Crise d’acétone et diabète : symptômes, causes et traitement

Crise d’acétone et diabète

L’acétone est un déchet qui provient de la dégradation des graisses par notre organisme. Nous en produisons tous une petite quantité, qui est ensuite éliminée par les voies respiratoires et les urines. Les corps cétoniques et l’acétone sont produits lorsque notre organisme est à court d’insuline et ne peut plus utiliser le glucose. Chez les diabétiques, dès que l’organisme est en manque d’insuline, les corps cétoniques s’accumulent de manière excessive dans le sang et provoquent une acidité excessive : on parle alors d’acidocétose.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Alors quels sont les symptômes d’une crise d’acétone chez le patient diabétique ? Comment prévenir, contrôler et traiter l’acidocétose ?

Qu’est-ce que l’acétone ?

Avec l'acide acétylacétique et l'acide bêta-hydroxybutyrique, l’acétone fait partie des corps cétoniques que l’on retrouve dans le sang et les urines, en très petite quantité. Ils sont fabriqués par le foie, à partir de la dégradation des graisses et des acides gras contenus dans les lipides ingérés (c’est la cétogenèse). Les corps cétoniques sont ensuite éliminés dans les urines, par les reins.

 

C’est quoi l’acétone dans les urines ? Substance acide, l’acétone permet de libérer l’énergie nécessaire au bon fonctionnement des cellules de notre organisme, lorsque les réserves en sucre ne suffisent pas (par exemple en période de jeûne). Lorsque les cellules ne reçoivent pas assez de sucre, le taux d’acétone et de corps cétoniques augmente de façon importante dans le sang et les urines.

 

Qu’est-ce qu’une crise d’acétone ?

On parle de crise d’acétone ou d’acidocétose lorsque l’accumulation des corps cétoniques acides dans le sang et les urines est trop importante.

 

La crise d’acétone survient en cas d’accumulation de substances acides dans l’organisme. Trois stades de gravité peuvent être observés pendant une crise d’acétone : la cétose, l’acidocétose et le coma acidocétosique.

 

Si elle touche en majorité les patients atteints de diabète, la crise d’acétone peut également survenir dans certains cas chez les personnes non diabétiques :

  • en cas de sous-alimentation, de jeûne prolongé ou de régime sans sucre, de vomissements réguliers et répétés, ou chez la femme enceinte : il s’agit en général d’une cétose modérée, régulée par la prise d’un encas riche en sucre ou d’une boisson sucrée (sérum physiologique additionné de glucose par exemple) ;

  • en cas d’hypoglycémie prolongée : chez les sportifs d’endurance après un effort long, chez les personnes qui suivent un régime sans glucides ou qui ne s’alimentent pas assez. L’acidocétose est provoquée par un taux de sucre dans le sang trop faible, qui ne suffit pas à déclencher la production d’insuline par le pancréas. Les patients doivent alors ingérer de l’eau ou des aliments sucrés (une hospitalisation peut parfois être nécessaire, avec perfusion de sérum physiologique additionné de potassium et de glucose).

 

Certaines pathologies et infections peuvent également provoquer des crises d’acétone : le patient s’alimente moins ou plus du tout (angine, otite, grippe, rhinopharyngite…) et l’infection peut provoquer une insulino-résistance.

 

Selon la gravité et l’état d’avancement de l’acidocétose, plusieurs mesures peuvent être mises en place. Au début de la crise, et en attendant la confirmation du diagnostic par les tests biologiques, le patient peut commencer par s’hydrater en buvant de l’eau (et des boissons sucrées s’il n’est pas diabétique) et en mangeant un petit encas (composé de sucres lents de préférence). En cas d’urgence, le patient peut se voir administrer des bicarbonates, afin de faire baisser son taux d’acidité sanguine.

 

Mais l’acidocétose touche principalement les patients atteints de diabète (diabète de type 1, diabète de type 2, diabète gestationnel). Alors, qu’est-ce que l’acidocétose diabétique ? Quels en sont les symptômes et comment traiter ce type de crise ?
 

L’acidocétose diabétique

En cas de diabète de type 1 ou de type 2, les corps cétoniques ont tendance à s’accumuler plus facilement dans l’organisme lorsqu’il existe une grave carence en insuline. Pour éviter la crise d’acétone ou acidocétose, les personnes diabétiques doivent donc régulièrement contrôler la concentration de corps cétoniques dans leur sang (acétonémie) et dans leurs urines (acétonurie).

Acétone et diabète : définition

L’acidocétose diabétique se traduit par une augmentation de l’acidité du sang, provoquée par une accumulation de corps cétoniques dans l’organisme. Le sang ne contient pas assez d’insuline et les réserves en sucre sont insuffisantes. Le corps utilise donc ses graisses de réserve pour fonctionner.

 

La transformation de ces graisses en glucose par le foie provoque la libération d’importantes quantités de ces substances toxiques dans le sang (acétone, acide acéto-acétique et acide bêta-hydroxybutyrique). Les corps cétoniques s’accumulent, jusqu’à dépasser la quantité pouvant être éliminée naturellement par l’organisme. L'acidocétose diabétique apparaît. En parallèle, le glucose inutilisé par les cellules reste dans le sang, et est évacué par les urines.

 

La crise d’acétone peut survenir chez le patient atteint d’un diabète de type 1, lorsque le pancréas ne réussit pas à produire assez d’insuline. Elle peut également concerner le patient atteint d’un diabète de type 2, lorsque ses cellules n’arrivent pas à utiliser l’insuline libérée.

 

La crise d’acétone peut également apparaître lorsque le diabète commence à s’installer ou qu’il n’est pas correctement pris en charge et traité (on parle de diabète « mal équilibré » par le traitement) :

  • lorsque le patient saute ou oublie un repas ;

  • lorsqu’il jeûne ;

  • lorsque la dose d’insuline injectée est insuffisante ;

  • lorsqu’il arrête les injections d’insuline ;

  • lorsqu’il prend des médicaments corticoïdes ou bêta-mimétiques, afin de traiter d'autres maladies ;

  • lorsqu’il souffre d’une affection pouvant déséquilibrer ses besoins en glucose, perturber le traitement de son diabète et favoriser une crise d’acétone (intolérance alimentaire qui provoque des vomissements, infection, intervention chirurgicale, infarctus du myocarde…).

 

Plusieurs signes extérieurs permettent d’identifier la survenance d’une crise d’acétone chez le patient diabétique.

Quels sont les symptômes d’une crise d’acétone ?

Plusieurs symptômes physiques et signes cliniques permettent de reconnaître l’apparition d’une acidocétose diabétique, qui peut évoluer sur plusieurs jours :

  • des nausées et des vomissements ;

  • d’importantes douleurs abdominales ;

  • une soif importante ;

  • des urines fréquentes, abondantes et odorantes ;

  • une perte d’appétit et une perte de poids rapide ;

  • des signes de déshydratation : peau sèche, baisse de la pression artérielle, sécheresse des muqueuses buccales, tension oculaire ;

  • une haleine forte, à l’odeur caractéristique (lorsque l’haleine du patient atteint de diabète rappelle l’odeur d’acétone, l’odeur d’un fruit pourri ou d’une pomme) ;

  • un léger essoufflement et une fréquence respiratoire élevée ;

  • une baisse de la température ;

  • une fatigue importante (asthénie). Est-ce que l’insuline fatigue ? Une modification du taux de glycémie (par exemple lorsque l’insuline ne joue plus son rôle) peut être à l’origine d’une importante fatigue ; 

  • des crampes pendant la nuit ;

  • dans certains cas, la crise d’acétone peut provoquer certains troubles du comportement : anxiété, agitation ou, au contraire, somnolence.

 

La crise d’acétone chez le patient diabétique peut provoquer une forte déshydratation et un déséquilibre des substances présentes dans le sang (sodium et potassium). Ces complications peuvent être à l’origine de troubles respiratoires et d’un dysfonctionnement du cœur. Elles peuvent également provoquer des troubles de la conscience, entraîner un coma et le décès du patient. Urgence médicale nécessitant une hospitalisation, l’acidocétose sévère est d’ailleurs désignée sous le terme de « coma acidocétosique ».

 

C’est pourquoi il est indispensable de consulter son médecin et de prendre en charge la crise d’acétone dès l’apparition des premiers symptômes. Une crise d'acétone peut parfois servir à diagnostiquer un diabète de type 1 chez l'enfant.

Diagnostic et traitement de la crise d’acétone

L’acidocétose est une complication du diabète. Le diagnostic de la crise d’acétone repose d’abord sur un interrogatoire clinique, permettant de déceler les symptômes physiques cités plus haut. La quantité de corps cétoniques et d’acétone dans le sang et les urines du patient atteint de diabète peut ensuite être facilement mesurée et contrôlée, avec :

  • des bandelettes urinaires réactives et jetables (mesure de l’acétonurie). Utilisées au moins une fois par semaine, elles permettent de détecter la présence de glucose dans les urines (glycosurie) et de corps cétoniques (cétonurie) ;

  • un lecteur adapté pour lire le contenu d’une micro goutte de sang (mesure de l’acétonémie).

 

L’autosurveillance et le contrôle de son taux de corps cétoniques dans le sang et les urines fait partie du quotidien du diabétique. Le patient peut en effet effectuer ces mesures lui-même, avec un appareil spécifique. Le contrôle du taux d’acétone doit être systématiquement effectué lorsque la glycémie (taux de sucre dans le sang) du patient dépasse 2,5 mg/l (hyperglycémie). La norme en matière de taux d’acétone chez le patient atteint de diabète peut varier en fonction de la technique de contrôle utilisée et de l’état de jeûne du patient.

 

Une prise de sang peut également permettre de mesurer la diminution du pH sanguin (sang devenu trop acide), la présence de corps cétoniques, un taux de glucose trop élevé (hyperglycémie) et un déséquilibre entre potassium et sodium.

 

Le traitement de la crise d’acétone chez le patient diabétique consiste à administrer de l’insuline d’action courte et du sérum physiologique, additionné de glucose et de potassium. Des contrôles sont ensuite effectués de manière régulière. Le suivi d’un régime alimentaire sain et équilibré et le respect du traitement établi par le médecin permet de limiter le risque de crise d’acétone chez le patient atteint de diabète.

 

Lire aussi :

Alcool et diabète : quels risques et quelles précautions prendre ?

Régime diabète de type 2, quel menu ?

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 06/03/2020

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
5 avis

Voir aussi

Quels sont les symptômes du diabète de type 2
Maladie de plus en plus fréquente aujourd’hui, le diabète de type 2 touche en majorité les personnes…
Diabète et mesure de la glycémie
La personne atteinte de diabète doit régulièrement contrôler sa glycémie. La fréquence des contrôles…
Diabète et mesure de la glycémie
La personne atteinte de diabète doit régulièrement contrôler sa glycémie. La fréquence des contrôles…