Mauvaise digestion : reconnaître les symptômes ?

Maux de ventre, ballonnements, nausées ou brûlures d’estomac… Les symptômes d’une mauvaise digestion sont nombreux. Dus à un dysfonctionnement de l’estomac, les problèmes de digestion peuvent être causés par une alimentation inadaptée, une maladie ou la prise de certains médicaments. Qu’ils surviennent après un déjeuner trop copieux ou après tous les repas, leurs symptômes sont particulièrement désagréables et parfois douloureux. Il est donc important de savoir comment les prendre en charge.


Alors comment reconnaître les problèmes de digestion ? Quels sont les symptômes d’une mauvaise digestion et comment les soigner ? Et dans quels cas consulter ?


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Quels sont les symptômes d’une mauvaise digestion ?

Aussi désignée sous le terme de « dyspepsie », une mauvaise digestion peut provoquer plusieurs types de symptômes. Survenant de manière isolée ou après chaque repas, ils peuvent être plus ou moins gênants.

 

Comment savoir si l’on souffre de troubles digestifs ?

En cas de mauvaise digestion, plusieurs symptômes peuvent se manifester après une prise alimentaire :

  • un sensation d’inconfort au niveau de l’estomac, une sensation de plénitude de l’estomac juste après un repas (on parle aussi de « détresse postprandiale »), une impression d’être rassasié rapidement juste après avoir commencé à manger (impossibilité de terminer un repas de taille normale) ;

  • des ballonnements intestinaux : ils sont dus à l'accumulation de gaz intestinaux, qui ne sont pas éliminés. Ils provoquent des gargouillis intestinaux, des douleurs de tension dans le ventre et des flatulences ;

  • des brûlures d’estomac (brûlures épigastriques, dans la région située entre le sternum et l’ombilic) : elles provoquent une sensation particulièrement douloureuse, qui irradie parfois derrière le sternum et dans la gorge. Les aigreurs peuvent être accompagnées de renvois acides ou d’épisodes de toux ;

  • des nausées et des vomissements : les nausées se manifestent par une sensation de mal au cœur, et s’accompagnent parfois d’une faiblesse générale et d’un manque d’appétit. Elles précèdent, ou non, les vomissements ;

  • des éructations (rots), un hoquet : dû à la contraction involontaire et spasmodique du diaphragme et des muscles intercostaux (avec fermeture de la glotte), le hoquet peut apparaître après un repas trop épicé, trop copieux ou pris trop rapidement. Il peut aussi survenir après la consommation d’alcool ou de boissons gazeuses. Il reste en général sans gravité et disparaît spontanément. En cas de hoquet chronique, il est nécessaire de consulter son médecin traitant ;

  • parfois, des maux de tête.

 

Des symptômes isolés ou fréquents ?

Lorsque les symptômes se manifestent juste après un repas trop copieux ou l’ingestion d’un aliment inhabituel (un repas épicé ou particulièrement gras, par exemple), il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Le système digestif réagit simplement à cette prise alimentaire inhabituelle, et a du mal à s’adapter. Les symptômes disparaissent en général rapidement.
 

Mais il est aussi possible que les symptômes d’une mauvaise digestion apparaissent de manière fréquente et régulière, plusieurs fois par semaine. On parle de dyspepsie fonctionnelle lorsque les symptômes se manifestent pendant plus de 6 mois, et pendant au moins 3 mois consécutifs. Ces troubles de la digestion sont le plus souvent dus à un mauvais fonctionnement de l’estomac, sans qu’aucune maladie particulière ne soit en cause.
 

Les symptômes de la mauvaise digestion traduisent en général le type de dysfonctionnement dont souffre l’estomac. Les sensations d’inconfort ou de lourdeur d’estomac sont en général dues à une mauvaise vidange de l’estomac après le repas. Lorsqu’une sensation de satiété précoce survient, c’est souvent parce que l’estomac a du mal à se distendre au moment de la prise alimentaire. La consommation d’aliments épicés, acides ou très gras peut aussi rendre cet organe particulièrement sensible, et l’empêcher de remplir correctement ses fonctions.

 

Quelles sont les causes d’une mauvaise digestion ?

Dans la majorité des cas, les problèmes de digestion chroniques sont dus à une mauvaise hygiène alimentaire (ou à une mauvaise hygiène de vie). Mais ils peuvent également être la conséquence d’une maladie ou d’un problème de santé, ou survenir après la prise de certains médicaments.

 

De mauvaises habitudes alimentaires

Les symptômes d’une mauvaise digestion peuvent se manifester après un repas trop copieux, lorsque la digestion est longue et fastidieuse. Ils peuvent également apparaître après la consommation d’aliments difficiles à digérer, comme :

  • les produits laitiers : certaines personnes ont du mal à digérer le lactose, un glucide présent principalement dans le lait de vache et de brebis ; 

  • les choux, les oignons, les légumineuses et les aliments très riches en fibres : l’estomac ne réussit pas toujours à digérer l’intégralité des fibres, et ces aliments ont tendance à favoriser sa distension. Les crudités peuvent aussi irriter le tube digestif et être difficiles à digérer ;

  • les plats épicés : certains épices et condiments ont tendance à irriter le tube digestif (gorge, œsophage, estomac), et à rendre l’estomac particulièrement sensible ;

  • la viande rouge, la charcuterie, les aliments gras, frits ou sucrés (pâtisseries, bonbons, gâteaux…) : la digestion de ces aliments est particulièrement longue et difficile (le gras a par exemple tendance à ralentir la vidange gastrique).
     

L’alcool et les boissons gazeuses peuvent aussi être à l’origine des symptômes d’une mauvaise digestion.

 

Des déséquilibres ou une mauvaise hygiène de vie

Des difficultés digestives peuvent également survenir de manière chronique en cas de :

  • troubles psychiques : le stress et l’anxiété peuvent rendre la digestion difficile, et provoquer plusieurs types de symptômes digestifs ;

  • le surpoids ou l’obésité : la pression exercée sur l’estomac est trop importante et a tendance à perturber la digestion. Pendant la grossesse, la digestion devient également plus difficile au fur et à mesure que l’utérus grossit et prend de la place ;

  • le tabagisme.

 

Une maladie

Une mauvaise digestion chronique peut aussi être due à un problème de santé ou à une maladie. Il peut s’agir d’un simple trouble, comme l’aérophagie (ingestion d’air pendant les repas, provoquant un inconfort abdominal et des éructations) ou une gastro-entérite virale (les symptômes disparaissent en quelques jours).

 

Mais les symptômes peuvent aussi être le signe d’une maladie chronique (du fois, du pancréas ou de la vésicule biliaire) ou d’une inflammation sévère de l’œsophage et de l’estomac (une gastrite chronique, une œsophagite due à un reflux gastro-œsophagien, un ulcère gastroduodénal). Il arrive également que les symptômes d’une mauvaise digestion soient en fait dus à un cancer de l’estomac, de l’œsophage, du foie ou des voies biliaires.

 

La prise de certains médicaments

Plusieurs médicaments peuvent provoquer un inconfort et des symptômes digestifs :

  • l’acide acétylsalicylique (aspirine) ;

  • les AINS (anti-inflammatoires non-stéroïdiens, comme l’ibuprofène) : disponibles sans ordonnance, ces médicaments sont prescrits pour réduire ou de supprimer les symptômes d’un phénomène inflammatoire (fièvre, douleurs, inflammation) ;

  • les IPP (inhibiteurs de la pompe à protons) : prescrits en cas de reflux acides, ces médicaments permettent de réduire la production d’acide gastrique ;

  • certains antibiotiques (érythromycine, tétracyclines) ;

  • certains médicaments contre l’ostéoporose (biphosphonates) : ils sont prescrits pour diminuer le risque de fracture ;

  • certains médicaments contre les troubles de l’érection (sildénafil et tadalafil) : ils permettent d’augmenter l’afflux de sang dans le pénis lors d’une stimulation sexuelle.

 

Digestion difficile : que faire ?

Si les problèmes de digestion apparaissent de manière isolée et épisodique, après un repas particulièrement copieux ou la consommation de certains aliments, il suffit en général d’adapter son régime alimentaire pour les faire disparaître. Plusieurs types de médicaments permettent également de soulager certains symptômes désagréables.

 

Adopter un bon régime alimentaire

La plupart du temps, les symptômes d’une mauvaise digestion ne sont provoqués par aucune cause particulière (dyspepsie fonctionnelle). Ils peuvent être soulagés en adoptant simplement une bonne hygiène alimentaire.

 

Pour cela, il faut d’abord éliminer tous les aliments qui déclenchent les symptômes digestifs (et donc les identifier). Il est recommandé d’éviter de consommer des aliments difficiles à digérer (voir plus haut) et de limiter sa consommation d’alcool, de café, de thé et de boissons gazeuses. Éviter les repas trop copieux et faire plutôt plusieurs petits repas par jour aide aussi l’estomac à digérer plus facilement. Il est enfin important de prendre le temps de manger, et de bien mâcher. Pour ne pas souffrir de symptômes digestifs pendant la nuit, pensez à prendre votre dernier repas au moins 3 heures avant de vous coucher.

 

Adopter une meilleure hygiène de vie permet également de diminuer ou de faire disparaître les problèmes de digestion. Pour cela, il est recommandé d’arrêter de fumer, de pratiquer une activité physique ou sportive régulière (cela permet notamment de diminuer le stress, parfois à l’origine des maux de ventre) et de perdre du poids en cas de surpoids (pour diminuer la pression sur l’estomac).

 

Quels traitements pour soulager les symptômes ?

Plusieurs médicaments sont indiqués en cas de troubles de la digestion (ou « crise de foie »). Certains médicaments facilitent la sécrétion de la bile ou son évacuation vers l’intestin (arginine, citrate de bétaïne, sorbitol), alors que d’autres contiennent des enzymes indispensable à la digestion, ou du charbon végétal (à prendre en cas de ballonnements). Ces médicaments peuvent être prescrits par un médecin ou pris en auto-médication. Demandez toujours conseil à votre pharmacien.



 

Si des examens révèlent la présence de la bactérie Helicobacter pylori dans l’organisme (fréquente en cas de gastrite, d’ulcère ou de cancer de l’estomac), le médecin prescrit un traitement antibiotique (association d’un IPP, d’amoxicilline ou métronidazole en cas d’allergie, et de clarithromycine ou lévofloxacine en cas de résistance à cet antibiotique).

 

Certains traitements naturels peuvent aussi favoriser une meilleure digestion. Il peut s’agir de compléments alimentaires contenant des enzymes spécifiques ou des compléments alimentaires à base de plantes, qui ont des effets sur la production de bile, ou des propriétés apaisantes. Connues pour leurs nombreuses vertus, les plantes sont aussi disponibles sous forme d’extraits. Il est enfin possible d’avoir recours à des compléments alimentaires composés d’ingrédients qui permettent de protéger la paroi de l’estomac ou d’enrichir la flore intestinale (algues, probiotiques). Avant d’envisager ce type de traitement, demandez toujours conseil à votre pharmacien.

Dans quels cas consulter ?

Il est recommandé de consulter son médecin traitant lorsque :

  • les symptômes apparaissent suite à la prise d’un nouveau traitement ;

  • les symptômes ne disparaissent pas au bout de 48 heures, alors que certaines mesures sont prises pour améliorer la digestion ;

  • d’autres symptômes apparaissent : fièvre, sueurs et fatigue, selles noires, vomissements répétés et abondants (avec éventuelle présence de sang), perte de poids involontaire, douleurs à la déglutition, teint jaune… ;

  • il existe un ou plusieurs facteurs de risque : personne de plus de 45 ans, avec un antécédent familial de cancer de l’estomac ou du duodénum, avec un antécédent personnel de chirurgie de l’estomac, personne originaire du Japon ou du Portugal (deux pays dans lesquels les cas de cancers de l’estomac sont particulièrement nombreux).

 

Sources :

https://www.vidal.fr/maladies/estomac-intestins/digestion-difficile.html

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/dyspepsie-mauvaise-digestion

https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/troubles-digestifs/symptômes-des-troubles-digestifs/présentation-des-symptômes-digestifs

 

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 16/12/2021

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

La recherche avance pour les MICI
Les MICI (prononcez « miki ») sont des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin. Les deux pa…
Quelles solutions en cas d'intestin irritable ?
Le syndrome de l’intestin irritable se caractérise par des douleurs et un inconfort important au niv…
Alimentation en cas de diarrhée
Les diarrhées sont définies par une fréquence de selles supérieure à 3 par jour. Elles sont soit aig…