Diabète et mesure de la glycémie : comment procéder ?

Diabète et mesure de la glycémie

La personne atteinte de diabète doit régulièrement contrôler sa glycémie. La fréquence des contrôles est programmée et adaptée en fonction du profil de chaque patient. La mesure de la glycémie peut être effectuée à l’aide d’une prise de sang dans un laboratoire d'analyses médicales : mesure de la glycémie à jeun et hémoglobine glyquée (HbA1c) tous les trois mois. Mais le patient peut également mesurer son taux de glucose dans le sang n’importe où, et à n’importe quel moment, en utilisant lui-même un lecteur de glycémie. On parle alors d’ASG (AutoSurveillance Glycémique).


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Pourquoi est-il si important de contrôler régulièrement sa glycémie lorsque l’on est atteint de diabète ? Et comment effectuer cette mesure ?

Sucre dans le sang - diabète

 

Pourquoi surveiller son taux de sucre dans le sang ?

Maladie chronique, un diabète de type 1 ou de type 2 peut être contrôlé et équilibré grâce à un traitement adapté. Surveiller quotidiennement sa glycémie permet au patient de prévenir les déséquilibres glycémiques, pour mieux maîtriser son diabète. La mesure du diabète permet également d’adapter le traitement, le régime alimentaire et l’activité physique du patient.

 

Quels sont les taux normaux de glycémie ?

Influencée par différents facteurs, la glycémie évolue au cours de la journée. Elle varie principalement en fonction des apports et des dépenses énergétiques.

 

Une glycémie normale oscille entre 0.80g/l et 1.10g/l à jeun. Deux heures après un repas, elle varie entre 1 et 1,4 g/l. Ce taux de sucre dans le sang doit rester stable tout au long de la journée, même après un repas ou un effort physique. Un système complexe, dans lequel l’insuline joue un rôle primordial, permet de réguler la glycémie. Quel est le taux maximal et minimal de glycémie d’un diabétique ? Le diabète est avéré lorsque le taux de glycémie est supérieur ou égal à 1,26 g/l ou 7 mmol/l de sang à jeun, au moins à deux reprises. On parle alors d’hyperglycémie diabétique. L’hypoglycémie correspond quant à elle à une mesure de la glycémie inférieure à 0,45 g/l.

 

Qu’il s’agisse d’un diabète de type 1 ou de type 2, cette maladie se caractérise par hyperglycémie chronique. Le sang contient trop de sucre, son taux de glucose est trop élevé. Cette hyperglycémie traduit un manque d'insuline ou une perte d'efficacité de celle-ci.

 

Contrôler son équilibre glycémique

L’hyperglycémie peut être à l’origine de graves complications (notamment une détérioration des tissus et des cellules). L’hypoglycémie peut quant à elle provoquer des malaises, voire un coma.

 

Or, les effets d’une hyperglycémie (taux de sucre dans le sang trop élevé) ou d’une hypoglycémie (taux de sucre dans le sang trop bas) ne sont pas toujours faciles à percevoir. Effectuer des mesures régulières de sa glycémie permet au patient atteint de diabète de conserver un bon équilibre glycémique.

 

L’autosurveillance de la glycémie consiste à mesurer soi-même son taux de sucre dans le sang, en utilisant un lecteur de glycémie. Elle est prescrite par le médecin, selon le type de diabète. Indispensable en cas de diabète de type 1, la mesure de la glycémie est parfois préconisée pour les patients atteints d’un diabète de type 2 insulinotraité. L’autocontrôle de la glycémie peut également être prescrit dans le cas d’un diabète de type 2 non insulinotraité, bien équilibré.

 

Alors comment réaliser cette mesure ?

 

Comment mesurer son taux de glycémie ?

L’autosurveillance de la glycémie est réalisée à l'aide d'un lecteur de glycémie. Cet appareil de mesure du diabète permet de prélever facilement une goutte de sang, et de mesurer le taux de sucre dans le sang du patient.

 

Quand et à quelle fréquence ?

Selon le profil du patient, le type de diabète et le traitement mis en place, le médecin lui indique la fréquence et les horaires de ses automesures de glycémie. Il lui explique également comment réagir en fonction des résultats relevés.

 

Chez les diabétiques traités par insuline, les mesures de la glycémie doivent être réalisées tous les jours, plusieurs fois par jour. Ces mesures pluri-quotidiennes permettent d'adapter le traitement pour éviter le surdosage ou le sous-dosage de l’insuline. Elles sont réalisées entre 3 et 4 fois par jour, de préférence avant ou après les repas (par exemple, le matin à jeun et le soir avant de dîner). En cas d'apparition de symptômes d’hypoglycémie ou d'hyperglycémie, le patient doit également vérifier son taux de sucre dans le sang. La Haute autorité de santé (HAS) recommande au moins quatre tests par jour pour un diabète de type 1.

 

Chez le patient atteint d’un diabète qui n’est pas traité par insuline, la mesure de la glycémie peut en général n’être effectuée qu’entre 2 et 3 fois par semaine (toujours en respectant les prescriptions du médecin). Ce contrôle permet au patient de se rendre compte très concrètement des effets du traitement ou des modifications de son mode de vie. Cela l’aide à mieux comprendre les facteurs qui peuvent influencer sa glycémie. En cas de changement thérapeutique, les contrôles peuvent être effectués entre une à deux fois par jour. Pour le diabète de type 2, la fréquence des contrôles recommandés par la Haute autorité de santé (HAS) dépend du type de traitement mis en place.

 

Quel appareil pour mesurer sa glycémie ?

Le patient atteint de diabète peut mesurer son taux de sucre dans le sang à l’aide d’un lecteur de glycémie, ou en utilisant un système de mesure du glucose en continu.

 

Le lecteur de glycémie

Il peut être utilisé à jeun ou pour une mesure pré ou post-prandiale. Pour être remboursé par la Sécurité sociale (une fois tous les 4 ans), l’appareil doit être utilisé dans le cadre d’un diabète traité par insuline ou d’une rétinopathie diabétique.

 

Également connu sous le nom de glucomètre, cet appareil de mesure facilite le contrôle et la maîtrise du diabète. Facile d’utilisation, il fournit au patient des informations précises sur son taux de glycémie. Le kit de mesure du diabète fonctionne à l’aide de bandelettes ou d’électrodes, d’un stylo autopiqueur (à usage personnel) et de lancettes (à usage unique, ces fines aiguilles s’adaptent sur le stylo autopiqueur).

 

Le lecteur de glycémie permet d’analyser la goutte de sang prélevée à l’aide du stylo autopiqueur au bout du doigt du patient (dans un vaisseau très fin, dit « capillaire »). Le prélèvement capillaire est réalisé de préférence sur les côtés des doigts : ces zones sont en effet moins sensibles. Pour limiter l’apparition de callosités ou d’hématomes, le patient peut alterner chacun des deux côtés des dix doigts. À noter : on n'utilise ni le pouce, ni l'index afin de préserver la sensibilité de la « pince ».

 

Le sang peut être déposé sur une bandelette : il déclenche une réaction chimique et un changement de couleur proportionnel au taux de sucre présent. Le lecteur interprète la couleur et affiche la valeur de la glycémie du patient. La goutte de sang peut également être déposée sur une électrode : cela déclenche une réaction électro-chimique et des micro-courants que le lecteur interprète. Jour après jour, le patient inscrit ses résultats dans son carnet d’autosurveillance glycémique. Ce carnet permet également de noter les éventuels écarts de régime alimentaire, l’activité physique du patient et le suivi de son traitement.

 

Les nouvelles technologies

De nouvelles technologies se développent. Certains lecteurs disposent par exemple d'un logiciel qui permet de télécharger et d’enregistrer les résultats.

 

Mesurer sa glycémie grâce à un smartphone est également possible. Certains lecteurs de glycémie spécifiques peuvent être branchés directement sur un téléphone. Une fois l’application lancée et la mesure effectuée, il est alors possible de suivre et de gérer les différentes mesures de glycémie déjà effectuées. Cette solution permet également au patient d’adapter ses doses d’insuline, ou encore de partager ses résultats par e-mail (avec son médecin par exemple).

 

Les systèmes de mesure du glucose en continu (MGC) permettent enfin de mesurer la concentration de sucre dans le liquide interstitiel, environ toutes les 10 secondes. Ces dispositifs sont équipés d’un capteur (placé par le patient lui-même sous sa peau), d’un transmetteur et d’un récepteur.

 

Mesure du diabète : effectuer les bons gestes

Au début, les gestes à effectuer pour mesurer sa glycémie à l'aide d'un lecteur de glycémie sont expliqués et réalisés par le médecin / l'équipe soignante.

Pour un prélèvement capillaire réussi et sans douleur, il est recommandé de suivre les étapes suivantes :

  • se laver les mains avec de l’eau chaude et du savon, puis les sécher ;

  • introduire la bandelette dans le lecteur de glycémie ;

  • changer l’aiguille de l’autopiqueur (ou changer d’autopiqueur à usage unique) et régler la profondeur du stylo autopiqueur ;

  • piquer le doigt (sur la face externe de la dernière phalange, en changeant de doigt à chaque mesure) et presser la pulpe du doigt si la gouttelette de sang produite n’est pas assez grosse ;

  • prélever la goutte de sang (sur la bandelette) et lire le résultat de la glycémie sur le lecteur.

 

Une fois utilisés, les lancettes et autres déchets doivent être jetés des collecteurs spécifiques, fournis gratuitement. N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien.

 

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 03/04/2020

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
11 avis

Voir aussi

Quels sont les symptômes du diabète de type 2
Maladie de plus en plus fréquente aujourd’hui, le diabète de type 2 touche en majorité les personnes…
Diabète et mesure de la glycémie
La personne atteinte de diabète doit régulièrement contrôler sa glycémie. La fréquence des contrôles…
L'index glycémique des aliments
Bien maîtriser son alimentation avec l'index glycémique. Derrière ce terme se cache en fait une noti…