Le TDAH chez l’adulte : symptômes, diagnostic et traitements

L'hyperactivité touche également les adultes

Ils ne tiennent pas en place, épuisent parents et professeurs, sont en échec scolaire ou en conflit avec leurs camarades… Que deviennent ces enfants « hyperactifs » à l’âge adulte ?


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Ils ne tiennent pas en place, épuisent parents et professeurs, et sont en échec scolaire ou en conflit avec leurs camarades…

 

Que deviennent ces enfants « hyperactifs » à l’âge adulte ? Le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité est souvent perçu comme une maladie infantile, à tort. En effet, le TDAH ne disparaît pas lorsque l’enfant grandit.


Alors qu’est-ce qu’un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité ? Comment se manifeste le TDAH chez l’adulte ? Et quels traitements envisager ?
 

Comment reconnaître un TDAH chez l’adulte ?

Le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est un trouble neurologique, qui se manifeste chez l’adulte par plusieurs types de difficultés.

 

Des difficultés à maintenir l’attention

La personne a du mal à se concentrer sur une seule idée, et à la mettre en pratique (notamment lorsque la tache apparaît peu stimulante ou motivante). Elle n’arrive à maintenir son attention que quelques minutes et a tendance à se laisser aller à la rêverie. Elle est facilement distraite par les bruits et les évènements extérieurs. Elle apparaît étourdie et indécise, parfois même démotivée ou apathique (tendance à la procrastination).


Ce déficit d’attention se manifeste également par une tendance à égarer ses affaires, à oublier certains rendez-vous et obligations, à être en retard ou encore à se disperser et à mal gérer son organisation.


Pour compenser ce déficit d’attention, certains adultes avec ce trouble ont tendance à être perfectionnistes : ils font des listes très précises et vérifient l’avancement de leurs tâches de manière parfois obsessionnelle.

 

Une tendance à l’impulsivité

La personne qui souffre d’un TDAH prend des risques et des décisions sur un coup de tête, et parle ou agit sans réfléchir. Elle interrompt souvent les autres, a du mal à les écouter et à attendre son tour.


Cette impulsivité peut également se traduire par plusieurs types de comportements à risques : consommation de drogues, bagarres, conduite dangereuse en voiture… Ce tempérament impulsif est en général visible de l’extérieur, par l’entourage proche notamment. Mais la personne peut également ne rien laisser paraître et garder son impulsivité en interne.

 

Une hyperactivité motrice ou mentale

L’adulte qui souffre de ce trouble peut passer d’une action à une autre, sans réussir à en terminer la plupart. En permanence sous tension, il a du mal à rester assis ou tranquille. Il n’arrive pas à se détendre et a toujours besoin de s’adonner à une tâche. Cette hyperactivité peut aussi être mentale : la personne a trop d’idées en tête, ce qui l’empêche de se concentrer et de réfléchir.


Les adultes avec un TDAH peuvent présenter deux ou trois de ces troubles : certains souffrent uniquement de problèmes d’inattention, alors que d’autres présentent également une forte hyperactivité ou impulsivité.

 

Les autres manifestations du TDAH

D’autres signes peuvent également être relevés, notamment au niveau émotionnel : une hypersensibilité, des changements d’humeur fréquents (tendance à s’énerver et à se mettre en colère facilement), des fluctuations au niveau de l’énergie (physique et intellectuelle)… Certaines personnes ont également du mal à s’endormir ou souffrent d’un sommeil de mauvaise qualité.


Si la génétique et l’environnement semblent être à l’origine de l’apparition d’un TDAH, les causes de ce trouble ne sont pas clairement identifiées. Il apparaît chez l’enfant, et ne disparaît pas forcément à l’âge adulte. Il peut alors se révéler particulièrement handicapant au quotidien, tant dans la vie professionnelle que personnelle de l’adulte.

 

Quelles conséquences dans la vie de l’adulte ?

Chez près d’un tiers des enfants atteints de TDAH, les manifestations du trouble disparaissent à l’âge adulte, notamment grâce à la mise en place de stratégies et mesures de compensation. En effet, « on ne guérit pas du TDAH », explique le Dr Hervé Caci, pédopsychiatre au CHU Lenval de Nice. « On peut par contre mettre en place des stratégies qui minimisent l’impact du trouble. Pour éviter les problèmes de concentration ou d’organisation, la personne hyperactive va par exemple tout noter et devenir un stratège du classement. Ou, parfois, se reposer sur son conjoint pour lui rappeler un rendez-vous, s’occuper des tâches administratives… ».


Pour les deux tiers restants, le TDAH persiste à différents degrés, pouvant être à l’origine de différents problèmes professionnels (respect des horaires, conflits…) ou familiaux.

 

Des choix de vie différents

Le trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité a souvent une grande influence sur les choix de vie de l’adulte. En effet, si la personne atteinte de ce trouble peut avoir beaucoup de mal à s’adapter à un travail de bureau, elle peut en revanche faire preuve d’une grande créativité et d’une énergie débordante lorsqu’un sujet la passionne. Ces adultes sont en effet curieux, imaginatifs et intuitifs, spontanés, enthousiastes et empathiques. Audacieux et performants, ils sont à l’aise lorsqu’ils prennent la parole en public et sont particulièrement innovants et visionnaires.


De nombreuses personnes souffrant de TDAH optent ainsi pour des professions qui leur permettent de bouger, de créer et de suivre leur passion. Ces choix de vie différents leur permettent de s’épanouir au quotidien et de mieux vivre avec leur TDAH.

 

Des difficultés au quotidien

Les personnes atteintes de TDAH peuvent parfois éprouver des difficultés à prendre leurs responsabilités et à gérer certaines situations complexes.

 

  • Un trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité non diagnostiqué, et qui n’est donc pas pris en charge, peut ainsi être à l’origine de nombreuses difficultés à l’âge adulte, comme :

  • des conflits familiaux, un divorce ou une grossesse précoce ;

  • un épuisement professionnel, des licenciements multiples ;

  • une dépression, de l’anxiété ;

  • des problèmes d’addiction : une dépendance à l’alcool ou à certaines drogues ;

  •  …

 

Diagnostic et traitement

Qui consulter pour un trouble de l’attention chez l’adulte ? Et comment soigner un TDAH ?

 

Comment le diagnostic est-il posé ?

L’évaluation et le diagnostic du TDAH chez l’adulte sont réalisés par un psychiatre. Au cours d’un entretien approfondi, le médecin analyse les symptômes décrits par le patient, ainsi que leurs conséquences dans sa vie quotidienne. Il évalue également l’existence d’autres troubles psychiatriques, pouvant être associés au TDAH. Certains médecins proposent à leur patient de remplir un questionnaire spécifique.


Pour confirmer, ou non, son diagnostic, le psychiatre peut réaliser d’autres types d’examen, comme un bilan neuropsychologique (assez long, il consiste en plusieurs tests, échelles de mesure et questionnaires normalisés), un bilan biologique et parfois même une exploration du sommeil (grâce à différents examens médicaux).
 

Quels traitements pour un TDAH ?

Le traitement mis en place prend en compte le degré de sévérité des symptômes (nombre, intensité, fréquence) et leurs répercussions dans la vie quotidienne de l’adulte. Le psychiatre considère également l’existence d’éventuels troubles associés (anxiété, dépression, consommation de substances dangereuses…).


Plusieurs approches sont envisageables pour soigner un TDAH chez l’adulte :

  • de nouvelles règles d’hygiène de vie : le sommeil doit être régulier et réparateur. Un sommeil de bonne qualité favorise en effet une meilleure attention et permet d’accéder plus facilement au bien-être au quotidien. Il est aussi recommandé d’adopter une bonne hygiène alimentaire, de faire du sport de manière régulière et d’éviter les excès d’alcool. La mise en place de routines quotidiennes permet également au cerveau de se reposer, en économisant de l’énergie. Certaines situations doivent enfin être évitées au maximum (notamment toutes celles pouvant générer des réactions impulsives) ;

  • des approches psychothérapiques : plusieurs types de psychothérapies peuvent être envisagées pour traiter un TDAH, comme la TCC (Thérapie Cognitivo Comportementale), la thérapie basée sur la pleine conscience (pour apprendre à focaliser son attention et à diminuer son impulsivité), la psychoéducation (pour mieux connaître le TDAH), la thérapie comportementale dialectique (pour une meilleure gestion des émotions)… ;

  • des traitements médicamenteux : il s’agit pour l’essentiel de traitements psychostimulants. Prescrits par un médecin spécialiste, ils permettent de diminuer des symptômes qui ont du mal à être contrôlés. Le méthylphénidate est le seul médicament prescrit en France (commercialisé notamment sous le nom de Ritaline, ou Medikinet). Ce type de médication permet d’améliorer les capacités cognitives de l’adulte souffrant de TDAH. Son action principale consiste à augmenter la production de dopamine et de noradrénaline, deux neurotransmetteurs ayant des effets sur l’attention et l’impulsivité.


Pour en savoir plus sur ces différentes approches et traitements, rapprochez-vous de votre médecin ou de votre pharmacien.


 



Témoignage : Hervé Laroche, un parcours hors du commun

« J’ai éprouvé beaucoup de difficultés à l’école », explique Hervé Laroche, 52 ans, atteint de TDAH. « Je n’ai appris à lire que très tardivement. Je n’ai d’ailleurs pas décroché mon bac. » Un parcours scolaire difficile qui n’a pourtant pas empêché Hervé de réussir professionnellement.


Après s’être consacré à l’architecture navale pendant quelques années – 3 années durant lesquelles il construira un petit voilier, rien que ça ! – et plusieurs voyages à l’étranger, Hervé Laroche, la vingtaine, crée sa propre entreprise spécialisée dans le design graphique et la réalisation. Une entreprise qui prospère encore aujourd’hui, plus de 30 ans plus tard !


En suivant ses passions et en exploitant ses atouts, Hervé Laroche sera finalement parvenu à faire de son TDAH un avantage.

 

À lire aussi

TDAH : un trouble au coeur de la famille

Mon enfant est-il hyperactif ?

TDAH : une vraie maladie ?

 

Source
Merci à Christine Iltis, Présidente de l’association TDAH-PACA, et au Dr Hervé Caci, spécialiste du TDAH et pédopsychiatre au CHU Lenval de Nice.

 

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 16/11/2020

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
2 avis

Voir aussi

Le TDAH un véritable trouble
Le trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité, ou TDAH, est un phénomène complexe …
L'homéopathie dans le TDAH
L’homéopathie peut aider à apaiser un enfant difficile. En cas de troubles du déficit de l’attention…
Quels médicaments pour traiter l'hyperactivité ?
Sujets à polémique, les médicaments contre le TDAH sont pourtant efficaces… à condition d’être bien …