Des médicaments pour mieux dormir : une bonne idée ?

Zoom sur les différents médicaments qui peuvent vous aider à retrouver le sommeil.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Vous avez des difficultés à vous endormir et à trouver le sommeil ? Vous vous réveillez plusieurs fois par nuit et avez du mal à vous rendormir ? Vous avez la sensation d’être encore fatigué lorsque vous vous levez le matin ? Plusieurs solutions permettent de mieux dormir au quotidien. Parmi elles, les médicaments.
Alors quels sont les meilleurs médicaments contre l’insomnie ? L’utilisation de somnifères est-elle véritablement sans danger ? Et quelles solutions naturelles permettent de lutter efficacement contre les troubles du sommeil ?
 

L’insomnie : un « mauvais » sommeil

Difficultés à s’endormir, réveils nocturnes fréquents, réveils trop précoces… On estime qu’en France, 1 personne sur 5 souffre d’insomnie. La personne qui souffre d’insomnies chroniques ne dort pas assez. De mauvaise qualité, son sommeil ne lui permet pas de récupérer des efforts de la journée. Elle est constamment fatiguée, a du mal à se concentrer et à focaliser son attention, devient irritable et de mauvaise humeur…

Pour traiter ce trouble du sommeil de manière efficace, il convient d’abord d’en étudier la cause et les manifestations. L’insomnie peut être provoquée par des facteurs extérieurs : un environnement non propice au sommeil (une chambre trop lumineuse ou trop bruyante), la survenance d’un évènement stressant (le stress au travail, la naissance imminente d’un enfant, des examens importants…).

L’insomnie peut également être provoquée par de mauvaises habitudes de vie (consommation excessive d’excitants) ou par une pathologie ou une maladie (syndrome d’apnées du sommeil, reflux gastro-œsophagien, syndrome des jambes sans repos, hyperthyroïdie, dépression…).

Si l’insomnie peut survenir de manière occasionnelle, elle peut également s’installer dans le temps et être à l’origine de sévères complications et problèmes de santé (au niveau physique et psychique). Il convient alors de se rapprocher de son médecin, pour trouver un traitement efficace et mieux dormir au quotidien.
 

Quels médicaments utiliser pour mieux dormir ?

En cas de sommeil difficile, le recours aux somnifères ne doit pas être systématique. Comme vu plus haut, rechercher la cause du trouble du sommeil permet de choisir le traitement le plus adapté.

Les somnifères et autres traitements médicamenteux

Quels sont les meilleurs médicaments pour lutter contre l’insomnie ? Un traitement médicamenteux doit être de courte durée, prescrit et suivi par un médecin.
En fonction du type de trouble identifié, il peut prescrire différents types de médicaments :
 

  • les benzodiazépines (BZD) à visée hypnotique : appelés couramment somnifères, ce sont les médicaments les plus souvent prescrits. Ils agissent sur l’endormissement, le maintien et la durée du sommeil. Perturbant la physiologie du sommeil, ils peuvent néanmoins entraîner une somnolence diurne ou des troubles de la mémoire. La prise de BZD est également associée à un risque élevé d’accoutumance et de dépendance : l’organisme s’adapte au médicament et a besoin d’une dose de plus en plus importante pour obtenir un effet identique. D’autre part, l’insomnie peut s’aggraver en cas d’arrêt brutal du médicament. D’où l’importance de les prendre le moins longtemps possible (maximum 3 semaines), d’utiliser la plus faible dose efficace et de les arrêter de manière progressive ;
     

  • les apparentés au BZD (Zopiclone et Zolpidem) : ils ont une action très proche de celle des BZD. Contrairement à ces derniers, ils respectent la structure physiologique du sommeil. Leur durée d’action étant courte, ils sont surtout indiqués dans l’insomnie d’endormissement. Tout comme les BZD, ils doivent être pris pendant 3 semaines maximum, à la plus faible dose efficace, et être arrêtés progressivement ;
     

  • les antidépresseurs : certains antidépresseurs, comme l’amitriptyline par exemple, ont un effet sédatif. Pouvant être utilisés à faible dose pour aider à mieux dormir, ils doivent cependant être réservés aux insomnies associées à une dépression ;
     

  • la mélatonine : produite naturellement par notre organisme, cette hormone a démontré son efficacité pour les insomnies liées à un décalage horaire (jetlag). La mélatonine à libération prolongée a obtenu l’autorisation de mise sur le marché, pour le traitement de l’insomnie du sujet âgé de plus de 55 ans. Ce médicament pour dormir à base de mélatonine (2g) est vendu sur ordonnance.
    En deçà de 2mg, la prescription n’est pas nécessaire. De nombreuses formulations sont existent : mélatonine associée à des plantes, des huiles essentielles, etc.
     

  • les antihistaminiques : certains antihistaminiques H1, comme la doxylamine par exemple, ont un effet sédatif. Ils sont parfois utilisés pour traiter l’insomnie. Toutefois, vu leurs effets secondaires (constipation, sécheresse de la bouche, palpitations cardiaques…), ils sont peu recommandés, notamment chez le sujet âgé. Certains s hypnotiques font partie des médicaments pour dormir qui peuvent être achetés en pharmacie sans prescription.


Attention ! Les médicaments peuvent parfois être à l’origine de l’insomnie, comme certains antiépileptiques, bêtabloquants, antiparkinsoniens, médicaments cardiovasculaires, décongestionnants… Lorsqu’ils sont arrêtés brutalement, les somnifères eux-mêmes peuvent provoquer des insomnies (syndrome de sevrage).

Les remèdes naturels

Les médecines douces peuvent être une alternative intéressante aux médicaments pour dormir. Quels produits naturels peuvent être utilisés pour mieux dormir ?
De nombreuses solutions permettent d’agir sur la qualité du sommeil au quotidien :

  • l’homéopathie : le traitement homéopathique est spécifiquement adapté au profil de la personne souffrant d’insomnie. Il peut s’agir d’un traitement basé sur la prise de 5 granules de Passiflora incarnata 5CH, 2 fois par jour. En cas de nervosité, le traitement peut reposer sur la prise de 5 granules de Passiflora composé, 2 fois par jour. Si les difficultés à dormir ont été provoquées par un choc émotionnel, on peut recommander la prise de 5 granules de Ignatia amara 7CH, 2 fois par jour ;
     

  • la phytothérapie : certaines plantes sont réputées pour favoriser l’endormissement, comme la valériane, le tilleul, l’aubépine, la passiflore ou encore la mélisse. Elles réduisent l’anxiété et favorise l’induction du sommeil. Utilisés pour mieux dormir, ces médicaments à base de plantes sont en général bien tolérés par l’organisme et ne provoquent pas de dépendance. En vente libre en pharmacie, ces médicaments pour dormir se présentent en général sous forme de gélules ou de comprimés à avaler ;
     

  • l’aromathérapie : présentant des propriétés apaisantes et relaxantes, certaines huiles essentielles permettent également de lutter efficacement contre l’insomnie et les autres troubles du sommeil. On recommande par exemple l’huile essentielle de basilic, de lavande ou de petit grain bigarade. Contenant des actifs puissants, les huiles essentielles doivent être utilisées avec précaution. Pour une utilisation sans risque de ce type de médicament relaxant pour dormir, rapprochez-vous de votre pharmacien.

 

 


Ces remèdes et médicaments naturels pour dormir ciblent directement la cause de l’insomnie : ils agissent notamment sur la nervosité et le stress. Avant d’envisager la prise de somnifères, il est recommandé d’essayer ces méthodes douces. La relaxation, la méditation, la luminothérapie, la sophrologie et les thérapies cognitives et comportementales (TCC) peuvent aussi permettre de retrouver un sommeil serein et réparateur. Pour en savoir plus, rapprochez-vous de votre pharmacien ou de votre médecin traitant.
 

Quels gestes adopter pour mieux dormir au quotidien ?

Adopter une bonne hygiène de vie au quotidien permet de mettre toutes les chances de son côté pour bien dormir. En effet, près de 90 % des problèmes de sommeil trouvent leur origine dans notre mode de vie. Pour éviter d’avoir à utiliser des somnifères et autres médicaments pour dormir, il suffit parfois de modifier certaines de ses habitudes quotidiennes.
 

Écouter son corps

Il convient d’abord d’écouter son organisme au maximum, et de respecter des heures de coucher et de lever régulières (même pendant le week-end). Petit à petit, le corps s’habitue à cette nouvelle routine : cela lui permet de synchroniser plus facilement son rythme veille / sommeil (cycle circadien).

Au moment du réveil, le corps doit être stimulé : allumez la lumière, prenez une douche et un petit déjeuner complet. Vous pouvez également réaliser quelques étirements.

Dès que les premiers signes de fatigue arrivent (picotements des yeux, perte de la concentration, bâillements à répétition), il est conseillé d’aller se coucher. De courtes siestes (une dizaine de minutes environ) peuvent également permettre de se reposer pendant la journée.
 

Se coucher dans un lieu propice au repos

L’environnement doit être propice à l’endormissement et au repos. La chambre doit être aérée matin et soir, pour profiter d’un air renouvelé.

Au moment du coucher, la pièce doit être silencieuse et plongée dans l’obscurité totale. Aucun élément extérieur ne doit venir perturber le repos (bannissez de votre chambre tous les appareils électroniques : télévision, tablette, smartphone…). Le lit doit être confortable et propre.

Si le sommeil ne vient pas, il est inutile d’insister. Vous pouvez prendre un livre ou vous lever quelques minutes, pour penser à autre chose.
 

Limiter les excitants

Pour s’endormir plus facilement le soir et profiter d’un sommeil réparateur, mieux vaut éviter de consommer trop de substances excitantes pendant la journée. Le café, le thé, l’alcool, la nicotine, les boissons à base de cola et les boissons énergisantes ne doivent surtout pas être consommées quelques heures avant le coucher. Le repas du soir doit être léger et pris deux à trois heures avant le coucher : les aliments doivent être faciles à digérer.

Les activités sportives doivent être pratiquées de préférence pendant la journée, plusieurs heures avant de se coucher. Seuls les rapports sexuels peuvent avoir lieu le soir, dans la chambre à coucher.

Les écrans (télévision, tablette, ordinateur, smartphone, jeux vidéos) doivent également être éteints plusieurs heures avant le coucher.
 


À lire aussi  
Insomnie : un cauchemar éveillé

Troubles du sommeil : des nuits de tout repos


 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Kathleen Mentrop
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 29/05/2020

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
44 avis

Voir aussi

Photosensibilisation due aux médicaments
Médicaments et soleil ne font pas toujours bon ménage. Il faut donc être prudent avec certains médic…
Les dangers de l'alcool avec la prise de médicaments
Alcool et médicaments ne vont pas toujours ensemble, c'est votre santé qui risque de pâtir de cette …
Les risques des médicaments pour les séniors
Conçus pour soigner, les médicaments peuvent aussi être source de danger. Chez les seniors, les effe…