Les bouffées de chaleur chez la femme : symptômes, causes et traitements

Tout savoir sur les bouffées de chaleur chez la femme

Sensation de chaleur intense, rougeurs, malaise, sueurs et frissons… Plus fréquentes chez la femme que chez l’homme, les bouffées de chaleur s’accompagnent de symptômes caractéristiques et ne sont provoquées par aucune source externe. Lorsqu’elles surviennent de manière régulière, elles peuvent être particulièrement gênantes au quotidien.
 


AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE

Comment se manifestent les bouffées de chaleur chez la femme ? Par quoi peuvent-elles être provoquées ? Et comment les soulager ?

 

Comment reconnaître une bouffée de chaleur ?

Aussi connues sous le nom de bouffées vasomotrices, les bouffées de chaleur se manifestent par l’apparition de plusieurs symptômes successifs :

  • des frissons, des tremblements, une impression de malaise et des vertiges ;

  • une sensation de chaleur subite et intense, qui monte de la poitrine jusqu’au cou et au visage ;

  • des rougeurs cutanées au niveau de la poitrine, du cou et du visage ;

  • des palpitations cardiaques (accélération du pouls), des sueurs et des frissons.

 

Quelle est la durée des bouffées de chaleur ? Les bouffées de chaleur durent en général quelques secondes à quelques minutes. Elles surviennent souvent la nuit (on parle aussi de sueurs nocturnes) et peuvent être à l’origine de troubles du sommeil. Pendant la journée, leur apparition peut être favorisée par certains facteurs extérieurs : une température ambiante élevée, la consommation d’alcool, de boissons chaudes, de caféine ou d’aliments épicés, l’exercice physique ou encore des émotions intenses et des épisodes de stress.


Apparaissant de manière brutale ou progressive, elles peuvent se manifester de manière plus ou moins fréquente chez la femme. Pourquoi les bouffées de chaleur reviennent ? Une ou deux fois par semaine à plusieurs fois par jour : leur fréquence dépend notamment de la cause de leur apparition.

 

À quoi sont dues les bouffées de chaleur chez la femme ?

Survenance imminente des règles, grossesse, ménopause… Chez la femme, les bouffées de chaleur sont en général dues à un déséquilibre hormonal. Mais elles peuvent parfois être provoquées par certains troubles ou certaines maladies.


La grossesse

Pendant la grossesse, les femmes subissent de nombreuses modifications hormonales. Or, les hormones agissent à différents niveaux de l’organisme, et notamment sur la vasodilatation (dilatation des vaisseaux sanguins) et la transpiration.


Au cours du deuxième et du troisième trimestre de la grossesse, la femme enceinte peut souffrir de bouffées de chaleur fréquentes et désagréables. Sous l’effet de la variation hormonale, les vaisseaux sanguins situés sous la peau de la poitrine, du cou et du visage se dilatent : pendant quelques secondes (voire quelques minutes), cela provoque une sensation de chaleur intense et une transpiration excessive.


Les femmes peuvent aussi souffrir de bouffées de chaleur pendant la période d’allaitement (toujours liées aux bouleversements hormonaux).

 

La ménopause

Phénomène naturel, la ménopause survient de manière progressive, autour de 50 ans et après une période de préménopause. La femme naît avec un nombre limité de follicules ovariens. Au fur et à mesure des cycles menstruels, sa réserve ovarienne diminue. Lorsque ses ovaires ne contiennent plus aucun follicule ovarien, la production hormonale (œstrogènes et progestérone) est modifiée et les règles s’arrêtent. La ménopause est confirmée après 12 mois d’arrêt des mensurations.


Si la ménopause entraîne l’apparition de plusieurs symptômes caractéristiques (arrêt des règles, sueurs nocturnes, sécheresse vaginale, troubles urinaires, maux de tête, surpoids…), les bouffées de chaleur restent les plus fréquents. Plusieurs traitements de la ménopause permettent de les soulager, voire de limiter leur apparition.

 

Quelle maladie donne des bouffées de chaleur ?

Certains troubles ou maladies peuvent également être à l’origine des bouffées de chaleur chez la femme :

  • la rosacée : cette maladie de peau se manifeste par l’apparition de rougeurs sur le visage (surtout chez les femmes à la peau claire). Occasionnelles ou permanentes, ces rougeurs s’accompagnent de bouffées de chaleur. Après avoir identifié le type de rosacée (forme papulo-pustuleuse ou forme vasculaire), le médecin prescrit un traitement adapté ;

  •  un diabète : l’hypoglycémie liée au diabète peut provoquer des bouffées de chaleur (réaction des glandes surrénales) ;

  • un dysfonctionnement de la thyroïde : le déficit hormonal peut être à l’origine d’une mauvaise régulation de la température corporelle et de l’apparition de bouffées de chaleur ;

  • une attaque de panique (ou crise d’angoisse aiguë) : pouvant être la manifestation d’un trouble anxieux, l’attaque de panique apparaît de manière brutale et intense. Peur intense, perte de contrôle, sensation de danger, palpitations, bouffées de chaleur, sueurs, tremblements, douleurs thoraciques ou abdominales… L’attaque de panique provoque plusieurs symptômes particulièrement désagréables ;

  •  une hystérectomie (ablation des ovaires) : cette intervention chirurgicale entraîne les mêmes modifications hormonales que la ménopause. Elle peut donc provoquer l’apparition de bouffées de chaleur chez la femme.

  • Des bouffées de chaleur peuvent enfin survenir juste avant ou pendant les règles. Elles sont dues à la diminution du taux d’œstrogènes à cette étape du cycle menstruel.
     

Comment réagir ?

Il est recommandé de consulter son médecin traitant lorsque les bouffées de chaleur surviennent de manière trop fréquente, ou nuisent à la qualité de vie en général. Après un examen clinique et un interrogatoire complet (date d’apparition des bouffées de chaleur, moment dans la journée, fréquence, autres symptômes…), le médecin prescrit parfois des examens complémentaires (bilan sanguin, avec dosage du taux d’œstrogènes et de la FSH par exemple). Il peut ensuite confirmer son diagnostic et déterminer quelle est la cause des bouffées de chaleur (la ménopause, dans la plupart des cas). Cela lui permet ensuite de prescrire le traitement le plus adapté.

Limiter les bouffées de chaleur en adoptant des gestes simples au quotidien

Les bouffées de chaleur chez la femme sont le plus souvent dues aux bouleversements hormonaux déclenchés par la ménopause. Or, le premier traitement des bouffées de chaleur de la ménopause consiste à limiter leur apparition.


Pour cela, il est recommandé de :

  • éviter la consommation d’alcool, de boissons excitantes (café) et de plats épicés ou trop chauds ;

  • porter plusieurs couches de vêtements amples, légers et faciles à enlever, dormir avec des vêtements légers en coton, privilégier des draps en coton, garder une compresse humide à portée de main la nuit ;

  • ne pas s’exposer à la chaleur, baisser la température intérieure de son logement (température de la chambre entre 17 et 18 °C), utiliser un ventilateur, garder un brumisateur ou un éventail à portée de main, boire de l’eau froide, prendre des douches tièdes pour se rafraichir ;

  • diminuer le stress au quotidien : bien dormir, boire suffisamment d’eau et privilégier une alimentation saine et équilibrée, faire du sport de manière régulière, pratiquer une activité relaxante (yoga, tai chi, méditation…)… Le stress et l’anxiété peuvent en effet être des facteurs déclencheurs des bouffées de chaleur chez les femmes.

 

Se tourner vers un traitement hormonal de substitution

 

Lorsque les bouffées de chaleur sont un symptôme de la ménopause, et qu’elles ont un impact important sur la qualité de vie de la femme, le médecin peut avoir recours à un traitement hormonal substitutif (THS). Ce traitement permet de combler le déficit en estrogènes : il aide ainsi à réduire les bouffées de chaleur, à diminuer la sécheresse vaginale et à limiter la perte osseuse et l’apparition d’ostéoporose (une maladie favorisée par la ménopause).

 

En général, le traitement hormonal de la ménopause associe un estrogène (qui agit sur les bouffées de chaleur et la perte osseuse) et un progestatif (pour diminuer le risque de cancer de l’utérus). Pour réduire le risque de phlébite ou d’embolie pulmonaire, l’estradiol (un estrogène naturel) est administré par voie percutanée ou transdermique (patch). La progestérone naturelle est quant à elle prise par voie orale, quelques jours par mois.


Ce traitement peut augmenter le risque de développer un cancer du sein, de l’ovaire ou de l’endomètre. Il peut aussi déclencher un AVC ou une thrombose veineuse. Il doit donc être prescrit par un médecin, uniquement après examen de la balance bénéfices / risques pour la patiente et en l’absence de contre-indications (antécédent de cancer de l’utérus ou du sein, antécédent d’AVC ou de maladie cardio-vasculaire…).


Le traitement hormonal substitutif est souvent prescrit en cas de ménopause précoce (avant 40 ans), ou lorsque les symptômes sont particulièrement gênants au quotidien. Il est prescrit à la plus faible dose efficace, pendant toute la durée des symptômes (entre 2 et 3 ans en moyenne). Les femmes sous THS font l’objet d’une surveillance annuelle (bilans sanguins et examens réguliers).

 

Opter pour d’autres traitements

Pour soulager les bouffées de chaleur dues à la ménopause, il est également possible de se tourner vers :

  • un traitement non hormonal à base de béta-alanine : vendu sans ordonnance, cet acide aminé aide à soulager les bouffées de chaleur chez la femme qui ne prend pas de traitement hormonal ;

  •  la phytothérapie : plusieurs plantes permettent de soulager les bouffées de chaleur chez la femme ménopausée (rhizome de l’actée à grappes noires, soja, trèfle rouge, houblon, graines de lin, dong quai…). Ces plantes contiennent des phytoœstrogènes, des substances aux effets proches des estrogènes (les hormones sexuelles féminines). Elles pourraient aider à compenser en partie le manque d’estrogènes dans l’organisme. Pour en savoir plus, demandez toujours conseil à votre pharmacien ;

  • l’acupuncture, l’auriculothérapie, l’homéopathie, les huiles essentielles (cyprès vert, anis vert).

 


 

 

Sources :

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/menopause/symptomes-diagnostic

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/menopause/vivre-lors-menopause

https://www.vidal.fr/sante/grossesse/maladies-grossesse/grossesse-transpiration-bouffees-chaleur.html

https://www.vidal.fr/maladies/sexualite-contraception/menopause.html

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/troubles-anxieux-anxiete/symptomes-diagnostic

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/rosacee-couperose/symptomes-diagnostic

https://www.vidal.fr/maladies/sexualite-contraception/menopause/traitements-sans-ordonnance.html

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/menopause/traitements

 

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 26/01/2022

Haut de page

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

les traitements de la ménopause
Marquée par l’arrêt de l’ovulation et la disparition des règles chez la femme, la ménopause s’accomp…
Tout savoir sur la cup
À l’heure où la composition exacte des tampons pose question à un certain nombre de femmes, des alte…
Les symptômes de la préménopause
Cycles menstruels irréguliers, bouffées de chaleur, troubles du sommeil, fatigue… Période de transit…