La santé cardiovasculaire

La santé cardiovasculaire

Les maladies cardiovasculaires sont loin d’être une fatalité. Prendre soin de son cœur et de ses artères au quotidien pour aider à conserver une bonne santé, c’est possible ! Quelques explications et conseils.

 

 


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

On l’entend à peine, on ne le voit pas, et pourtant, notre cœur est un fabuleux instrument de précision. À chaque seconde, ce muscle d’à peine 500 g propulse le sang, via artères et veines, dans toutes les parties de notre corps pour nourrir chacun de nos organes, notamment le cerveau et les muscles. Un mouvement de pompe qu’il répète inlassablement.

 

En tout, ce sont 5 litres de sang, soit la totalité contenue dans notre corps, qui sont pompés chaque minute, pour environ 100 000 battements par jour. Hélas, trop souvent, c’est quand il va mal qu’on s’en préoccupe. Alors qu’en modifiant certaines de nos (mauvaises) habitudes de vie, nous pouvons préserver notre santé cardiovasculaire.

Laissez-le souffler

Le tabac est l’ennemi numéro 1 du cœur. Le monoxyde de carbone contenu dans la cigarette détériore la paroi des artères, favorise la constitution de plaques d’athérome(3) et la formation de caillots. Avant l’âge de 55 ans, six infarctus sur dix sont exclusivement attribuables au tabac. Plus on fume longtemps, même peu, plus les risques augmentent. Malgré tout, et c’est une bonne nouvelle, à tout âge, s’arrêter de fumer est bénéfique pour la santé. En effet, à l’arrêt du tabac, vous récupérez très vite de l’énergie. Monter les escaliers, courir… tout est plus facile. Votre sang est mieux oxygéné et vos muscles fonctionnent mieux. C’est le moment de vous (re)mettre à l’activité physique pour entretenir votre système cardiovasculaire. Et cinq ans après avoir écrasé sa dernière cigarette, le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) est semblable à celui d’un non-fumeur. Si vous voulez arrêter, faites-vous aider. Grâce à l’accompagnement d’un professionnel de santé (médecin, pharmacien), vous aurez 70 % de chance(4) en plus de réussir votre sevrage.

 

Sevrage tabagique : un accompagnement complet de mon pharmacien

Jour J - PREMIER RENDEZ-VOUS.
Vous avez décidé d’arrêter de fumer ? Bravo ! Votre pharmacien va vous accompagner dans la durée. Lors d’un premier entretien, il vous interroge sur vos habitudes, vos craintes, évalue votre motivation, votre degré de dépendance, et met en place, le cas échéant, le substitut nicotinique le mieux adapté.

 

J +8 - PREMIER ENTRETIEN DE SUIVI.
Vous faites ensemble le point sur les difficultés que vous rencontrez. Votre pharmacien vous présente les stratégies d’évitement possibles ou réajuste votre traitement si nécessaire. Vous craignez de grossir à l’arrêt du tabac ? Il prend différentes mesures (poids, tour de taille, etc.) pour surveiller régulièrement ces paramètres et vous conseille en cas de prise de poids.

 

J +30, 60, 90… - VISITES DE SUIVI.
Avant chaque rendez-vous, vous répondez à des questionnaires qui portent, notamment, sur d’éventuels symptômes liés au sevrage tabagique (troubles du sommeil, irritabilité, etc.).
Cela permet à votre pharmacien de vous délivrer, à chaque fois, des conseils ciblés (sur l’alimentation, le sommeil, l’activité physique, etc.)

 



 

Attention à la tension…

L’hypertension artérielle est liée à une pression du sang anormalement élevée dans les vaisseaux sanguins, ce qui oblige le cœur à fournir de plus gros efforts. Une tension qui dépasse régulièrement le seuil limite de 14/9 peut avoir de sérieuses répercussions au niveau cardiovasculaire. Comme elle ne provoque généralement aucun symptôme, seule une mesure de la pression artérielle permet de la détecter. Pensez à effectuer régulièrement des contrôles chez votre médecin ou votre pharmacien. Pour la prévenir, limitez au maximum votre consommation d’alcool, de sel, et privilégiez les aliments riches en fibres (céréales complètes, fruits, légumes) et en potassium (banane, épinards, avocat, fruits secs...).

 

Le diabète dépisté

Savez-vous que l’apparition d’un diabète de type 2 augmente le risque d’accident cardiovasculaire ? Très impliqué dans la prévention et la détection du diabète, votre pharmacien se tient à votre disposition pour un dépistage précoce. Il peut aussi vous aider à mieux vivre votre diabète au quotidien et vous faire bénéficier d’un suivi personnalisé durant une année.

 

… et au « mauvais » cholestérol

Le cholestérol est une graisse naturelle indispensable à l’organisme, fabriquée en grande partie par le foie. Il existe le « bon » cholestérol, le HDL-cholestérol, qui nettoie les artères, et le « mauvais », le LDL-cholestérol, qui, en excès, se dépose dans les parois des artères, notamment celles du cœur, ce qui a pour conséquence de réduire leur calibre en formant des plaques. C’est la proportion des deux qui détermine le risque cardiovasculaire. Pour avoir un taux de cholestérol dans les normes, il est recommandé d’avoir une bonne hygiène de vie (activité physique régulière, arrêt du tabac), une alimentation riche en fibres (fruits, légumes, céréales complètes), qui permettent de diminuer l’absorption du cholestérol au niveau du tube digestif, et pauvre en graisses d’origine animale.


80 % des maladies cardiovasculaires pourraient être évitées grâce à un mode de vie plus sain(1) / En France, ces maladies font plus de 400 victimes chaque jour. Elles sont la première cause de mortalité chez les femmes et les plus de 65 ans(2). Elles font 8 fois plus de victimes que le cancer du sein / Les infarctus du myocarde chez les femmes de moins de 50 ans ont triplé ces quinze dernières années(2) / 30 minutes d’activité physique modérée par jour réduisent le risque d’accident cardiovasculaire de 30 % en moyenne(2).

Les aliments « atouts cœur » 

Une alimentation trop grasse, trop sucrée et trop salée favorise le cholestérol, le surpoids, l’hypertension et le diabète. Pour conserver un cœur et des artères en bonne santé, limitez votre consommation de viande rouge (porc, bœuf, veau, agneau, abats) à moins de 500 g par semaine, de charcuterie (pas plus de 150 g par semaine), de beurre, de crème fraîche, de fromages, de pâtisseries, de viennoiseries, de plats industriels... Cuisinez à l’huile d’olive ou de colza, privilégiez le « fait maison » et la consommation de volaille, de poisson (dont un poisson gras – de type sardine, hareng, saumon – par semaine), de fruits et de légumes frais (cinq portions par jour) sous toutes leurs formes (frais, surgelés, en conserve, cuits ou crus), de légumes secs et de céréales complètes.

 

Bougez plus ! 

L’activité physique régulière, à raison de trente minutes au minimum par jour, aide à la dilatation des artères – y compris les artères coronaires, qui nourrissent le cœur en oxygène – et sollicite le muscle cardiaque par l’intensification du rythme. Les meilleures activités pour entretenir son cœur sont celles d’endurance d’intensité modérée (marche rapide, footing, vélo, natation) à pratiquer de manière progressive, sans fatigue musculaire ni essoufflements excessifs. En plus, l’activité physique contribue à faire baisser la tension en complément de la perte de poids et de la réduction du sel. En cas de reprise d’activité, consultez au préalable un médecin.

 

Relaxez-vous

La corrélation entre le stress chronique – lié au travail, aux soucis familiaux, etc. – et les maladies cardiovasculaires est aujourd’hui clairement démontrée. Le stress favorise l’hypertension et affaiblit progressivement les systèmes circulatoire et cardiaque. Les meilleurs antistress sont l’activité physique, le yoga, la méditation, la sophrologie ou la méthode dite de « cohérence cardiaque », qui consiste à synchroniser les rythmes cardiaque et respiratoire à l’aide de techniques de relaxation et de méditation.

 

Les bienfaits du rire

Vous préférez allier plaisir et relaxation ? Pourquoi ne pas vous offrir une bonne dose quotidienne de rire ? Une étude de l’université du Maryland(5) a montré que le rire peut avoir des effets comparables à l’exercice physique pour le système cardiovasculaire. À l’instar du jogging, le rire accélère la fréquence cardiaque, fortifie le cœur et la circulation sanguine et améliore l’oxygénation du muscle cardiaque. Ne vous en privez pas !

 

Et maintenant, au lit ! 

Enfin, pensez à vous reposer suffisamment. Un manque de sommeil peut avoir un impact sur le surpoids, l’hypertension, le diabète, l’élévation des triglycérides(6). De récentes études(7) démontrent que les dormeurs de moins de six heures auraient un risque accru de 11 % de développer un accident cardiovasculaire au cours de leur vie. Alors, tâchez de dormir entre six et huit heures chaque nuit, et n’hésitez pas à faire des siestes.

 

Dents à surveiller de près

Une bonne hygiène dentaire diminue les risques de maladies cardiaques. Étrange ? Pas vraiment quand on sait que la bouche est la première porte d’entrée des bactéries vers le cœur ! Ainsi, des caries non traitées facilitent leur migration dans la circulation générale. Et si elles se greffent sur les parois du cœur, elles peuvent l’infecter. Gare aussi aux inflammations des gencives, qui génèrent une forte production de toxines et favorisent l’épaississement des vaisseaux et la formation de la plaque d’athérome(3).

 

NOTES
1 Source : Organisation mondiale de la santé (OMS).
2 Source : Fédération française de cardiologie.
3 Source:  Dépôts graisseux qui s’accumulent sur la paroi des artères.
4 Source : Tabac Info Service.
5 Source : Medical Hypotheses, 2009.
6 Soucre:  Ils font partie, comme le cholestérol, de la catégorie des lipides.
7 Source : European Heart Journal, août 2018.

 

Mes applis fûtées

Quatre applications gratuites pour prendre soin de son cœur.

Moniteur Fréquence Cardiaque
Gratuite

Une appli simple d’utilisation pour mesurer sa fréquence cardiaque au repos ou lors d’activités physiques.

 

Pression artérielle - MyDiary
Gratuite

MyDiary permet de surveiller sa tension, de suivre son historique et de partager les données avec son médecin.

 

RespiRelax+

Gratuite
Une appli de cohérence cardiaque, méthode douce de relaxation, pour se détendre et réguler la variabilité de la fréquence cardiaque, grâce à des exercices respiratoires à réaliser à raison de cinq minutes, trois fois par jour.

 

Tabac Info Service
Gratuite

L’appli d’e-coaching de Tabac Info Service (www.tabac-info-service.fr) offre un accompagnement adapté aux motivations et habitudes de vie de chacun. Avec une série d’outils pour mesurer ses progrès et éviter de craquer.


« En cas d’hypertension, une complémentation en coenzyme Q10 peut faire baisser la tension. Parlez-en à votre médecin. »
Manuel K., pharmacien en Seine-et-Marne


 3 questions au Pr Claire Mounier-Véhier, cardiologue au CHU de Lille*


Durant la grossesse, le cœur des femmes est soumis à rude épreuve...
En effet, la grossesse impose d’incroyables contraintes sur les plans cardiaque et vasculaire. Rendez-vous compte : le cœur doit alimenter le corps de la femme, le placenta et le bébé. Pour ce faire, le débit cardiaque est multiplié par deux, c’est-à-dire que le cœur, telle une chaudière, « mouline » 10 litres de sang par minute. De ce fait, ses cavités s’élargissent
et les artères, elles aussi, doivent s’adapter et se dilater, comme un tuyau d’arrosage. La grossesse, puis l’accouchement, contraignent donc cet organe vital à un effort parfois périlleux.

 

Quels sont les principaux risques ?
Pour les femmes en surpoids, qui fument, ou qui ont une grossesse tardive, le risque
de déclencher une hypertension gestationnelle ou une prééclampsie n’est pas négligeable. Cette dernière, associée à une hypertension artérielle, peut freiner le développement du bébé, mais avoir aussi un impact sur la santé de la mère. Certains problèmes cardiovasculaires méconnus sont aussi démasqués à l’occasion de la grossesse. Autre situation qui peut mettre en difficulté les femmes : l’hypertension artérielle chronique ou le diabète, qui nécessitent de préparer le projet de grossesse en amont.

 

Le suivi cardiaque devrait-il être amélioré ?
Oui ! Les consultations clés, soit la consultation préconceptionnelle, chez la femme exposée à des facteurs de risque, et la consultation du post-partum, devraient être l’occasion d’un bilan cardiovasculaire poussé. Certaines anomalies qui se sont développées pendant la grossesse (diabète gestationnel, hypertension, prééclampsie) sont des marqueurs de risque de développer un AVC ou un infarctus dans le futur. Malheureusement, trop de médecins l’ignorent encore.

* Cofondatrice du fonds de dotation Agir pour le cœur des femmes, www.agirpourlecoeurdesfemmes.com


Pour aller plus loin

Prenez votre cœur à cœur
Un médecin nutritionniste et un cardiologue délivrent des conseils simples pour protéger son cœur au quotidien et prévenir les maladies cardiovasculaires. Alimentation, activités physiques, facteurs de risque, tout y est !
Des Drs Jacques Fricker et Patrick Assyag, Odile Jacob, 2021.

Les aliments qui préviennent l’infarctus
Un petit livre pratique pour cuisiner gourmand tout en protégeant son cœur et ses artères naturellement. Des règles diététiques simples, assorties de 50 recettes inspirées de la cuisine méditerranéenne.
De Sylvain Pichon, Thierry Souccar, 2019.

Rajeunir, mon cœur dit oui !
Alimentation, activité physique, maîtrise du stress… Pierre Weinmann, cardiologue, chef de service à l’hôpital européen Georges Pompidou, donne des clés pour prendre soin de ses artères et de son cerveau.
Du Pr Pierre Weinmann, Albin Michel, 2017.

 

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/07/2022

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Santé cardiovasculaire : zoom sur le cœur femmes
  On a longtemps cru que les infarctus et les AVC étaient des affaires d’hommes. Erreur ! Aujourd’hu…
Les symptômes de l'AVC
L’AVC est aujourd’hui la deuxième cause de mortalité chez la femme, et la troisième chez l’homme. To…
facteurs de risque cardiovasculaire
Faisant partie des principales causes de mortalité en France, les maladies cardiovasculaires peuvent…