Traitements du cancer et effets secondaires : comment les limiter ?

Traitements du cancer et effets secondaires

Les effets secondaires de la chimiothérapie, de la radiothérapie, et des autres traitements contre le cancer ont un impact lourd sur la qualité de vie des patients. Pour les accompagner et améliorer leur bien-être, le pharmacien a un rôle clé à jouer.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Traitements du cancer et effets secondaires : comment les limiter ? Les effets secondaires de la chimiothérapie, de la radiothérapie, et des autres traitements contre le cancer ont un impact lourd sur la qualité de vie des patients. Pour les accompagner et améliorer leur bien-être, le pharmacien a un rôle clé à jouer.

Comment limiter les effets secondaires liés au traitement du cancer ?

Les effets secondaires des traitements contre le cancer peuvent avoir un impact lourd sur la qualité de vie des patients. Pour les accompagner à travers des conseils et des solutions adaptés, le pharmacien a un rôle important à jouer. Philippe Minighetti, pharmacien formateur spécialisé en oncologie, nous en dit plus sur ce rôle, et comment aider les patients dans la gestion des effets secondaires.

 

  • Quel rôle jouez-vous dans l’accompagnement des malades du cancer, en tant que pharmacien ?

« Je suis pharmacien formateur, je travaille avec l’hôpital dans le suivi des patients atteints d’un cancer, et je dispense des formations partout en France, pour former les pharmaciens à l’accompagnement de ces patients.

 

En effet, dans le domaine de l’oncologie, le rôle du pharmacien est essentiel. Aujourd’hui, quand on annonce une telle maladie, le monde s’écroule. Le patient est suivi par son oncologue qui lui explique la situation, tente de l’accompagner, mais cela fait beaucoup d’informations à intégrer et il reste souvent des questions, des appréhensions.

 

Le patient peut alors se diriger vers son pharmacien, pour avoir des informations directement, sans devoir attendre le prochain rendez-vous d’oncologie, qui prend parfois place dans un parcours médical figé. Le rôle du pharmacien est alors de répondre aux questions, avec des limites bien sûr, mais surtout avec cohérence vis-à-vis de la stratégie thérapeutique. Pour ce faire, le pharmacien doit connaître les généralités de la cancérologie, et pas seulement l’aspect médicamenteux. »

 

  • Quelles solutions peuvent être proposées par les professionnels de santé pour apaiser les effets secondaires ?

« Lorsqu’un pharmacien accueille un patient atteint du cancer, il doit savoir être à l’écoute et faire preuve d’empathie, auprès du patient, mais aussi auprès de ses proches. Il pourra alors les renseigner, les rassurer, et proposer des solutions et des conseils en vue d’améliorer le bien-être du malade.

 

Par exemple, le pharmacien peut proposer des solutions pour limiter les effets indésirables qui impactent l’aspect physique du patient : des soins pour préserver la peau et les ongles, des conseils relatifs au maquillage ou au placement du foulard. Certaines officines prennent en charge les essayages de prothèses mammaires et de prothèses capillaires.

 

Évidemment, le rôle du pharmacien est aussi de renseigner le patient sur l’aspect médicamenteux de sa thérapie : il doit connaître les toxicités pour orienter le patient vers des solutions compatibles avec son traitement et son profil physiologique. Il peut alors proposer des « soins de support » pour apaiser les effets secondaires.

 

Ce qui va réellement aider le patient à retrouver du bien-être, c’est la qualité de l’accompagnement et la cohérence entre le traitement qu’il suit, les conseils dispensés, et les soins de support proposés. En ce sens, les pharmaciens peuvent proposer aux patients des entretiens oncologiques, pour prendre le temps de discuter et de réfléchir à des solutions parfaitement adaptées. »

 

  • Quels seraient vos conseils pour améliorer le bien-être des patients face aux effets secondaires ?

« Lorsqu’on conseille un patient sur la gestion des effets secondaires, les conseils s’articulent autour des toxicités relatives au traitement suivi, les effets ressentis par le patient et la gêne sur son quotidien.

 

Par exemple, si le patient souffre de troubles hématologiques, comme l’anémie, il faut être capable de reconnaître les signes pour le conseiller au mieux : faire attention à ne pas se couper, être vigilant si des personnes de l’entourage sont malades, utiliser des soins adaptés pour les muqueuses fragilisées, etc.

 

Si la personne souffre de nausées et de vomissements, je peux la conseiller sur le rythme des repas, le dosage en sucre ou en sel. Certains patients se plaignent d’un goût de métal dans la bouche, dans ce cas, on leur conseille d’utiliser des couverts en bambou pour limiter l’amertume. Parfois, nous travaillons également avec le médecin généraliste pour proposer des compléments alimentaires, afin de prévenir une perte de poids trop importante.

 

Je conseille aussi à mes patients de continuer à marcher, s’ils le peuvent, de continuer le sport. Bien sûr, il faut que le sport soit adapté à la condition physique, en ce sens, je les oriente souvent vers des kinésithérapeutes spécialisés. Car le rôle du pharmacien est aussi là : on conseille dans une certaine mesure, en respectant les limites, et s’il faut aller plus loin dans l’accompagnement du patient, on l’oriente vers un spécialiste. »

 

  • Les pharmaciens ont un véritable rôle à jouer dans l’accompagnement des malades du cancer, suivent-ils des formations spécifiques en ce sens ?

« Oui, les pharmaciens ont des formations qui reprennent les généralités de la cancérologie. Ce qui est important, c’est de connaître et comprendre les particularités de chaque traitement, pour pouvoir proposer des soins de support aux patients, afin d’améliorer le bien-être et limiter les effets secondaires. »

 

Les différents traitements

Pour lutter contre le développement d’un cancer, le corps médical peut aujourd’hui s’appuyer sur de nombreuses approches thérapeutiques. Il existe plusieurs traitements possibles, qui peuvent être appliqués seuls ou en synergie.

 

Si le type de cancer aiguille le choix du traitement, le profil physiologique du patient est tout aussi important. Ainsi, le protocole proposé par l’oncologue est toujours élaboré en fonction de la zone touchée par le cancer, du stade d’avancée de la maladie, mais aussi de l’âge, de l’état de santé général du patient, de ses antécédents médicaux, etc.

 

Parmi les différents traitements du cancer, on retrouve :

 

  • La chimiothérapie, qui repose sur la prise de médicaments antitumoraux, pour tuer les cellules cancéreuses, ou limiter leur développement.

  • La radiothérapie, qui utilise des rayonnements spécifiques pour bloquer la capacité des cellules cancéreuses à se multiplier.

  • L’hormonothérapie, qui neutralise l’action de certaines hormones susceptibles d’accélérer le développement du cancer.

  • L’immunothérapie, qui stimule les défenses immunitaires de l’organisme pour qu’il combatte les cellules cancéreuses plus efficacement.

  • La chirurgie, qui consiste à retirer complètement ou partiellement la tumeur, ainsi que les ganglions et métastases associés.

  • Les thérapies ciblées, nouveaux traitements qui consistent à cibler les molécules impliquées dans le développement des cellules cancéreuses (protéines et gènes par exemple).

 

Pourquoi les traitements provoquent des effets secondaires ?

Les stratégies thérapeutiques contre le cancer ont vocation à guérir le patient, mais aussi à limiter les risques de récidive, et augmenter la durée et la qualité de vie. En ce sens, les traitements permettent soit d’éliminer les cellules cancéreuses, soit d’empêcher leur développement.

 

Cependant, au cours du traitement, certaines cellules saines peuvent être atteintes. L’organisme et certaines de ses fonctions sont alors affaiblies, déclenchant des effets secondaires plus ou moins importants. Ces derniers varient selon la zone touchée par la maladie, l’ampleur du cancer, la nature du traitement, la posologie et la physiologie du patient.

 

Chimiothérapie et radiothérapie : effets secondaires

La chimiothérapie et la radiothérapie sont les traitements les plus pratiqués pour lutter contre le cancer. Ils présentent tous deux des effets secondaires variés.

Les effets secondaires de la chimiothérapie

Les médicaments antitumoraux sur lesquels reposent la chimiothérapie peuvent toucher des cellules saines, et notamment celles du tube digestif, de la peau, des cheveux, de la moelle osseuse et de la muqueuse de la bouche. En conséquence, parmi les effets secondaires de la chimiothérapie, dont la survenue et l’intensité varie selon les individus :

  • Des troubles digestifs, tels que la diarrhée, la constipation, la survenue de nausées et vomissements ;

  • La chute de cheveux, de poils, de cils et de sourcils ;

  • Une atteinte des nerfs, avec des faiblesses ou picotements au niveau des bras et des jambes ;

  • Une sécheresse buccale, la survenue d’aphte ou d’irritations des gencives ;

  • Une diminution du nombre de cellules sanguines ;

  • Une sensation de fatigue.

 

Radiothérapie : les effets secondaires

Les rayonnements utilisés en radiothérapie ont vocation à bloquer le développement des cellules cancéreuses. Il s’agit d’un traitement local, cependant, les cellules saines de la zone traitée ou des tissus environnants peuvent parfois être touchées. On observe alors des effets indésirables spécifiques, selon la zone traitée et la sensibilité du patient aux rayonnements. Quelques effets secondaires généraux émergent cependant :

  • Une fatigue importante ;

  • Une réaction inflammatoire de la zone irradiée : œdème, irritations, sensibilité ;

  • Des effets sur le sang : pour les personnes irradiées sur une zone étendue, la radiothérapie peut altérer les cellules sanguines et entraîner une diminution des plaquettes.

 

Ces effets sont remarqués au cours du traitement, mais certains effets indésirables, dits « tardifs », peuvent apparaître des mois après la fin du traitement : une perte de souplesse de la peau, une réaction cutanée type couperose, l’apparition d’œdèmes, la perte de cheveux ou de salive.

 

Lire plus:

Chimiothérapie : soins de la bouche, de la peau et des cheveux

Chimiothérapie: contrôler les diarrhées

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 11/03/2020

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

Le cancer : la fatigue, l'une des conséquences de la maladie !
Comment gérer l’envie de dormir tout le temps lorsque l’on est atteint d’un cancer ?
Contrôler les effets indésirables des traitements anticancéreux
Les traitements anticancéreux sont susceptibles d’entraîner des effets indésirables. Certains produi…
Cours de cuisine pour les personnes traitées par chimiothérapie
Redonner du plaisir à table à ceux qui ont perdu l’envie de manger à cause de la chimiothérapie : c’…