Grossesse : tout savoir sur les échographies

Le rôle des échographies pendant la grossesse
0 avis

Les échographies prénatales permettent de contrôler le bon déroulement de la grossesse et de détecter d’éventuelles complications. Combien d’échographies sont nécessaires et à quoi servent-elles ?

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Kathleen Mentrop
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 26/09/2018

A chaque trimestre son échographie !

Une échographie par trimestre est prévue durant la grossesse pour surveiller le bon développement de votre bébé. Ces échographies sont réalisées à des moments-clés. En effet, certaines anomalies ne peuvent être détectées qu’en début de grossesse, tandis que d’autres ne sont repérables qu’au milieu ou à la fin. Ces 3 échographies ne sont pas obligatoires, mais vivement recommandées. Elles sont d’ailleurs remboursées par la sécurité sociale (à 70 % pour les deux premières et entièrement pour la dernière).

 

La 1ère échographie : rencontre avec bébé

Réalisée aux alentours de la 12e semaine d’aménorrhée, la première échographie (ou échographie de datation) est souvent un moment très émouvant pour les futurs parents. Grâce à une sonde enduite de gel qu’il déplace sur la peau du ventre, le médecin peut obtenir l’image du bébé.
Cette échographie, qui dure une dizaine de minutes, a plusieurs objectifs :

  • dater le début de la grossesse et estimer la date de l’accouchement

  • exclure une grossesse extra-utérine

  • déterminer le nombre d’embryons

  • examiner sommairement la morphologie du bébé (structures cérébrales, membres, certaines organes comme le cœur et l’estomac) pour écarter d’éventuelles anomalies

  • mesurer la clarté nucale (épaisseur de la nuque du fœtus), afin d’évaluer le risque de trisomie 21 ou d’une autre anomalie chromosomique majeure.

 

La 2e échographie : une morphologie complète

La deuxième échographie, appelée « échographie morphologique », a lieu vers la 22e semaine d’aménorrhée. Elle est un peu plus longue et permet de réaliser une morphologie complète du bébé, afin de s’assurer que tous ses membres et organes sont en place et fonctionnent correctement.
Cette échographie permet également de :

  • dépister d’éventuelles malformations fœtales non détectables lors de la première échographie et de rechercher des anomalies chromosomiques

  • vérifier le bon fonctionnement des échanges sanguins et du placenta. Pour ce faire, une écho Doppler des artères utérines est réalisée (un type d’échographie destiné à observer le réseau sanguin et réalisé à l’aide d’une sonde posée sur la peau)

Lors de la 2e échographie, les parents qui le souhaitent peuvent connaître le sexe du bébé (pour autant que celui-ci soit dans une position favorable au moment de l’examen).

 

La 3e échographie : le bilan final

Aux alentours de la 32e semaine d’aménorrhée, le médecin pratique une nouvelle échographie pour dresser un dernier bilan. Il mesure notamment la tête de bébé (diamètre crânien), le périmètre abdominal et la longueur de certains os pour vérifier que la croissance du bébé est normale. La position du bébé, ainsi que la localisation du placenta sont également observées et une écho-Doppler de l’artère ombilicale est réalisée pour s’assurer que les échanges entre la mère et le bébé sont optimaux.

 

Les échographies supplémentaires

S’il l’estime nécessaire, le médecin peut prescrire une ou plusieurs échographies supplémentaires.
C’est notamment le cas pour les raisons suivantes :

  • la suspicion d’anomalies lors d’une des 3 échographies conseillées

  • le dépassement du terme

  • la présence de saignements

  • un doute sur la position du bébé

  • un risque d’accouchement prématuré (dans ce cas, le médecin réalise une échographie par voie endovaginale pour mesurer la longueur du col utérin).

 

Des échographies « pour le plaisir » ?

Certains médecins proposent à leurs patientes de réaliser des échographies « souvenir », pour obtenir un joli cliché ou une vidéo du bébé. Durant ces échographies dites « de complaisance », les conditions d’exposition du fœtus aux ultrasons sont différentes de celles des échographies à but médical. C’est pourquoi L’ANSM déconseille aux femmes enceintes d’avoir recours à ce type d’échographies, afin de ne pas soumettre inutilement le fœtus aux ultrasons et protéger ainsi la santé du bébé.

À lire aussi
Jumeaux : une grossesse particulière ?
Pour une grossesse sans souci


Source
Article réalisé avec la collaboration du Dr Laurence Mentrop, gynécologue-obstétricienne.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Kathleen Mentrop
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 26/09/2018

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Maximiser les chances de tomber enceinte
Faire un bébé demande quelques préparatifs. Dans le corps et dans la tête... Les câlins ne suffisent…
Incompatibilité de Rhésus et grossesse
Vous êtes enceinte de votre 2ème enfant. Vous êtes Rhésus négatif et le papa est Rhésus positif. Que…
Quelques idées fausses sur la grossesse
Remèdes de grands-mères, astuces partagées sur les forums… La conception d’un enfant et la grossesse…