Le traitement de l’eczéma

Quels sont les traitements pour soigner l'eczema ?

Maladie chronique fréquente, l’eczéma est une inflammation des cellules de la peau à l’origine d’irritations et de démangeaisons intenses. Si les symptômes de la maladie sont toujours les mêmes, il existe plusieurs types d’eczéma, provoqués par différents facteurs. Pour traiter l’eczéma, il faut donc d’abord en connaître la cause et les éléments déclencheurs ou aggravants.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Comment reconnaître les différents types d’eczéma ? Quels traitements envisager ? Et quels gestes adopter au quotidien pour limiter la fréquence d’apparition des crises ?

 

Qu’est-ce que l’eczéma ?

L’eczéma se manifeste par l’apparition de plaques rouges et de petites vésicules à la surface de la peau, provoquant des irritations et des démangeaisons intenses. Cette inflammation et les poussées d’eczéma peuvent être déclenchées par plusieurs facteurs.

 

Eczéma atopique ou eczéma de contact ?

Il existe en réalité plusieurs types d’eczéma. Les deux formes les plus courantes sont :
- l’eczéma atopique : il se développe souvent chez les personnes qui présentent une prédisposition génétique aux allergies courantes (poils d’animaux, pollens, acariens…). En plus de développer des rhinites, de l’asthme allergique ou encore de l’urticaire, ces personnes souffrent d’une inflammation chronique de la peau. L’eczéma atopique (ou dermatite atopique) est en général héréditaire et apparaît pendant la petite enfance ;
- l’eczéma de contact : ce type d’eczéma apparaît suite à l’exposition de la peau à un produit irritant ou allergisant (le métal d’un bijou, une crème ou un cosmétique, un produit ménager, la transpiration…). La peau réagit après le premier contact avec la substance, ou quelques jours après. Il arrive parfois que ce type d’eczéma (dermatite allergique de contact) ne se développe que plusieurs années après les premiers contacts avec le matériau allergisant.

 

Quels sont les symptômes d’une crise d’eczéma ?

Si les causes et les facteurs déclencheurs de la maladie peuvent varier (origine génétique, exposition à certaines substances irritantes, allergie, stress…), les crises d’eczéma présentent des symptômes très caractéristiques :
- des plaques rouges limitées à certaines zones de la peau : sur le visage ou le cuir chevelu, au niveau des plis du cou, des poignets, des coudes ou des genoux, sur les mains, le ventre, les pieds… ;
- des petites vésicules qui suintent lorsqu’elles se rompent ;
- des irritations et des démangeaisons intenses (prurit) ;
- une sécheresse cutanée au niveau de la zone touchée, des croûtes et des squames ;
- un épaississement de la peau, une diminution ou une perte de pilosité, un changement de pigmentation.


D’une durée plus ou moins longue, les poussées d’eczéma sont entrecoupées de périodes de rémission (sans aucun symptôme).

 

Pourquoi consulter ?

Les symptômes d’une crise d’eczéma s’étendent parfois sur une zone importante du corps, plus ou moins visible. Ils peuvent également être à l’origine de démangeaisons importantes, particulièrement gênantes au quotidien. S’il n’est pas traité, l’eczéma peut ainsi nuire à la qualité de vie en provoquant un isolement social, des troubles du sommeil, une anxiété ou un stress généralisé…


Il est donc indispensable de prendre en charge la maladie dès l’apparition des premiers symptômes. Après un simple examen clinique, le médecin (dermatologue, pédiatre ou médecin traitant) pose son diagnostic. Il prescrit en général un traitement de fond, et un traitement spécifique à prendre au moment des poussées. Des traitements naturels peuvent également être envisagés en cas d’eczéma (du visage, des paupières, des mains, du cuir chevelu…).

 

Quels sont les traitements de l’eczéma ?

Comment guérir de l’eczéma ? Est-ce que l’eczéma peut disparaître ? L’eczéma est une maladie chronique, qui ne se guérit pas complètement. Néanmoins, plusieurs traitements peuvent être mis en place pour soulager les symptômes lors des phases aiguës, réduire l’inflammation et limiter la fréquence d’apparition des crises.

 

Identifier les facteurs déclencheurs et les éviter au maximum

Qu’il s’agisse d’un eczéma atopique ou d’un eczéma de contact, le premier traitement consiste à éviter au maximum les facteurs déclencheurs ou aggravants :

  • en cas d’eczéma atopique, il est recommandé de supprimer tout contact avec la substance allergène identifiée : éviter de se retrouver en présence d’animaux en cas d’allergie aux poils d’animaux, éviter de jardiner au printemps en cas d’allergie aux pollens, aérer et nettoyer un maximum le logement et les textiles en cas d’allergie aux acariens… Le médecin peut également proposer une désensibilisation à l’allergène ;

  • en cas d’eczéma de contact, il faut supprimer totalement le produit ou la substance irritante (après l’avoir identifiée) : changer de crèmes ou de produits cosmétiques, éviter de porter certains bijoux, remplacer ses produits ménagers, porter des vêtements en coton… ;

  • si les crises d’eczéma sont favorisées ou aggravées par l’anxiété et le stress (eczéma nerveux), il est conseillé de commencer par apprendre à gérer ce stress. Plusieurs activités et exercices permettent de diminuer le stress au quotidien : le yoga, le tai chi, la médiation, la relaxation, la sophrologie ou encore les thérapies cognitivo-comportementales.

 

Traiter les crises d’eczéma

Différents traitements peuvent ensuite être mis en place pour soulager les symptômes des poussées d’eczéma. Ils visent à accélérer le processus de cicatrisation des plaques d’eczéma, et à soulager les démangeaisons :

  • des dermocorticoïdes : ces médicaments anti-inflammatoires se présentent sous la forme de lotions (pour le cuir chevelu), de pommades (pour les lésions sèches) ou de crèmes (pour les lésions suintantes et les plis). À base de cortisone, ils s’appliquent directement sur les zones enflammées et permettent de diminuer l’inflammation et les démangeaisons cutanées. Ils ne doivent pas être utilisés en cas d’infection de la peau. Leur niveau d’intensité (classe I à classe IV) et leur fréquence d’application sont déterminés par le médecin, et le traitement est appliqué jusqu’à disparition complète des plaques d’eczéma. Certaines crèmes présentent un effet stéroïdien puissant : elles ne doivent être utilisées que de manière ponctuelle, sur une courte période. Dans les cas les plus graves, les corticostéroïdes peuvent être pris par voie orale ;

  • des antihistaminiques : ils sont utilisés pour atténuer les irritations et les démangeaisons (prurit), et calment l’envie irrépressible de se gratter (notamment pendant la nuit). Ils doivent être pris de manière occasionnelle, et sont prescrits sur une courte durée ;

  • des immunomodulateurs topiques (immunosuppresseurs) : ces médicaments sans stéroïdes agissent directement sur l’activité du système immunitaire, pour diminuer la réaction inflammatoire de la peau. Ils se présentent sous forme de crèmes, à appliquer directement sur les lésions cutanées. Ils peuvent aussi être pris par voie orale. Pouvant présenter des effets secondaires graves (risque de cancer de la peau), ils doivent être pris de manière exceptionnelle (en cas d’eczéma modéré à sévère) et toujours être prescrits par un dermatologue ou un pédiatre ;

  • la cyclosporine : prescrit uniquement chez l’adulte, ce médicament immunosuppresseur permet également d’atténuer la réponse immunitaire de l’organisme. Il n’est utilisé qu’en cas d’eczéma grave et pendant de courtes périodes (il présente aussi des effets secondaires importants). Une surveillance particulière est mise en place pendant toute la durée du traitement (bilan biologique et mesure de la tension artérielle) ;

  • des antibiotiques locaux ou oraux : associés ou non à des antiseptiques, ils ne sont prescrits qu’en cas de surinfection bactérienne. En cas de surinfection fongique, un traitement antifongique peut aussi être mis en place.

 

Limiter les risques de poussées

Prendre soin de sa peau au quotidien permet de prévenir l’apparition des poussées d’eczéma. Plusieurs habitudes et gestes simples permettent de réduire la fréquence des crises :

  • bien hydrater sa peau, notamment après la douche et par temps froid et sec : la sécheresse de la peau diminue en effet sa fonction protectrice. Il est donc recommandé d’appliquer une crème hydratante ou une crème émolliente (contenant glycérol, vaseline et huile de paraffine) sur l’ensemble du corps, tous les jours (entre une à deux fois par jour). Cela permet de restaurer la barrière cutanée ;

  • prendre une seule douche par jour, éviter les bains trop longs (pas plus de dix minutes) ou trop chauds (pas plus de 36 °C) ;

  • utiliser des nettoyants doux, sans savon et sans parfum, opter pour des lessives sans parfum, sans phosphates et sans conservateurs, éviter d’utiliser des adoucissants ;

  • se sécher en douceur, sans frotter la peau (en la tamponnant avec une serviette douce) ;

  • éviter les températures extrêmes (froids, chauds et humides), et la climatisation ;

  • bien aérer son logement pour diminuer la présence des allergènes, éviter le tabagisme passif ;

  • éviter les situations pouvant générer de l’anxiété, apprendre à mieux gérer son stress, faire du sport et pratiquer des activités relaxantes ;

  • adopter une alimentation équilibrée : certains aliments doivent être évités en cas d’eczéma (aliments gras et sucrés, produits transformés et ultra-transformés, allergènes alimentaires comme le blanc d’œuf, les arachides ou le chocolat…) ;

  • éviter d’appliquer des crèmes et des produits parfumés directement sur la peau ;

  • privilégier des vêtements doux et léger, en coton ou en lin (éviter les matières synthétiques et la laine, particulièrement irritantes), toujours laver les vêtements neufs ;

  • garder des ongles courts, porter des gants en coton la nuit.

 

Les autres traitements

D’autres traitements alternatifs ou naturels peuvent être envisagés pour soulager les symptômes des crises d’eczéma, ou réduire leur fréquence :

  • la photothérapie : réalisé par un dermatologue, ce traitement consiste à exposer la peau à des rayons ultraviolets (UVA ou UBV). Il doit être réalisé sur de courtes durées. Il ne peut pas être envisagé lorsque l’eczéma est justement provoqué par une hypersensibilité de la peau au soleil ;

  • les cures thermales : elles permettent d’apprendre à mieux maîtriser la maladie, à choisir les bons produits pour sa peau et à adopter les bons gestes au quotidien. Les cures ne peuvent en revanche pas remplacer les traitements prescrits par le médecin ;

  • une biothérapie (dupilumab) : un traitement biologique peut être mis en place pour bloquer la réaction inflammatoire. Administré par voie sous-cutanée, il peut être à l’origine de certains effets indésirables ;

  • les huiles essentielles : elles peuvent aider à diminuer le stress et à soulager les symptômes pendant les crises. Plusieurs huiles essentielles peuvent être utilisées en traitement de l’eczéma : lavande, ylang ylang, camomille, tea tree, menthe poivrée… Avant d’utiliser une huile essentielle, demandez toujours conseil à votre pharmacien.


 

 

Lire aussi :

Eczéma du visage : symptômes, causes et traitements

Eczéma du cuir chevelu : comment le soigner ?
 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 08/03/2021

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
2 avis

Voir aussi

Tout savoir sur l'eczéma nerveux
Souvent désigné sous le terme de dermatite atopique, l’eczéma est une inflammation chronique et non …
Les différents types d'eczéma
L’eczéma est une maladie de peau très fréquente et souvent sans gravité. Néanmoins, elle peut rendre…
eczema cuir chevelu
L’eczéma du cuir chevelu est une maladie dermatologique qui peut toucher l’ensemble de la population…