Toux grasse : que faire pour la soulager ?

Toux grasse : que faire

Aussi désignée sous le terme de « toux productive », la toux grasse est un réflexe naturel de défense de l’organisme. Provoquant des expectorations de glaires ou des crachats, elle permet d’éliminer les sécrétions qui encombrent les bronches, pour une meilleure respiration. Aiguë ou chronique, la toux grasse peut être le symptôme d’une infection virale ou d’une autre maladie.


Alors que faire en cas de toux grasse ? Comment évacuer les glaires des bronches ? Et quand s’inquiéter en cas de toux grasse ?


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Qu’est-ce qu’une toux grasse ?

Qu’elle soit sèche ou grasse, la toux est un réflexe de défense qu’il faut respecter. Elle permet en effet de libérer les voies aériennes des mucosités et autres agents irritants qui les encombrent.

 

Une toux productive, pour éliminer les mucosités des bronches

La toux est une réaction normale, qui se manifeste en cas d’irritation de la gorge, de la trachée ou des bronches. Elle permet de dégager les voies respiratoires.


La toux est un symptôme (et non une maladie), et peut prendre de nombreuses formes : elle peut se manifester à toute heure de la journée ou uniquement la nuit, au repos ou à l’effort. Elle peut survenir sous forme de quintes ou d’épisodes isolés. Elle peut être aiguë (lorsqu’elle dure moins de 3 semaines), subaiguë (entre 3 et 8 semaines) ou chronique (plus de 8 semaines). Il peut enfin s’agir d’une toux sèche (toux irritative, sans crachat) ou d’une toux grasse (toux productive, avec crachats).


La toux grasse est une toux particulièrement utile : elle est en effet indispensable pour évacuer les glaires et autres sécrétions des voies respiratoires. En plus de faciliter la respiration, cela permet d’accélérer la guérison.


La toux grasse provoque des crachats ou des expectorations de glaires, qui viennent de la gorge ou des poumons. Les sécrétions peuvent être translucides, jaunâtres ou verdâtres, et plus ou moins épaisses. Les crachats peuvent également présenter des traces de sang. Elle est en général associée à d’autres symptômes : de la fièvre, une fatigue intense, des courbatures, des douleurs à la poitrine, un nez encombré ou un nez qui coule, un essoufflement ou encore des vomissements…

 

Quelles causes ?

Il faut distinguer les toux grasses aiguës et chroniques.


Lorsqu’elle se manifeste pendant une période courte (toux aiguë), la toux grasse peut être le symptôme de :

  • une infection virale des voies respiratoires : une rhinopharyngite, une sinusite, une rhinite (un rhume), une laryngite, une bronchiolite ou une bronchite ;

  • plus rarement, une infection bactérienne des voies respiratoires : la coqueluche ou une pneumonie, par exemple.

 

Lorsqu’elle chronique, la toux grasse est en général le signe d’une bronchite. Forme grave de bronchite chronique, la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) se traduit par une inflammation des voies aériennes. Elle entraîne un épaississement de leurs parois, associé à une hypersécrétion de mucus. Plus la maladie évolue, plus l’organisme souffre d’un apport insuffisant en oxygène. On retrouve également une toux grasse chronique en cas de tuberculose pulmonaire ou de mucoviscidose.


Les épisodes de toux grasse sont particulièrement fréquents chez les enfants : ces derniers sont en effet en pleine construction et consolidation de leur système immunitaire, et donc plus sensibles aux infections des voies respiratoires.

 

Que faire en cas de toux grasse ?

Comme évoqué plus haut, la toux grasse permet à l’organisme d’évacuer les mucosités et autres agents pathogènes des voies respiratoires. Il ne faut donc pas essayer de la supprimer à tout prix. Alors que faire en cas de toux grasse qui ne passe pas, ou qui survient la nuit ? Plusieurs gestes simples et certains médicaments peuvent aider à la soulager, pour mieux vivre les symptômes au quotidien.

 

Adopter les bons réflexes

En cas de toux grasse, il est recommandé de :

  • boire suffisamment d’eau, tout au long de la journée (au moins 1,5 litres par jour) ;

  • aérer son logement au moins 20 minutes par jour (sans oublier la chambre), maintenir une température intérieure autour de 19 °C, éviter le tabac (ne pas fumer, et ne pas rester au contact de fumeurs), éviter le contact avec des substances irritantes, et les environnements enfumés ou poussiéreux ;

  • se reposer au maximum, surélever légèrement sa tête avec des oreillers au moment du coucher (ou surélever la tête de lit avec une cale), maintenir une température fraîche et bien aérer la chambre ;

  • se moucher, procéder à un lavage de nez plusieurs fois par jour : pour cela, il est conseillé d’utiliser du sérum physiologique ou une solution saline (à l’eau de mer). Il faut aussi se moucher dans des mouchoirs jetables et bien se laver les mains avant et après.

 

Quand consulter ?

La toux grasse est souvent le symptôme d’une infection virale bénigne, qui disparaît d’elle-même en quelques jours. Elle débute en général par une toux sèche, évolue en quelques jours en toux grasse, puis régresse spontanément. Mais que faire lorsque la toux grasse apparaît chez un bébé, qu'elle devient chronique, ou qu’elle empêche certaines activités du quotidien ?


Il faut consulter son médecin traitant lorsque :

  • la toux grasse est persistante (elle dure plus de 3 semaines) ;

  • la toux grasse s’accompagne d’autres symptômes (fièvre, crachats teintés de sang, vomissements…) ;

  • les épisodes de toux sont fréquents et gênent la vie quotidienne, la toux empêche de dormir ;

  • les expectorations sont purulentes depuis plus de 2 jours (risque d’infection bactérienne), mousseuses (signe d’œdème pulmonaire) ou sanglante (risque de pneumonie à pneumocoque, de tuberculose ou de cancer pulmonaire).


Il faut consulter dans la journée si la toux grasse dure depuis plus de 8 jours chez un enfant, et qu’elle s’accompagne d’autres symptômes (fièvre, difficultés à s’alimenter ou à respirer, perte de poids, diarrhées, vomissements, éruption cutanée, fatigue ou agitation…). Les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes souffrant d’une maladie chronique doivent aussi consulter rapidement leur médecin traitant (lorsque la toux est accompagnée de fièvre, de fatigue, de douleurs musculaires, d’un mal de gorge ou de tête…).
Il faut enfin contacter les services d’urgence (le 15 ou le 112) lorsque la toux s’accompagne de difficultés pour respirer ou avaler, ou de douleurs thoraciques.

 

Consultation et diagnostic

Le médecin procède d’abord à un interrogatoire précis : circonstances d’apparition et intensité des épisodes de toux grasse, aspect des crachats, autres symptômes, environnement et habitudes de vie, antécédents médicaux, prise de médicaments et éventuelles allergies… Il réalise ensuite un examen clinique complet (auscultation de la gorge et des poumons).


Dans certains cas (suspicion d’embolie pulmonaire, d’infection virale grave, de pneumonie ou de coqueluche), il peut aussi demander certains examens complémentaires : une analyse de sang, une radiographie des poumons, un scanner thoracique… En cas de toux chronique, il a recours à un bilan complet (avec notamment des examens sanguins et une radiographie thoracique). Ce bilan permet par exemple de déterminer l’existence ou non d’une broncho-pneumopathie chronique obstructive - BPCO, et le stade d’avancée de la maladie.
Une fois la cause de la toux grasse déterminée (infection d’origine virale ou bactérienne, bronchite chronique, BPCO…), le médecin peut prescrire le traitement adapté.

 

Quels traitements ?

La toux grasse est souvent le signe d’une infection virale, qui disparaît spontanément en quelques jours. La prise d’antibiotiques est donc inutile. Alors que faire en cas de quintes de toux grasse ? Certains médicaments permettent-ils de la soulager ? Comment se débarrasser d’une toux grasse ?


Ayant pour effet d’empêcher la toux, les médicaments antitussifs sont réservés aux toux sèches et irritatives, et contre-indiqués en cas de toux grasse. En effet, ce type de toux permet d’évacuer les mucosités qui encombrent les voies aériennes. Elle est donc particulièrement utile (effet curatif), et ne doit pas être stoppée.


En cas de toux productive, le médecin peut prescrire des fluidifiants bronchiques (ou expectorants). Se présentant souvent sous forme de sirops (parfois en comprimés), ces médicaments permettent de fluidifier les glaires (en diminuant leur viscosité), pour ensuite faciliter leur élimination. Mais ils ne sont pas indispensables et ne font l’objet d’aucune recommandation scientifique. Ils ne sont donc pas systématiquement prescrits. Pour drainer les sécrétions, il est possible d’utiliser une simple solution saline (en instillation nasale ou en gargarisme).


Attention : les médicaments antitussifs et fluidifiants sont contre-indiqués jusqu’à deux ans. Les femmes enceintes ne doivent pas non plus prendre de médicaments contre la toux sans un avis médical préalable. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre pharmacien.
Plantes aux propriétés calmantes, expectorantes, antiseptiques ou antispasmodiques… Certains traitements naturels peuvent aussi être utilisés en cas de toux grasse, notamment pour aider à fluidifier le mucus qui encombre les voies aériennes. Demandez toujours conseil à votre pharmacien avant d’y avoir recours.

 


Comment limiter la transmission de l’infection ?

Lorsqu’elles sont d’origine virale, les infections des voies respiratoires sont particulièrement contagieuses. Le virus se transmet par voie aérienne, via les expectorations ou l’émission de gouttelettes de salive (par le nez et la bouche).


Pour limiter la transmission du virus et éviter de contaminer l’entourage, il est recommandé de :

  • tousser et se moucher dans un mouchoir jetable à usage unique (ou dans son coude), jeter le mouchoir après utilisation ;

  • se laver les mains régulièrement (avec du savon liquide, pendant au moins 30 secondes), surtout après s’être mouché, ou avoir toussé ou éternué ;

  • éviter les contacts physiques rapprochés, les embrassades et les poignées de mains, porter un masque jetable en présence de personnes à risque (nourrissons et enfants de moins de 2 ans, personnes immunodéprimées ou atteintes d’une maladie chronique, personnes âgées…) ;

  • ne pas partager ses effets personnels (couverts et verres, brosse à dents, serviette de toilette…) ;

  • aérer régulièrement son logement, nettoyer les objets et les surfaces, ne pas surchauffer et humidifier l’air ambiant.

 

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 16/02/2022

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Les traitements de la toux
La toux est un réflexe naturel de défense de l'organisme provoqué par une irritation des voies respi…
Toux sèche
Aussi connue sous le nom de toux non productive (il n’y a pas d’évacuation des mucosités), la toux s…
Soigner une toux sèche
La toux sèche également appelée toux non productive est une toux irritative. Contrairement à la toux…