La chambre d'inhalation

Utiliser une chambre d'inhalation

Il est possible d'avoir recours à une chambre d'inhalation afin d'administrer un médicament. Comment utiliser une chambre d'inhalation et quand l'utiliser ?


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Définition d'une chambre d'inhalation

La chambre d'inhalation est un système interposé entre la bouche du patient et l'aérosol doseur. Elle permet une meilleure déposition du médicament dans les petites voies aériennes et une diminution de leur dépôt dans la bouche et la gorge (en ralentissant les particules et en favorisant l'évaporation du gaz vecteur).

Les chambres d'inhalation se composent :

  • d'un tube de forme et de volume variables (cylindrique, 130 à 350 ml ; ou conique, 750 ml),

  • d'un orifice sur lequel s'adapte l'embout de l'aérosol doseur,

  • d'un embout buccal,

  • et d'un système de valves s'ouvrant à l'inspiration et se fermant à l'expiration.


Les possibilités d'adaptation entre les chambres d'inhalations et les aérosols doseurs sont liées au fabricant qui commercialise les deux.

 

Comment utiliser une chambre d'inhalation ?

1- Introduisez le dispositif contenant le médicament dans l'orifice de la chambre ;
2- serrez l'embout buccal de la chambre avec les lèvres (ou appliquez le masque sur le visage de l'enfant) ;
3- pulvérisez une bouffée ;
4- inspirez calmement et profondément par la bouche ;
5- maintenez votre respiration quelques secondes si possible après chaque inspiration, puis expirez par le nez ; la chambre se vide en 3 à 5 cycles respiratoires ;
6- attendez 1 à 2 minutes avant de délivrer si nécessaire une 2ème bouffée (selon la prescription) ;

7- par mesure d'hygiène, nettoyez régulièrement la chambre d'inhalation.

 

Quand utiliser une chambre d'inhalation ?

L'utilisation d'une chambre d'inhalation est conseillée en cas de :

  • mauvaise coordination « main-respiration », en particulier chez les jeunes enfants (moins de 8 ans) et chez certains adultes ;

  • lors de la survenue d'effets indésirables (candidoses, voix rauque, toux réflexe) ;

  • en cas de fortes doses de corticoïdes inhalés.

 

À lire aussi

Asthme : les clés du traitement

Asthme de l'enfant

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 14/09/2015

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
40 avis

Voir aussi

Comment détecter et dépister l'asthme ?
L’asthme est l’une des maladies respiratoires les plus fréquentes : environ 5 à 10 % de la populatio…
Les points essentiels du traitement de l'asthme
Oppression, gêne respiratoire, sensation d’étouffement... Plus de 4 millions de français le savent :…
Limiter les facteurs aggravant de l'asthme
L’asthme peut être favorisé ou aggravé par des polluants d’origine domestique (tabac, moisissures…