La bonne utilisation des antibiotiques : C'est automatique !

Bien utiliser les antibiotiques

L'antibiotique faisait figure de remède miracle en France pour toutes les infections qu'elles soient virales ou bactériennes.
A la suite des campagnes « Les antibiotiques, c'est pas automatique ! » de l'Assurance Maladie, les choses changent.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Les antiobiotiques : quelques chiffres

En effet, la consommation française d'antibiotique a reculé de 23,4 % depuis 2002.
Les chiffres parlent d'eux-mêmes puisque cela représente 27 millions de traitements en moins par an,850 millions d'euros économisés par les Caisses d'Assurance Maladie.
Une baisse encore plus sensible chez les enfants de moins de 5 ans (-34,3 %), gros consommateurs malgré eux d'antibiotiques.

Malgré ces bons chiffres, tout n'est pas gagné pour autant.
Les français restent encore les 2ème consommateurs européens pour ce genre de médicaments et il reste encore beaucoup d'idées reçues à faire changer.
 

Idées reçues :

  • 60 % des français pensent que les antibiotiques sont indispensables en cas d'infections ORL (80% sont virales et donc insensibles aux antibiotiques)

  • 63 % des parents pensent qu'il faut des antibiotiques en cas d'infections répétées de leurs enfants. 

 

Pourquoi faut-il limiter la consommation des antibiotiques ?

La lutte contre les résistances bactériennes
D'après une étude de Goosens et Lancet en 2005, la résistance des bactéries aux antibiotiques dépend de la quantité d'antibiotiques consommés.
Plus on utilise les antibiotiques, plus les bactéries résistent à ces mêmes antibiotiques et à la longue on arrive à des situations dangereuses ou pour certaines bactéries il n'y a plus d'antibiotiques efficaces à 100 %.
Et en milieu hospitalier, il arrive que certaines souches (staphylocoques) puissent résister à la majorité des traitements. C'est là que le danger réside.

 

STOP aux résistances aux antibiotiques

  • Réduire la consommation et utiliser les antibiotiques à bon escient est indispensable pour protéger les générations futures d'un risque bactérien de grande ampleur.

On s'aperçoit qu'à la suite des campagnes de l'Assurance maladie, la consommation a bien baissé et que parallèlement la résistance de nombreuses espèces bactériennes a bien chuté.

(Pour le pneumocoque : 47 % de résistance en 2001 ; 36 % en 2006)

 

  • Bien prendre son traitement et ne pas faire comme bon nombre de malade c'est-à-dire, arrêter quand on se sent mieux car le foyer infectieux n'est pas neutralisé en totalité et souvent seules les bactéries résistantes restent.

 

À lire aussi

Par quels phénomènes les bactéries résistent ?
Comment bien prendre son traitement antibiotique ?

Des particules d’argent pour contourner la résistance aux antibiotiques

Des antibiotiques contre le mal de dos ?

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 28/05/2015

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
8 avis

Voir aussi

Guide des premiers soins pour les petits accidents et maux du quotidien
Cafetière brûlante qui se renverse, couteau qui dérape, pieds qui se prennent dans le tapis, chute d…
Médicaments autorisés pendant la grossesse
Quels sont les médicaments autorisés pour les pathologies courantes de la grossesse ? Voici une li…
Ouvrir un dossier pharmaceutique
Votre pharmacien vous propose un service gratuit pour plus de sécurité et de conseils. Le Dossier Ph…