Diabète : une prise en charge responsable

Surveiller sa glycémie
1 avis

La surveillance régulière de la glycémie est le fondement d'une bonne prise en charge de leur maladie par les diabétiques. Entre deux prises de sang - avec dosage de l'hémoglobine glyquée en laboratoires d'analyses - tous les 3 à 4 mois, l'autosurveillance à domicile (par dosage de la glycémie capillaire) est indispensable.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Pourquoi surveiller sa glycémie ?

Le dosage régulier du sucre dans le sang (glycémie), est une nécessité vitale pour les diabétiques de type 1 auxquels de l'insuline doit être administrée à des doses adaptées aux chiffres de leur glycémie. Mais il est aussi indispensable pour les diabétiques de type 2, traités par un régime, seul ou en association avec la prise de médicaments : il leur permet mesurer l'effet de leur alimentation, de leur exercice physique, de leur traitement et ainsi de "rectifier le tir" pour ramener le taux de sucre sanguin à des valeurs acceptables.
 

Vous faites un régime

Perdre les kilos en trop et faire un régime adapté est la base du diabète de type 2.
Ce régime personnalisé sera mis en place par le diabétologue, après une enquête alimentaire qui aura précisé les points à revoir dans votre alimentation.

Les grands principes, vous les connaissez : chasse aux graisses cachées, priorité aux sucres complexes des féculents, pâtes, riz… et mise sous surveillance des glucides simples (le "sucre"), etc.

L'automesure de votre glycémie, 1 à 2 heures après un déjeuner, une collation… va vous faire passer de la théorie à la pratique : faites un test après quelques repas "type" et vous pourrez déterminer les aliments qui font monter votre taux sanguin de sucre et ceux qui vous conviennent : pourquoi vous priver d'un gratin de macaronis ou d'une crème au chocolat (en fin de repas) si votre taux ne bouge pas ?

 

Vous faites de l'exercice

Il en est de même pour l'exercice : votre diabétologue vous recommande d'avoir une activité physique, et de toute façon, dans la vie courante, si vous êtes actif, vous êtes amenés à bouger, bricoler, jardiner…

La encore, profiter des facilités de l'automesure pour apprécier les bénéfices … ou les risques d'hypoglycémie liés aux efforts fournis pour mieux les corriger tout simplement en croquant un morceau de sucre !
 

Vous ne vous sentez pas bien

Autre cas de figure, vous êtes "patraque" : est-ce vraiment une hypoglycémie ou le malaise a-t-il une autre cause ? Vite, une automesure et vous savez ce qu'il en est.

Si l'hypoglycémie est avérée : tout rentre dans l'ordre avec un morceau de sucre ou une petite collation. Mais peut être couvez-vous une grippe, démarrez-vous un rhume, une gastro… dans ce cas, méfiance envers certains médicaments qui font grimper la glycémie : parlez en à votre pharmacien , il saura vous guider.
Dans toutes ces circonstances de la vie courante, où l'intervention d'un biologiste à domicile n'est même pas envisageable, l'automesure chez soi fournit une aide précieuse ; il ne s'agit pas de passer votre temps à faire des contrôles mais de vous surveiller régulièrement, à des moments différents de la journée, de noter les circonstances des mesures (repas, sorties entre amis, activités physiques… ) et les valeurs de la glycémie pour mieux contrôler votre maladie et ainsi mieux vivre avec.

 

À lire aussi

Diabète : gardez-vos yeux à l’œil !
Diabète : quand faut-il se faire dépister ?

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 28/05/2015

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

Il est possible de réaliser des dépistages chez son pharmacien
Le pharmacien, on lui rend notamment visite quand on a un petit bobo qui ne requiert pas une consult…
La greffe de microbiote pour soigner des maladies
Diabète, obésité, cancer colorectal… Et si une partie de la solution face à ces maladies se trouvait…
Les nouveautés en matière de suivi pour les diabétiques
Le diabète touche 3,7 millions de personnes environ (1), en France, dont 700 000(2) ignorent être at…