Diabète gestationnel : quel taux de glycémie chez la femme enceinte ?

Enceinte, diabète gestationnel

Le diabète gestationnel est caractérisé par un taux de sucre dans le sang anormalement élevé et dangereux pour la femme enceinte. Il apparaît en général vers la fin du 2ème trimestre de grossesse.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

La glycémie doit être régulièrement contrôlée chez les femmes enceintes à risques, avec une prise de sang ou une analyse d’urine. Le diabète de grossesse peut en effet être à l’origine de sévères complications chez la femme enceinte et son enfant.

Quels sont les symptômes, les causes et les risques du diabète gestationnel ? À combien doit s'élever le taux de glycémie chez la femme enceinte et comment traiter le diabète gestationnel ?

Qu’est-ce que le diabète gestationnel ?

Le diabète gestationnel est une augmentation anormale de la glycémie (taux de sucre dans le sang), pendant la grossesse. Zoom sur les causes, les symptômes et les risques de cette maladie.

 

Quelle est la cause du diabète gestationnel ?

Permettant de mesurer la quantité de sucre dans le sang, la glycémie ne doit pas dépasser certains taux. Trouble de la tolérance glucidique provoquant une hyperglycémie plus ou moins sévère, le diabète gestationnel peut apparaître ou être détecté au cours de la grossesse. Il se développe en général au cours du 2ème trimestre de grossesse.


Pendant la grossesse, certaines des hormones que produit le placenta sont hyperglycémiantes. L’organisme a donc besoin d’utiliser plus d'insuline pour conserver un taux de glycémie normal et faire baisser le taux de sucre dans le sang. Or, il arrive que le pancréas ne réussisse pas à apporter l’insuline nécessaire. La glycémie (taux de sucre dans le sang) augmente alors et dépasse les taux de référence : c’est l’apparition du diabète gestationnel. Il disparaît en général après la grossesse (post partum).

Il arrive parfois que la femme enceinte soit atteinte d’un diabète de type 2 sans le savoir : les mesures du taux de sucre dans le sang pratiquées au cours de sa grossesse permettent de révéler ce diabète, qui ne disparaît malheureusement pas après l’accouchement.

 

Les facteurs de risques et les symptômes du diabète gestationnel

Même si la plupart des diabètes gestationnels apparaissent chez les femmes ne présentant aucun facteur de risque, certaines ont plus de risques de développer cette maladie :

  • les femmes en surpoids ou obèses (IMC supérieur ou égal à 25 kg/m2) ;

  • les femmes ayant des antécédents familiaux de diabète de type 2 (chez leurs parents ou leurs frères et sœurs) ;

  • les femmes âgées de 35 ans et plus ;

  • les femmes ayant donné naissance à des bébés pesant plus de 4 kg (macrosomie fœtale) ;

  • les femmes ayant déjà développé un diabète gestationnel lors d’une précédente grossesse ;

  • les femmes victimes d’un syndrome des ovaires polykystiques.

 

Il suffit que la femme enceinte présente un seul de ces critères pour être considérée « à risques ». La surveillance de sa glycémie sera alors renforcée, tout au long de sa grossesse.


Dans certains cas, le diabète gestationnel peut être asymptomatique et ne pas être détecté. C’est pourquoi il est indispensable de recourir à des tests sanguins en cas de doute.
Dans d’autres cas, il est caractérisé par les mêmes symptômes que les autres types de diabète :

  • une soif intense ;

  • des urines fréquentes et abondantes ;

  • une importante fatigue ;

 

Quels sont les risques pour l’enfant et la mère ?

Le glucose en excès dans le sang de la mère est transmis au fœtus par le placenta. L’enfant stocke cette réserve calorique dans ses organes. Il a tendance à trop grandir et à trop grossir.

S’il n’est pas pris en charge, le diabète gestationnel peut être à l’origine de plusieurs complications, plus ou moins graves :

  • pour la mère : pré-éclampsie (ou toxémie gravidique : élévation de la pression artérielle) avec importante prise de poids, oedèmes et hypertension artérielle, fausse couche, accouchement prématuré, complications rénales, accouchement difficile à cause du poids important du bébé (4 kg ou plus), accouchement par césarienne, risque de développement d’un diabète de type 2 après la grossesse ;
     

  • pour l’enfant : souffrance fœtale due à une mauvaise oxygénation de l’enfant, hypoglycémie à la naissance, perte de connaissance et convulsions, macrosomie (poids de naissance est supérieur à 4kg) et dystocie des épaules (les épaules du nouveau-né rendent sa sortie difficile), détresse respiratoire, risque de développement d’un diabète de type 2.
     

En général, le diabète gestationnel disparaît après l’accouchement, et la glycémie revient à la normale.


Comment diagnostiquer et traiter un diabète chez la femme enceinte ?

Quand faire le dépistage du diabète gestationnel ? Il est proposé au cours du deuxième trimestre de grossesse, entre la 24ème et la 28ème semaine d’aménorrhée (absence de règles). Un test sanguin est proposé aux femmes enceintes à risques au cours du premier trimestre, puis de manière régulière tout au long de leur grossesse.


Diagnostic et taux à ne pas dépasser pour écarter un diabète gestationnel

Comment savoir si on a le diabète de grossesse ? Au premier trimestre (entre 7 et 12 semaines), la glycémie est mesurée à jeun, à l’aide d’une prise de sang. Le taux à jeun à ne pas dépasser est de 0,92 g/l, pour écarter un diabète gestationnel.

Au deuxième trimestre de grossesse, la glycémie est mesurée avec :

  • une prise de sang à jeun ;

  • une HGPO suivie de deux prises de sang : l’HGPO est une HyperGlycémie Provoquée par voie Orale. La femme enceinte ingère une boisson très sucrée, contenant 75 g de glucose. Son taux de glycémie est mesuré une heure après l’ingestion, puis deux heures après l’ingestion. Ces mesures permettent d’observer la réaction du pancréas et sa capacité à réguler la glycémie.

 

Les taux de glycémie sont normaux si :

  • la glycémie à jeun est inférieure ou égale à 0,92 g/l ;

  • la glycémie une heure après avoir bu la solution sucrée est inférieure ou égale à 1,80 g/l ;

  • la glycémie deux heures après avoir bu la solution sucrée est inférieure ou égale à 1,53 g/l.

 

Un seul taux inquiétant (un taux juste au-dessus, qui dépasse les valeurs de référence) suffit à poser le diagnostic du diabète gestationnel.


Traitements

Le diabète gestationnel doit être pris en charge dès qu’il est détecté. Pour être efficace, le traitement doit reposer sur :

  • la compréhension de l’utilité du traitement par la patiente ;

  • l’auto-surveillance glycémique par la patiente : 4 à 6 fois par jour, la femme enceinte atteinte de diabète gestationnel doit surveiller son taux de glycémie à jeun et après un repas, à l’aide d’un lecteur de glycémie. Sa glycémie ne doit pas dépasser 0,95 g/l à jeun et 1,20 g/l deux heures après le début d’un repas (glycémie post-prandiale). Les taux mesurés déterminent la nécessité de recourir à un traitement par insuline ou pas ;

  • le respect de nouvelles mesures d’hygiène et d’alimentation : le régime alimentaire de la patiente doit être modifié, et sa prise de poids contrôlée. La femme enceinte atteinte de diabète gestationnel doit privilégier les aliments à faible index glycémique (IG bas), répartir la prise des glucides tout au long de la journée (au cours de trois repas et deux collations par exemple), éviter les boissons et les aliments très sucrés, privilégier les fibres (qui ont pour effet de ralentir l’absorption des glucides et donc le pic d’hyperglycémie) et ne pas ingérer trop de calories ;

  • le maintien d’une activité physique régulière (marche, natation, gymnastique douce, vélo d’appartement…), sauf en cas de contre-indication médicale. Des séances peuvent être programmées trois à cinq fois par semaine, à raison de 30 minutes d’exercice par séance ;

  • le suivi des rendez-vous avec les différents professionnels (médecin généraliste, nutritionniste, gynécologue, diabétologue…) ;

  • le traitement par insuline si nécessaire : ces modifications nutritionnelles ne suffisent pas à réguler la glycémie de certaines femmes. Des injections d’insuline rapide peuvent alors être prescrites (injections sous-cutanées réalisées par la femme enceinte elle-même). Le médecin indiquera à la femme enceinte à partir de quel taux s’injecter de l’insuline en cas de diabète gestationnel. Les antidiabétiques oraux sont souvent contre-indiqués chez la femme enceinte.


Accouchement et post-partum

Si le diabète est bien équilibré, la grossesse de la patiente est prise en charge comme une grossesse normale. La femme enceinte atteinte de diabète gestationnel peut réussir à garder un taux bas de sucre dans le sang. Une césarienne pourra parfois être programmée, notamment lorsque le poids du bébé à terme est estimé à plus de 4,200 kg. Si le diabète est mal géré, l’accouchement pourra être déclenché avant le terme (après 39 semaines d’aménorrhée dans le meilleur des cas).


Le bébé devra être rapidement et régulièrement nourri après sa naissance, le risque principal du diabète gestationnel restant pour lui l’hypoglycémie. Son taux de sucre dans le sang sera régulièrement contrôlé.


En fin de grossesse et après la naissance, le taux de glycémie de la patiente atteinte de diabète gestationnel sera étroitement surveillé. Cela permettra de s’assurer de la disparition du diabète. Les femmes enceintes ayant développé un diabète gestationnel présentent plus de risques de développer un diabète de type 2 dans les années qui suivent. Il est donc recommandé d’effectuer un dépistage régulier, tous les 1 à 3 ans. Les mesures hygiéno-diététiques adoptées pendant la grossesse peuvent également être suivies après l’accouchement, notamment pour réduire le risque de développer un diabète de type 2.

 

Lire aussi:

Diabète gestationnel : L’indispensable dépistage

Le diabète gestationnel

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 05/03/2020

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
15 avis

Voir aussi

Quels sont les symptômes du diabète de type 2
Maladie de plus en plus fréquente aujourd’hui, le diabète de type 2 touche en majorité les personnes…
Diabète et mesure de la glycémie
La personne atteinte de diabète doit régulièrement contrôler sa glycémie. La fréquence des contrôles…
Diabète et mesure de la glycémie
La personne atteinte de diabète doit régulièrement contrôler sa glycémie. La fréquence des contrôles…