Tout savoir sur le taux de cholestérol

Connaître son taux de cholestérol

Substance grasse indispensable à la vie, le cholestérol participe à la fabrication de toutes les cellules, des hormones... mais son augmentation dans le sang et dans les parois des artères peut être dangereuse (athérosclérose).

Pourquoi chacun doit connaître son taux ?


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Qu’est-ce que le cholestérol ?

En plus d’être indispensable à la formation des membranes des cellules et à la fabrication des hormones sexuelles, le cholestérol participe également à la constitution des sels biliaires et de la vitamine D. La majeure partie du cholestérol de notre organisme est fabriquée par le foie. Mais l’organisme puise également ce corps gras dans certains aliments (comme les œufs, les abats, le beurre, le lait entier, les coquillages ou la charcuterie…). Cette substance grasse se retrouve ensuite dans le sang.

 

Excès de cholestérol : quels risques ?

Un taux de cholestérol dans le sang trop élevé (hypercholestérolémie) peut avoir de graves conséquences sur la santé et le bon fonctionnement de l’organisme. En effet, le cholestérol en excès peut se déposer sur la paroi des artères (notamment sur les artères du cœur) et former des plaques (athérome). Ces plaques réduisent progressivement le calibre et l’élasticité des artères, et rendent le passage du sang de plus en plus difficile (athérosclérose). Elles favorisent également la formation de caillots (thrombose).

 

Lorsque le sang ne passe plus, les cellules sont privées d’oxygène et meurent. Associés ou non à d’autres facteurs de risque, ces plaques peuvent ainsi être à l’origine d’un infactus du myocarde, d’une crise d’angine de poitrine, d’un AVC (accident vasculaire cérébral) ou d’une artérite des membres inférieurs (artériopathie ou maladie des artères).

 

Il est donc important de connaître et de maîtriser son taux de cholestérol.

 

Bon ou mauvais cholestérol ?

Le cholestérol sanguin est transporté dans le sang par les lipoprotéines (graisse + protéine). De basse densité, certaines lipoprotéines favorisent la formation de la plaque d’athérome : ce sont les LDL (pour Low Density Lipoproteins).

 

D’autres sont plutôt bénéfiques car elles permettent l’élimination de cholestérol en excès dans les cellules : ce sont les HDL, de haute densité (pour High Density Lipoproteins). Les HDL captent l’excès de cholestérol et le transportent jusqu’au foie, où il est éliminé.

 

Ainsi, les personnes ayant un cholestérol LDL (« mauvais cholestérol ») élevé et / ou un cholestérol HDL (« bon cholestérol ») diminué présentent plus de risques de développer une maladie coronaire.

 

Les anomalies du taux de cholestérol LDL dans le sang sont de causes diverses :

  • l’hérédité et la prédisposition génétique (hypercholestérolémie familiale par exemple) ;

  • le sexe (de manière générale, les hommes ont plus de cholestérol LDL) ;

  • une alimentation trop riche en graisses d’origine animale, une consommation excessive d’alcool ;

  • le surpoids et l’obésité, la sédentarité, une activité physique insuffisante ;

  • certaines maladies (diabète, maladies du foie ou du rein, hypothyroïdie…) ou la prise de certains médicaments (pilule contraceptive, par exemple).

 

Comment mesurer son taux de cholestérol ?

Pour mesurer le taux de cholestérol dans le sang (cholestérolémie), le médecin prescrit une prise de sang avec dosage lipidique (dosage sanguin des lipoprotéines HDL et LDL). Cette mesure est également associée au dosage des triglycérides (une autre substance grasse présente dans le sang). Cela permet de préciser le type d’anomalie ou d’affection en cause.

 

Le bilan sanguin

La prise de sang doit être réalisée à jeun. Il est également recommandé d’éviter de fumer avant le bilan, et de ne pas pratiquer d’activité physique intense. La prise d’éventuels médicaments doit être précisée au laboratoire qui réalise l’analyse. Pour obtenir les résultats les plus précis possible, il est enfin conseillé de réaliser tous ses bilans sanguins dans le même laboratoire.

 

Le bilan sanguin précise le taux de cholestérol total, les taux de cholestérol HDL et LDL, et le taux de triglycérides. Le LDL cholestérol est calculé à partir de ces trois dosages.

 

Un taux de cholestérol total normal (cholestérol HDL et LDL, et 1/5 du taux de triglycérides) ne doit pas dépasser 2 g/l. Le LDL-cholestérol doit être inférieur à 1,6 g/l, et le HDL-cholestérol supérieur à 0,4 g/l. Le taux de triglycérides ne doit quant à lui pas dépasser 1,5 g/l.

 

Important : ces valeurs doivent être modulées en fonction de l’âge, du sexe, de l’IMC, des antécédents personnels cardio-vasculaires, des antécédents familiaux et d’autres facteurs de risque (diabète, prise de certains médicaments, hypertension artérielle…). En l’occurence, en cas de taux limité ou élevé de cholestérol total, c’est le taux de LDL cholestérol et l’association, ou non, à d’autres facteurs de risque qui permettront d’évaluer le risque et de définir la conduite à tenir. C’est le médecin traitant qui analyse les résultats des examens, et qui envisage le traitement adapté.

 

Quand doit-on réaliser ce bilan ?

En règle générale, l’excès de cholestérol dans le sang ne provoque pas de symptômes. En dehors de tout facteur de risque cardiovasculaire, il est donc préconisé de réaliser un bilan lipidique à partir de 50 ans chez l’homme, et 60 ans chez la femme.

 

D’autres situations exigent également de réaliser un dosage lipidique :

  • avant la mise en place d’une contraception hormonale chez la femme (pilule, implant, patch, stérilet hormonal…) ;

  • en cas de risque cardiovasculaire élevé : maladie cardiovasculaire chronique, maladie inflammatoire chronique, maladie auto-immune ou insuffisance rénale chronique, tabagisme, surpoids ou obésité, antécédents familiaux de maladies cardiovasculaires précoces ou de bilans lipidiques anormaux…

 

Quelles anomalies peut-il révéler ?

Plusieurs anomalies peuvent apparaître : une hypercholestérolémie (LDL-cholestérol en excès), une hypertriglycéridémie (augmentation des triglycérides) ou une dyslipidémie mixte (augmentation du LDL-cholestérol et des triglycérides). La dyslipidémie (anomalie lipidique) peut aussi prendre la forme d’une quantité anormalement basse de « bon cholestérol » (HDL-cholestérol) dans le sang.

 

En cas d’anomalie, un traitement est mis en place par le médecin traitant. Pour vérifier son efficacité, un bilan lipidique de contrôle est ensuite programmé. Une fois le bon traitement identifié, il est recommandé d’effectuer un bilan lipidique une fois par an.

 

En l’absence d’anomalie, les bilans lipidiques peuvent être effectués tous les 5 ans. Ils doivent être effectués plus régulièrement en cas de survenance d'un accident cardiovasculaire, de la mise en place d’un nouveau traitement médicamenteux, d'une prise de poids importante ou du changement de certaines habitudes de vie.

 

Comment faire baisser son cholestérol ?

Lorsque le bilan lipidique fait apparaître un taux de cholestérol trop élevé, plusieurs traitements peuvent être envisagés. Faire baisser son taux de graisse dans le sang est en effet indispensable pour réduire le risque d’infarctus et de décès.

 

Améliorer son hygiène de vie

Pour faire baisser le cholestérol dans le sang, le médecin préconise en général une modification de l’alimentation et l’adoption de nouvelles mesures hygiéno-diététiques :

  • arrêter de fumer ;

  • adopter une meilleure hygiène alimentaire et surveiller son poids : il est d’abord recommandé de réduire la consommation d’aliments contenant des acides gras saturés (la viande, le fromage, le beurre, l’huile de palme…), des acides gras trans (les pâtisseries, les biscuits, les gâteaux, les viennoiseries…) et du cholestérol alimentaire (œufs, foie, abats…). Il faut privilégier les aliments riches en acides gras oméga-9, oméga-6 et oméga-3 (huile d’olive, huile de colza, noix, soja…). Tous les aliments riches en fibres alimentaires doivent être consommés en quantité importante (les fruits et les légumes, notamment) ;

  • pratiquer une activité physique de manière régulière : de manière générale, faire du sport permet de rester en bonne santé. Qu’elle soit intense ou modérée, l’activité physique utilise la graisse comme carburant. Elle permet ainsi de diminuer le cholestérol total (diminution du mauvais cholestérol et augmentation du bon cholestérol). Cela permet également de perdre du poids (et donc de réduire le risque cardiovasculaire), et de mieux réguler son appétit. Certaines activités sportives sont particulièrement bénéfiques pour l’organisme (marche rapide, course à pied, natation, vélo…).

 

Les médicaments contre le cholestérol

Si la modification de certaines habitudes peut suffire à faire baisser le taux de graisse dans le sang, il est parfois nécessaire d’avoir recours à des traitements médicamenteux. L’objectif du traitement est alors de maintenir le taux de cholestérol sous une valeur cible, qui dépend de nombreux paramètres (sexe, âge, facteurs de risque cardiovasculaire associés…).

 

Plusieurs classes de médicaments (comme par exemple les statines ou les fibrates) sont aujourd’hui proposées sur le marché. Ces médicaments ne se substituent aucunement au nouveau régime alimentaire, mais lui sont complémentaires. Attention : la prise simultanée d’autres médicaments peut interférer sur votre traitement « anti-cholestérol ». N’oubliez pas de le signaler à votre médecin ou à votre pharmacien.

 

Le traitement est d’abord prescrit aux doses les plus faibles. En fonction des résultats, la posologie peut ensuite être augmentée. L’efficacité du traitement est ensuite mesurée grâce à des bilans sanguins réguliers (le premier est réalisé entre 1 et 3 mois après le début du traitement).


 

 

Sources :

https://www.pharmaciengiphar.com/maladies/maladies-sang/exces-cholesterol/cholesterol-connaitre-son-taux

https://www.vidal.fr/maladies/coeur-circulation-veines/cholesterol.html

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/trop-de-cholesterol-et-ou-de-triglycerides-dans-le-sang

 

 

À lire aussi

L'alimentation pour équilibrer le cholestérol

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Jean-Pierre Roy, Pharmacien
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 22/12/2021

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
7 avis

Voir aussi

Que manger en cas d'excès de cholestérol ?
Même s’il est indispensable au bon fonctionnement de l’organisme, le cholestérol devient dangereux l…
Il est possible de réaliser des dépistages chez son pharmacien
Le pharmacien, on lui rend notamment visite quand on a un petit bobo qui ne requiert pas une consult…
Les dépistages possibles chez votre pharmacien
Mieux vaut prévenir que guérir… Ce vieil adage reste plus vrai que jamais en ce qui concerne notre s…