Ski : comment éviter les douleurs au genou ?

Ski et douleurs au genou

Le genou est une articulation complexe et fragile, soutenue et stabilisée par plusieurs ligaments. Sollicité au quotidien (lorsque l’on marche, par exemple), il peut aussi subir des traumatismes plus ou moins graves à l’occasion de la pratique de certains sports. Le ski est par exemple souvent responsable de l’apparition de douleurs au niveau du genou, avec ou sans lésions.


Alors quels sont les traumatismes et les douleurs du genou liés à la pratique du ski ? Quand s’inquiéter de ces douleurs ? Et comment protéger ses genoux au ski ?


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Pourquoi le ski peut-il provoquer des douleurs au genou ?

La pratique d’un sport sollicite de nombreux muscles et articulations. Impliquant de nombreux mouvements de flexion et de torsion, le ski peut être responsable de douleurs et de lésions au niveau de l’articulation du genou.

 

Le genou, une articulation complexe et fragile

Le genou est une articulation portante (elle porte le poids du corps) : complexe et fragile, elle est extrêmement sollicitée au quotidien. Stabilisée par plusieurs ligaments, elle relie le fémur (os de la cuisse) au tibia (os de la jambe), et à la rotule (petit os situé à l’avant du genou). De chaque côté de l’articulation, on retrouve deux ligaments latéraux : un ligament interne (ou collatéral médial) et un ligament externe (ou collatéral latéral). Deux ligaments croisés sont aussi situés au centre de l’articulation (un ligament antérieur et un ligament postérieur). Sous le fémur et sur le tibia, ils se croisent au milieu du genou.

 

L’articulation du genou est constituée de plusieurs autres éléments, qui assurent son bon fonctionnement (pour la flexion, l’extension, la rotation ou le glissement). Sur les surfaces articulaires, le cartilage permet le glissement des os entre eux (fémur et tibia). Petits coussinets de cartilage, les deux ménisques absorbent les chocs et assurent le maintien et la stabilité du genou. Recouvrant entièrement l’articulation, la capsule et la membrane synoviale lubrifient les surfaces articulaires, pour permettre les mouvements. Les bourses synoviales facilitent aussi le glissement des différents éléments du genou. Avec les muscles et les tendons, les ligaments maintiennent l’articulation et assurent la stabilité du genou.

 

Des traumatismes fréquents lors de la pratique du ski

Ski alpin, ski de randonnée ou ski de fond… Les mouvements effectués pendant la pratique du ski peuvent être responsables de plusieurs lésions ou douleurs au niveau des membres inférieurs, et particulièrement des genoux. Le skieur effectue régulièrement des mouvements de flexion et de demi-flexion, d’extension, de rotation et de torsion. Il prend constamment appui sur ses genoux : l’articulation est sollicitée en permanence.

 

Si les chevilles sont maintenues dans des chaussures rigides (et donc protégées des éventuels traumatismes et blessures), les genoux sont quant à eux libres de mouvement. Un mouvement anormal du genou au ski peut ainsi facilement être responsable d’une douleur, avec ou sans lésion (une torsion excessive, la plupart du temps). La douleur peut aussi se manifester après une mauvaise réception de saut (mouvement d’hyperflexion), une chute ou un choc, ou encore un mouvement de pivot brutal : fixés aux skis, les pieds restent au sol alors que le reste du corps s’engage brusquement dans une autre direction (rotation externe ou interne).

 

À quoi sont dues les douleurs ?

Au ski, les douleurs du genou (ou gonalgies) peuvent être dues à différents traumatismes ou blessures :

  • une fracture : suite à un choc, à une chute ou à une torsion du genou, l’un des os peut se casser au niveau de l’articulation (rotule, tibia ou fémur). La fracture osseuse peut être accompagnée (ou non) d’une fracture des cartilages articulaires ;

  • une entorse du genou : cette blessure correspond à l’étirement ou à la déchirure (partielle ou totale) d’un ligament. Fréquente lors de la pratique du ski, l’entorse du genou est due à un traumatisme (un choc ou une chute), ou à un mouvement anormal de l’articulation du genou. Plus ou moins grave, elle peut toucher différents ligaments ;

  • une lésion des ménisques : ces petits cartilages en forme de croissants peuvent être abîmés par un mouvement anormal du genou, ou par un traumatisme. Les lésions méniscales sont fréquentes lors de la pratique du ski, lorsque le genou se tord à la suite d’un faux mouvement ou d’un accident.

 

Il arrive aussi que les douleurs au genou soient la conséquence d’une pratique excessive d’un sport, comme le ski. Si elle fonctionne mal (en cas de désalignement de la rotule ou de pronation, par exemple), une articulation trop sollicitée peut en effet devenir douloureuse. On parle aussi de syndrome fémoro-rotulien (ou syndrome fémoro-patellaire). Si les muscles de la cuisse ne sont pas assez musclés, ou que les muscles et les tendons sont trop tendus, l’articulation du genou peut également devenir douloureuse.

 

Zoom sur l’entorse du genou, blessure la plus fréquente au ski

Faisant partie des principales blessures au ski, l’entorse du genou peut être due à un choc, à une chute ou à une torsion brutale de l’articulation. Si un seul ligament du genou est étiré ou distendu, il s’agit d’une entorse simple (ou légère). Si plusieurs fibres ligamentaires sont partiellement déchirées, on parle d’entorse moyennement grave (ou modérée). Mais si l’un des ligaments est totalement déchiré, il s’agit d’une entorse grave du genou (ou sévère).

 

Lorsque seuls les ligaments latéraux sont touchés, l’entorse reste en général sans gravité. En revanche, si les lésions sont situées au niveau d’un ligament croisé (en général au niveau du ligament croisé antérieur - LCA), l’entorse est plus sévère. Elle peut rester isolée, ou être associée à des lésions d’un ligament latéral ou des ménisques. L’articulation du genou est alors particulièrement instable. Si plusieurs ligaments soient atteints en même temps, l’articulation n’est plus soutenue et peut sortir de son axe : c’est ce que l’on appelle une luxation du genou.

 

L’entorse du genou provoque généralement des symptômes faciles à reconnaître. Sur le moment, la personne ressent (ou entend) un craquement au niveau du genou. Une douleur violente survient (semblable à une déchirure), avec la sensation que le genou « part » puis revient (comme un déboîtement). Le genou semble ensuite instable, et peut gonfler. La personne peut ensuite avoir du mal à s’appuyer sur sa jambe et à marcher.

 

Comment réagir en cas de douleurs au genou ?

Si les douleurs au genou apparaissent après une journée de ski, sans être liée à aucun choc ni traumatisme, il suffit généralement de mettre l’articulation au repos (certains médicaments peuvent aussi aider à soulager les douleurs). Mais si les douleurs sont dues à une chute ou à une blessure, il est recommandé de consulter.

 

Mettre le genou au repos et soulager les douleurs

Si la pratique du ski provoque des douleurs au genou, il faut d’abord arrêter de skier pour permettre à l'articulation de se reposer. En effet, si les douleurs s’installent et que leur cause n’est pas identifiée (et un traitement envisagé), les lésions peuvent s’aggraver et l’articulation peut s’abîmer. Les douleurs du genou peuvent devenir chroniques, et limiter progressivement la pratique de simples activités du quotidien (marcher, courir, ou simplement se baisser et se relever). Si l’articulation du genou est fragilisée, elle est aussi plus sensible aux éventuels traumatismes : une blessure plus grave peut facilement arriver (une entorse ou une fracture, par exemple).

 

Pour permettre au genou de se reposer, il faut éviter de le solliciter. Il est aussi conseillé de surélever la jambe en cas de gonflement, ou de bander le genou (sans trop serrer). Pour soulager la douleur, il est possible de le refroidir avec de l’eau fraîche ou de la glace, pendant environ 20 minutes (placer des glaçons dans un linge propre, pour éviter de brûler la peau). Cela permet de réduire l’inflammation et l’éventuel gonflement, et de favoriser le processus de guérison. Le glaçage peut être renouvelé toutes les 4 heures environ, pendant un ou deux jours. Le protocole GREC (pour Glaçage, Repos, Élévation, Compression) est aussi le traitement indiqué en cas d’entorse légère ou moyenne.

 

Il est également possible de prendre des médicaments antalgiques pour soulager les douleurs au genou (du paracétamol ou des AINS - anti-inflammatoires non stéroïdiens). Avant d’avoir recours à ces médicaments, lisez bien les instructions sur l’emballage (posologie, contre-indications, effets secondaires). Pour en savoir plus, demandez conseil à votre pharmacien.

 

Quand consulter ?

Si la douleur au genou est particulièrement intense et survient suite à un accident de ski, il faut immédiatement contacter les secours. S’il ne peut plus poser le genou à terre, le skieur est généralement immobilisé et redescendu en station pour un bilan médical complet. Il faut aussi se rendre chez son médecin si les douleurs au genou ne disparaissent pas au bout de quelques jours, si elles s’aggravent ou si elles s’accompagnent d’autres symptômes (gonflement, blocage, raideur, instabilité de l’articulation).

 

Pour confirmer son diagnostic, le médecin interroge le patient sur les circonstances d’apparition des douleurs, et sur l’existence d’un éventuel traumatisme ou accident (le type de mouvement effectué, la douleur ressentie, la sensation d’instabilité au niveau du genou…). Il procède ensuite à un examen clinique : il analyse la marche du patient, le niveau de mobilité du genou, la présence d’un épanchement à l’intérieur de l’articulation, ou d’un hématome au niveau des ligaments latéraux. En cas de doutes ou pour confirmer l’absence de fracture (ou d’arrachement osseux), le médecin a parfois recours à des examens complémentaires (radiographie du genou, IRM, échographie…). Ces examens sont également nécessaires en cas d’intervention chirurgicale.

 

Le traitement dépend ensuite de la cause de la douleur. Le médecin peut prescrire des médicaments antalgiques, des infiltrations ou un traitement chirurgical (en cas de fracture ou d’entorse grave). Il peut aussi prescrire des séances de rééducation, des exercices de renforcement musculaire, ou des semelles orthopédiques pour corriger un mauvais alignement de l’articulation.

 

Comment protéger ses genoux au ski ?

Pour éviter les douleurs de genou au ski, il faut d’abord bien préparer son corps et ses articulations aux premières descentes. Pour cela, il est conseillé d’avoir une activité physique régulière en dehors de la saison de ski, et de pratiquer un sport qui entraîne et renforce les muscles et les articulations des membres inférieurs (la course à pied ou le vélo, par exemple).

 

Le choix des chaussures de ski et le réglage des fixations sont aussi importants. En plus d’offrir plus de confort pendant la pratique, un bon réglage permet de réduire le risque d’accident et de blessure.

 

 

Sources :

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/entorse-genou

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/gonalgie/definition-symptomes-causes

https://www.chirurgiedusport.com/la-pratique-du-ski-et-ses-consequences-sur-larticulation-du-genou/

https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/lésions-et-intoxications/lésions-sportives/présentation-des-lésions-sportives

 

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 29/11/2022

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
2 avis

Voir aussi

Entorse du genou
Important et régulièrement sollicité, le genou peut subir différents types de traumatismes. L’entors…
Survenant après une brusque torsion au niveau du pied, l’entorse de la cheville est une lésion ligam…
Arthrose mains
Mains enflées et douleurs articulaires, gonflements, raidissements… Les articulations des mains peuv…