Problème respiratoire dû au stress : comment réagir ?

Problème respiratoire lié au stress

Un problème respiratoire peut être provoqué par un épisode de stress, sans qu’il s’agisse d’une pathologie chronique. En effet, le stress peut provoquer de nombreux symptômes, tout aussi difficiles à vivre que ceux provoqués par une maladie infectieuse. Néanmoins, le stress peut également être facilement maitrisé. En cas de problème respiratoire, il est néanmoins essentiel de consulter son médecin traitant. Ce dernier doit vérifier qu’il ne s’agit pas d’une infection respiratoire ou d’une autre pathologie.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Quels sont les principaux problèmes respiratoires dus au stress et que faire ? Comment stopper une crise d’angoisse ? Quelles techniques de respiration suivre pour réduire son niveau de stress ? Comment moins stresser et mieux respirer au quotidien ?
  

Les principaux problèmes respiratoires dus au stress

Plusieurs problèmes respiratoires peuvent être provoqués par une crise d’angoisse. Parmi les principaux symptômes d’un état de stress intense, on retrouve :

  • l’hyperventilation ;

  • la spasmophilie.


Pour mieux contrôler ces problèmes respiratoires, il est essentiel de réussir à identifier et à comprendre la cause de la détresse respiratoire.   


L’hyperventilation

L’hyperventilation se traduit par une respiration rapide et saccadée. Elle se manifeste généralement pendant un épisode de stress, avec l’angoisse de manquer d’air. La fréquence respiratoire devient alors plus élevée qu’en temps normal, avec de nombreuses inspirations et expirations à la minute. Sous l’effet d’une crise de panique ou pendant une crise de spasmophilie, l’amplitude de la respiration est également plus importante. Ceci s’explique par l’impression de manquer d’air et par le besoin de compenser ce manque d’oxygène par des respirations plus amples et plus fréquentes.


Même si ce problème respiratoire dû au stress est bénin, des conséquences sur le taux d’oxygène et le taux de dioxyde de carbone dans le sang sont néanmoins constatées après plusieurs minutes d’hyperventilation.


En effet, en raison de ces inspirations et expirations plus régulières, le taux d’oxygène dans le sang devient plus élevé. Le dioxyde de carbone est rejeté plus régulièrement lors de l’expiration. La baisse de gaz carbonique dans le sang peut notamment entraîner :

  • une fatigue soudaine ;

  • des étourdissements ou une sensation de tournis ;

  • une vision qui commence à devenir floue ;

  • des bouffés de chaleur ;

  • la sensation de manquer d’air avec la peur de l’étouffement ;

  • la perte de connaissance dans les cas les plus compliqués.

 

Ces différents symptômes - inhérents à la crise d’hyperventilation - ne font en général que renforcer l’état de panique ou la crise de spasmophilie. La personne a de plus en plus peur de perdre connaissance ou d’étouffer.


De plus, en cas d’hyperventilation chronique, des conséquences plus graves peuvent survenir. Une prise en charge pour stopper les crises de panique et la peur de l’hyperventilation est donc vivement conseillée, dès l’apparition de la première crise.

     
La respiration thoracique

La respiration thoracique est un problème respiratoire moins visible. En effet, la respiration thoracique ne provoque pas de sifflement ou d’hyperventilation, mais peut à terme concourir à une sensation d’oppression.


En état de stress, la respiration a tendance à s’accélérer avec des mouvements respiratoires localisés au niveau du thorax. Ce type de respiration ne permet pas une respiration profonde. Lors d’une attaque de panique ou d’une crise de spasmophilie, la respiration thoracique amplifie cette sensation de manquer d’air et peut occasionner des douleurs à la poitrine. Or, la respiration profonde est essentielle pour retrouver une certaine quiétude.


Pour retrouver une respiration profonde, il est essentiel de repenser sa manière de respirer. La respiration préconisée est alors la respiration abdominale. À la différence de la respiration thoracique, la respiration abdominale commence par le gonflement du ventre, puis des poumons. Les poumons peuvent dès lors pleinement se gonfler, sans être limités par la cage thoracique.

 

L’asthme

L’asthme est une maladie chronique qui n’est pas nécessairement due à un état de stress. En effet, l’asthme apparaît en général au contact d’allergènes, qu’il s’agisse d’un allergène respiratoire (acariens, poils d’animaux, solvants…), d’un allergène alimentaire, etc.
Néanmoins, les crises d’asthme peuvent également se déclencher lors d’un épisode de stress intense. Une crise d’angoisse étant imprévisible et difficile à contrôler, les crises d’asthme sont d’autant plus redoutées. Un cercle vicieux peut là encore s’installer, avec la peur de déclencher une crise d’asthme due au stress.


Ce problème respiratoire est à prendre au sérieux. Il peut en effet être à l’origine de plusieurs complications, provoquées par l’inflammation des bronches. L’asthme peut être à l’origine d’une réelle détresse respiratoire.

 

Les conséquences d’une mauvaise respiration

Une crise d’hyperventilation ou une respiration thoracique en état de stress restent des problèmes respiratoires bénins. Le principal problème réside dans le caractère chronique des crises d’angoisse ou des crises de spasmophilie. En effet, une détresse respiratoire due au stress ne fait qu’accentuer le stress en lui-même. En gardant cette peur de refaire une crise d’angoisse ou de spasmophilie, le stress provoque de nouveau lui-même la crise. Ce cercle vicieux peut être difficile à vivre au quotidien.


Outre cet état de stress chronique et permanent, les problèmes respiratoires qui en découlent peuvent également entraîner une fatigue cardiaque. La détresse respiratoire, et notamment l’hyperventilation, augmente en effet le rythme cardiaque ainsi que la tension artérielle.


D’autres problèmes de santé secondaires peuvent également être provoqués par une mauvaise respiration, tels que :

  • des problèmes de digestion ;

  • une fatigue chronique ;

  • une fatigue musculaire ;

  • etc.


Lorsque l’asthme est déclenché par le stress, des complications plus sérieuses peuvent en découler. Le seul traitement médical adapté reste alors l’utilisation d’un bronchodilatateur. L’inflammation des bronches peut occasionner des difficultés plus importantes pour respirer. Un suivi médical est donc indispensable : il permet de prévenir toutes complications et de prévoir un traitement adapté en cas de crise.

 

Les solutions pour maîtriser son stress et sa respiration


Le stress peut être provoqué par différents facteurs et peut être à l’origine de l’apparition de différents symptômes. Il existe plusieurs solutions pour réduire le stress.


Comment prévenir une crise d’angoisse ? Quelle attitude adopter lorsque l’on commence à hyperventiler ? Existe-t-il des solutions naturelles et efficaces contre le stress ? Voici des éléments de réponse qui peuvent vous aider à reprendre le contrôle sur les problèmes respiratoires dus au stress.

 

La respiration abdominale

La respiration fait partie des actions les plus efficaces pour réduire considérablement le stress. En effet, la maîtrise de la fréquence respiratoire a des effets immédiats sur le corps.


Si la respiration thoracique peut entraîner cette sensation de manquer d’air en état de stress, la respiration abdominale permet quant à elle de retrouver une respiration profonde.


Pour pratiquer correctement la respiration abdominale, il est essentiel de concentrer son mouvement d’inspiration au niveau du ventre, pour ensuite remonter au niveau des poumons. Lors de l’inspiration, commencez par gonfler votre ventre, puis vos poumons. À l’expiration, commencez par vider vos poumons, puis rentrez votre ventre. Cette technique permet de solliciter le diaphragme et donc de profiter de toute votre capacité respiratoire pour retrouver votre calme.


La respiration abdominale permet donc :

  • de réduire considérablement l’état de stress ;

  • d’éliminer la sensation de manquer d’air ;

  • de se concentrer sur sa respiration et non sur la cause de son angoisse.


En cas d’attaque panique, il est conseillé de réduire sa fréquence respiratoire. Pour vous concentrer davantage sur votre respiration, mettez une main sur votre ventre, puis inspirez profondément et lentement, en veillant à gonfler votre ventre puis vos poumons. Expirez ensuite en expulsant l’air de vos poumons lentement, pour finir par rentrer votre ventre. Renouvelez cette respiration lente et contrôlée plusieurs fois de suite, le temps de retrouver calme et sérénité. 

 

Respirer dans un sac en papier

Cette solution est préconisée en cas de crise d’angoisse qui entraine une hyperventilation. L’hyperventilation peut augmenter le taux d’oxygène dans le sang et réduire le taux de dioxyde de carbone en raison de la respiration accélérée.


Afin de rétablir un équilibre entre le taux d’oxygène et le taux de gaz carbonique dans le sang, il est conseillé de respirer dans un sac en papier. Celui-ci permet d’inhaler le gaz carbonique rejeté dans l’air au moment de l’expiration. L’air en partie emprisonné dans le sac est alors davantage chargé en gaz carbonique qu’en oxygène. Cette méthode simple permet donc de réduire les effets de l’hyperventilation.


Attention, seul un sac en papier doit être utilisé. De plus, la respiration dans un sac en papier ne doit durer que quelques minutes. Elle doit cesser dès que les symptômes de l’hyperventilation disparaissent.


Si vous êtes sujet aux crises d’hyperventilation régulières, vous pouvez prévoir d’avoir un sac en papier en permanence avec vous.

 

Prévenir l’asthme dû au stress

La crise d’asthme est l’un des problèmes respiratoires les plus anxiogènes lors de la survenance d’une crise d’angoisse. Dès lors, apprendre à reconnaître l’arrivée d’une crise d’asthme permet d’adopter les bons comportements afin de ne pas accentuer l’inflammation des bronches.


Reconnaître les éléments déclencheurs d’une crise d’asthme déclenché par le stress permet d’anticiper les situations stressantes et donc de limiter les crises.


D’autres solutions telles que la sophrologie, la respiration abdominale ou bien encore le yoga permettent de retrouver un équilibre de vie plus serein, et de limiter considérablement les crises d’asthme dû au stress.
 

 

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 12/06/2020

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Diffucultés respiratoires
Une difficulté respiratoire peut trouver son origine dans différentes causes. Elle peut être provoqu…
Les stades de la BPCO
Les stades de la BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive) caractérisent l’avancement de la …
L’oxygénothérapie en cas de BPCO
L’oxygénothérapie permet d’améliorer la survie et la qualité de vie de nombreux patients souffrant d…