Migraine : pas un mal de tête ordinaire !

Les symptômes et les traitements de la crise de migraine

En France, 8 à 10 millions de personnes – dont deux tiers de femmes – souffrent de migraines. Bien plus qu’un simple mal de tête, cette maladie est à l’origine d’une altération importante de la qualité de vie.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Des maux de tête intenses à répétition

La migraine est bien plus qu'un mal de tête ordinaire. Les douleurs sont en effet plus intenses et peuvent avoir un réel impact sur le fonctionnement de la personne, sur sa vie sociale et professionnelle.
Les crises de migraine resurgissent périodiquement, de quelques fois par an à plusieurs fois par semaine, et durent de 4 heures à 3 jours en l’absence de traitement.

 

Symptômes de la migraine

La douleur

  • ne touche souvent qu'une seule moitié du crâne.

  • peut avoir un caractère pulsatile : elle semble battre à l'unisson du cœur

  • peut être accentuée par l’activité physique.

 

Les crises peuvent être accompagnées de divers symptômes :

  • nausées ou vomissements,

  • sensibilité accrue à la lumière ou aux sons.


Chez 20 à 30 % des migraineux, la douleur peut être précédée par des signes annonciateurs : l’aura.

Par exemple, des troubles de la sensibilité ou de la vision (scintillements ou lignes brisées qui apparaissent dans le champ visuel). On parle alors de migraine avec aura.

 

Aux origines de la migraine

La migraine est la conséquence d'un dysfonctionnement de l'activité cérébrale. Elle serait également liée à une dilatation des vaisseaux sanguins et à la perturbation de certaines hormones, comme la sérotonine.
Différents gènes liés à l’apparition de cette maladie ont en effet été identifiés. La probabilité de devenir migraineux est donc plus importante si d’autres membres de la famille souffrent également de cette affection.

 

Éviter les facteurs déclenchants de la migraine

Si les causes précises de la migraine restent mal connues, on sait que différents facteurs peuvent favoriser la survenue d'une crise.

 

Les facteurs déclencheurs les plus courants :

  • Le stress ou l’anxiété ;

  • Les facteurs hormonaux, comme les menstruations ou l'ovulation chez la femme ;

  • Une mauvaise hygiène de sommeil ;

  • Le mode de vie : surmenage, jeûne, manque ou excès de sommeil

  • Les stimulations sensorielles : odeurs, chaleur, lumière,bruit, variations météorologiques

  • L'alimentation, notamment l’alcool (le vin blanc en particulier), certains fromages fermentés ou persillées comme le gorgonzola, le chocolat au lait, les graisses cuites…

 

Les facteurs déclencheurs moins connus :

  • La surmédication d’antimigraineux

  • La déshydratation

  • La détente ou, plus exactement, la variation hormonale résultant de la baisse du stress

  • Les postures mauvaises ou prolongées, notamment devant les écrans

  • La mauvaise aération de l’espace de vie.


Éviter ces facteurs déclenchants et adopter une bonne hygiène de vie peut permettre de limiter la fréquence des crises. La pratique régulière d’une activité physique est également conseillée.

 

Migraine : un diagnostic simple

Le diagnostic s'établit sur base d’un interrogatoire par le médecin, qui s’assurera que les douleurs ne sont pas secondaires à une autre pathologie.
Des examens complémentaires ne sont en général pas nécessaires.

 

Migraine : comment la traiter ?

 

  • Les antidouleurs classiques, comme le paracétamol, sont peu efficaces.

Par contre, les versions codéinées de ces médicaments ou les anti-inflammatoires non-stéroïdiens, comme l’ibuprofène, peuvent être efficaces dans certains cas.

 

  • Des traitements spécifiques à base d’ergotamine (un dérivé de l’ergot de seigle) peuvent également aider à soulager les céphalées.

 

  • Les triptans, des médicaments spécialement développés contre les crises de migraine, sont efficaces dans 40 à 50 % des cas pour atténuer la douleur. Ils sont toutefois relativement coûteux et peuvent générer différents effets secondaires, notamment des bouffées de chaleur. Ils ne sont dès lors en général utilisés que lorsque les autres traitements se sont révélés inefficaces.

 

  • Des traitements de fond peuvent également être prescrits lorsque les crises sont fréquentes et particulièrement handicapantes : certains antiépileptiques  et certains antidépresseurs à très faible dose par exemple. Ils permettent alors de limiter la fréquence des crises.
     

  • L’aromathérapie : les huiles essentielles préconisées sont la menthe poivrée ou le romarin camphré, seules ou en synergie.


Demandez conseil à votre pharmacien.

À lire aussi
La migraine avec ou sans aura
Facteurs déclenchants de la crise migraineuse


Source
Interview du Dr Marc Schwob, spécialiste de la migraine et Président de l’Association France Migraine.

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Toucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 15/05/2020

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
5 avis

Voir aussi

Quels traitements pour la migraine ?
L’actualité de la recherche sur le traitement de la migraine donne de nouveaux espoirs. Éclairage su…
Comment soulager le mal de tête grâce à l'homéopathie ?
Vous avez la tête dans un étau ? Pensez à l’homéopathie ! Cette médecine douce peut aider à calmer l…
Les idées reçues sur les céphalées
Les maux de tête sont des affections très répandues et très variées, la plupart du temps bénignes. M…