Pourquoi se faire vacciner ?

Les raisons de se faire vacciner

Pourquoi se faire vacciner ? Une question que tous se pose, tant que « L’hésitation vaccinale » a été classée par l’OMS parmi les dix premiers risques au niveau mondial. Pourtant, respecter le calendrier des vaccins, c’est protéger les autres et se protéger soi-même.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Pour soi ou son enfant ne vise pas seulement à se (le) préserver de maladies graves, voire mortelles. Dans plusieurs cas, c'est, d’abord et avant tout, un geste altruiste qui permet également de protéger d’autres individus qui, eux, ne sont pas vaccinés. En effet, quand suffisamment de personnes ont reçu un vaccin dans une population donnée, l’agent infectieux (virus ou bactérie) n’y circule plus… et tout le monde est à l’abri.


Pourquoi se faire vacciner ?

Lorsque l’on se fait vacciner contre une maladie infectieuse, on évite de développer cette maladie et de transmettre le microbe aux autres. En se faisant vacciner, on se protège donc soi-même, mais aussi son entourage. La vaccination n’a aucun impact négatif sur le système immunitaire.

De la naissance Ă  18 mois

Certaines vaccinations sont à faire juste après la naissance. Elles permettent de protéger l’enfant contre des maladies graves comme la coqueluche, la rougeole, les méningites à pneumocoques ou à méningocoques. Les anticorps transmis par la mère durant la grossesse diminuant au fil des mois, ceux délivrés par le vaccin viennent pallier cette baisse. Enfin, la vaccination renforce le système immunitaire du jeune enfant. Devant la résurgence de foyers épidémiques, l’obligation vaccinale a été élargie à onze vaccins pour les enfants de moins de 2 ans, nés après le 1er janvier 2018(1).

 

Piqûres de rappel à l’adolescence

Une fois passées les vaccinations du nourrisson, il est important de respecter le programme des secondes injections et des rappels, destinés à maintenir un bon niveau de protection. Un rappel des vaccins diphtérie-tétanos-polio (DTP) et coqueluche est à faire à 6 ans et à 11-13 ans. Avant le début de leur vie sexuelle, les filles pourront se protéger, entre 11 et 14 ans, contre les infections à papillomavirus humain (HPV), à l’origine de trois-quarts des cancers de l’utérus(2). Pour les enfants non vaccinés, le rattrapage contre l’hépatite B et la tuberculose peut se faire jusqu’à 15 ans, celui contre les méningites et septicémies à méningocoque C, jusqu’à 24 ans (il est désormais obligatoire dès l’âge de 5 mois).


Pendant la grossesse

Les vaccins « vivants » (contenant un agent infectieux vivant), comme le ROR (rougeole-oreillons-rubéole) ou la varicelle, sont contre-indiqués pendant la grossesse. L’idéal est de se faire vacciner avant. Celui de la grippe, inactivé, est recommandé. Cette maladie peut entraîner de graves complications respiratoires chez la mère, voire un accouchement prématuré. De plus, il protège le nouveau-né. L’entourage doit aussi être à jour dans ses rappels contre la coqueluche.

 

Pourquoi vacciner les bébés ?

Certains parents se demandent s’il est vraiment nécessaire de faire vacciner leur bébé. Recevoir trop de vaccins en une fois ne surchargerait-il pas un système immunitaire encore très immature ? « Dès sa naissance, l’être humain se défend en permanence contre une multitude d’agressions : virus, bactéries, parasites, poussières, protéines alimentaires… », répond le Dr Launay. « À côté de ça, même la vaccination multiple, ce n’est rien ! D’autant que la réponse immunitaire des bébés aux vaccins est excellente. Il n’y a donc aucune crainte à avoir. »   

 

Publics fragiles

Chaque hiver, la grippe cause de nombreux décès (13 000 pour l’hiver 2017-2018(3)). Le vaccin est pris en charge à 100 % pour les publics dits fragiles :

  • personnes souffrant de certaines maladies

  • chroniques, femmes enceintes

  • personnes de plus de 65 ans

  • personnes souffrant d’obĂ©sitĂ©

  • ainsi que l’entourage des nourrissons de moins de 6 mois Ă  risque de grippe grave.

 

Comment ça marche ?

La vaccination consiste à introduire un fragment ou une forme atténuée de virus ou de bactérie dans le corps. Celui-ci réagit en produisant des anticorps spécifiques. Ensuite, s’il est confronté au microbe, le système immunitaire le reconnaît et le détruit aussitôt. Un vaccin peut être

  • « vivant » : il contient l’agent infectieux sous forme vivante, mais fortement attĂ©nuĂ©e ;

  • « inactivĂ© » : l’agent infectieux contenu dans le vaccin est mort 

  • « sous-unitaire » : le vaccin ne contient que des fragments de l’agent infectieux.

 

Se protéger : Giphar conseille

Dès le mois d’octobre, nous vous accueillons en officine pour vous vacciner contre la grippe. Alors, n’hésitez plus ! Car se faire vacciner c’est se protéger et protéger son entourage.


1 Retrouvez la liste des 11 vaccins obligatoires pour les enfants de moins de 2 ans sur vaccination-info-service.fr > rubrique « La vaccination au cours de la vie » > « Nourrissons et enfants ».
2 Vaccination-info-service.fr > « Adolescents de 14 à 19 ans ».
3 Santé publique France.

 

Ă€ lire aussi
Vaccins : 4 questions qui fâchent
Vaccins : obligatoires ou recommandés ?

Les vaccins âge par âge

Vaccins : (bien) plus qu’une vie sauvée !

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Candice Leblanc
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis Ă  jour le : 01/09/2016

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Vaccination de bébé : à quel âge et quels vaccins obligatoires ?
Permettant de protĂ©ger l’organisme contre de graves maladies infectieuses, la vaccination du bĂ©bĂ© et…
Vaccination contre la grippe en pharmacie : toutes les infos
La vaccination contre la grippe en pharmacie est dĂ©sormais possible. Une opportunitĂ© pour une grande…
Le carnet de vaccination, important surtout Ă  l'Ă©tranger !
Carnet de vaccination international : intérêt et conditions d’obtention