Comment éviter les cicatrices de varicelle chez le bébé ?

Varicelle enfant et cicatrice

Courante mais bénigne, la varicelle est une infection virale très contagieuse qui provoque l’apparition de boutons caractéristiques. Or, ces boutons peuvent parfois laisser place à des cicatrices assez inesthétiques, chez l’adulte, l’enfant ou même le bébé.


Alors comment éviter les cicatrices de varicelle chez le bébé ? Quels sont les gestes d’hygiène et de soin à adopter pendant l’éruption cutanée ? Et peut-on faire disparaître des cicatrices de varicelle chez le jeune enfant ?


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

La varicelle, une maladie bénigne chez le bébé et l’enfant

Maladie infectieuse, la varicelle est due à un virus de la famille des herpès (le virus varicelle-zona, ou VZV). Cette maladie infantile est très contagieuse, et s’attrape par simple contact avec une personne contaminée. Le virus est transmis par voie aérienne avant l’éruption, puis par contact avec les lésions cutanées.

 

Des symptômes caractéristiques sans gravité

La varicelle ne provoque parfois que de très légers symptômes (avec un seul petit bouton sur le cuir chevelu, par exemple) : elle passe alors inaperçue. Mais la plupart du temps, elle est à l’origine de symptômes caractéristiques :

  • une fièvre modérée, de légers maux de tête, un nez qui coule et une légère toux, une perte d'appétit et une sensation de malaise général (ces symptômes apparaissent plutôt chez l’adulte, et ne sont pas souvent décrits chez le jeune enfant) ;

  • puis, une éruption cutanée : des petites taches rosées commencent par apparaître sur le visage et le tronc, avant de s’étendre sur l’ensemble du corps (parfois même à l’intérieur de la bouche). Ces petits boutons rouges et plats se transforment en vésicules remplies d’un liquide clair, accompagnées de démangeaisons plus ou moins intenses. Ces petits boutons sèchent et forment des croûtes, qui finissent par tomber. Une cicatrice plus ou moins durable apparaît à la place de l’ancien bouton. L’éruption cutanée évolue par poussées (de nouveaux boutons continuent à apparaître pendant plusieurs jours).

 

La varicelle est très fréquente chez les bébés et les enfants (entre 3 mois et 10 ans). Elle reste en général sans gravité.

 

Quelles sont les éventuelles complications de la varicelle ?

Une fois la maladie guérie, l’immunité est acquise pour de nombreuses années. Mais au fur et à mesure du temps, l’immunité contre la varicelle diminue. En cas de maladie infectieuse ou d’une baisse des défenses immunitaires, le virus qui dort dans certains ganglions nerveux peut alors se réactiver. Il suit le trajet du nerf qui correspond au ganglion sensitif : c’est l’apparition d’un zona, une maladie qui peut entraîner des douleurs névralgiques intenses, pendant plusieurs mois.

 

Si la varicelle reste la plupart du temps bénigne chez le bébé et l’enfant, elle peut engendrer certaines complications graves chez l’adulte (des complications pulmonaires et neurologiques). Le virus peut provoquer une forte fièvre et atteindre les organes profonds (les poumons, le foie, le cœur ou le cerveau). Il est donc indisponible de consulter un médecin dès l’apparition des premiers symptômes de varicelle chez l’adulte. Ces complications peuvent également se retrouver chez les nouveau-nés et les personnes dont le système immunitaire est affaibli (à cause d’une maladie ou de la prise de certains médicaments).

 

Pour éviter d’attraper la varicelle, les adultes qui n’ont jamais été contaminés doivent limiter leurs contacts avec les enfants infectés. Il est aussi possible de se faire vacciner contre la varicelle. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à interroger votre médecin ou votre pharmacien.

 

Pourquoi est-il important de bien diagnostiquer la maladie ?

Poser le bon diagnostic est indispensable pour pouvoir ensuite envisager le traitement adapté. Si la varicelle guérit en général spontanément, le médecin peut en effet prescrire un traitement pour soulager certains symptômes. Il est aussi important de reconnaître les boutons de varicelle, pour ensuite bien prendre soin des lésions.

 

Pour suivre un traitement adapté

Si la varicelle guérit normalement sans traitement (les boutons disparaissent d’eux-mêmes au bout de quelques jours), le médecin peut parfois prescrire un traitement pour soulager certains symptômes. C’est notamment le cas lorsque la maladie provoque une forte fièvre ou des démangeaisons particulièrement intenses.

 

Le médecin peut par exemple prescrire du paracétamol, pour faire baisser la fièvre et diminuer les maux de tête. Il ne faut en revanche jamais prendre d’aspirine, d’ibuprofène ou d’autre anti-inflammatoire en cas de varicelle. Des lotions calmantes ou antihistaminiques peuvent aussi aider à soulager les démangeaisons et l’envie de se gratter.

 

Le médecin n’a recours à des antibiotiques qu’en cas de surinfection bactérienne. Il peut enfin prescrire des médicaments antiviraux lorsque la varicelle se déclare chez une personne immunodéprimée, avec des risques de complications ou de symptômes graves.

 

Pour limiter les cicatrices et la contagion

Reconnaître les lésions de varicelle permet aussi d’adopter les bons gestes d’hygiène et de soin : en effet, toutes les éruptions cutanées ne se traitent pas de la même manière. Or, prendre soin des boutons de varicelle permet de limiter l’apparition de cicatrices. Si le processus de cicatrisation dépend de la nature de la peau (plus ou moins fine et fragile) et de la profondeur des lésions, les boutons de varicelle peuvent facilement laisser place à des cicatrices durables. Pour adopter les bons gestes de soin et éviter ces cicatrices inesthétiques (cicatrices en creux, avec des petits cratères plus ou moins profonds), il est donc indispensable de bien diagnostiquer la maladie.

 

Reconnaître les boutons de varicelle permet également de limiter la contagion. Si le bébé ou l’enfant a la varicelle, il doit être gardé au domicile jusqu’à ce que les lésions se transforment en croûtes. Pour éviter la transmission du virus, il faut éviter les lieux publics et tout contact avec les personnes fragiles (femmes enceintes, nouveaux-nés de petit poids ou non immunisés, personnes âgées, personnes immunodéprimées). Il faut enfin penser à se laver régulièrement les mains (ainsi que celles de son enfant), à bien aérer sa chambre et à ne pas partager ses effets personnels (tétines, biberons, couverts…).

 

Comment éviter les cicatrices de varicelle chez le bébé ?

Pour prévenir la formation de cicatrices de varicelle durables chez le bébé, il faut surtout l’empêcher de gratter ses boutons. D’autres gestes simples doivent être adoptés pendant toute la durée de la maladie.

 

L’empêcher de se gratter

Les boutons de varicelle provoquent des démangeaisons plus ou moins intenses, et une envie irrépressible de se gratter. Mais pour éviter d’aggraver l’inflammation et de favoriser la formation de cicatrices de varicelle chez le bébé, il faut absolument l’empêcher de se gratter.

 

Il est par exemple possible de lui faire porter des gants ou des moufles, notamment pendant la nuit (s’il se gratte sans s’en rendre compte). Régler la température intérieure sur 19 °C et prendre des douches à l’eau tiède peut aussi aider à soulager les démangeaisons (une à deux douches par jour). Les bains aux flocons d’avoine sont parfois conseillés (ils ne doivent pas être trop longs). Pour diminuer les démangeaisons et l’envie de se gratter, il faut enfin limiter au maximum la transpiration (et faire porter au bébé des vêtements en coton légers, qui ne frottent pas sa peau).

 

Le médecin peut parfois prescrire des médicaments antihistaminiques. Ils permettent de soulager les démangeaisons de la varicelle, d’empêcher le bébé ou l’enfant de se gratter et de prévenir l’apparition des cicatrices.

 

Maintenir une bonne hygiène

Pour éviter que les lésions ne s’infectent, il est conseillé de couper les ongles du bébé court. Cela permet d’éviter qu’il n’arrache les croûtes des boutons lorsqu’il se gratte (ce qui pourrait retarder le processus de cicatrisation). Il faut aussi lui laver régulièrement les mains à l’eau et au savon, et lui brosser souvent les ongles (pour éliminer les bactéries qui pourraient infecter les lésions de varicelle).

 

Pour limiter les cicatrices de varicelle chez le bébé, il faut nettoyer sa peau à l’aide d’un savon dermatologique liquide ou d’un savon doux, sans frotter les boutons. Les douches doivent être courtes, et à l’eau tiède (la chaleur peut accentuer les démangeaisons). L’eau a tendance à ramollir les croûtes et à ralentir la cicatrisation : il faut donc éviter de prendre de longs bains.

 

Après le nettoyage de la peau, les boutons de varicelle doivent être séchés délicatement, à l’aide d’une serviette sèche et propre : la peau de bébé doit être légèrement tamponnée (jamais frottée). Sa couche doit aussi être changée très régulièrement, pour éviter l’humidité et la macération des boutons sur les fesses et les parties génitales.

 

Les gestes à éviter

Il ne faut jamais appliquer de talc sur les lésions de varicelle, ni aucune poudre ou crème qui contient des antibiotiques, des antiviraux ou des antiprurigineux. Ces produits peuvent en effet favoriser la macération et la surinfection des boutons.

 

Avant d’appliquer un antiseptique local sur les boutons, demandez toujours conseil à votre médecin ou à votre pharmacien. Le produit pourrait en effet augmenter le risque de développer une dermite allergique ou irritative, et retarder le processus de cicatrisation.

 

Pour éviter les cicatrices de varicelle chez le bébé, il est enfin recommandé de ne pas exposer sa peau au soleil. En plus de retarder le processus de cicatrisation, les rayons UV favorisent en effet l’hyperpigmentation de la peau (ils foncent les boutons, et les rendent plus visibles). En cas d’exposition, il faut bien le protéger (en lui mettant des vêtements amples et longs, un chapeau ou une casquette) et appliquer sur sa peau une crème solaire très haute protection, pour bébé ou enfant (SPF 50+).

 

Est-il possible de faire disparaître des cicatrices chez l’enfant ?

Crèmes cicatrisantes ou produits naturels (comme l’aloe vera)… Des soins adaptés peuvent aussi être utilisés pour apaiser la peau du bébé ou de l’enfant, et pour favoriser la réparation de la peau et la cicatrisation des boutons de varicelle. Avant d’y avoir recours, demandez toujours conseil à votre médecin ou à votre pharmacien.

 

À l’âge adulte, il est possible de faire appel à un dermatologue et à plusieurs techniques de médecine esthétique pour réduire ou faire disparaître les cicatrices de varicelle sur le visage (laser, microdermabrasion, peeling moyen ou profond…).

 

Sources :

https://vidalbox.vidal.fr/files/uploads/resources/varicelle.pdf

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/varicelle/que-faire-cas-faut-consulter

https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/infections/infections-à-herpèsvirus/varicelle

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 08/09/2022

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

Soigner la Varicelle au naturel
Votre bout de chou est couvert de boutons qui le démangent ? Pas de panique ! L’aromathérapie et l’h…
Soulager les démangeaisons dues à la varicelle
Maladie commune et très contagieuse chez l’enfant, la varicelle entraîne l’apparition de petits bout…
Les symptômes et les traitements de la varicelle
Maladie infectieuse très contagieuse, la varicelle évolue par vagues d'épidémies. Chaque année, on d…