Mauvaise circulation sanguine : quels traitements naturels ?

Jambes lourdes, crampes musculaires, gonflements… Lorsque le sang circule mal, plusieurs symptômes caractéristiques peuvent apparaître. Relativement fréquents, les troubles circulatoires bénins peuvent être particulièrement désagréables et handicapants au quotidien. S’ils ne sont pas pris en charge, certains peuvent également s’aggraver, et engendrer de graves complications.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Quels sont les symptômes de ces problèmes de circulation ? Existe-t-il des traitements naturels pour soulager les symptômes d’une mauvaise circulation sanguine ? Et lesquels privilégier ?

 

Quels sont les symptômes d’une mauvaise circulation sanguine ?

Provoqués ou aggravés par certains facteurs de risque (hérédité, sédentarité et absence d’activité physique, surpoids et obésité, grossesse, traitement hormonal, tabac…), les problèmes de circulation sanguine traduisent un mauvais fonctionnement des veines. Les veines sont moins toniques et moins élastiques, les valvules qui empêchent le reflux sanguin fonctionnent moins bien… Le sang a du mal à remonter vers le cœur et stagne dans les membres inférieurs (mauvais retour veineux).


Une mauvaise circulation sanguine provoque en général l’apparition de plusieurs symptômes caractéristiques :
- des jambes lourdes : les jambes semblent pesantes et tendues, surtout en fin de journée ou lorsqu’il fait chaud. Le fait de piétiner pendant toute la journée (ou au contraire de rester debout et statique) peut également favoriser l’apparition de ce symptôme. Cette sensation désagréable est surtout ressentie au niveau des mollets ;
- des crampes pendant la nuit, des démangeaisons (prurit), des impatiences (sensations très désagréables, qui provoquent un besoin irrépressible de bouger et d’étirer les jambes) ;
- des gonflements (œdèmes) : ils se manifestent en général sur le dessus du pied, au niveau des chevilles ou des mollets ;
- des varicosités (ou télangiectasies) au niveau des membres inférieurs (jambes et cuisses) : des vaisseaux très fins deviennent visibles sur la surface de la peau des jambes.


Ces symptômes ont tendance à s’amplifier tout au long de la journée. Ils s’atténuent en position allongée, et disparaissent en général après une nuit complète.

 

Pourquoi est-il important de prendre en charge une insuffisance veineuse ?

Les troubles de la circulation peuvent engendrer des symptômes désagréables et invalidants au quotidien (gonflements inesthétiques, douleurs, crampes, difficultés à s’endormir, réveils nocturnes…). Si l’insuffisance veineuse évolue, elle peut également être à l’origine de l’apparition d’autres symptômes, plus difficiles à traiter (des varices, de l’eczéma et des démangeaisons, des œdèmes permanents et des ulcères variqueux). D’autre part, si certains troubles de la circulation ne sont pas pris en charge, ils peuvent s’aggraver et engendrer certaines complications.


La stagnation du sang dans les membres inférieurs peut par exemple provoquer une thrombose veineuse (ou phlébite). Un caillot de sang se forme et se développe dans une veine (dans les mollets en général). Si une phlébite superficielle reste en général bénigne (le caillot s’installe dans une veine superficielle, entre les muscles et la peau), une phlébite profonde peut être particulièrement dangereuse. Installé dans une veine profonde (dans les muscles), le caillot sanguin peut se détacher et remonter jusqu’aux poumons (risque d’embolie pulmonaire mortelle).


Il est donc recommandé de consulter son médecin traitant dès l’apparition des premiers signes de troubles de la circulation sanguine. Le médecin doit être consulté dans la journée si le gonflement des jambes apparaît de manière soudaine, s’il est douloureux, prédominant d’un côté ou accompagné de fièvre.

 

Quels traitements naturels pour soulager les symptômes d’une mauvaise circulation sanguine ?

Selon l’origine et la nature du trouble circulatoire, le médecin peut prescrire plusieurs types de traitements (naturels ou non). En comprimant les jambes, une contention élastique (bandes, chaussettes ou bas) permet par exemple d’aider mécaniquement le sang à remonter vers le cœur. Certains médicaments veinotoniques permettent aussi de soulager les symptômes causés par un trouble de la circulation sanguine. Pris par voie orale ou locale (en crème), ils contiennent des molécules de synthèse ou des extraits de plantes.


Mais la mauvaise circulation sanguine peut également être améliorée grâce à plusieurs traitements naturels. Alors comment soigner l’insuffisance veineuse naturellement ?

 

Adopter les bons comportements au quotidien

Le premier traitement naturel pour soulager les symptômes d’une mauvaise circulation sanguine est préventif. Il s’agit en effet d’éviter toutes les situations et comportements qui peuvent favoriser les troubles circulatoires :
- adopter les bonnes postures : pour une bonne circulation sanguine, il est recommandé de laisser le plus souvent possible ses jambes allongées en position assise ou couchée (et d’éviter au maximum la position assise jambes croisées). En cas de station assise ou debout prolongée, il est conseillé de se lever régulièrement pour faire quelques pas (ou effectuer des mouvements de flexion au niveau des chevilles). Le port de bas de contention peut également être envisagé. Pour favoriser un bon retour veineux pendant la nuit, les pieds du lit peuvent enfin être surélevés de quelques centimètres ;
- avoir une activité physique régulière et adaptée : en plus de marcher au moins vingt minutes par jour et d’utiliser les escaliers plutôt que l’ascenseur, il est conseillé de pratiquer un sport d’endurance de manière régulière pour entretenir sa santé cardio-vasculaire et musculaire. Cela permet d’abord de renforcer le cœur, les artères et les veines. Plus toniques, les muscles des jambes participent également à un meilleur retour veineux. La marche rapide, la course à pied, la danse, la natation et le vélo sont particulièrement recommandés. Les activités qui provoquent des piétinements et des « à-coups » au niveau de la voute plantaire, ou qui bloquent la circulation du sang, sont quant à elles déconseillées (tennis, basket, ping-pong, squash, judo, équitation…) ;
- éviter les fortes sources de chaleur et les vêtements serrés : il est recommandé d’éviter les bains trop chauds, les saunas et les hammams, l’épilation à la cire chaude, et de limiter les expositions au soleil et la marche sur des planchers chauffants. La chaleur a en effet tendance à dilater les veines et à favoriser l’insuffisance veineuse. Il faut également privilégier le port de vêtements amples et de chaussures adaptées (éviter par exemple les bottes hautes et les talons trop hauts) ;
- surveiller son poids, adopter une alimentation équilibrée et arrêter de fumer : les aliments qui favorisent la congestion des veines doivent être limités (café, thé, alcool, épices…). Le tabac a également un effet sur la tonicité des veines ;
- détendre ses jambes le soir : plusieurs exercices permettent de réactiver la circulation dans les jambes, et de soulager naturellement les symptômes d’une mauvaise circulation sanguine. Allongé sur le dos, jambes à la verticale et pieds en l’air, ils consistent à effectuer des auto-massages (en remontant des chevilles jusqu’aux genoux), des mouvements de pédalage et des flexions au niveau des chevilles.

 

Se tourner vers l’homéopathie

Traitement naturel, l’homéopathie peut également être utilisée pour soulager les symptômes causés par une mauvaise circulation sanguine, ou en limiter l’évolution :
- Hamamélis virginia est indiqué en cas de varices et varicosités douloureuses, et particulièrement sensibles au toucher dans les milieux chauds et humides ;
- Vipera aspis est un remède pour les varices très douloureuses, accompagnées d’une inflammation veineuse et d’un œdème, notamment lorsque le membre est pendant ;
- la souche Aesculus (Marronnier d’Inde) peut être utilisée en cas de varices des membres inférieurs bleuâtres et distendues. Son utilisation est également recommandée dans le traitement des ulcères variqueux, entourés de dilatations veineuses ;
- Collinsonia canadensis est utilisé pour traiter les distensions veineuses des membres inférieurs et les varices vulvaires. Il est particulièrement indiqué pour soigner les troubles circulatoires chez la femme enceinte, tels que les crises d’hémorroïdes provoquées par la constipation.

Ces traitements naturels se prennent en dilution basse (5 à 9 CH), en suivant une posologie de 3 à 5 granules matin et soir.

 

Quelles plantes pour améliorer la circulation sanguine ?

La phytothérapie est un traitement naturel reconnu pour soulager les symptômes provoqués par une mauvaise circulation sanguine. Souvent riches en flavonoïdes (des substances antioxydantes), plusieurs plantes peuvent être utilisées, seules ou en association :
- le marronnier d’Inde : ses graines et son écorce contiennent plusieurs substances aux propriétés scientifiquement reconnues. En plus d’aider à protéger et à stimuler la paroi des veines et des petits vaisseaux sanguins, elles peuvent participer à la réduction de l’inflammation et des œdèmes ;
- le petit-houx : son rhizome contient plusieurs substances de la famille des flavonoïdes, connues pour leurs effets bénéfiques sur la tonicité et l’élasticité des veines. À cause de ses propriétés vasoconstrictrices, il ne doit pas être utilisé en cas d’hypertension artérielle ;
- l’hamamélis : les feuilles et l’écorce de cette plante contiennent plusieurs tanins et flavonoïdes, des substances aux propriétés vasculoprotectrices reconnues ;
- la vigne rouge : en plus de contenir des flavonoïdes, ses feuilles renferment une quantité importante d’anthocyanosides, qui présentent également des effets vasculoprotecteurs. Contenant également du resvératrol, l’utilisation de la vigne rouge est déconseillée chez les femmes aux antécédents personnels ou familiaux de cancers de l’utérus ou du sein ;
- le ginkgo : ses feuilles contiennent des flavonoïdes antioxydants et des terpénolactones aux propriétés anticoagulantes. L’utilisation de cette plante est déconseillée en cas d’épilepsie et aux femmes enceintes ou allaitantes ;
- le mélilot : il contient des flavonoïdes pour soulager l’insuffisance veineuse, et des coumarines pour fluidifier le sang. Il ne doit pas être utilisé en cas de maladie du foie ;
- le cassis : ses feuilles et ses baies contiennent des flavonoïdes et des anthocyanosides.

Sources :

Vidal.fr - La phytothérapie dans le traitement de l'insuffusance veineuse
Vidal.fr - Les causes et la prévention des jambes lourdes
Vidal.fr - Comment soigner l'insuffisance veineuse
Vidal.fr - Comment réagir en cas de jambes lourdes
Ameli.fr - Jambes lourdes : symptômes, causes, facteurs favorisants
Ameli.fr - Jambes lourdes : adopter les bons réflexes au quotidien
 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/06/2021

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Compression veineuse : choisir ses bas
La contention veineuse consiste à exercer une pression sur les jambes, pour favoriser la circulation…
Bas de contention classe 2
Prescrite par le médecin pour prévenir et traiter les affections veineuses chroniques, la contention…
Bas de contention en pharmacie
La sensation de jambes lourdes est l'une des premières manifestations de l'insuffisance circulatoire…