Tout savoir sur la cicatrisation d'un bouton

Tout savoir sur la cicatrisation d'un bouton

Qu’ils apparaissent à l’âge adulte ou pendant l’adolescence, les boutons peuvent parfois laisser des marques et des cicatrices disgracieuses sur la peau du visage. Il est donc important de connaître et d’adopter les bons gestes pour favoriser la cicatrisation d’un bouton.


Alors comment fonctionne le processus de cicatrisation exactement ? Pourquoi les boutons d’acné laissent-ils parfois place à de profondes cicatrices ? Et comment aider à la bonne cicatrisation d’un bouton ?


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Comprendre le processus de cicatrisation

La cicatrisation est un processus naturel de réparation, mis en place par l’organisme suite à une blessure (ou ouverture) de la peau. La blessure cutanée peut être une plaie ouverte (suite à une coupure, par exemple), une brûlure plus ou moins profonde, une écorchure ou une égratignure. Mais il peut aussi s’agir d’un simple bouton.

 

Un processus en trois étapes

La cicatrisation de la peau se fait en trois étapes :

  • une phase de réaction inflammatoire : la peau ne peut plus exercer son rôle protecteur au niveau de la plaie. Pendant cette première phase, la peau est rouge, chaude, enflée et douloureuse. Elle se défend et se débarrasse des cellules mortes, des micro-organismes et de tous les tissus abîmés, pour « nettoyer » le siège de la plaie ;

  • une phase de régénération (cicatrisation profonde) : la peau se répare et les tissus se régénèrent. La plaie se couvre de petites formations granuleuses, rouges et brillantes (tissu de granulation). L’organisme produit une quantité importante de collagène et fabrique de nouveaux vaisseaux sanguins (pour remplacer ceux qui ont été détruits) ;

  • une phase de maturation (remodelage de l’épiderme) : l’épiderme se referme progressivement (en partant des bords de la plaie). La plaie s’assèche et une nouvelle peau se forme petit à petit. Rose clair au début, cette nouvelle peau (ou cicatrice) reste encore très fragile. Elle se fortifie et reprend progressivement une couleur normale. Mais il arrive que cette nouvelle peau ne retrouve jamais sa coloration initiale. La cicatrice reste alors visible.


Pendant le processus de cicatrisation, le renouvellement de l’épiderme (la couche la plus externe de la peau) peut provoquer des tiraillements et des picotements.

 

Pourquoi certaines plaies cicatrisent-elles moins bien que d’autres ?

La cicatrisation de la peau peut être plus moins longue. Le temps de cicatrisation dépend notamment de la nature, de l’étendue et de la profondeur de la plaie (épiderme, derme ou hypoderme). Un bouton cicatrisera par exemple plus rapidement qu’une brûlure du 2ème degré. Certaines peaux ont également tendance à moins bien cicatriser que d’autres (les peaux fines et fragiles, notamment).


La cicatrisation peut aussi être ralentie ou gênée par plusieurs facteurs : une infection, un problème de santé ou une maladie (anémie, dénutrition, alimentation pauvre en protéines, insuffisance rénale ou hépatique, maladie neurologique ou endocrinologique, maladie du tissu interstitiel…), la prise de certains médicaments (traitements immunodépresseurs, chimiothérapie…) ou une pathologie qui affecte la vascularisation et l’oxygénation des tissus (artérite, artériosclérose, insuffisance veineuse ou lymphatique…). Le tabagisme et l’exposition au soleil font aussi partie des facteurs qui peuvent affecter le processus de cicatrisation.

 

Lorsque la régénération cutanée n’est pas optimale, elle peut parfois laisser place à des cicatrices disgracieuses.

 

Comment de simples boutons peuvent-ils laisser place à des cicatrices ?

Furoncles, boutons de varicelle, abcès, boutons de fièvre, verrues et boutons d’acné… Troubles cutanés fréquents, les boutons peuvent parfois affecter la peau en profondeur. S’ils ne sont pas correctement pris en charge, ils peuvent parfois laisser des cicatrices, plus ou moins visibles. Les boutons d’acné sont ceux qui laissent le plus souvent des marques inesthétiques sur la peau.


L’acné est une maladie de peau qui touche de nombreux adolescents (et certaines femmes adultes avant leurs règles, pendant une grossesse ou à la ménopause). À cause d’un dérèglement hormonal, les glandes sébacées de la peau sécrètent du sébum en excès. Le sébum s’épaissit et la peau devient grasse (hyperséborrhée). Une bactérie naturellement présente sur la peau se multiplie de manière anormale : des boutons apparaissent alors sur différentes parties du corps (le visage, le thorax et le haut du dos principalement).


Les boutons d’acné peuvent prendre plusieurs formes : des comédons (simples points noirs ou boutons blancs), des papules (de véritables « boutons », sièges d’une inflammation), des pustules (des papules infectées, qui contiennent du pus), des kystes (des pustules situées dans les couches plus profondes de la peau) ou des nodules (siège d’une infection, ils sont semblables aux pustules mais ne contiennent pas de pus).


S’ils disparaissent normalement sans laisser de traces à l’âge adulte, certains boutons sont assez profonds pour laisser place à des cicatrices définitives sur la peau du visage, du cou ou du thorax (les nodules, en général). Il peut s’agir de cicatrices en creux (sous forme de petits cratères, plus ou moins profonds et étroits), ou de cicatrices en relief (plus ou moins larges et volumineuses). Le fait de gratter les lésions d’acné aggrave aussi l’inflammation et provoque souvent l’apparition de cicatrices durables.

 

Comment favoriser la cicatrisation d’un bouton ?

Pour aider à la cicatrisation d'un bouton (qu’il s’agisse d’acné ou d’un autre type de bouton), il est recommandé de respecter certaines règles et gestes simples.

 

Ne pas stimuler le bouton

Il est d’abord important de ne pas toucher ou gratter le bouton, pour éviter d’aggraver l’inflammation et de contaminer d’autres zones (la cicatrisation d'un bouton gratté est encore plus longue). Après le nettoyage de la peau, le bouton doit être séché délicatement. Pour cela, il est conseillé de tamponner légèrement la peau à l’aide d’une serviette sèche et propre, sans la frotter.


Il faut également éviter d’appliquer du maquillage sur les boutons, ou n’utiliser que du maquillage non comédogène. Les produits cosmétiques doivent être retirés soigneusement le soir, à l’aide d’un produit démaquillant adapté.


Il est enfin important de ne pas exposer les boutons au soleil. Le soleil peut en effet favoriser l’hyperpigmentation de la peau, et laisser des cicatrices définitives à la place des boutons. En cas d’exposition, il est indispensable d’appliquer préalablement un soin solaire très haute protection.

 

Nettoyer la peau

Pour accélérer le processus de cicatrisation d’un bouton (acné, bouton de fièvre, varicelle ou autre), il faut également nettoyer la peau à l’aide d’un soin doux, matin et soir. Pour éviter de contaminer la peau avec d’autres bactéries et impuretés, il faut évidemment commencer par se laver les mains avec de l’eau et du savon liquide (pendant au moins 30 secondes). Les boutons sont favorisés par une hyperséborrhée (production de sébum en excès). Pour ne pas l’aggraver, il faut éviter de trop stimuler la peau. Le produit nettoyant doit donc être assez doux pour respecter la barrière protectrice cutanée et l’équilibre de la peau.


Soin d’hygiène idéal des peaux mixtes à grasses, Mon Gel Nettoyant Purifiant de Laboratoire Giphar garantit un nettoyage efficace et doux. En plus de laisser une sensation de peau fraîche, douce et confortable, il affine le grain de peau et éclaire le teint. Composé à 97 % d’ingrédients d’origine naturelle et non comédogène, il convient parfaitement aux peaux à tendance acnéique et aux peaux sensibles. Il est composé de zinc PCA (pour une peau purifiée et assainie), d’extrait de mauve et d’extrait de feuille d’aloé vera (pour une peau hydratée et douce).

 

Penser à l’hydratation

La peau doit ensuite être correctement hydratée (l’hydratation favorise en effet le processus de cicatrisation des boutons). Pour les peaux grasses à tendance acnéique, il est conseillé d’utiliser une crème hydratante et apaisante, non comédogène.


Mon Gel Crème Matifiant de Laboratoire Giphar est idéal pour les peaux mixtes à grasses. Il comporte du zinc gluconate (pour réguler le sébum), de l’acide salicylique purifiant et des actifs de fruits assainissants. En plus d’être hydratée, la peau est matifiée et assainie. Non comédogène, ce soin hydratant convient aux peaux sensibles et aux peaux présentant des imperfections.


Plusieurs soins cicatrisants peuvent enfin être appliqués sur les boutons, pour favoriser leur cicatrisation. En plus d’éviter la formation de croûtes, ces crèmes permettent d’accélérer le temps de reconstitution des tissus cutanés. Pour en savoir plus sur ces produits, demandez conseil à votre pharmacien.


 


Bon à savoir : en cas d’acné, il est important de consulter un dermatologue. Selon la sévérité et l’étendue des lésions, celui-ci peut prescrire un traitement de fond adapté. Rétinoïdes, anti-inflammatoires locaux (péroxyde de benzoyle), antibiotiques pris par voie orale, nettoyages de la peau chez le dermatologue (pour percer et vider les lésions rétentionnelles)… Le traitement choisi dépend notamment de l’âge du patient, de l’impact de l’acné sur sa qualité de vie, des traitements déjà suivis…

 

Est-ce que les cicatrices de boutons d'acné disparaissent ?

 


En cas de cicatrices d’acné disgracieuses, il est recommandé de consulter un dermatologue (dans l’idéal, celui qui a prescrit le traitement contre l’acné). Une fois que les poussées d’acné sont terminées, ce dernier peut envisager plusieurs types de traitements pour faire disparaître les cicatrices :

  • des injections de corticoïdes locaux en cas de cicatrices en relief : elles permettent d’aplatir les tissus cicatriciels ;

  • des séances de laser : resurfaçant, le laser permet de raboter l’épiderme et de redonner à la surface de la peau une certaine homogénéité ;

  • un peeling « moyen » ou « profond » : réalisé par un dermatologue (contrairement à une séance de peeling « superficiel », pratiquée en institut), il peut avoir un effet sur l’apparence de certaines cicatrices. En général, plusieurs séances sont nécessaires.

 

Sources :

https://www.ameli.fr/assure/sante/bons-gestes/soins/soigner-plaie

https://www.pediact.com/comment-accelerer-processus-cicatrisation-peau/

 

 

 

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 30/03/2022

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
4 avis

Voir aussi

Acné : effet rebond après-soleil
Ce n’est désormais plus un secret, si le hâle estival est maître en matière de camouflage des imperf…
Acné adultes
A quoi est due l’acné chez les adultes ? Comment la soigner pour retrouver une belle peau ? Quels tr…
Quiz sur l'acné
Maladie courante mais difficile à gérer, l’acné survient le plus souvent au début de l’adolescence. …