Sommeil du nourrisson : une évolution mois après mois

Le sommeil du nourrisson

Besoin physiologique indispensable à la santé et au bien-être de l’enfant, le sommeil lui permet de se développer aussi bien sur le plan physique qu’intellectuel. Dès les premiers mois de vie du nourrisson, les rythmes du sommeil se mettent en place. L’organisation des cycles du sommeil évolue ensuite progressivement, au fur et à mesure que l’enfant grandit.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Pourquoi le sommeil du nourrisson est-il si important ? Combien d’heures un bébé de quelques jours dort-il ? Quand peut-il commencer à faire ses nuits ? Et comment le coucher, pour être certain qu’il profite des meilleures conditions pour dormir ?

L’importance du sommeil chez le nourrisson

Le sommeil est indispensable au bon développement physique et intellectuel de l’enfant. Bien dormir permet de bien grandir. En effet, le sommeil a un effet sur la production de plusieurs hormones, dont l’hormone de croissance.

 

Un sommeil de qualité participe également au développement des capacités cérébrales du bébé : les informations et les apprentissages de la journée sont intégrés à ce moment-là. Bien dormir permet enfin au jeune enfant de renforcer ses défenses immunitaires, pour être moins sensible aux infections.

 

Le sommeil de l’enfant s’organise en plusieurs cycles. Chaque cycle de sommeil - qui dure environ 90 minutes à l’âge adulte - comporte deux types de sommeil distincts : le sommeil lent et le sommeil paradoxal : 

  • le sommeil lent : il s’agit d’une phase calme qui commence par l’endormissement, et qui se poursuit avec un sommeil plus ou moins profond. L’activité cérébrale diminue, la respiration se calme et les muscles se détendent ;

  • le sommeil paradoxal : il s’agit d’une phase d’activité cérébrale intense. Le cerveau est particulièrement actif et on observe souvent des mouvements oculaires rapides (on parle également de sommeil REM - Rapid Eye Movement). Les muscles sont quant à eux totalement relâchés. C’est pendant cette phase que les rêves sont les plus élaborés.

 

Plus la nuit avance, plus les phases de sommeil paradoxal sont longues.

 

La durée du sommeil en fonction de l’âge du bébé

La durée des phases et des cycles de sommeil évolue en fonction de l’âge du nourrisson.

Jusqu’à 3 mois

Dès sa naissance, le nourrisson dort en fonction de ses besoins. Entre zéro et trois mois, le bébé ne fait pas la différence entre le jour et la nuit. Son horloge biologique n’est en effet pas encore réglée : ses heures d’éveil et de sommeil ne sont pas ajustées.

 

Si chaque enfant a ses propres besoins en sommeil, le nourrisson dort en général entre 16 et 17 heures par jour. Les périodes de sommeil sont réparties sur 18 à 20 cycles par 24 heures (il s’agit de cycles courts). Ses états de sommeil sont équivalents à ceux de l’adulte (sommeil lent, sommeil paradoxal). Chaque cycle de sommeil dure entre 50 minutes et 1 heure, avec une phase agitée (le nourrisson d’1 mois peut grogner, sourire ou pleurer…) et une phase calme (pendant cette phase plus courte, il dort sans bouger).

 

Né à terme, le nouveau-né dort beaucoup. Au cours de ses 4 à 6 premières semaines de vie, le rythme veille / sommeil commence à se mettre en place, notamment grâce à la maturation de son cerveau. Les prises alimentaires à heures régulières (allaitement ou biberons), les relations avec sa mère et les alternances de lumière et d’obscurité aident également le nourrisson à stabiliser son rythme veille / sommeil. Le rythme circadien se met progressivement en place.

 

À quelle heure coucher un bébé de 2 mois ? Tout dépend de son rythme et de ses horaires de repas. Vers l’âge de 3 mois, le sommeil du nourrisson commence à évoluer.

 

Entre 3 et 6 mois

À partir de 3 mois, le sommeil agité (ou sommeil très agité) du nouveau-né fait place au sommeil paradoxal (plus stable), évoqué plus haut. Le sommeil calme se transforme quant à lui en sommeil lent, avec deux phases de sommeil à ondes lentes : le sommeil lent léger (le bébé s’endort mais entend toujours les sons et les bruits extérieurs) et le sommeil lent profond (le bébé entre dans un sommeil profond et n’entend plus rien).

 

Plus le bébé grandit, moins il a besoin d’heures de sommeil. Entre trois et six mois, il peut dormir entre 14 et 15 heures par jour.

 

L'horloge interne du jeune enfant est réglée et il arrive à faire la distinction entre jour et nuit, entre périodes d’éveil et périodes de sommeil. Son poids est suffisant (au moins 5 kg) et il peut commencer à faire des réserves d’énergie : c’est à ce moment-là qu’il commence à « faire ses nuits ». Il est capable de dormir entre 5 et 6 heures d’affilée sans réclamer le biberon ou le sein. Chaque bébé apprend à faire ses nuits à son rythme, en fonction de son développement propre.

 

Les signes de fatigue sont également plus faciles à reconnaître : l’enfant baille, se frotte les yeux et pleure. Une véritable routine du coucher peut être mise en place (tous les jours à la même heure). Elle rassure le bébé et le prépare au sommeil.

 

Entre 6 et 12 mois

Les bébés de 6 mois et plus dorment en moyenne entre 8 à 12 heures par nuit. Ils font en général encore trois siestes pendant la journée : une le matin, une après le déjeuner et une en fin de journée. Comme chez l’adulte, les endormissements se font en phase de sommeil lent. La structure du sommeil continue à se modifier : les cycles sont plus longs et le nombre de phases par cycle augmente.

 

Le passage d'un cycle du sommeil à un autre peut parfois provoquer des réveils chez l’enfant. S’il ne se rendort pas seul au bout de quelques minutes, il a besoin d’être rassuré et de vérifier que ses parents sont toujours là (il est néanmoins conseillé de ne pas le sortir de son lit). Plus il grandit, plus il apprend à se rendormir tout seul.

 

D’autres facteurs peuvent être à l'origine de troubles du sommeil et de réveils nocturnes chez l’enfant. L’angoisse de séparation (qui survient autour de 8 mois chez la majorité des enfants) est une étape normale de son développement. L’enfant a besoin d’être rassuré, d’entendre la voix de ses parents et de savoir qu’ils sont près de lui. Petit à petit, il apprend à gérer cette angoisse et à se rendormir tout seul. Le sommeil du bébé peut également être perturbé par une poussée de croissance, une poussée dentaire ou une maladie passagère.

Comment bien coucher un nourrisson ?

Pour apprendre à un nourrisson à trouver sereinement le sommeil et à faire ses nuits, il faut lui apprendre à s’endormir seul, dans de bonnes conditions.

Établir un rituel du coucher

Quand coucher un nourrisson ? Pour qu’il apprenne à trouver son sommeil seul, il doit être couché encore éveillé. Un rituel du coucher peut être instauré, pour le rassurer et le mettre en confiance. Les parents peuvent par exemple commencer par fermer les volets ou les rideaux de la chambre, le mettre en pyjama en lui expliquant que c’est l’heure du coucher. Ils peuvent également lui raconter une histoire ou lui chanter une berceuse.

 

Le rituel de la sieste peut être sensiblement différent : cela permet au jeune enfant de comprendre qu’il ne s’agit que d’une courte période de repos. Par exemple, une source de lumière naturelle peut éclairer légèrement la chambre.

 

Plus le nourrisson grandit, plus des horaires régulières de coucher, de lever, de siestes et de repas peuvent être établies. Cela permet de structurer la journée du bébé et de faciliter l’identification des périodes d’éveil et de repos.

 

Le coucher sur le dos, dans une chambre au calme

Afin de prévenir le syndrome de mort subite du nourrisson (ou mort inattendue du nourrisson), le bébé doit toujours être couché sur le dos, à plat.

 

Coucher systématiquement le nourrisson sur le dos peut parfois être à l’origine d’une déformation du crâne. Pour éviter le développement d’une plagiocéphalie, le bébé doit pouvoir bouger sa tête librement. Stimuler régulièrement l’enfant et lui faire bouger la tête de droite à gauche (lorsqu’il se trouve dans son transat ou sur son tapis d’éveil par exemple) permet de faire travailler les muscles de son cou.

 

D'autres recommandations doivent être suivies pour prévenir le risque de mort subite du nourrisson. L’enfant doit être couché sur un matelas ferme, dans une gigoteuse (turbulette) ou un sur-pyjama adapté à sa taille. Le lit doit être vide, sans aucun oreiller, couette ou couverture.

 

La température à l’intérieur de la chambre doit être entre 18° C et 20° C. Elle doit être aérée tous les jours. Si l’enfant dort dans la chambre de ses parents, il doit avoir son propre lit (berceau de co-dodo ou lit pour bébé classique, adapté à la taille de l’enfant). Il est enfin recommandé de ne pas exposer l’enfant au tabac. Le tabagisme passif est évidemment nocif pour le fœtus et le nourrisson.

 

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 08/04/2020

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Hygiène bucco-dentaire :  Adoptez les bons réflexes
Tout au long de sa vie, il est essentiel d’entretenir une dentition saine. Les professionnels de san…
Comment bien se brosser les dents ?
Si les enfants prennent le pli de se brosser les dents matin et soir dès leur plus jeune âge, ils re…
Les poussées dentaires chez bébé
Votre bébé bave beaucoup et pleurniche pour un rien ? Ses premières dents arrivent peut-être. À vous…