Comment soulager les douleurs des règles ?

Attenuer douleurs règles

De nombreuses femmes souffrent de règles douloureuses et ce, dès leur adolescence. Plus ou moins intenses, les douleurs sont en général bénignes. Mais elles peuvent parfois avoir un impact important sur la qualité de vie, ou encore être le signe d’un problème de santé. Il est donc important de les prendre en charge.


Alors pourquoi les règles sont-elles douloureuses chez certaines femmes ? Comment soulager les douleurs des règles ? Et dans quels cas consulter ?


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Les douleurs menstruelles, ou dysménorrhée

Environ une femme sur deux souffre de règles douloureuses (dysménorrhée). Apparaissant à l’adolescence ou plus tardivement (à l'âge adulte), ces douleurs irradient dans le bas du ventre et/ou du dos. Si elles restent en général bénignes, elles peuvent aussi traduire l’existence d’une pathologie sous-jacente.

 

Quels symptômes ?

Fréquentes, les douleurs menstruelles sont liées au cycle menstruel : elles apparaissent juste avant ou pendant les règles.

 

Elles durent environ un à deux jours, mais parfois plus longtemps. Au début des saignements, les douleurs sont en général modérées. Elles ont ensuite tendance à s’intensifier progressivement (plus les saignements sont abondants, plus les douleurs sont importantes). Elles disparaissent ensuite spontanément, jusqu’aux prochaines règles.

 

Si les douleurs apparaissent en général dans la région abdominopelvienne (bas du ventre), elles peuvent aussi irradier dans le dos (vers les reins), et parfois dans les cuisses. Plus ou moins intenses, les douleurs des règles peuvent provoquer une simple gêne ou un malaise, un tiraillement ou des tensions dans le bas du ventre. Elles peuvent également se traduire par l’apparition de véritables crampes ou de spasmes douloureux.

 

Maux de tête, seins gonflés et douloureux, ballonnements, jambes lourdes et enflées, irritabilité… D’autres symptômes peuvent se manifester quelques jours avant les règles. On parle aussi de syndrome prémenstruel. Pendant les règles, les douleurs peuvent aussi être accompagnées de migraines, de nausées, de vomissements et de diarrhées. Une sensation de fatigue et de malaise peut également apparaître.

 

Ces symptômes peuvent être particulièrement handicapants au quotidien. Il est donc important de savoir comment soulager les douleurs des règles.

 

Pourquoi les règles peuvent-elles être douloureuses ?

Les douleurs liées aux règles peuvent apparaître dès l’adolescence (dysménorrhée primaire) ou plus tard, à l’âge adulte (dysménorrhée secondaire).

 

À l’adolescence

 

Lorsqu’elles surviennent à l’adolescence, dans les mois qui suivent les premières règles, ces douleurs restent en général sans gravité. Très fréquentes (entre 50 et 70 % des adolescentes souffrent de règles douloureuses), elles sont liées aux contractions utérines provoquées par la production excessive de prostaglandines.

 

Avant l’ovulation, la muqueuse utérine (endomètre) s’épaissit pour pouvoir accueillir l’ovule fécondé. S’il n’y a pas de fécondation, l’endomètre est expulsé de l’utérus (ce sont les saignements qui correspondent aux « règles »). Pour faciliter son expulsion, l’endomètre sécrète des prostaglandines (qui provoquent des contractions utérines). Lorsque ces substances sont sécrétées en excès, le muscle utérin se contracte de manière trop fréquente. Les petits vaisseaux sanguins qui l’irriguent se compriment et les muscles sont privés d’oxygène. C’est cette hypoxie qui provoque les douleurs caractéristiques des règles.

 

Ces douleurs menstruelles peuvent être favorisées par le tabagisme, l’apparition précoce des règles, l’absence de grossesse antérieure ou l’existence d’antécédents familiaux. Elles disparaissent souvent à l’âge adulte, ou après une première grossesse. Si elles s’intensifient au fil du temps, elles doivent amener à consulter. Les douleurs de règles chez l’adolescente peuvent en effet être dues à d’autres causes (endométriose de l’adolescente, malformation du vagin ou de l’utérus, troubles hormonaux…).

 

À l’âge adulte

 

Lorsque les douleurs de règles se manifestent plus tardivement, elles peuvent être liées à l’existence d’une pathologie. Elles peuvent par exemple être provoquées par :

  • une endométriose : dans cette maladie inflammatoire et chronique, l’endomètre se développe en dehors de la cavité utérine et colonise d’autres organes. Son diagnostic est souvent posé de manière tardive. Or, en plus de provoquer des symptômes douloureux, elle peut rendre la procréation difficile ;

  • une adénomyose : les douleurs sont provoquées par la présence de fragments d’endomètre dans le muscle de l’utérus (myomètre) ;

  • un fibrome utérin : souvent découverte par hasard, cette tumeur bénigne se développe dans le muscle de l’utérus. Si le fibrome n’est pas pris en charge, il peut évoluer et être à l’origine de certaines complications ;

  • des polypes utérins : uniques ou multiples, ces tumeurs bénignes se développent dans la muqueuse de l’utérus ou du col utérin. Les polypes doivent aussi être pris en charge pour éviter d’éventuelles complications.

 

À l’âge adulte, les douleurs menstruelles peuvent aussi dues au mauvais positionnement d’un dispositif de contraception (stérilet au cuivre) ou à un changement de méthode contraceptive. D’autres symptômes doivent alerter en cas de dysménorrhée secondaire (règles très abondantes, douleurs entre les règles, douleurs pendant les rapports sexuels…).

 

Comment soulager les douleurs des règles ?

Si elles restent généralement bénignes et sans complications, les douleurs de règles peuvent être particulièrement intenses et handicapantes au quotidien. Alors comment soulager les douleurs des règles ? Est-il possible de faire passer la douleur des règles sans médicament ? Et dans quels cas doit-on consulter ?

 

Comment avoir moins mal au ventre pendant les règles ?

Plusieurs astuces et gestes simples peuvent aider à soulager naturellement les règles douloureuses :

  • se reposer un maximum, avant et pendant les règles ;

  • pratiquer une activité physique ou sportive douce (natation, marche, yoga, exercices de relaxation…) ;

  • éviter l’alcool, le café et le tabac, avant et pendant les règles ;

  • décontracter la région du bas-ventre et du bas du dos grâce à la chaleur (mettre une bouillotte chaude sur l’abdomen, ou prendre une douche ou un bain chaud) ;

  • réaliser des mouvements de massage au niveau du ventre.

 

Baies séchées de gattilier, actées à grappes noires (ou cimicifuga), fenouil, saule blanc, curcuma, aneth et camomille allemande... En infusions, fruits séchés ou huiles essentielles, plusieurs plantes peuvent aider à soulager les douleurs des règles et le syndrome prémenstruel. Avant d’opter pour un traitement naturel, demandez toujours conseil à votre pharmacien.

 

Quels médicaments pour soulager les douleurs menstruelles ?

Vendus sans ordonnance en pharmacie, plusieurs médicaments permettent de soulager les douleurs des règles rapidement :

  • des anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS : ibuprofène ou flurbiprofène) : ils permettent de diminuer ou de stopper la sécrétion des prostaglandines, et donc les contractions utérines et les douleurs. Pour soulager les douleurs des règles de manière efficace, ces médicaments doivent être pris le plus tôt possible, et pendant deux à trois jours maximum. Attention : les AINS sont contre-indiqués en cas de varicelle, d’ulcère digestif ou de maladie grave du coeur, du foie ou des reins ;

  • des antispasmodiques à base de phloroglucinol : ils permettent de soulager les douleurs provoquées par les contractions de l’utérus ;

  • des antalgiques (paracétamol).

 

L’aspirine est déconseillée pour soulager les douleurs de règles. En effet, ce médicament fluidifie le sang et peut augmenter le volume ou la durée des règles.

 

Pour en savoir plus sur la posologie, les doses journalières maximum et les éventuelles contre-indications de chaque médicament, demandez toujours conseil à votre pharmacien.


 

 

Douleurs menstruelles et consultation médicale

Lorsque les douleurs de règles sont supportables, elles peuvent être facilement soulagées à l’aide de gestes simples et de certains médicaments. Mais si elles restent en général bénignes, elles peuvent parfois être particulièrement intenses et nécessiter une consultation médicale.

 

Quand consulter ?

De manière générale, il est recommandé de consulter son médecin rapidement en cas de douleurs lorsque :

  • les règles sont particulièrement abondantes (les protections doivent être changées plus de six fois par jour) ;

  • les douleurs s’accompagnent d’autres symptômes (pâleur, sensation d’abattement, de fatigue et de malaise, soif intense) ;

  • il existe un risque de grossesse.

 

Il faut aussi se rapprocher de son médecin si les douleurs surviennent de manière inhabituelle (avant ou après les règles) ou durent plusieurs jours, si elles s’aggravent et deviennent difficiles à supporter (avec un retentissement sur la vie quotidienne), ou si elles ne sont pas soulagées par la prise de certains médicaments (AINS notamment). Si les règles apparaissent en avance ou en retard, ou si elles s’accompagnent de saignements inhabituels (présence de caillots sanguins, règles très abondantes, saignements entre les règles), il faut également consulter.
 

Quels sont les traitements prescrits par le médecin ?

Le médecin traitant ou le gynécologue interroge sa patiente et réalise un examen clinique. Il peut parfois avoir recours à des examens complémentaires, lorsqu’il suspecte l’existence d’une maladie (échographie abdominopelvienne, IRM abdominopelvienne). Les résultats de ces examens lui permettent de déterminer la cause des douleurs et des autres troubles éventuels.

 

Le médecin définit ensuite le traitement le plus adapté, selon l’intensité et la cause des douleurs, l’âge de la patiente et le besoin, ou non, d’une solution de contraception.

 

Le médecin peut prescrire des anti-inflammatoires non-stéroïdiens pour soulager les douleurs des règles, ou des antispasmodiques pour lutter contre les contractions de l’utérus. Dans certains cas, il peut prescrire à sa patiente un contraceptif oral œstroprogestatif (par exemple, lorsque les douleurs des règles sont dues à une endométriose ou que les AINS ne suffisent pas à les soulager).

 

Sous pilule, les règles sont en effet moins abondantes et les contractions utérines moins fortes. La prise d’un contraceptif oral progestatif a pour effet de supprimer complètement les règles. La pose d’un dispositif intra-utérin (stérilet) à la progestérone peut aussi être envisagée.

 

Sources :

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/regles-douloureuses

https://www.vidal.fr/maladies/sexualite-contraception/regles-douloureuses-dysmenorrhees.html

https://www.endofrance.org/la-maladie-endometriose/symptomes-endometriose/regles-douloureuses/

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 20/06/2022

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

L'ablation des ovaires
En quoi consiste l’ablation des ovaires exactement ? Dans quels cas cette intervention chirurgicale …
Comment se déroule une échographie ?
Parfaitement indolore, l’échographie pelvienne est une technique d’imagerie médicale qui repose sur …