Les bronchites asthmatiques : symptômes, causes et traitements

Les bronchites asthmatiques

Également connue sous le terme de « bronchite asthmatiforme », la bronchite asthmatique est souvent confondue avec une simple crise d’asthme. Se manifestant en général à l'automne ou en hiver, il s’agit pourtant d’une maladie qui nécessite parfois un traitement spécifique, afin d’éviter d’éventuelles complications.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Comment distinguer une bronchite asthmatique d’une crise d’asthme ? Quand devient-il nécessaire de consulter ? Et comment éviter les bronchites à répétition ?
 

Qu’est-ce qu’une bronchite asthmatique ?

Chaque hiver, plusieurs millions de personnes souffrent d’une bronchite en France. Inflammation des bronches, cette maladie est en effet assez fréquente et la plupart du temps bénigne.


Les bronches sont les conduits qui apportent l'air extérieur jusqu’aux poumons. En présence d’une infection, les muqueuses qui tapissent leur paroi intérieure s’enflamment. Cela provoque un gonflement et une surproduction de mucus. Le passage de l’air devient alors plus difficile.


La bronchite asthmatique est une obstruction occasionnelle des voies respiratoires. En plus de subir une réaction inflammatoire, les bronches sont irritées. Il s’agit d’une forme particulière de bronchite aiguë : elle ne dure en effet que quelques jours ou quelques semaines.


Caractérisée par des difficultés à expirer l’air des poumons, des essoufflements et une respiration sifflante, ses symptômes font souvent penser à une crise d’asthme. Dans certains cas - et pour éviter d’éventuelles complications -, cette maladie nécessite pourtant un traitement adapté, différent de la prise en charge particulière de l’asthme.

 

Par quoi ce type de bronchite peut-il être causé ?

La bronchite asthmatiforme peut être provoquée par :

  • une infection virale ou bactérienne : dans la plupart des cas, la bronchite est causée par un virus, qui s’attaque d’abord aux voies respiratoires supérieures (larynx, pharynx, gorge, nez) ;

  • un RGO non traité (reflux gastro-œsophagien) : l’acide gastrique pénètre dans les bronches, déclenche une irritation et une inflammation ;

  • une pathologie respiratoire chronique, une insuffisance cardiaque ;

  • un asthme non diagnostiqué, notamment chez le jeune enfant.


Comme l’asthme (causé par une réaction allergique), l'apparition de ce type de bronchite peut également être favorisée par certains agents environnementaux (des allergènes, le tabac ou la pollution, des substances irritantes, des émanations de produits toxiques…). Ces agents provoquent une inflammation des bronches, qui entraîne l'apparition des symptômes de la maladie.

 

Quels sont les symptômes d’une bronchite asthmatiforme ?

Ce type de bronchite associe les symptômes d'une bronchite aiguë aux signes évocateurs d'une crise d’asthme :

  • une toux : sèche au début, elle peut ensuite devenir grasse et s’accompagner d’expectorations (jaunâtres ou verdâtres, sans que cela ne soit le signe d’une surinfection bactérienne). La toux (sèche ou grasse) peut durer jusqu’à plusieurs semaines ;

  • une respiration sifflante (ou sifflements respiratoires) ;

  • une dyspnée : des difficultés à respirer, une sensation d’oppression ou d’étouffement ;

  • des douleurs thoraciques : apparaissant souvent au niveau du sternum, elles sont provoquées par l’effort fourni pendant les crises de toux ;

  • dans certains cas, des bronchospasmes : les muscles qui entourent les bronches se contractent par réflexe, ce qui provoque une contraction anormale des bronches ;

  • de la fatigue et des courbatures ;

  • une légère fièvre (elle ne dépasse pas les 38,5 °C).


L’apparition d’une bronchite est souvent précédée d’une infection des voies aériennes supérieures. Ainsi, des symptômes caractéristiques d’un rhume apparaissent souvent en premier (mal de gorge, écoulement nasal, fatigue…).

 

Diagnostic

Les symptômes d'une bronchite asthmatiforme permettent parfois de découvrir un asthme, notamment chez l’enfant. Dès leur apparition, il est donc recommandé de consulter votre médecin traitant. Il est également indispensable de se rapprocher de son médecin lorsque les symptômes persistent ou que la maladie évolue.

 

Bronchite asthmatiforme ou asthme ?

Si les symptômes des deux maladies sont semblables, leur prise en charge n'est pas la même. C’est pourquoi, il est indispensable de déterminer ce dont vous souffrez dès l’apparition de ces symptômes.


La bronchite asthmatiforme est dans la plupart des cas d’origine infectieuse, et souvent précédée d’une rhinite, d’une pharyngite ou d’une laryngite. L’asthme est quant à lui généralement provoqué par une allergie.


L’apparition d’une bronchite asthmatique ne cache pas nécessairement l’existence d’un asthme. Néanmoins, et surtout chez le jeune enfant, ce type de bronchite amène le médecin à rechercher la présence, ou non, d’un asthme. Le diagnostic de l’asthme est complexe, particulièrement chez l’enfant de moins de 3 ans.


Pour confirmer ce diagnostic, le médecin peut recourir à plusieurs examens complémentaires et orienter son patient vers un pneumologue. Le médecin peut facilement vérifier son diagnostic lorsque l’état de l’enfant s’améliore après la prise d'un traitement spécifique de l’asthme (bronchodilatateurs et corticoïdes, administrés grâce à des chambres d’inhalation).

 

Quelles complications éventuelles ?

Souvent d’origine virale, la durée d'une bronchite asthmatique est en général de quelques jours (voire quelques semaines pour certains symptômes, comme la toux). Cette maladie reste bénigne et les complications sont rares chez les adultes en bonne santé.


Mais certaines personnes ont plus de risques de souffrir de complications : les personnes âgées, les très jeunes enfants, et les personnes au système immunitaire ou respiratoire affaibli (souffrant d’une pathologie chronique comme un asthme ou une BPCO - bronchopneumopathie chronique obstructive).


Les complications d’une bronchite asthmatiforme peuvent prendre la forme d’une détresse respiratoire (insuffisance respiratoire aiguë), d’une pneumonie ou d’une détérioration de l’état de santé général.


Il convient donc de rester attentif à l’évolution des symptômes, et de se rapprocher de son médecin en cas d'éventuelle aggravation. En cas de doute, n’hésitez pas à interroger votre pharmacien.



 

 

Comment traiter cette maladie ?

Après avoir interrogé son patient sur ses symptômes et réalisé un examen clinique, le médecin pose son diagnostic. Il peut alors prescrire un traitement adapté, visant, la plupart du temps, à soulager les symptômes. Si la bronchite asthmatique est d’origine virale, certains gestes simples permettent de limiter la transmission du virus responsable.

 

Quels traitements ?

Dans la plupart des cas, ce type de bronchite est d’origine virale. La prise d’antibiotiques ou d’autres médicaments est donc inutile pour soigner une bronchite asthmatique. Elle disparaît spontanément, au bout de quelques jours (ou quelques semaines parfois). Le médecin prescrit des antibiotiques uniquement dans certains cas précis, en fonction de l’évolution des symptômes et des résultats des examens complémentaires réalisés.


Néanmoins, certains symptômes de ce type de bronchite peuvent être particulièrement gênants au quotidien. Une toux nocturne peut par exemple empêcher le patient de dormir et de se reposer. Les douleurs thoraciques peuvent également être très inconfortables. La fièvre peut enfin provoquer des frissons, des courbatures et une fatigue généralisée…

 

Comme pour toute bronchite aiguë, le médecin prescrit alors un traitement pour soulager les symptômes de la maladie :
l'arrêt du tabac ;

  • des antipyrétiques en cas de fièvre (aspirine, paracétamol ou ibuprofène) : les enfants ne doivent pas prendre d’aspirine, afin d’éviter de développer un syndrome de Reye ;

  • des médicaments à base de mucolytiques : ils peuvent avoir une action de fluidification du mucus qui encombre les bronches, facilitant ainsi son expulsion et limitant la toux. Néanmoins, ils ne font aujourd’hui l’objet d’aucune recommandation scientifique. En cas de toux grasse (toux productive), les sirops antitussifs sont contre-indiqués. Ils ont en effet tendance à favoriser l’encombrement des bronches ;

  • des bronchodilatateurs : pris en aérosols ou en inhalation, ils permettent de soulager les symptômes respiratoires et le stress qu’ils peuvent engendrer ;

  • une bonne hydratation (boire beaucoup d’eau et des tisanes), surtout en cas de fièvre ;

  • un maximum de repos.

 

Différents traitements naturels peuvent aider à soulager les symptômes d’une bronchite asthmatique. Demandez conseil à votre pharmacien.

 

Quelles précautions prendre pour limiter la contagion ?

Pour prévenir l'apparition d'une bronchite asthmatique d'origine virale, vous pouvez commencer par limiter votre consommation de tabac. Les personnes fragiles peuvent également se faire vacciner contre la grippe, pour éviter de contracter une bronchite aiguë bactérienne en cas de complication de cette maladie. Pour en savoir plus, demandez conseil à votre pharmacien.


Lorsqu’elle est d’origine virale, la bronchite asthmatique est particulièrement contagieuse. Le virus se transmet par voie aérienne, via les sécrétions du nez et de la bouche (salive et expectorations). Il peut se transmettre par contact direct (de personne à personne), mais également indirectement (par les mains ou des objets souillés par la salive).


Le meilleur moyen de limiter la transmission du virus est d’adopter des réflexes simples au quotidien. Ainsi, si vous êtes malade :

  • toussez et mouchez-vous dans un mouchoir jetable, à usage unique. Si vous n’avez pas de mouchoir, toussez et éternuez dans votre coude ;

  • lavez-vous les mains régulièrement, avec du savon liquide et pendant au moins 30 secondes (savonnez toutes les parties des mains). Pensez surtout à vous laver les mains après vous être mouché ou avoir toussé ou éternué, avant de rendre visite à quelqu’un, avant de préparer les repas… ;

  • ne partagez pas vos effets personnels (vos couverts, votre brosse à dents, votre serviette de toilette…) ;

  • évitez les contacts rapprochés avec votre entourage (ne serrez pas la main et n’embrassez pas vos proches pendant quelques jours). Pensez à porter un masque jetable lorsque vous êtes en présence de personnes à risque (des personnes âgées ou de très jeunes enfants, des personnes malades…) ;

  • aérez votre logement au moins une fois par jour, pendant une dizaine de minutes. Nettoyez les objets que vous touchez. Humidifiez l’air ambiant et ne surchauffez pas votre intérieur.

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 15/01/2021

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
3 avis

Voir aussi

Bronchite traitement naturel
Inflammation des bronches, la bronchite est une maladie de l’appareil respiratoire fréquente. Surven…
Les symptômes et les traitements de la bronchite
Vous toussez (une toux sèche au début, qui peut se transformer en toux grasse), vous ressentez une g…
Dans quels cas utiliser des antibiotiques pour soigner une bronchite ?
Fréquente en automne comme en hiver, la bronchite aiguë guérit généralement spontanément en l’espace…