Grippe intestinale : quels symptômes ?

Soigner une grippe intestinale

Provoquée par une infection virale, la grippe intestinale est à l’origine de symptômes gastro-intestinaux. Aussi connue sous le nom de gastro-entérite virale, la maladie survient le plus souvent pendant la période hivernale. La plupart du temps bénigne, elle doit néanmoins faire l’objet d’une surveillance (notamment pour éviter le risque de déshydratation).


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Quels sont les symptômes de la grippe intestinale ? Quelle est la différence entre une gastro-entérite et une grippe intestinale ? Et quels sont les traitements à envisager ?

 

La grippe intestinale : définition et symptômes

La grippe intestinale est une infection d’origine virale, qui provoque une inflammation de l’estomac et des intestins. Même si elle peut s’attraper en été, elle est plus fréquente en hiver et survient en général sous forme d’épidémie. Elle touche aussi bien les enfants que les adultes.

 

Quelles causes ?

L’inflammation est en général provoquée par un micro-organisme viral (norovirus, rotavirus, adénovirus). Le virus peut contaminer aussi bien l’homme que l’animal. Particulièrement résistant, il peut survivre dans de nombreux milieux : sur les objets, dans l'eau potable et le milieu aquatique, ou encore dans les aliments.


Lorsqu’elle est due à un virus, la grippe intestinale est particulièrement contagieuse : le virus se transmet au contact direct d’une personne malade (par les mains ou à l’occasion d’une embrassade). Il peut également être transmis via les selles d’une personne infectée (c’est la raison pour laquelle il est indispensable de bien se laver les mains après être allé aux toilettes). Le virus peut aussi se transmettre par contact avec des objets ou de la nourriture contaminée.


Mais les symptômes peuvent également apparaître suite à la consommation d’aliments toxiques (intoxication alimentaire ou allergie alimentaire). La prise de certains médicaments (antibiotiques, colchicine, antiacides, chimiothérapie anticancéreuse, digitaliques, anti inflammatoires…) peut aussi modifier le microbiote intestinal et provoquer des diarrhées aiguës et sans fièvre. Le stress est enfin l’une des causes d’apparition de diarrhées sévères. Il s’agit d’une réaction naturelle de défense de l’organisme.

 

Quels symptômes ?

La grippe intestinale provoque une inflammation du système digestif (estomac et intestins).

 

Cette inflammation peut être à l’origine de l’apparition de plusieurs symptômes, comme :

  • des diarrhées qui surviennent de manière soudaine, des selles liquides ou molles, fréquentes et impérieuses ;

  • des nausées, des vomissements qui apparaissent de manière soudaine ;

  • des ballonnements, des crampes et des douleurs abdominales moyennes ;

  • des frissons ;

  • parfois, de la fièvre et des courbatures : n’apparaissant pas de manière systématique, le symptôme de la fièvre est celui qui disparaît en premier lors d’une grippe intestinale. Si la fièvre dure plus de deux jours, il est recommandé de consulter son médecin traitant.


L’intensité des symptômes de la grippe intestinale peut varier d’une personne à l’autre. Il est par exemple possible de souffrir de cette maladie sans présenter de diarrhées (on emploie alors le terme non médical de « gastro-entérite sèche »).

 

Quelle est la différence entre une grippe intestinale et une gastro-entérite ?

On parle de « grippe » car certains des symptômes de la grippe intestinale sont similaires à ceux de la grippe saisonnière (fièvre, frissons, courbatures). Mais en réalité, ce ne sont pas les mêmes virus qui provoquent ces deux maladies (la grippe saisonnière est provoquée par le virus de la grippe A).


Les deux termes de « grippe intestinale » et de « gastro-entérite » sont à différencier :

  • une gastro-entérite est une inflammation de la muqueuse du tube digestif : elle peut être provoquée par un parasite, par une bactérie ou par un virus ;

  • une grippe intestinale est une gastro-entérite causée par un virus (ou gastro-entérite virale).

 

Consultation médicale

Si elle est en général bénigne, la grippe intestinale nécessite parfois de consulter un médecin (notamment lorsque les symptômes persistent).

 

Dans quels cas consulter ?

Il est recommandé de consulter son médecin traitant lorsque :

  • les symptômes (diarrhées et vomissements) durent depuis plus de 2 jours, la diarrhée revient après s’être calmée, ou est entrecoupée d’épisodes de constipation ;

  • des glaires et / ou du sang apparaissent dans les selles ;

  • la diarrhée se manifeste au retour d’un déplacement dans un pays étranger (pays tropical) ;

  • la diarrhée survient après le début d’un nouveau traitement (nouveau médicament) ;

  • la diarrhée s’accompagne d’une fièvre supérieure à 38 °C chez la femme enceinte ;

  • la diarrhée apparaît chez un bébé de moins de 3 mois.


Dans certains cas, le médecin doit être consulté dans la journée (personne âgée de plus de 75 ans avec de la diarrhée, personne atteinte d’une maladie chronique ou immunodéprimée avec de la diarrhée, personne souffrant de douleurs, de fatigue et d’une forte fièvre, personne incapable de s’hydrater). En cas de signes de déshydratation (peu de mictions, peau et bouche sèche, sensation de soif, somnolence et confusion, manque de réaction), le SAMU doit être contacté en urgence.


Dans les autres cas, il n’est pas nécessaire de consulter un médecin (sauf en cas de doutes). Les symptômes de la grippe intestinale disparaissent en général spontanément, au bout quelques jours (2 à 3 jours).

 

Examen et diagnostic

Le médecin traitant réalise un examen clinique, et vérifie l’absence de déshydratation. Il interroge son patient sur la fréquence et l’aspect de ses selles. Il n’a recours à des examens complémentaires qu’en présence de sang dans les selles (rectorragie), si la diarrhée persiste ou apparaît au retour d’un voyage à l’étranger (pays tropical).


Après avoir confirmé son diagnostic, le médecin conseille en général à son patient d’adopter de nouvelles mesures diététiques. Il peut également prescrire certains médicaments, visant à soulager les symptômes de la maladie.

 

Comment soigner la grippe intestinale ?

Le traitement de la grippe intestinale vise à soulager les symptômes et à éviter la déshydratation. Il passe par la mise en place de nouvelles mesures diététiques et peut prévoir la prise de certains médicaments.

 

Adopter de nouvelles mesures diététiques

Infection virale, la grippe intestinale guérit normalement d’elle-même. Mais les manifestations de la maladie peuvent être particulièrement inconfortables au quotidien. Certains gestes simples peuvent alors être adoptés pour atténuer les symptômes de la grippe intestinale, et éviter la déshydratation :

  • se reposer un maximum et rester chez soi ;

  • boire beaucoup et privilégier les boissons contenant du sucre et du sel (eau sucrée et bouillons salés par exemple) : cela permet de compenser les pertes de l’organisme ;

  • fractionner les repas : prendre des repas plus petits (de manière plus fréquente) aide le système digestif à se rétablir ;

  • consommer de préférence certains aliments : des aliments assez salés, sans résidus et riches en glucose (du riz bien cuit, des bouillons salés, des pâtes, des pommes de terre, de la semoule, certains légumes cuits comme des carottes, des viandes maigres) ;

  • éviter les boissons glacées et les sodas, les aliments lourds, gras et épicés, les fruits et les légumes crus (à l’exception des bananes), les aliments riches en fibres, le lait et les produits laitiers.

 

Soulager les symptômes grâce à des médicaments

La grippe intestinale est d’origine virale : les antibiotiques sont donc inutiles. Disponibles sans ordonnance, plusieurs types de traitements permettent néanmoins de soulager les symptômes de la grippe intestinale, et notamment les diarrhées :

  • des ralentisseurs du transit : ils agissent sur les contractions de l’intestin, pour réduire la fréquence des selles. Ces médicaments ne doivent pas être pris lorsque la diarrhée s’accompagne de sang dans les selles, ni en cas d’inflammation intestinale chronique ;

  • des absorbants et protecteurs intestinaux : ces pansements digestifs tapissent la barrière muqueuse intestinale ou absorbent les gaz intestinaux ;

  • des anti-vomitifs (antiémétiques), pour calmer les nausées et les vomissements ;

  • des antispasmodiques, pour atténuer les douleurs au niveau du ventre ;

  • des solutés de réhydratation orale (sachets à diluer dans de l’eau) : la solution doit être prise fréquemment, par petites doses (dans une cuillère à soupe par exemple) ;

  • du paracétamol, pour faire diminuer la fièvre et calmer les douleurs ;

  • des probiotiques, pour restaurer la flore intestinale.


Ces médicaments sont déconseillés pour traiter la gastro-entérite de l’enfant. Pour les bébés et les enfants, il est simplement conseillé d’opter pour une solution de réhydratation orale. Avant d’avoir recours à ces médicaments, demandez toujours conseil à votre pharmacien. Il vous indiquera la posologie et la durée du traitement.


 

Comment limiter la contagion ?

D’origine virale, la grippe intestinale est très contagieuse et touche des millions de personnes chaque année. Pour limiter sa propagation à l’entourage proche, plusieurs mesures d’hygiène simples doivent être mises en place. Il est recommandé de :

  • se laver les mains régulièrement (avant la préparation et la prise des repas, après être allé aux toilettes ou à la salle de bain…) ;

  • nettoyer les toilettes avec un produit désinfectant après chaque diarrhée ;

  • ne pas échanger les effets personnels et la vaisselle (brosse à dents, serviettes de toilette, verres et couverts…) ;

  • nettoyer les surfaces régulièrement touchées par la famille (poignées de porte, téléphones, robinets…) ;

  • nettoyer les ustensiles de cuisine, le plan de travail, l’intérieur du réfrigérateur ;

  • changer régulièrement les torchons et les essuie-mains ;

  • éviter de se toucher le nez ou la bouche, se laver les mains immédiatement après ;

  • utiliser des mouchoirs à usage unique ;

  • éternuer et tousser dans un mouchoir, ou dans le pli de son coude.
     

 

Lire aussi :

Gastro : les bons réflexes

Diarrhées et troubles du transit : quelle alimentation ?

 

 

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 04/05/2021

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Prévenir les virus de l'hiver
Pour se protéger des infections virales hivernales, notamment dans le contexte sanitaire actuel, il …
grippe et homéopathie
Vous voulez vous prémunir de la grippe ? A moins que cette dernière ne vous ai déjà frappé ? Tour d'…
Prévenir les maladies hivernales
Nez qui coule, maux de gorge, fièvre…, comme chaque hiver, les symptômes du « coup de froid » sont l…