Tout savoir sur la bronchiolite asthmatiforme

bronchiolite asthmatiforme

La bronchiolite asthmatiforme est une affection couramment développée chez le nourrisson. Ses symptômes sont très similaires à ceux de l’asthme, c’est pourquoi elle peut être difficile à détecter. Si votre enfant subit des crises lors desquelles il souffre de difficultés respiratoires, il est indispensable de consulter un médecin. Pour mieux comprendre, voici tout ce qu’il faut savoir sur la bronchiolite asthmatiforme.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Qu’est-ce que la bronchiolite asthmatiforme ?

La bronchiolite asthmatiforme est une atteinte des bronchioles (les petites bronches), qui se manifeste sous forme de crises similaires à de l’asthme. C’est pourquoi on l’appelle « asthmatiforme », c’est une bronchiolite, qui prend la forme de l’asthme. Chez les nourrissons, c’est une forme de bronchite courante, puisqu’il s’agit de la cause principale d’hospitalisation chez les enfants de moins de 12 mois. La bronchiolite peut survenir après un rhume, ou après une contamination par le virus respiratoire syncytial (VRS).

 

Dans ce contexte, il est difficile de savoir si votre enfant souffre d’une bronchiolite asthmatiforme, ou s’il développe les premiers signes d’un asthme. Par ailleurs, les deux sont souvent liés : une étude suédoise menée en 2009 démontrait ainsi que les enfants sujets aux crises de bronchiolites durant les premières années de vies avaient plus de chance de développer de l’asthme plus tard. Ainsi, parmi les nourrissons suivis par l’étude, 39 % des bébés hospitalisés pour une bronchiolite ont développé de l’asthme avant leurs 18 ans.

 

Pour garantir aux nourrissons une prise en charge adaptée à leurs besoins, la Haute Autorité de Santé considère qu’au-delà de trois crises de bronchiolite asthmatiforme, le nourrisson de moins de 36 mois doit être considéré comme asthmatique. Ainsi, le médecin qui suit votre enfant pourra adapter le suivi en conséquence, et proposer une prise en charge rapide si la bronchiolite asthmatique se révèle finalement être de l’asthme.

 

Comment reconnaître les symptômes d’une crise de bronchiolite ?

La bronchiolite se déclare souvent après 3 ou 4 jours de symptômes semblables à un rhume ou une petite grippe. Ensuite, elle dure en moyenne 7 à 12 jours, et peut s’étaler jusqu’à 3 semaines. La bronchiolite asthmatiforme se traduit alors sous forme de crises, présentant des symptômes assez similaires à ceux d’une crise d’asthme :

  • Une toux sèche ;

  • Une difficulté à expulser l’air des poumons, qui engendre un gonflement de la cage thoracique, des douleurs thoraciques, et un sifflement lors de la respiration ;

  • Une respiration irrégulière ou particulièrement rapide ;

  • Un teint pâle, les lèvres et les doigts qui tirent vers le bleu ;

  • Des sécrétions de mucus lors de la toux.

 

Si votre enfant de moins de trois ans fait plus de trois crises avec des symptômes semblables, il est impératif de consulter votre médecin ou pédiatre, pour tenter de déterminer si le nourrisson souffre d’asthme.

 

Attention, chez les très jeunes enfants, certains symptômes de l’asthme peuvent être plus difficiles à détecter : une toux à l’effort ou pendant la nuit, une toux chronique ou perdurant après une infection des voies respiratoires, peuvent aussi être des signes évocateurs.

 

Bronchiolite : traitements et prise en charge médicale

Chez les tout petits, les examens visant à confirmer un asthme ne sont pas tous praticables. Ainsi, pour déterminer s’il s’agit d’asthme ou d’une bronchiolite asthmatiforme, le diagnostic va se baser sur un examen clinique pour confirmer la présence des symptômes, et évaluer leur sévérité. Le médecin ou le pédiatre vous interrogera également pour essayer d’identifier ce qui a déclenché les crises, savoir si les symptômes disparaissent complètement entre les crises ou non, s’il y a des antécédents familiaux.

 

Selon les tendances identifiées par le médecin et au-delà de l'examen basique, une radiographie pulmonaire peut parfois être effectuée pour écarter la possibilité d’une infection des poumons, d’une malformation, ou l’inhalation d’un corps étranger, qui pourraient être à l’origine des sifflements et des difficultés respiratoires.

 

Une fois le diagnostic établi, et si ce dernier confirme une bronchiolite asthmatiforme, il existe différents traitements. Selon la Haute Autorité de Santé, le traitement indispensable à administrer aux nourrissons en cas de bronchiolite est un lavage nasal. Ce dernier permettra d’évacuer les sécrétions nasales pour aider votre bébé à mieux respirer.

 

La bronchiolite peut être traitée à l’aide d’antibiotiques, si elle a une origine infectieuse. Si les troubles respiratoires sont chroniques, le médecin peut prescrire un corticoïde à l’action anti-inflammatoire, à prendre pendant les crises, ou en continu, en traitement de fond pour prévenir les crises. L’usage d’un bronchodilatateur peut aussi être indiqué par votre médecin, en première intention. Ces médicaments ne doivent être donnés que s’ils sont recommandés par un professionnel de santé, ne les donnez en aucun cas à votre enfant sans recommandations préalables.

 

Prévenir le déclenchement des crises

Au-delà des traitements médicamenteux, de bonnes habitudes au quotidien peuvent permettre de prévenir la survenue de crises :

  • Eviter les environnements très pollués qui peuvent aggraver les crises

  • Ne pas exposer l’enfant à la fumée de cigarette, et tout autre dispositif à combustion, comme l’encens, les bougies parfumées, qui peuvent polluer l’air

  • Limiter le contact avec les personnes enrhumées ou souffrant d’une infection des voies respiratoires

  • Limiter le plus possible l’exposition aux allergènes courants comme la moisissure, le pollen, les acariens, les poils d’animaux, etc.

 

Tous ces gestes vous permettront de faciliter le quotidien de votre enfant. Bien sûr, cela ne remplace pas un suivi médical régulier. En cas de crises, n’hésitez pas à vous rendre chez votre médecin ou aux urgences médicales. Si votre bébé perd connaissance ou fait des pauses respiratoires, contactez immédiatement le 15.

 

Sources:

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/asthme-nourrisson/definition-facteurs-favorisants-aggravants

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/asthme-nourrisson/symptomes-diagnostic-evolution

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 09/01/2020

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

La kinésithérapie respiratoire permet d’évacuer le mucus qui s’accumule parfois en cas de bronchioli…
Prévenir la bronchiolite
Chaque année la bronchiolite affecte bébés et nourrissons. Des mesures préventives peuvent toutefois…
Prévenir les virus de l'hiver
L'épidémie de grippe touche chaque année des millions de personnes, sans compter les épidémies de br…