Intoxication alimentaire ou gastro-entérite ?

intoxication alimentaire

Nausées, vomissements et diarrhées, maux de ventre et fatigue… Même s’ils ne sont pas provoqués par les mêmes agents pathogènes, les symptômes d’une intoxication alimentaire ou d’une gastro-entérite sont similaires.
Alors qu’est-ce qu’une intoxication alimentaire exactement et comment la diagnostiquer ? Comment savoir si l’on souffre d’une gastro-entérite ou d'une intoxication alimentaire ? Et comment se soigner ?


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Toxi-infection alimentaire ou gastro-entérite ?

Aussi désignée sous le terme de « toxi-infection alimentaire », une intoxication alimentaire est provoquée par l’ingestion d’un aliment contaminé par une bactérie. La gastro-entérite virale est quant à elle causée par un virus (avec des épidémies fréquentes pendant l’hiver). Si les symptômes de ces deux affections sont similaires, il est néanmoins possible de les distinguer.
 

Qu’est-ce qu’une intoxication alimentaire ?

Une intoxication alimentaire (ou toxi-infection alimentaire) est une infection digestive. Elle est provoquée par l’ingestion d’une boisson ou d’un aliment contaminé par une bactérie (ou par une toxine produite par la bactérie), un virus, un parasite ou un produit toxique. L’aliment peut avoir été contaminé avant, pendant ou après sa préparation (à cause d’un manque d’hygiène, ou d’aliments mal lavés, mal cuits ou mal conservés).


La plupart du temps, l’intoxication alimentaire survient après la consommation d’un aliment contaminé par une bactérie. Il peut s’agir de la Salmonelle, une bactérie qui se retrouve souvent dans les aliments crus ou peu cuits (dans la viande, le poisson et les fruits de mer, les œufs, les légumes et les fruits). La bactérie Listeria peut aussi être à l’origine d’une toxi-infection alimentaire (on la retrouve dans le poisson fumé, la charcuterie, le lait et certains fromages non pasteurisés). Certaines souches de la bactérie Escherichia Coli peuvent également provoquer une intoxication alimentaire (on peut les retrouver dans la viande bovine hachée, les légumes crus, le lait non pasteurisé…).


L’intoxication alimentaire provoque des symptômes caractéristiques : une diarrhée d'apparition soudaine (des selles molles ou liquides, plus fréquentes et plus abondantes), des nausées et/ou des vomissements, des maux de ventre (crampes abdominales), parfois de la fièvre, des maux de tête et une fatigue importante. Ces symptômes se manifestent en général dans les heures qui suivent le repas (plus rarement quelques jours ou semaines après l’ingestion de la boisson ou de l’aliment contaminé).

 

Comment savoir s’il s’agit d’une intoxication alimentaire ou d’une gastro ?

D’origine bactérienne, virale ou parasitaire, la gastro-entérite est une inflammation des muqueuses de la paroi intestinale. Quel que soit le type de gastro-entérite, les symptômes sont les mêmes qu’en cas d’intoxication alimentaire (diarrhée, nausées et/ou vomissements, maux de tête, fièvre et fatigue…).


Alors comment savoir si c'est une gastro ou une intoxication alimentaire ? Contrairement à l’intoxication alimentaire qui se manifeste dans les heures qui suivent la consommation de l’aliment contaminé, la gastro-entérite présente une période d’incubation de 24 à 72 heures.


La gastro-entérite virale est également très contagieuse et se manifeste souvent sous forme d’épidémies, à l’automne ou pendant l’hiver. Enfin, si les personnes qui ont partagé le même repas souffrent quelques heures après des mêmes symptômes, il s’agit certainement d’une intoxication alimentaire.

 

Comment réagir ?

La première chose à faire en cas d’intoxication alimentaire ou de gastro-entérite virale est de bien s’hydrater. Pour aider l’organisme à retrouver des forces, il faut aussi continuer à s’alimenter. Il est enfin recommandé de consulter un médecin dans certains cas.

 

S’hydrater et s’alimenter

Qu’il s’agisse d’une intoxication alimentaire ou d’une gastro-entérite virale, cette affection gastro-intestinale guérit normalement toute seule. Mais les diarrhées et les vomissements provoquent une importante perte d’eau et de sels minéraux. Il est donc indispensable de boire beaucoup d’eau pendant toute la durée des symptômes (et des boissons contenant du sucre et du sel : des bouillons de légumes, de l’eau sucrée…).


L’alimentation doit également être adaptée, pour éviter d’irriter le tube digestif et pour réduire les diarrhées. Il est recommandé de prendre des petits repas (plus souvent dans la journée) et de manger des aliments salés et riches en glucose (pain blanc, riz blanc, pâtes, semoule, pommes de terre…). Il est aussi possible de consommer des protéines (poissons et viandes maigres, cuits sans matières grasses), certains légumes cuits (carottes et haricots verts, notamment) et certains fruits (bananes, coings et poires, en compote de préférence). Il faut éviter les produits laitiers, les fruits et les légumes crus, les aliments riches en fibres, les aliments gras et épicés, les boissons glacées, les sodas, les jus de fruits, l’alcool et le café…

 

Quand devient-il nécessaire de consulter ?

Lorsque les symptômes apparaissent, il faut s’hydrater, continuer à s’alimenter (dans la mesure du possible) et surveiller son état. Il est aussi possible de prendre certains médicaments en auto-médication (demandez toujours conseil à votre pharmacien). En règle générale, l’intoxication alimentaire ou la gastro-entérite disparaît d’elle-même en quelques heures ou quelques jours (entre 2 à 3 jours pour une gastro-entérite virale).



En revanche, si les symptômes (diarrhées et/ou vomissements) ne disparaissent pas au bout de deux jours, il est recommandé de se rapprocher de son médecin traitant. Il faut également consulter si la diarrhée récidive, si elle alterne avec des épisodes de constipation, si les selles contiennent du sang ou des glaires, ou si les symptômes apparaissent au retour d’un séjour dans un pays tropical ou après la prise d’un nouveau traitement médical.


Les personnes de plus de 75 ans, immunodéprimées ou souffrant d’une maladie chronique doivent également consulter leur médecin dans la journée d’apparition des premières diarrhées. Il faut aussi consulter rapidement en cas de forte fièvre, de douleurs, de fatigue, d’amaigrissement brutal ou de difficultés à boire.


En présence de signes de déshydratation, le service d’aide médicale d’urgence doit être contacté immédiatement (sensation de soif, bouche et langue sèches, faible quantité d’urines, peau sèche, somnolence ou confusion, manque de réaction, regard terne). Il faut également contacter immédiatement les secours si les symptômes de l’intoxication alimentaire apparaissent suite à la consommation de champignons.

 

Quels sont les traitements mis en place ?

Après avoir réalisé un examen physique et procédé à un interrogatoire complet, le médecin peut parfois avoir recours à un examen bactériologique et parasitologique des selles. Cela lui permet de détecter la présence de bactéries ou de parasites, pour ensuite prescrire le traitement adapté (traitement antibiotique en cas de gastro-entérite bactérienne, traitement anti parasitaire en cas d’infection parasitaire).


Pour soulager les symptômes de l’intoxication alimentaire ou de la gastro-entérite virale, le médecin peut prescrire différents types de traitements (en vente libre). Se présentant sous forme de poudre à diluer dans une boisson, les solutés de réhydratation orale permettent d’éviter la déshydratation. Ils peuvent être prescrits chez l’adulte, le nourrisson et l’enfant.


Si les symptômes de la gastro-entérite sont particulièrement douloureux ou gênants, le médecin peut aussi prescrire la prise de ralentisseurs de transit (qui diminuent la fréquence des selles) et d’antisécrétoires intestinaux (qui limitent la sécrétion excessive d’eau et de sels dans l’intestin). Les absorbants et protecteurs intestinaux permettent quant à eux de tapisser la barrière intestinale et d’absorber les gaz. Les antispasmodiques intestinaux sont prescrits en cas de douleurs ou de crampes intestinales. Déconseillés chez le nourrisson et l’enfant, ces médicaments ne doivent pas être pris sans avis médical. Le médecin peut enfin prescrire des probiotiques, pour favoriser la reconstitution de la flore intestinale.

 

Comment éviter les toxi-infections alimentaires et la gastro-entérite ?

S’il s’agit d’une gastro-entérite virale, il est recommandé d’adopter plusieurs mesures d’hygiène pour éviter de transmettre le virus :

  • bien se laver les mains, plusieurs fois par jour : avant de préparer les repas (la personne malade doit cependant éviter de faire à manger), avant le repas, après être allé aux toilettes ou à la salle de bain… ;

  • se moucher dans des mouchoirs jetables (à usage unique), éviter de se toucher le nez et la bouche sans s’être d’abord lavé les mains ;

  • ne pas partager ses effets personnels (brosse à dents, verres et couverts, serviettes de toilette…), remplacer les essuie-mains régulièrement dans les toilettes et la salle de bain ;

  • nettoyer les toilettes après chaque passage, avec un produit désinfectant adapté ;

  • désinfecter tous les objets et les surfaces fréquemment touchés dans le logement (toilettes et lavabos, poignées de portes, interrupteurs, téléphone, ordinateur, plans de travail, portes de placards, ustensiles de cuisine et vaisselle, réfrigérateur et lieux de stockage des aliments…).


Pour éviter les intoxications alimentaires, il faut respecter la chaîne du froid (ne jamais recongeler un produit décongelé) et conserver les aliments frais dans une ambiance réfrigérée. En effet, les bactéries se développent plus vite dans une ambiance chaude. Il est aussi recommandé de bien respecter les dates de validité des produits alimentaires, et les instructions de cuisson des viandes et des poissons.


En cas de voyage à l’étranger, il est enfin conseillé de prendre un certain nombre de précautions (se laver les mains souvent, éviter l’eau du robinet sous toutes ses formes, les aliments crus, froids, tièdes ou réchauffés, les fruits et les légumes qui ne peuvent pas être pelés, les jus de fruits préparés de façon artisanale, les sorbets et les glaces, la nourriture vendue dans la rue…).

Sources :

https://www.ameli.fr

https://www.vidal.fr

https://www.la-tour.ch/fr

https://ciusssmcq.ca

 

Lire aussi :

Que manger en cas de gastro-entérite ?
 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 10/11/2021

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Que manger en cas de gastro entérite ?
Provoquant des diarrhées et parfois des vomissements, la gastro-entérite guérit en général spontaném…
Symptômes de la gastro
Diarrhées, vomissements et douleurs abdominales… Le plus souvent d’origine virale ou bactérienne, la…
Comment soigner une gastro-entérite
Le plus souvent d’origine virale, la gastro-entérite guérit en général spontanément en quelques jour…