Automédication : les médicaments, intelligemment !

Automédication

L’automédication est une pratique courante mais il est important de respecter certaines précautions avant de prendre un médicament, quel qu'il soit.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Presque tout le monde dispose à domicile d’une petite pharmacie, plus ou moins fournie : comprimés, sirops, gouttes, etc. Au premier symptôme venu, nous avons vite fait d’aller voir ce que nous avons en stock. C’est ce qu’on appelle l’automédication : prendre un médicament sans l’intervention d’un médecin ou d'un pharmacien. 

 

Que soigner avec l’automédication ?

Ce n’est pas nécessairement un mal. Un certain nombre de maladies et de symptômes courants et bénins peuvent tout à fait faire l’objet d’une automédication

Exemples : douleurs articulaires transitoires et modérées, rhume, maux de gorge, boutons de fièvre, brûlures d’estomac ponctuelles, nausées et vomissements, hémorroïdes, etc. 

Dans tous les cas, si les symptômes persistent ou sont accompagnés d’autres symptômes inquiétants ou inhabituels, il faut consulter un médecin.

 

Les trois types de médicaments disponibles en pharmacie

  •     Les médicaments disponibles en libre accès, devant le comptoir.

  •     Les médicaments disponibles sans prescription médicale, mais qui doivent être demandés derrière le comptoir.

  •     Les médicaments disponibles uniquement sur prescription médicale.

 

Automédication : gare aux médicaments prescriptibles

Par contre, même si vous en avez à la maison, les médicaments qui ont fait l’objet d’une prescription médicale obligatoire antérieure ne doivent jamais être utilisés sans avis médical. Un exemple type est celui des antibiotiques. Ceux qui sont efficaces contre une infection urinaire ne le seront pas pour une infection dentaire par exemple. Ni même parfois pour une nouvelle infection du système urinaire !

 

Les 7 règles d’or de l'automédication

L’automédication responsable et avertie implique une bonne information. Vous devez toujours savoir ce que vous prenez, pourquoi et comment.

Observez donc toujours les règles suivantes : 

  1. Validez le choix du médicament avec votre pharmacien, surtout si vous avez pris un médicament en vente libre (OTC).

  2. Demandez systématiquement conseil à votre pharmacien ou votre médecin si vous êtes enceinte, allaitante, allergique à certains produits, si vous êtes âgé(e) et/ou si vous êtes atteint(e) d’une maladie chronique ou au long cours (diabète, maladie du foie, des reins ou du cœur, etc.) ou encore si vous choisissez un médicament pour un enfant

  3. Lisez toujours la notice avant de prendre un médicament et conservez-la soigneusement dans sa boîte d’origine.

  4. Respectez la posologie du médicament, c’est-à-dire la dose, la fréquence et l’intervalle entre les prises, ainsi que la durée maximale du traitement.

  5. Ne prenez jamais plusieurs médicaments en même temps sans l’avis d’un professionnel de santé. En effet, leurs effets peuvent se cumuler, s’annuler ou provoquer des effets secondaires indésirables.

  6. Consultez un médecin si, après 3-4 jours, votre état ne s’améliore pas, s’il s’aggrave ou si de nouveaux symptômes apparaissent. 

  7. Signalez tout effet secondaire indésirable à votre pharmacien ou votre médecin.


     

Testez vos connaissances sur l'automédication

Cliquez sur les affirmations ci-dessous pour découvrir les réponses.

 

Avec les remèdes à base de plantes, il n'y a aucun danger

 

Les médicaments vendus sans prescription médicale sont moins réglementés et moins surveillés que les autres

 

Les médicaments vendus sans ordonnance présentent très peu de risques

 

J’ai des infections urinaires à répétition. Il n’y a pas de mal à réutiliser des médicaments qui m’ont déjà été prescrits

 

Je viens d’accoucher et j’allaite. Je peux me remettre à l’automédication sans attendre

 

Un rhume guérit vite, qu’on le soigne ou non

 

Les huiles essentielles, c'est 100 % bénef

 

Des médicaments périmés peuvent encore servir

 

Si certains antidouleurs ne sont plus en accès libre, c’est pour limiter les risques liés à leur mauvais usage

 

À lire aussi

L’observance thérapeutique : l’adéquation entre un traitement et sa prise

 

Source

Merci à l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (www.ansm.sante.fr) et au Pr Jean-Paul Giroud, professeur de pharmacologie clinique et membre de l’Académie de médecine.

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Candice Leblanc
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 05/04/2021

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
6 avis

Voir aussi

Qu'est-ce que l'allopathie ?
L’allopathie désigne la médecine conventionnelle : elle utilise des substances actives qui luttent c…
Pharmacien correspondant
Le décret du 28 mai 2021* rend désormais possible la désignation d'un pharmacien correspondant par l…
recherche antibioresistance
La résistance aux antibiotiques est un fléau sanitaire mondial. Avec le programme prioritaire de rec…