Comment effectuer une glycosurie et une cétonurie ?
A PROPOS DE CETTE ANNEXE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 14/01/2013
39 avis

Fiche médicament (Annexe)

Comment effectuer une glycosurie et une cétonurie ?

 

1- Glycosurie (dosage du sucre dans les urines)

Chez le sujet non diabétique, on ne trouve pas de glucose dans les urines, il apparaît en revanche si la glycémie dépasse 1,8 g/l.
La glycosurie reflète la glycémie (glucose dans le sang) dans les heures précédant l'émission des urines.
Il peut être intéressant d'en pratiquer une le matin à jeun pour voir s'il y a eu hyperglycémie nocturne.
Face à une glycémie supérieure à 3 g/l et à une glycosurie fortement positive, vous devez impérativement rechercher une cétonurie pour prévenir la survenue d'un éventuel coma.

 

2- Cétonurie (dosage des corps cétoniques dans les urines)

Les corps cétoniques dans les urines (cétonurie) apparaissent dans deux situations opposées : une hypoglycémie et une acidocétose (lors d'une hyperglycémie).
En cas d'hyperglycémie prolongée, l'organisme utilise les graisses en réserve, ce qui conduit à la production d'acétone, témoin d'un amaigrissement.
La production d'acétone en quantité importante s'accompagne de l'accumulation de déchets acides dans le sang (acidose), ce qui peut entraîner : une fatigue physique et intellectuelle, une perte de l'appétit, des douleurs abdominales, un essouflement, une chute de la tension, des nausées et des vomissements.
Si cet état n'est pas corrigé rapidement, cela peut aboutir à un coma, avec une respiration accélérée car les poumons essaient d'évacuer l'acidité présente dans le sang.

 

3- Quels facteurs favorisants ?

Différentes situations peuvent être à l'origine d'une glycosurie et d'une cétonurie, en relation avec une hyperglycémie :

  • une infection avec fièvre,

  • un stress important,

  • une nette augmentation de l'apport de glucides,

  • une sédentarité extrême ;

  • des doses d'insuline inadaptées (oubli, décalage des injections...),

  • la prise de certains médicaments (corticoïdes).

 

Dans toutes ces situations, prenez contact avec votre médecin.

 

4- En pratique...

Urinez dans un premier temps afin de vider votre vessie, puis buvez un peu d'eau, et ensuite recueillez vos urines.
Vous trouverez en pharmacie des bandelettes réactives à tremper dans l'urine recueillie, qui permettent la recherche simultanée de sucre et d'acétone.

En effet, la présence d'acétonurie avec glycosurie n'a pas du tout la même signification que la présence d'acétonurie sans glycosurie.


Haut de page

A PROPOS DE CETTE ANNEXE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 14/01/2013

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
39 avis