La pharyngite : symptômes, diagnostic et traitement

Symptômes et traitements de la pharyngite

Quels sont les symptômes de cette maladie ? Est-elle contagieuse ? Et à partir de quel moment consulter ? Les réponses dans cet article.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Vous avez mal à la gorge, particulièrement lorsque vous déglutissez ? Vous souffrez peut-être d’une pharyngite. Très fréquente en hiver, on retrouve cette maladie aussi bien chez l’adulte que chez l’enfant ou le bébé.

 

En l’absence de complications, elle guérit spontanément en quelques jours. Mais elle peut parfois être particulièrement douloureuse et provoquer de la fièvre. Il est alors nécessaire de consulter un médecin.

 

Qu’est-ce qu’une pharyngite ?

Le pharynx est une zone de transit, située entre les fosses nasales et le larynx à l’arrière de la gorge (derrière le voile du palais). Ce conduit musculaire a trois fonctions distinctes :

  • au niveau de la respiration : il fait passer l’air qui entre par la bouche et le nez vers le larynx, puis la trachée ;

  • au niveau de l’alimentation : c’est lui qui fait passer les aliments de la bouche à l’œsophage, au moment de la déglutition ;

  • au niveau de la parole : il agit sur les sons produits par les cordes vocales (les cordes vocales sont situées dans le larynx).


Une pharyngite est une inflammation du pharynx, organe particulièrement vulnérable pendant l’hiver.

 

Elle peut s’accompagner d’une inflammation des muqueuses des fosses nasales : on parle alors de rhinopharyngite (ou plus communément d’un « rhume »). Il s’agit de l’affection la plus courante chez l’enfant.


Quelle est la différence entre une laryngite et une pharyngite ? Si ces deux maladies provoquées par des virus ou des bactéries touchent la gorge, elles ne touchent pas les mêmes organes. En présence d’une laryngite, c’est le larynx qui est atteint.

 

L’inflammation du pharynx provoque des douleurs à la déglutition alors que la laryngite rend la parole douloureuse et change l’aspect de la voix (voix enrouée et rauque).


Il existe deux types de pharyngites :

  • la pharyngite aiguë : le plus souvent d’origine infectieuse (virus ou bactéries), elle est fréquente mais passagère. Elle disparaît en général en quelques jours. Elle peut parfois être la première manifestation d’une maladie infectieuse générale (mononucléose, rougeole, rubéole, scarlatine…). Elle peut également être d’origine non infectieuse, provoquée par une brûlure ou tout autre type d’accident (inhalation d’acide par exemple) ;

  • la pharyngite chronique : plus rare, ses symptômes durent plus longtemps (plusieurs mois) et elle s’installe progressivement dans le temps. Touchant en grande majorité les adultes, elle peut être due à de nombreux facteurs (tabac, alcool, reflux gastro-œsophagien, utilisation forcée de la voix, exposition à des polluants ou à des courants d’air froid…).


Quelles sont les causes de cette maladie ?

L’inflammation du pharynx est le plus souvent provoquée par une infection bénigne, d’origine virale ou bactérienne (plus rare). On parle alors de pharyngite infectieuse. Mais elle peut aussi être causée par diverses agressions susceptibles d’entrainer une inflammation du pharynx (pharyngite non infectieuse).

  • Dans 40 % des cas, elle est causée par un virus.

  • Dans 30 % des cas, elle est d’origine bactérienne : la principale bactérie en cause est le streptocoque bêta hémolytique du groupe A (GABHS). Elle est responsable des possibles complications de la maladie.

  • Dans 30 % des cas, aucun agent pathogène (virus ou bactérie) n’est décelé. L’apparition de cette maladie peut alors être la conséquence d’une allergie (au pollen par exemple), d’une substance irritante (poussière, tabac, fumées, pollution…), d’un air froid et sec (air conditionné), d’une autre maladie ou trouble de la santé (sinusite chronique, carence en fer ou en vitamine A…). Elle peut aussi être provoquée par une respiration trop fréquente par la bouche ou une obstruction nasale, par une baisse des défenses immunitaires ou par d’autres facteurs aggravants (bronchite chronique, ménopause, diabète, insuffisance respiratoire, hypothyroïdie).


Quels symptômes ?

Touchant principalement la gorge, les symptômes de la pharyngite sont les suivants :

  • un mal de gorge plus ou moins important, au niveau de la partie centrale de la gorge : il s’agit du principal symptôme de cette maladie, dû à l’irritation du pharynx ;

  • une gêne à la déglutition des aliments (dysphagie) : les douleurs peuvent aller jusqu’à empêcher le patient d’avaler sa salive ;

  • une sensation de sécheresse dans la gorge, des démangeaisons et des brûlures ;

  • une fièvre légère à modérée : elle est plus fréquente chez l’enfant, en présence d’une pharyngite infectieuse ;

  • de la toux, des éternuements (parfois) et des raclements de gorge ;

  • un écoulement nasal (en cas de rhinopharyngite) ;

  • une perte d’appétit ;


Diagnostic et traitement

Le plus souvent bénigne, cette maladie est facile à traiter grâce à quelques gestes simples et du repos. Mais en fonction de la gravité et de la durée des symptômes, il devient parfois nécessaire de consulter un médecin. Ce dernier prescrit alors un traitement adapté.

 

Quand doit-on consulter ?

Qu’elle soit d’origine virale, bactérienne ou non infectieuse, cette maladie guérit dans la majorité des cas spontanément, en 5 à 9 jours.

 

Mais il arrive parfois qu’une pharyngite bactérienne (GABHS) évolue en rhinosinusite, en rhumatisme articulaire aigu, en otite moyenne aiguë, en conjonctivite, en troubles respiratoires ou digestifs, en pneumonie… Il est alors indispensable de consulter un médecin.


D’autre part, si la fièvre ne diminue pas au bout de 3 jours ou réapparait après ce délai, si les symptômes ne s’améliorent pas malgré leur traitement (voire s’aggravent), ou si de nouveaux symptômes apparaissent, il est également recommandé de consulter un médecin.

 

Comment le diagnostic est-il posé ?

Avoir mal à la gorge ne signifie pas forcément que vous souffrez d’une inflammation du pharynx. En effet, d’autres maladies peuvent être à l’origine d’une gêne ou d’une douleur à la déglutition. Vous pouvez par exemple souffrir de :

  • une angine : il s’agit d’une inflammation des amygdales, qui deviennent rouges et enflées. Si elle provoque un mal de gorge caractéristique et souvent plus vif que dans le cas d’une inflammation du pharynx, l’angine est aussi à l’origine d’une fièvre élevée qui apparaît brutalement, d’une grande fatigue et d’un mauvais état général ;

  • une laryngite : comme évoqué plus haut, il s’agit d’une inflammation du larynx. Si elle peut provoquer une gêne à la déglutition, cette maladie est surtout à l’origine d’une voix enrouée et modifiée (pouvant aller jusqu’à l’extinction de voix).


Il est important de faire la différence entre ces différentes affections, les soins et les traitements n’étant en effet pas les mêmes.


Le médecin peut diagnostiquer l’inflammation du pharynx grâce à un simple examen clinique. Il prend en compte vos symptômes, examine le fond de votre bouche et de votre gorge et observe l’inflammation.

 

Il peut aussi palper votre cou, pour évaluer le volume de vos ganglions. En cas de doute sur l’origine de l’infection, il peut réaliser un prélèvement dans la gorge : cela lui permet de recherche une infection bactérienne par un streptocoque (qui nécessite alors un traitement antibiotique).

 

Traitement

Quel médicaments prendre pour guérir d’une pharyngite ? Existe-t-il des remèdes naturels pour soulager la douleur le temps de la guérison ?

Les traitements médicamenteux

 

Dans la plupart des cas, la maladie guérit spontanément en quelques jours. Quoi qu’il en soit, elle ne nécessite pas de prendre des antibiotiques, sauf en cas d’infection bactérienne avérée (et encore !).


En revanche, pour soulager ses symptômes, vous pouvez recourir à des médicaments dits symptomatiques :
-   des pastilles ou un spray contre le mal de gorge : ils contiennent un antiseptique et un analgésique local. Pour en savoir plus, demandez conseil à votre pharmacien ;
-   un antipyrétique (contre la fièvre) et un antalgique (contre la douleur) : du paracétamol par exemple.


Pour savoir si votre infection est virale ou bactérienne et déterminer si les antibiotiques sont nécessaires, il est possible de réaliser un test rapide d’orientation diagnostique (TROD) en pharmacie. Ce test permet d'obtenir les résultats entre 10 et 15 minutes à partir d'un prélèvement dans la gorge du patient et coûtent entre 6 et 7 euros.

 

 


Pour faciliter le mouchage en cas de rhinopharyngite, vous pouvez utiliser un spray nettoyant à l’eau de mer ou un décongestionnant nasal.

 

Pour moucher un jeune enfant ou un bébé, vous pouvez avoir recours à un mouche-bébé et du sérum physiologique.


Lorsque l’inflammation du pharynx résulte d’une allergie, un traitement anti-allergique est alors prescrit.

Les traitements naturels
Pour soulager une gorge douloureuse, il est recommandé de boire beaucoup d’eau. En revanche en cas d’inflammation, évitez l’eau pour ne pas aggraver les symptômes.

 

Pensez enfin à humidifier l’air ambiant de votre intérieur, afin de ne pas irriter davantage votre gorge. Pour cela, vous pouvez utiliser un humidificateur d’air ou simplement poser une coupelle d’eau sur un radiateur chaud.


D’autres alternatives naturelles existent pour soulager et aider au traitement de cette maladie. L’homéopathie, la phytothérapie et les huiles essentielles peuvent notamment aider à apaiser les maux de gorge. Les gargarismes à l’eau salée ou au miel de thym (dilué dans de l’eau chaude) peuvent aussi soulager les douleurs.


Pour en savoir plus sur les traitements envisageables, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre médecin ou de votre pharmacien.

 

Précautions à prendre pour limiter la contagion

Au quotidien, plusieurs gestes simples peuvent vous aider à réduire la transmission du virus et de cette maladie.

 

Commencez d’abord par aérer régulièrement les pièces de votre logement, et évitez de surchauffer (la température intérieure doit être maintenue entre 18 et 20 °C).


Si vous êtes malade, adoptez certains gestes d’hygiènes simples pour limiter la propagation du virus. Éternuez dans un mouchoir ou dans votre coude, lavez-vous régulièrement les mains avec du savon et limitez les contacts trop proches avec les personnes de votre entourage.

 

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Candice Leblanc
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 25/03/2013

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
67 avis

Voir aussi

Prévenir les maladies de l'hiver
L'hiver revient avec son cortège de maux qui enflamment le nez, la gorge et les bronches. Avec l'aid…
L'aromathérapie et l'homéopathie contre la pharyngite
La pharyngite vous mène la vie dure ? Cette inflammation de l’arrière-gorge est particulièrement fré…