Biopsie mammaire : en quoi consiste cet examen ?

La biopsie mammaire

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes. Il est diagnostiqué en majorité chez les femmes de plus de 50 ans.


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Plus vite il est diagnostiqué, plus le cancer du sein est facile à soigner. Le dépistage précoce de ce type de cancer augmente ses chances de guérison. Or, plusieurs types d’examens permettent de détecter la présence d’une masse dans un sein (l’autopalpation mammaire, la palpation des seins chez le médecin, une mammographie).


Examen complémentaire, la biopsie mammaire permet ensuite d’analyser de manière plus précise la composition de la lésion suspecte, pour déterminer s’il s’agit d’un cancer. Alors comment se déroule une biopsie mammaire exactement ? Comment cet examen est-il réalisé ?

 

Pourquoi réaliser ce type d’examen ?

Une biopsie est un acte médical qui consiste à prélever des cellules ou un fragment de tissu pour les analyser en laboratoire, et déceler la présence d’éventuelles cellules cancéreuses. La biopsie mammaire est réalisée après détection d’un nodule ou d’une masse suspecte : c’est l’un des examens complémentaires pratiqués dans le cadre du dépistage d’un cancer du sein. Il ne s'agit pas d'un traitement du cancer. Elle ne l'aggrave pas non plus.


Plusieurs examens permettent de déceler la présence d’une anomalie au niveau des seins. La femme peut procéder elle-même à une autopalpation mammaire. Son médecin peut également réaliser cet examen ou lui prescrire une mammographie. Si une masse suspecte apparaît à la palpation, sur la mammographie ou l’échographie, il convient de déterminer s’il s'agit d'un cancer ou non. Or, les seuls examens de palpation et d’imagerie ne suffisent pas à déterminer si la lésion est cancéreuse ou non.


La biopsie mammaire consiste à prélever une partie de la lésion en question, pour la faire analyser au microscope. Les résultats de la biopsie permettent d’en savoir plus sur la nature de la pathologie mammaire suspectée : il peut s'agir d’une tumeur cancéreuse (tumeur maligne) ou non (tumeur bénigne). Faire une biopsie mammaire est indispensable pour poser le diagnostic de cancer du sein. La biopsie mammaire permet également d’adapter la prise en charge et de prescrire le traitement le plus adapté.

 

Les différents types de biopsie

Plusieurs techniques de biopsie mammaire existent. Le choix de la technique utilisée dépend principalement de la taille, de l'aspect et de la localisation de la lésion suspecte.

 

La biopsie percutanée

Une biopsie percutanée s’effectue à l’aide d’une simple aiguille, à travers la peau. Un radiologue prélève des fragments de tissus au niveau de la masse détectée dans le sein. Les tissus prélevés sont envoyés au laboratoire pour être analysés. Cet examen au microscope (examen anatomopathologique) permet de déterminer la nature cancéreuse ou non de la lésion. En fonction des résultats obtenus, les médecins peuvent adapter la prise en charge et le traitement.


On parle de microbiopsie lorsque le diamètre de l’aiguille utilisée pour le prélèvement est compris entre 3 et 5 millimètres. Lorsque le radiologue utilise une aiguille de 5 à 10 millimètres de diamètre, il s’agit d’une macrobiopsie. Le diamètre de l’aiguille varie en fonction de l’emplacement et de la taille de la masse à analyser. Réalisée à l'aide d'une simple aiguille, la cytoponction ne permet de prélever que quelques cellules au niveau de l’anomalie. Elle n'est pas aussi fiable qu'une microbiopsie, et donc moins utilisée.


La biopsie percutanée est rapide et facile à mettre en œuvre. Elle ne laisse aucune cicatrice sur la peau des seins. Moins invasive qu’une biopsie chirurgicale, elle est également moins coûteuse. Elle permet de vérifier qu’une anomalie est bénigne, sans passer par une intervention chirurgicale.

 

La biopsie échoguidée et la biopsie stéréotaxique

Il arrive que la lésion détectée à l’échographie ou à la mammographie soit trop petite pour pouvoir être palpée à l’examen clinique. Le radiologue utilise alors un système d’imagerie pour guider son aiguille jusqu’à l’anomalie, avec le plus de précision possible.

 

Si le guidage du prélèvement est réalisé à l’aide d’une échographie, il s’agit d’une biopsie échoguidée. Lorsque la lésion n’est pas bien visible à l’échographie, le guidage est réalisé à l’aide d’une mammographie : il s’agit d’une biopsie stéréotaxique.

 

La biopsie chirurgicale

Plus rare, la biopsie chirurgicale est réalisée sous anesthésie générale, par un chirurgien. Elle consiste à retirer une partie - ou la totalité parfois - d’une anomalie au niveau du sein, par voie chirurgicale. L’anomalie a été préalablement repérée par une palpation et des examens d’imagerie (mammographie, échographie).


Il n’est nécessaire de recourir à une biopsie chirurgicale que lorsque la biopsie percutanée n’est pas possible, ou n’a pas permis de poser le diagnostic de cancer. C’est le cas, par exemple, lorsqu’une image suspecte ne correspond pas aux résultats d’une biopsie.


Si l’anomalie repérée sur les images n’est pas palpable, le biopsie chirurgicale est précédée d’un repérage mammaire. Cet acte médical consiste à placer un repère au niveau de l'anomalie : il s’agit d’un fil métallique recourbé très fin, qui sort de la peau du sein. Le repérage mammaire est réalisé juste avant la chirurgie par un radiologue, en général sous anesthésie locale.

 

 

Comment se déroule une biopsie mammaire ?

La préparation de la patiente, le déroulement de l’acte médical et son éventuelle hospitalisation dépendent du type de biopsie réalisée.

 

En cas de biopsie percutanée

Ce type de biopsie mammaire ne nécessite aucune préparation particulière de la patiente, ni hospitalisation. L’acte médical ne prend qu’une trentaine de minutes (une heure au maximum). Il est réalisé par un radiologue sous anesthésie locale, en hospitalisation de jour ou en service de radiologie. Il est parfois suivi d’un temps d’observation (entre 1 h et 4 h).


Un produit anesthésiant est d’abord injecté par le radiologue, le long du trajet de l’aiguille de biopsie. Une fois l’anesthésie mise en place, le médecin réalise une petite incision sur la peau du sein, pour pouvoir introduire l’aiguille de prélèvement. Actionnée par un pistolet, l’aiguille est positionnée jusqu’à la lésion. Non douloureuse, cette opération s’accompagne parfois d’un claquement sec (le médecin prévient la patiente en amont, pour éviter qu'elle ne sursaute). Une radiographie est parfois réalisée, pour vérifier le bon positionnement de l’aiguille sur la lésion.


Entre 10 et 20 prélèvements sont ensuite effectués, aspirés au fur et à mesure à l’intérieur de l’aiguille, qui reste en place. Après la ponction, l’aiguille de biopsie mammaire est ensuite retirée du sein. Les prélèvements sont transmis au laboratoire, pour être analysés.


Si la totalité de la lésion a été retirée (via une macrobiopsie), le radiologue place en général un clip repère au niveau de son ancien emplacement. Indolore, la pose du clip se fait via l’aiguille de prélèvement. Cette agrafe métallique sert de point de repère et permet de retrouver l’endroit précis où se situait l’anomalie, en cas de chirurgie. Le clip repère est également utilisé en repérage pré-opératoire. La pose du clip est suivie d'une mammographie : cela permet au médecin de s’assurer qu’il est bien positionné. Cette agrafe peut être gardée dans le sein sans limite de durée. Elle ne s’oppose pas à la réalisation d’une IRM.

 

En cas de biopsie échoguidée ou stéréotaxique

La biopsie mammaire sous échographie ne nécessite pas non plus l’hospitalisation de la patiente. Elle s’effectue en ambulatoire, en salle de radiologie. Elle dure entre 20 et 30 minutes. Le radiologue commence par réaliser l’échographie. Il localise la masse suspecte et identifie l’endroit précis par lequel il introduit l’aiguille de prélèvement. Il surveille la progression de l’aiguille sur l’écran de l’échographe, au fur et à mesure de son avancée.


Une fois le prélèvement réalisé (comme pour une biopsie percutanée), il pose parfois un clip repère. Ce repère est utile lorsque la lésion est de petite taille ou lorsqu’une chimiothérapie est programmée avant la chirurgie (la chimiothérapie peut faire disparaitre entièrement la tumeur). Le clip permet également d’identifier facilement l’emplacement de la tumeur biopsiée, lorsque plusieurs anomalies sont présentes dans la zone.


La biopsie stéréotaxique se déroule également en salle de radiologie. La patiente est allongée sur une table, sur le ventre. Le sein est maintenu comprimé, comme pendant une mammographie. Des radiographies de la zone suspecte sont réalisées et permettent d’identifier précisément l’endroit d'introduction de l’aiguille de ponction. Plusieurs prélèvements sont effectués, et un clip métallique est parfois posé. En cas de calcifications mammaires, les prélèvements effectués pendant la biopsie sont radiographiés : cela permet de confirmer leur présence dans les prélèvements.

 

En cas de biopsie chirurgicale

Réalisée sous anesthésie générale, la biopsie chirurgicale est précédée d’une consultation avec un anesthésiste. Il interroge la patiente sur ses antécédents médicaux et chirurgicaux, et prescrit certains examens (une prise de sang, un électrocardiogramme, et parfois une radiographie des poumons). L’opération est ensuite programmée en ambulatoire (sur une journée), ou dans le cadre d’une hospitalisation (pendant 3 à 4 jours).


Une fois prélevé, le tissu suspect est analysé au microscope par un médecin anatomopathologiste, pendant l’intervention (on parle d'examen extemporané). Les résultats permettent de savoir immédiatement si la tumeur est cancéreuse ou non, offrant ainsi à la patiente une prise en charge rapide et adaptée. Dès son réveil, la patiente est informée des résultats. Les tissus prélevés sont examinés en laboratoire, de manière définitive. Si une opération chirurgicale apparaît nécessaire, elle peut être rapidement programmée.


Quel que soit le type de biopsie réalisée, il est important de signaler en amont au médecin toute prise de médicaments pouvant entraîner des complications (la prise d’anticoagulants peut par exemple provoquer des saignements importants). Une douleur post biopsie mammaire, ainsi que tout autre évènement suspect (saignement, gonflement, hématome…) doivent également être signalés au médecin. Sans danger, la biopsie mammaire n’entraîne normalement pas d’effets secondaires.

 

Et après la biopsie ?

Une fois la biopsie mammaire réalisée, les cellules et les tissus suspects prélevés sont envoyés au laboratoire d’anatomopathologie. Leur analyse au microscope permet d’identifier leur statut cancéreux ou non, et de poser un diagnostic.


L’analyse permet également d’identifier les caractéristiques biologiques de ces cellules :

  • le grade du cancer : le rythme de développement de la tumeur, plus ou moins élevé ;

  • le stade TNM du cancer : Taille de la tumeur, Nombre de ganglions lymphatiques atteints, Métastases éventuellement présentes. Le stade TNM permet de déterminer la taille de la tumeur et son degré de propagation dans le corps ;

  • le statut des récepteurs hormonaux : cela aide à déterminer si la tumeur est hormono-dépendante, pour pouvoir être traitée par hormonothérapie ;

  • le statut du récepteur HER2 : cela permet d'adapter le traitement en ciblant cette protéine.


Si les résultats confirment la présence de cellules cancéreuses, un plan de traitement est proposé à la patiente (une chirurgie, une chimiothérapie, une radiothérapie). Si l’anomalie détectée est bénigne, un suivi classique est programmé, avec une surveillance particulière (notamment une mammographie tous les deux ans). D’autres examens peuvent également être prescrits en cas de doute.

 

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 28/07/2020

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Autopalpation mammaire
S’il est rapidement dépisté, le cancer du sein peut être pris en charge de manière efficace. Plus il…
mastectomie : l'ablation du sein
Cancer féminin le plus répandu, le cancer du sein se traduit par l’apparition de cellules cancéreuse…
Facteurs de risques cancer du sein
Cancer féminin le plus fréquent, le cancer du sein résulte d’un dérèglement de certaines cellules ma…