Entorse du genou : comment réagir ?

Entorse du genou

Important et régulièrement sollicité, le genou peut subir différents types de traumatismes. L’entorse en fait partie. Si elle reste en général bénigne, cette lésion ligamentaire peut être particulièrement douloureuse et nécessiter une prise en charge médicale.

Alors qu’est-ce qu’une entorse du genou et quels sont ses symptômes ? Comment réagir face à ce type de blessure ? Et dans quels cas consulter ?


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Qu’est-ce qu’une entorse du genou ?

Une entorse correspond à l’étirement ou à la déchirure (partielle ou totale) d’un ligament. Plus ou moins grave, une entorse du genou est due à un traumatisme ou à un mouvement anormal de l’articulation du genou.

 

À quoi est-elle due ?

Complexe et fragile, le genou est une articulation portante, extrêmement sollicitée. Reliant la cuisse à la jambe, elle est soutenue et stabilisée par plusieurs ligaments : 

  • deux ligaments latéraux, situés sur les côtés de l’articulation : un ligament interne (ou collatéral médial) et un ligament externe (ou collatéral latéral) ;

  • deux ligaments croisés (un ligament antérieur et un ligament postérieur) : situés au centre de l’articulation, sous le fémur et sur le tibia, ils se croisent au milieu du genou.

 

Cartilage sur les surfaces articulaires, ménisques, capsule et bourses synoviales : chaque composant du genou remplit une fonction particulière et participe au bon fonctionnement de l’articulation (flexion, extension, rotation et glissement). Les ligaments maintiennent l’articulation et assurent la stabilité du genou (avec les muscles et les tendons). Ils sont composés de tissus fibreux très résistants.

 

L’entorse est en général due à un traumatisme (un choc violent, par exemple) ou à un mouvement anormal du genou. Il peut s’agir d’une hyperextension du genou (coup de pied violent dans un ballon, coup de pied dans le vide…) ou d’une torsion (traumatisme fréquent dans certains sports, comme le football, le rugby ou le ski). Un ou plusieurs ligaments sont brusquement étirés ou déchirés. Dans les sports de combat, la pression provoquée par le poids d’un adversaire sur le côté du genou peut aggraver l’entorse (atteinte des ligaments croisés et des ligaments latéraux). 

 

Entorse bénigne, moyennement grave ou sévère ?

L’entorse est plus ou moins grave : 

  • si un seul ligament du genou est étiré ou distendu, il s’agit d’une entorse simple (ou bénigne) ;

  • si plusieurs fibres ligamentaires sont partiellement déchirées, l’entorse est moyennement grave ;

  • si l’un des ligaments est totalement déchiré, on parle d’entorse grave.

 

Lorsque seuls les ligaments latéraux sont touchés (ligament latéral interne), l’entorse reste en général sans gravité. En revanche, si les lésions sont situées au niveau d’un ligament croisé (en général au niveau du ligament croisé antérieur), l’entorse est plus grave.

 

L’entorse au niveau d’un ligament croisé peut être isolée, ou associée à des lésions d’un ligament latéral ou des ménisques. L’articulation du genou est alors particulièrement instable. Enfin, lorsque plusieurs ligaments sont atteints, l’articulation peut sortir de son axe (elle n’est plus soutenue par aucun ligament) : c’est ce que l’on appelle une luxation du genou.

 

Quels sont les symptômes de ce type d’entorse ?

Plus ou moins intenses, les symptômes ne correspondent pas nécessairement à la gravité des lésions et de l’entorse. 

 

Les symptômes le plus souvent rencontrés sont les suivants :

  • un claquement ou un craquement entendu au niveau du genou ;

  • une douleur violente, semblable à une déchirure ;

  • la sensation que le genou sort et part sur le côté, puis revient en place (sensation de déboitement) ;

  • une sensation d’instabilité au niveau du genou ;

  • un gonflement du genou, une légère inflammation ;

  • parfois, des difficultés à s’appuyer sur la jambe et à marcher.

 

Comment réagir ?

Lorsqu’elles sont appliquées immédiatement après la blessure, plusieurs mesures simples aident à soulager la douleur, à diminuer le gonflement et à favoriser le processus de guérison. Dans certains cas, il est nécessaire de consulter son médecin pour qu’il puisse prescrire un traitement adapté.

 

Glaçage, repos, élévation et compression

Aussi connu sous le nom de protocole GREC (pour Glaçage, Repos, Élévation, Compression), le traitement d’une entorse repose sur plusieurs gestes immédiats :

  • arrêter l’activité physique ou le sport en cours, pour éviter d’aggraver les lésions ligamentaires ;

  • mettre le genou au repos et le refroidir avec de l’eau fraiche ou de la glace, pendant environ 20 minutes (placer des glaçons dans un linge propre, pour éviter de brûler la peau) : le glaçage aide à diminuer l’inflammation. Ce soin peut être renouvelé toutes les 4 heures environ, pendant un à deux jours ;

  • surélever la jambe en cas de gonflement ;

  • bander le genou (sans trop serrer).

 

Pour soulager les douleurs au niveau du genou, il est possible de prendre des antalgiques (paracétamol ou AINS - anti-inflammatoire non stéroïdien). Pour en savoir plus sur la posologie et les contre-indications de ces médicaments, rapprochez-vous de votre médecin ou de votre pharmacien. Ce dernier pourra également vous conseiller une pommade anti-inflammatoire (disponible en pharmacie, sans ordonnance).


 

Consultation médicale et diagnostic

Si les symptômes ne diminuent pas spontanément ou sont inquiétants, il est recommandé de consulter rapidement son médecin.

 

Pour confirmer son diagnostic, il interroge le patient sur les circonstances du traumatisme ou de l’accident (mouvement effectué, douleur ressentie, sensation d’instabilité du genou…). Il procède ensuite à un examen clinique : il analyse la marche du patient, le niveau de mobilité du genou, la présence d’un épanchement à l’intérieur de l’articulation, ou d’un hématome au niveau des ligaments latéraux.

 

En cas de doutes ou pour confirmer l’absence de fracture (ou d’arrachement osseux), le médecin a parfois recours à des examens complémentaires (radiographie du genou, IRM, échographie…). Ces examens sont également nécessaires en cas d’intervention chirurgicale.

 

Quels traitements ?

En fonction de l’âge du patient, de son activité professionnelle, de ses activités sportives et de l’instabilité ou non de son genou, le médecin peut prescrire différents types de traitements.

 

Un traitement médical

S’il s’agit d’une entorse bénigne ou moyennement grave, le traitement consiste en général à :

  • conserver la mobilité de l'articulation, avec appui sur la jambe blessée : le genou ne doit pas être complètement immobilisé ;

  • prendre un traitement médical pour soulager la douleur (paracétamol ou anti-inflammatoires non stéroïdes) et glacer le genou régulièrement ;

  • suivre plusieurs séances de rééducation : effectuée au cabinet d’un kinésithérapeute, la rééducation permet de restaurer la mobilité du genou et la force musculaire. Elle n’est en général pas prescrite en cas d’entorse bénigne, mais nécessaire pour traiter une entorse moyennement grave ou grave ;

  • dans certains cas, porter une contention (une genouillère) : ce type d’orthèse permet de diminuer les douleurs au niveau du genou et de reprendre plus rapidement les activités physiques ;

  • en cas d’entorse plus grave, immobiliser le genou à l’aide d’une attelle : pour éviter la raideur du genou et une perte de force musculaire, l’immobilisation est de courte durée.

 

Ce type de traitement peut également être mis en place en première intention, avant d’avoir recours à la chirurgie.

 

Le traitement chirurgical

En cas d’entorse grave, de lésions des ménisques ou d’une fracture, il est parfois nécessaire d’avoir recours à une ligamentoplastie (réparation chirurgicale des ligaments du genou).

 

Ce type d’intervention est recommandé par le médecin après étude de plusieurs critères (âge du patient, profession, sports pratiqués, gravité des lésions au niveau des ligaments…). L’opération peut être réalisée juste après l’accident (lorsque le gonflement et la douleur ont diminué) ou bien plus tard.

Réalisée en ambulatoire (le patient entre et sort de l’hôpital le même jour), l’opération est pratiquée à l’aide d’une arthroscopie. Après avoir pratiqué plusieurs petites incisions, le chirurgien peut visualiser l’intérieur de l’articulation du genou avec une mini-caméra. Il peut ensuite procéder à la réparation des ligaments.

 

Après l’intervention, l’appui sur la jambe blessée est rapidement repris (sans attelle). Pendant les jours qui suivent l’opération, il est recommandé de surélever la jambe le plus souvent possible pendant la journée et de surveiller l’aspect du genou et sa température.

 

Et après ?

Comment soigner et guérir d'une entorse au genou ? Pour éviter certaines séquelles (raideur, perte d’amplitude dans la flexion ou l’extension, instabilité), elle doit être prise en charge correctement, et le traitement bien suivi. La reprise des activités professionnelles et sportives se fait ensuite de manière progressive.

 

La durée d’un éventuel arrêt de travail suite à une entorse dépend de la gravité des symptômes, du type de traitement prescrit, des autres lésions éventuelles, de l’activité professionnelle exercée (travail assis ou debout, activité physique intense, port de charges lourdes…) et des moyens de transport utilisés. Par exemple, pour une entorse du ligament latéral interne non opérée, l’éventuel arrêt de travail n’excède en général pas trois semaines. En cas d’intervention chirurgicale après une rupture du ligament croisé antérieur, il peut durer jusqu’à six mois si le travail physique s’exerce sur un terrain instable ou en hauteur.

 

Les activités de loisirs et le sport peuvent être repris après avis favorable du médecin. Là encore, le délai dépend du type d’entorse et de son degré de gravité. La reprise est par exemple rapide après une entorse du ligament latéral interne, alors que la réadaptation après une ligamentoplastie dure entre quatre et six semaines. Les premiers sports à pouvoir être pratiqués sont le vélo d’appartement et la natation. Le ski doit quant à lui être évité pendant un an.

 

 

Sources :

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/entorse-genou

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 25/08/2022

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Survenant après une brusque torsion au niveau du pied, l’entorse de la cheville est une lésion ligam…
L'entorse du doigt
Traumatismes fréquents chez les sportifs, les entorses du doigt (ou de l’orteil) sont en général due…
Soigner une entorse du poignet
Survenant à la suite d’une mauvaise chute ou pendant une pratique sportive, l’entorse du poignet peu…