Crise de foie : que faire si cela vous arrive ?

Crise de foie : que faire

Ballonnements, maux de ventre, nausées et remontées acides… Survenant la plupart du temps après un repas particulièrement riche et copieux (et souvent pendant les fêtes de fin d’année), la crise de foie provoque des symptômes digestifs très désagréables. Heureusement, ils disparaissent en général rapidement et peuvent être soulagés à l’aide de plusieurs gestes simples. Alors qu’appelle-t-on crise de foie exactement ? Que faire lors d'une crise de foie ? Et est-il possible de prévenir l’apparition de ces problèmes de digestion ?


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Qu’est-ce qu’une « crise de foie » ?

Contrairement à ce que l’expression laisse entendre, la « crise de foie » n’est pas liée à un dysfonctionnement du foie, mais de l’estomac ! Utilisé exclusivement en France, ce terme populaire provient des croyances de l’époque et n’est aujourd’hui repris dans aucun manuel médical. Généralement due à des excès alimentaires, la crise de foie traduit en fait un problème de digestion, avec des symptômes plus ou moins gênants et douloureux.

 

Quels symptômes ?

Les symptômes de la crise de foie (ou indigestion) apparaissent en général après un repas particulièrement copieux ou arrosé. Les principaux signes d’une indigestion sont alors les suivants :

  • une sensation d’inconfort et de lourdeur au niveau de l’estomac, une plénitude gastrique, des maux de ventre, un manque d’appétit ;

  • des ballonnements intestinaux : des gaz intestinaux s’accumulent et ne sont pas éliminés. Ces ballonnements provoquent des gargouillis intestinaux, des douleurs de tension dans le ventre et des flatulences ;

  • des brûlures d’estomac (brûlures épigastriques) : elles se manifestent par l’apparition d’une sensation douloureuse, dans la région de l’estomac (entre le sternum et l’ombilic). Les douleurs peuvent être accentuées dans certaines positions (lorsque l’on se baisse, en position allongée ou lors d’un effort physique). Parfois, la douleur irradie jusque derrière le sternum et dans la gorge. Les aigreurs peuvent s’accompagner de renvois acides ou d’épisodes de toux ;

  • des éructations (rots), un hoquet : le hoquet est dû à la contraction involontaire et spasmodique du diaphragme et des muscles intercostaux. Il peut se manifester après un repas trop copieux, trop épicé ou ingéré trop rapidement, et/ou après la consommation d’alcool ou de boissons gazeuses. Sans gravité, le hoquet disparaît spontanément. S’il devient chronique, il faut consulter son médecin traitant ;

  • des nausées et/ou des vomissements : accompagnées d’une faiblesse générale et d’un manque d’appétit, les nausées se manifestent par une sensation de mal au cœur. Elles précèdent, ou non, les vomissements (avec un salivation soudaine, l’apparition de sueurs et une sensation de gorge serrée) ;

  • une langue chargée ;

  • parfois des vertiges et des maux de tête pulsatiles (notamment après la consommation de boissons alcoolisées ou de certains aliments).

 

Les excès alimentaires, principale cause de la crise de foie

La crise de foie (ou indigestion aiguë) traduit en réalité un déséquilibre digestif passager, le plus souvent dû à des excès alimentaires. Lorsque l’estomac reçoit une quantité de nourriture trop importante (suite à un repas copieux, par exemple pendant les fêtes de fin d’année), il peut avoir du mal à la digérer et à l’évacuer. Trop riches, certains aliments sont aussi difficiles et longs à digérer (les aliments gras et sucrés, par exemple). La crise de foie peut enfin être provoquée par l’ingestion d’une substance toxique, comme l’alcool.

 

Lorsque les aliments s’accumulent dans l’estomac, cela provoque une sensation de lourdeur. La bile n'est pas produite en quantité suffisante et ne peut pas faire face à cet afflux alimentaire. La vidange gastrique est ralentie et les intestins ont du mal à suivre : cela peut provoquer des ballonnements et des douleurs abdominales. Dans certaines situations, le cerveau envoie des signaux d’alerte, qui se traduisent par l'apparition de nausées ou de maux de tête. L’alcool et les produits stupéfiants peuvent aussi avoir des effets sur le cerveau et l’estomac, provoquant alors les symptômes d’une indigestion.

 

Lorsque ces excès sont nombreux et fréquents (et qu’ils ne sont pas limités à certaines périodes de l’année), le foie peut être impacté. Il a tendance à stocker et à accumuler les graisses, ce qui peut provoquer une stéatose hépatique (ou maladie du « foie gras »). Si elle n’est pas traitée, cette maladie peut se compliquer et évoluer sur plusieurs années vers une cirrhose, voire un cancer.

 

Que faire en cas de crise de foie ?

Même si les symptômes de la crise de foie disparaissent spontanément en quelques heures, certains gestes simples permettent de les soulager. S’ils ne s’améliorent pas rapidement ou s’accompagnent d’autres symptômes, il peut être nécessaire de consulter son médecin traitant.

 

Comment soulager les symptômes ?

Que faire pour soulager les symptômes d’une crise de foie ponctuelle ? Lorsque les maux de ventre, ballonnements et brûlures d’estomac surviennent après un repas trop copieux, il est recommandé de :

  • mettre son estomac au repos : éviter de manger pendant les heures qui suivent (diète), consommer uniquement des soupes, des bouillons et des potages pour permettre à l’estomac de se reposer ;

  • bien s’hydrater : boire de l’eau minérale et des tisanes (à la menthe, par exemple), éviter absolument l’alcool, le café et le tabac ;

  • faire de l’exercice lorsque les symptômes sont passés : l’activité physique ou sportive permet de se maintenir en forme et en bonne santé, et aide l’organisme à éliminer les toxines.


Que faire et quels aliments privilégier après une crise de foie ? Il est recommandé de consommer certains aliments en priorité, qui permettent de soulager le système digestif et le foie :

du radis noir cru, des artichauts crus, des asperges, du jus de citron dans un verre d’eau tiède, du thym et du romarin dans des plats légers, de la chicorée…

 

Boire des infusions et des tisanes permet également d’aider l’organisme à récupérer plus vite : des tisanes à base d’artichaut, de bouleau, de menthe, de romarin et de sauge, des infusions de ményanthe, des tisanes à base de feuilles de boldo séchées, des infusions de feuilles de pissenlit fraîches ou séchées…

 

Quels médicaments en cas de crise de foie ?

Que faire si ces simples mesures ne suffisent pas en cas de crise de foie ? Il est possible de prendre certains médicaments pour soulager les symptômes d’une mauvaise digestion.

 

Disponibles sans ordonnance en pharmacie, certains peuvent aider à faciliter la sécrétion de la bile par l’estomac, ou son évacuation vers l’intestin (arginine, citrate de bétaïne, sorbitol). D’autres traitements médicamenteux contiennent des enzymes indispensables à la digestion, ou du charbon végétal (qui permet d’emprisonner les gaz intestinaux et de diminuer les ballonnements). Avant de prendre ces médicaments, demandez toujours conseil à votre pharmacien. Il vous indiquera notamment la posologie à respecter, et les doses maximum à ne pas dépasser.

 

Que faire contre une crise de foie, sans forcément avoir recours à des médicaments ? Plusieurs traitements naturels peuvent aussi faciliter la digestion et soulager les symptômes d’une crise de foie : des compléments alimentaires qui contiennent des enzymes spécifiques, des gélules ou des préparations à base de plantes (avec des effets sur la production de bile, ou connues pour calmer les nausées), des compléments alimentaires qui permettent de protéger la paroi de l’estomac ou d’enrichir la flore intestinale (probiotiques). Avant de vous tourner vers ce type de traitement, demandez toujours conseil à votre pharmacien.

 

 

Quand consulter ?

Lorsque les symptômes d’un problème de digestion surviennent de manière fréquente (après chaque repas, sans qu’il soit nécessairement copieux), d’autres facteurs peuvent être en cause. Une digestion difficile peut en effet être due à la prise de certains médicaments, à un surpoids, au stress ou encore à la consommation de tabac. La grossesse et plusieurs maladies (plus ou moins graves) peuvent également être à l’origine de symptômes digestifs. Alors que faire en cas de crises de foie régulières ?

 

En cas de doute, il est toujours recommandé de se rapprocher de son médecin traitant. Il faut aussi consulter lorsque :

  • les symptômes de la crise de foie apparaissent après la prise d’un nouveau traitement ;

  • les symptômes ne disparaissent pas au bout de 48 heures, malgré l’adoption de plusieurs mesures pour améliorer la digestion ;

  • d’autres symptômes se manifestent : fièvre, sueurs et abattement, selles noires, vomissements répétés et abondants (avec éventuelle présence de sang), douleur intense sous les côtes du côté droit (possible présence de calculs dans la vésicule biliaire), perte de poids involontaire, douleurs à la déglutition, teint jaune… ;

  • il existe un ou plusieurs facteurs de risque : personne de plus de 45 ans, personne originaire du Japon ou du Portugal (deux pays dans lesquels les cancers de l’estomac sont particulièrement fréquents), avec un antécédent familial de cancer de l’estomac ou du duodénum, avec un antécédent personnel de chirurgie de l’estomac…

 

Le médecin commence par analyser les symptômes et réalise un examen clinique complet. Il peut aussi avoir recours à certains examens complémentaires (bilan sanguin, examen des selles, fibroscopie, échographie, radiographie…). Après avoir identifié la cause des difficultés digestives, il peut prescrire le traitement adapté.

 

Comment éviter les crises de foie ?

Pour éviter les crises de foie et les symptômes digestifs (fréquents en périodes de fêtes), il est conseillé de bien préparer son organisme en amont. Pour cela, il est recommandé de dormir suffisamment, de manger léger avant les repas copieux et de bien s’hydrater. Si l’activité physique ou sportive permet de rester en bonne santé de manière générale, elle est encore plus importante avant et pendant ces périodes d’excès alimentaires.

 

Au cours de ces repas copieux et arrosés, il faut prendre le temps de manger et bien mâcher. Il est aussi recommandé de consommer les aliments gras et sucrés en quantités raisonnables. La consommation d’alcool et de boissons gazeuses doit enfin être limitée.

 

Sources :

https://www.vidal.fr/maladies/estomac-intestins/digestion-difficile.html

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/dyspepsie-mauvaise-digestion

https://sante.lefigaro.fr/article/pourquoi-la-crise-de-foie-n-existe-pas/

https://digestion.ooreka.fr/fiche/voir/188314/soigner-une-crise-de-foie

 

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 16/12/2021

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
13 avis

Voir aussi

Les symptômes et les traitements de la cholécystite
La cholécystite est une inflammation de la vésicule biliaire due à la présence de calculs. Bien qu’e…
Cholécystectomie : causes et conséquences
L’ablation de la vésicule biliaire peut être recommandée en cas de calculs biliaires. Dans quels cas…
Crise aiguë d’indigestion
Suite aux innombrables festivités de fin d'année, nombreux sont ceux qui ont dû rendre les fourchett…