Les tiques à l’attaque !

1 avis

Un nom aussi énervant que leur présence. Les tiques sont de retour, affamées par leur longue hibernation. Au menu ? Vous. Alors voilà de quoi répondre du tac aux tiques.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : David De Matteis
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 09/04/2012

Le soleil et ses températures séduisantes, les balades dans les hautes herbes... Le printemps pointe le bout de son nez. Un bonheur insouciant ? Pas si vite. Cette tache rouge, là, sur votre jambe. Oui, les tiques sont passées à l’heure d’été, elles aussi. Satanées squatteuses.

 

Rougeurs suspectes sur la peau

Les tiques ? Ces « petites bêtes noires » souvent accusées mais pourtant méconnues. « Attention aux amalgames », confirme Nathalie Boulanger, spécialiste des tiques au Centre de références pour la maladie de Lyme à Strasbourg. « La tique n’est pas un insecte mais un acarien. Elle ne vole pas et ne saute pas du haut des arbres. Elle a besoin d’humidité et attend sa proie sur la végétation, les brins d’herbe. » Pas trop froid, pas trop sec, le printemps annonce donc sa saison de prédilection. Chaque année, les tiques anesthésient la peau de dizaines de milliers de Français avant de piquer et de se nourrir allègrement de leur sang.

 

La tique, source de maladies

La tique peut se révéler vecteur de maladies infectieuses, mais heureusement, pas automatiquement. « On estime que chaque année 5 à 10.000 Français vont développer une maladie de Lyme », précise Nathalie Boulanger. Soit un petit pourcentage des personnes piquées par une tique.

La bactérie responsable (Borrelia) va occasionner des rougeurs bien particulières :

  • Les taches rouges vont grandir en plusieurs jours. Jusqu’à parfois atteindre un diamètre de 30 centimètres !

  • Quelques semaines après la piqûre, la bactérie peut s’attaquer aux articulations ou au système nerveux (nerfs, cerveau). Un traitement antibiotique est alors le remède indispensable.

 

Prévention et solution contre les tiques

Comment lutter ? Autant dire que la négociation s’avère infructueuse. Et l’arracher ne permet pas toujours d’en venir à bout. Car la bête est tenace.

La meilleure solution ? Le tire-tic, sorte de mini pied-de-biche, en vente dans les pharmacies. Encore mieux, la prévention.

En vrac :

  • couper les hautes herbes si vous avez un jardin, elles maintiennent l’humidité ;

  • éviter les shorts, les robes, rentrer son pantalon dans ses chaussettes en cas de promenade en forêt ou dans des hautes herbes (au diable l’esthétique !) ;

  • appliquer des répulsifs cutanés respectant les directives européennes en évitant les huiles essentielles, trop volatiles.

Des mesures simples et efficaces. De quoi leur couper l'herbe sous le pied !

 

A lire aussi

Piqûres, morsures...
Les petits parasites de votre animal

 

Source

Société Française de Pathologies infectieuses Article réalisé avec l'aide de Nathalie Boulanger, spécialiste des tiques au Centre de références pour la maladie de Lyme à Strasbourg.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : David De Matteis
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 09/04/2012

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

Que prévoir quand on voyage avec bébé
Cet été, vous souhaitez partir en vacances avec votre bébé. Pouvez-vous aller partout ? À quoi faut-…
Tous les conseils pour des vacances sereines
À la mer ou à la montagne, en solo ou en famille, avec des bébés, des ados ou des seniors, voici nos…
Les ennuis de santé en mer
En mer, quel que soit le type de bateau, s’il n’y a pas de médecin à bord, c’est un membre de l’équi…