Tout savoir sur la contention veineuse

Compression veineuse : choisir ses bas

La contention veineuse consiste à exercer une pression sur les jambes, pour favoriser la circulation sanguine et le retour veineux. Essentielle dans la prévention et le traitement des affections veineuses chroniques, elle doit être parfaitement adaptée au patient et fait l’objet d’une prescription médicale. Bandes, chaussettes, mi-bas, bas ou collants… De nombreux dispositifs de contention (ou compression) sont aujourd’hui proposés sur le marché. Alors quelles sont les indications d’une contention veineuse ? Comment fonctionne-t-elle ? Et quelle est la différence entre bas de contention et bas de compression ?


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

En quoi consiste la contention veineuse ?

Dispositif médical, la contention (ou compression) veineuse peut être prescrite par le médecin dès l’apparition des premiers symptômes de maladies veineuses.

 

Le traitement des affections veineuses

La contention veineuse est indiquée dans le traitement des troubles de la circulation sanguine au niveau des membres inférieurs :

  • l’insuffisance veineuse chronique : elle est causée par un dysfonctionnement du cœur, des artères ou des veines. À cause d’un débit de sang insuffisant dans les artères, la pression peut s’accumuler au niveau des membres inférieurs. Les artères peuvent aussi être bouchées par des dépôts de cholestérol, ou les veines touchées par certaines pathologies (perte d’élasticité ou de tonus, dysfonctionnement des valvules contre le reflux sanguin). Le sang peine à remonter vers le cœur et stagne dans les veines des membres inférieurs. L’insuffisance veineuse chronique peut être favorisée par certains facteurs de risque (hérédité, sédentarité et manque d’activité physique, excès de poids, grossesse et traitement hormonal, tabagisme). Elle se manifeste par des symptômes caractéristiques (jambes lourdes, crampes et démangeaisons, impatiences, œdèmes, télangiectasies…). Si elle évolue, la maladie veineuse chronique peut être à l’origine d’autres symptômes (varices, eczéma, œdèmes permanents, ulcères variqueux…) ;

  • les phlébites : si les troubles circulatoires ne sont pas pris en charge et traités, la stagnation du sang dans les membres inférieurs peut provoquer une phlébite. Un caillot de sang se développe dans une veine. Aussi connue sous le nom de thrombose veineuse, cette affection peut rester superficielle (paraphlébite, lorsque le caillot se forme dans une veine superficielle entre la peau et les muscles) et bénigne. Mais si le caillot se développe dans une veine profonde des muscles (on parle de thrombose ou phlébite profonde), il peut se détacher et migrer vers les poumons. Un réel risque d’embolie pulmonaire apparaît alors.

 

Comment fonctionne la contention ?

Composés d’une matière très élastique, les bas, les mi-bas ou les collants de contention exercent une forte pression sur les jambes, pour favoriser une meilleure circulation sanguine. Ils exercent une pression dégressive : particulièrement élevée au niveau de la cheville, la pression diminue ensuite progressivement jusqu’au haut de la jambe (ou de la cuisse).

 

En améliorant le retour veineux et la circulation sanguine au niveau des jambes, la contention veineuse permet de :

  • soulager la sensation de jambes lourdes ou douloureuses, ou prévenir l’apparition de ces symptômes ;

  • diminuer les œdèmes au niveau des jambes, ou éviter l’apparition de ce symptôme ;

  • traiter ou prévenir l’apparition de varices (lorsque des veines se dilatent de manière anormale et permanente, provoquant l’apparition d’un relief inesthétique sous la peau) ;

  • traiter les complications cutanées liées à l’insuffisance veineuse, ou les éviter (télangiectasies et eczéma notamment) ;

  • accélérer le temps de cicatrisation d’un ulcère de la jambe (une plaie persistante au niveau des varices, avec un risque de surinfection et d’hémorragie) ;

  • prévenir ou traiter l'apparition d’une phlébite (ou thrombose veineuse).


En améliorant la circulation sanguine, la contention veineuse permet également d'apporter plus d’oxygène au sang, aux muscles et à la peau.

 

Consultation et diagnostic

 

Les troubles de la circulation sanguine peuvent être à l’origine de symptômes désagréables, douloureux et inesthétiques (avec l’apparition d’œdèmes ou de varices, par exemple). D’autre part, une mauvaise circulation sanguine peut engendre des conséquences graves, avec un risque d’embolie pulmonaire mortelle.
 

Dès l’apparition des premiers symptômes, il est recommandé de consulter son médecin traitant (notamment en cas de varices sur les jambes de plus de 3 mm de diamètre. Ce dernier procède à un interrogatoire complet (mode de vie, alimentation et tabagisme, antécédents personnels et familiaux, date d’apparition et circonstances de manifestation des symptômes…). Il examine ensuite son patient et a parfois recours à des examens complémentaires (écho-doppler des membres inférieurs, par exemple).

 

Après avoir confirmé son diagnostic et déterminé la cause du trouble de la circulation, il oriente son patient vers le traitement le plus adapté. De manière générale, le traitement des problèmes de circulation sanguine consiste à adopter une hygiène de vie saine et à limiter les facteurs aggravant ou favorisant les troubles circulatoires. Le médecin recommande d’éviter les stations immobiles prolongées (assise ou debout), de surélever ses jambes le plus souvent possible, de faire du sport, de manger sainement et d'arrêter de fumer. Pour favoriser une meilleure circulation sanguine, il peut également prescrire une contention veineuse.

 

Quels types de bas de contention ?

Dispositif médical, la contention veineuse est nécessairement prescrite sur ordonnance par un médecin (phlébologue ou médecin vasculaire). Les bas ou collants de contention doivent en effet être adaptés au type de maladie veineuse en cause, mais également à la morphologie du patient. Certaines affections peuvent également rendre la contention veineuse contre-indiquée (par exemple une artérite sévère, lorsque les artères dans les jambes se bouchent).

 

Quelle différence entre contention et compression ?

On parle souvent de bas de contention ou de compression, sans réellement distinguer les deux. Alors quelle est la différence entre contention et compression ?

 

Bandes sèches inélastiques, à allongement court ou à allongement long… La contention passe par le port de bandes peu élastiques (voir pas du tout) et fonctionne de manière passive. Au repos, ces bandes n’exercent que très peu de pression sur la peau et les tissus sous-jacents. Au moment de la contraction musculaire (pendant la marche), elles génèrent en revanche une forte pression, et permettent d’éviter l’augmentation du volume de la jambe. Les bandes de contention sont en général utilisées pour une courte durée (pendant quelques jours, voire quelques semaines).

 

La compression est quant à elle un dispositif actif : elle exerce une pression sur le membre inférieur, aussi bien à l’effort qu’au repos. Elle passe par le port de bandes ou de bas (ou mi-bas, ou collants), à retirer pendant la nuit. Les bas de compression sont souvent prescrits pour une utilisation à long terme.

 

Quelle hauteur de bas ?

Il existe plusieurs hauteurs de bas de contention :

  • des chaussettes : elles s’arrêtent juste sous le genou ;

  • des bas-cuisses : ils s’arrêtent à la racine de la cuisse ;

  • des collants : ils comportent une culotte et montent jusqu’à la taille, comme des collants classiques.

 

En règle générale, le type de bas prescrit dépend du type de trouble diagnostiqué, et de la localisation des principaux symptômes. En l’absence de prescription spécifique, le patient peut choisir le modèle le plus confortable et le plus facile à porter pour lui.

 

Les bas de contention (ou de compression) sont proposés en différentes tailles. Pour être certain de proposer la taille adaptée, le pharmacien mesure la cheville du patient le matin, ainsi que sa pointure et son tour de mollet. Les bas peuvent également être essayés.

 

Quel niveau de compression veineuse ?

Les bas sont proposés en plusieurs classes de compression. Répondant à une réglementation précise, cette classification est essentielle : elle définit la force de compression du bas au niveau de la cheville. Cette pression est exprimée en millimètres de mercure (mmHg). Le choix de la classe est fait par le médecin.

 

En France, les bas sont classés en quatre catégories, du plus faible niveau de compression au plus fort :

  • les bas de classe I : ils exercent une pression entre 10 et 15 mmHg. Ils sont destinés aux personnes qui restent longuement debout ou qui effectuent un voyage de longue durée, aux femmes enceintes et aux personnes qui souffrent d’insuffisance veineuse ;

  • les bas de classe II : avec une pression entre 15,1 et 20 mmHg, ils s’adressent aux femmes enceintes et aux voyageurs qui présentent un risque de thrombose veineuse, et aux personnes qui souffrent de varices ou d’œdèmes au niveau des jambes. Ces bas sont également prescrits après une chirurgie des veines ;

  • les bas de classe III : exerçant une pression entre 20,1 et 36 mmHg, ils sont prescrits aux personnes avec des varices ou des œdèmes importants, et à celles qui ont déjà souffert d'une thrombose veineuse ou qui souffrent d’un syndrome post-thrombotique ;

  • les bas de classe IV : ils exercent une pression supérieure à 36 mmHg. Ils sont utilisés pour prévenir le syndrome post-thrombotique (présence de symptômes chroniques suite à une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs).

 

Quelles contre-indications ?

La contention médicale est contre-indiquée chez certaines personnes :

  • les personnes diabétiques qui souffrent de microangiopathie (une atteinte des petits vaisseaux sanguins qui irriguent les organes) ;

  • les personnes qui souffrent d’une artérite (un rétrécissement du diamètre des artères des jambes) ;

  • les personnes qui souffrent d’une perte de sensibilité au niveau des pieds et des jambes (neuropathie) ;

  • les personnes qui souffrent d’une insuffisance cardiaque non traitée.


Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre médecin ou de votre pharmacien.


 

 

Sources :

https://www.vidal.fr/maladies/coeur-circulation-veines/thrombose-veineuse-phlebite/bas-contention.html

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/jambes-lourdes/consultation-medicale-traitement-contention

https://www.sf-phlebologie.org/la-contention-et-la-compression-veineuse/

https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2010-12/fiche_de_bon_usage_-_compression_medicale_dans_les_affections_veineuses_chroniques.pdf

https://www.ameli.fr/assure/sante/bons-gestes/quotidien/utiliser-bas-collants-compression

 

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 09/09/2021

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Bas de contention classe 2
Prescrite par le médecin pour prévenir et traiter les affections veineuses chroniques, la contention…
Bas de contention en pharmacie
La sensation de jambes lourdes est l'une des premières manifestations de l'insuffisance circulatoire…
Les varices
Les veines de vos jambes ont grossi et sont devenues visibles ? Ce sont  probablement des varices ! …