beaucoup plus rapide qu’on ne l’imagine. Un an suffit à diminuer de moitié le risque d’infarctus, cinq ans pour le cancer du poumon(4). Mieux encore, après dix ou quinze ans, l’espérance de vie de l’ancien fumeur rejoint celle d’un non-fumeur.

Mais le sevrage tabagique n’est pas chose facile, surtout lorsque l’on reste seul face au manque. Un certain nombre de pharmaciens Giphar ont été spécialement formés pour vous accompagner et vous aider, étape après étape, à surmonter les difficultés du sevrage.


Substituts nicotiniques : bien utiliser le bon produit


Le pharmacien vous aide à choisir le bon substitut nicotinique et le bon dosage. En effet, les patchs de sevrage tabagique, gommes et autres comprimés ne contiennent pas tous la même dose de nicotine. « Il importe aussi de savoir comment bien les utiliser », ajoute Caroline Mazet. « Les comprimés à sucer, par exemple, ne doivent être ni croqués ni avalés. Quant à la gomme à mâcher, dès qu’elle devient un peu moins “piquante”, mettez-la entre votre joue et vos gencives. L’envie de fumer passera vite ! ».

Vous êtes partie prenante de ce coaching. Par exemple, votre pharmacien Giphar vous remet des grilles d’évaluation à remplir avant chaque rendez-vous. « Ces questionnaires portent notamment sur d’éventuels symptômes liés au sevrage tabagique : troubles du sommeil, irritabilité, etc. », explique Caroline Mazet. « À cet égard, la phytothérapie (plantes), la micro-nutrition ou encore les huiles essentielles peuvent vous aider à passer le cap délicat des premières semaines. »


Un coaching complet


La 2e séance permet de tirer un premier bilan. Après une semaine, l’arrêt ou même la diminution de la consommation de tabac se mesure déjà dans le monoxyde de carbone (CO) expiré ! Raison pour laquelle le pharmacien vous fera souffler dans un appareil de mesure du CO à chaque séance. Et ce n’est pas tout ! « De nombreuses personnes craignent de grossir en arrêtant de fumer. Nous prenons donc différentes mesures (poids, tour de taille, etc.) pour surveiller ces paramètres. » En cas de prise de poids, le pharmacien pourra aussi vous conseiller.

Bref, cet accompagnement global, qui s’étale sur 1 an, vise à mettre toutes les chances de votre côté pour en finir avec la cigarette… une bonne fois pour toutes !

 

Arrêt du tabac : témoignage


Christine, 48 ans : « J’ai arrêté de fumer il y a 7 mois. Le coaching de ma pharmacienne m’aide beaucoup. Car, au début, les gens vous soutiennent et vous encouragent dans votre sevrage tabagique. Mais les semaines passant, ils oublient un peu… Or, ce n’est pas facile de se défaire de cette (mauvaise) habitude ! Moi, je fumais depuis presque 30 ans… Alors, 2, 3 ou 6 mois après ma dernière cigarette, ça m’a fait du bien d’en parler avec ma pharmacienne. Chaque fois, je sortais remotivée de nos rendez-vous ! »


Sevrage tabagique : quels médicaments ?


La varénicline ou le bupropion diminuent les symptômes liés au sevrage. Ils sont soumis à la prescription médicale, car ils ne conviennent pas à tout le monde. Ils sont déconseillés aux femmes enceintes et allaitantes, par exemple. Certains antécédents médicaux ou psychiatriques constituent aussi des contre-indications. Ne prenez jamais ces médicaments sans avis médical.
 

 

Vous souhaitez arrêter de fumer ? Votre pharmacien vous propose un accompagnement complet. Demandez-lui conseil. 

 

 

A lire aussi :
Un patch pour arrêter de fumer : Efficacité et conseils d’usage
 

(1) Santé publique France
(2) Les rendez-vous sont prévus à J-0, J+8, J+30, J+60, J+90, J+180 et J+360 jours. Tarif conseillé : 15 € par séance.
(3) Le degré de dépendance peut se mesurer à l’aide du test de Fagerström, composé de 6 questions.
(4) Assurance Maladie (ameli.fr)