La dépression chez les personnes âgées

La dépression des seniors

En France, on estime qu’entre 55 et 85 ans, près d’une personne sur 5 est en souffrance psychologique. Si elle reste souvent mal diagnostiquée, la dépression affecte de nombreuses personnes âgées.

Alors quelles sont les causes de la dépression chez les seniors ? Comment savoir si une personne âgée souffre d’un syndrome dépressif ? Et comment prendre en charge cette maladie ?


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Comment se manifeste l’état dépressif chez une personne âgée ?

Certains estiment qu’avec l’âge, il est normal d’être fatigué, triste et abattu. Mais la dépression est une véritable maladie : si elle touche en général les adultes (et parfois les enfants et les adolescents), elle peut également affecter les personnes âgées.

 

Qu’est-ce que la dépression ?

La dépression est une maladie psychique, qui provoque des troubles de l’humeur et une profonde détresse qui dure (on parle aussi de trouble dépressif). Elle peut avoir d’importantes répercussions sur le quotidien et présenter certains risques si elle n’est pas prise en charge.
 

Chez les personnes âgées, la dépression (ou dépression nerveuse) est très fréquente : l’une des principales causes de cette maladie est la perte du conjoint. Pourquoi se lever, préparer les repas ou tondre la pelouse lorsque l’on est seul, et que personne ne nous attend ? La perte de son autonomie et de son lieu de vie (en cas d’entrée dans un Ehpad, par exemple) peut aussi être à l’origine d’une dépression chez la personne âgée.

 

D'autre part, le grand âge est souvent le moment des grandes remises en question. « Qu’ai-je fait de ma vie ? Ai-je été heureux ? Et puis-je l’être encore ? » Des blessures intimes peuvent se rouvrir. « À 30 ans, la mort paraît lointaine. À 70 ans, il faut faire face aux épreuves du vieillissement et aux angoisses de la mort », explique Patrick De Neuter, psychanalyste et psychothérapeute.

 

De manière plus générale, l’isolement et le manque de contacts sociaux accroissent le mal-être des personnes âgées. En effet, passer toute une journée (voire une semaine entière) sans parler à personne n’est pas bon pour le moral !

 

Certaines personnes âgées présentent enfin des facteurs de risque de dépression : celles qui ont déjà souffert d’épisodes de dépression plus jeunes, les femmes, celles qui sont atteintes d’une ou de plusieurs pathologies chroniques, qui ont un faible statut socio-économique, qui sont seules ou qui ont vécu un événement stressant (un deuil, par exemple).

 

Quels symptômes chez les seniors ?

Tout d’abord, il ne faut pas confondre déprime et dépression. La dépression n’est pas un simple coup de blues ou une baisse de moral passagère : elle se caractérise par une souffrance intense et inhabituelle, qui dure au moins quinze jours. Ses symptômes sont à la fois psychologiques (apathie, tristesse, irritabilité, négligence au niveau de l’hygiène et de l’apparence) et physiques (troubles du sommeil, manque d’appétit, lenteur dans les gestes et la parole).

 

Chez les personnes âgées, la reconnaissance de la maladie est néanmoins plus difficile, car le ralentissement général et le pessimisme sont souvent considérés comme des conséquences normales du vieillissement. De même, la dépression provoque de la confusion, des problèmes de concentration et de mémoire : elle est ainsi parfois confondue avec un début de démence (type maladie d’Alzheimer). Or, il est important d’identifier la maladie : sa prise en charge est en effet aussi nécessaire et efficace à cet âge que chez un jeune adulte.

 

Plusieurs symptômes doivent alerter et amener à consulter :

  • des symptômes physiques : douleurs physiques, fatigue marquée ou durable, perte d’appétit ou refus de s’alimenter, perte de poids, insomnies ;

  • des troubles du comportement : un isolement social, un repli sur soi, une perte de motivation, de la négligence, une consommation excessive d’alcool, une utilisation abusive de somnifères et d’anxiolytiques, un comportement agressif, une irritabilité ;

  • des troubles cognitifs : des difficultés d’attention, des troubles de la concentration, des pertes de mémoire, de la confusion.

 

Comment réagir ?

En plus de provoquer des symptômes plus ou moins graves, la dépression chez les personnes âgées comporte un risque suicidaire élevé. Il est donc important de savoir reconnaître les signes de cette maladie psychique, pour ensuite consulter un médecin.

 

Il est rare que le senior qui souffre de dépression s’en rende compte seul : ce sont en général ses proches qui l’incitent à consulter un médecin. Pour confirmer son diagnostic, ce dernier peut avoir recours à plusieurs outils d’évaluation : la GDS - Geriatric Depression Scale est l’outil le plus souvent utilisé. Le médecin procède également à un interrogatoire complet et recherche d'autres pathologies associées.

 

Si le dépistage réalisé par le médecin traitant est positif, le diagnostic de dépression doit être confirmé par un psychiatre. Un traitement adapté peut ensuite être mis en place.

 

Comment soigner la dépression chez une personne âgée ?

Le traitement d’une dépression chez un senior permet de faire disparaître les symptômes, et d’éviter de graves complications (risque de suicide). S’il dépend de la sévérité de la dépression et de ses causes, le traitement repose principalement sur le suivi d'une psychothérapie et sur la prise de médicaments antidépresseurs.

 

La psychothérapie

Des séances de psychothérapie sont indispensables pour soigner la dépression. Contrairement à une autre idée reçue, il n’y a en effet pas d’âge pour aller chez le psy ! « Il n'est jamais trop tard pour envisager les choses qui nous arrivent autrement », confirme Patrick De Neuter.

 

En plus de faire régresser les symptômes de la maladie, la psychothérapie permet de prévenir les récidives et d’éviter les éventuelles complications. Comprendre ses faiblesses et les origines de sa dépression aide en effet la personne âgée à aller mieux. En cas de dépression légère, la psychothérapie est en général le seul traitement mis en place.

 

Il existe plusieurs types de psychothérapies. Les psychothérapies cognitives et comportementales s’intéressent à la gestion de la crise en cours, et sont adaptées aux dépressions légères à modérées. Suivies à court ou moyen terme, elles visent à déprogrammer et à modifier certaines pensées et comportements, pour éviter de déclencher ou d’entretenir les épisodes dépressifs. Les psychothérapies d’inspiration psychanalytique sont plus longues, et travaillent en profondeur. Initiées après la phase aiguë de l’épisode dépressif, elles ont pour objectif d’analyser l’éducation et les événements vécus pendant l’enfance et l’adolescence, pour comprendre la dépression.

 

Les groupes de parole ont également d’importantes vertus thérapeutiques. L’entourage peut aussi se révéler d’une grande aide. Alors comment rassurer une personne âgée ? Visites fréquentes, petites attentions, compliments… Les marques de soutien sont essentielles pour traverser cette période difficile.

 

Les antidépresseurs

Généralement associés à une psychothérapie, les médicaments antidépresseurs sont prescrits en cas de dépression modérée à sévère. Ils permettent de rééquilibrer le fonctionnement de certains neurotransmetteurs (sérotonine, noradrénaline, dopamine…), pour améliorer l’humeur et réduire les symptômes de la dépression.

 

Ces médicaments n’agissent pas immédiatement (il faut attendre entre deux et quatre semaines pour voir les premiers effets). Le traitement est prescrit sur plusieurs mois et mis en place progressivement (pour trouver la dose parfaitement adaptée au patient). La prescription doit tenir compte des éventuelles autres maladies, de la prise de certains médicaments et de la fragilité de la personne âgée. Les médicaments antidépresseurs doivent être pris régulièrement, en respectant la posologie indiquée par le médecin. Ils ne doivent jamais être arrêtés brutalement (pour éviter le syndrome de sevrage et les éventuelles rechutes).

 

Les antidépresseurs ne créent aucune dépendance, mais peuvent être responsables de certains effets indésirables (somnolence pendant la journée, baisse de la tension artérielle, constipation, troubles de l’érection, prise ou perte de poids…).

 

Les autres traitements

D’autres traitements peuvent être envisagés pour soigner la dépression chez les personnes âgées :

  • des méthodes douces : la sophrologie a pour objectif d’harmoniser le corps et l’esprit grâce à des exercices qui mobilisent les ressources physiques et mentales. Une forme de « super » relaxation. La pleine conscience est un type de méditation « ouverte », qui consiste à laisser venir ses pensées sans jugement. Elle permet de se reconnecter au présent et d’éloigner les ruminations négatives. Le taï-chi est un art martial « doux » venu de Chine. Il permet d’améliorer l'équilibre, la force et la souplesse. De récentes recherches montrent qu’il permet également de booster l’estime de soi et de lutter contre l’anxiété ;

  • les huiles essentielles et l’homéopathie peuvent aider à surmonter une légère déprime ou un coup de blues passager, et parfois à atténuer certains symptômes de la dépression. Néanmoins, ces traitements naturels ne permettent pas de soigner une dépression sévère ou prolongée. Plante aux vertus anti-déprime, le millepertuis peut quant à lui interférer avec certains médicaments. Avant d’avoir recours à ce type de traitement, demandez toujours conseil à votre médecin ou à votre pharmacien ;

  • une bonne hygiène de vie : pratiquer une activité physique ou sportive de manière régulière permet de rester en bonne santé de manière générale. Mais l’activité physique permet également d’améliorer l’humeur et de retrouver confiance en soi. Il est aussi recommandé d’adopter une alimentation saine et équilibrée et de modérer sa consommation d’alcool. Pour conserver un maximum d’autonomie (et éviter la dépression), la personne âgée doit enfin prendre en charge et corriger ses éventuels problèmes de vue et d’audition.

 

Lorsqu’il existe un risque de suicide chez la personne âgée, le médecin peut demander une hospitalisation.

 

Sources :

https://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/preserver-son-autonomie-s-informer-et-anticiper/preserver-son-autonomie-et-sa-sante/depression-des-personnes-agees-comment-la-reperer-et-la-traiter

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/depression-troubles-depressifs/symptomes-diagnostic-evolution

https://www.vidal.fr/maladies/psychisme/depression-adulte/qui.html

 

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Julie Luong
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/08/2022

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
3 avis

Voir aussi

Les signes de la dépression chez l'adolescent
Entre 12 et 18 ans, près de 8 % des adolescents vont souffrir d’une forme plus ou moins sévère de dé…
Comment gérer le baby-blues la dépression post partum ?
Quelle est la différence entre Baby Blues ou dépression du post-partum et comment y faire face ? La …
Dépression hivernale
L'hiver vous donne le bourdon? Normal, vous êtes en manque de lumière! Découvrez comment vaincre la …