Piqûres et morsures

Conseils pour éviter les piqûres et les morsures
0 avis

A la belle saison vous risquez d'être piqué par un insecte ou mordu par un serpent. Bien souvent, de telles agressions sont en fait des réflexes de défense...

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Jean-Pierre Roy, Pharmacien
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 26/07/2012

Les apiculteurs vous le diront : dans la plupart des cas, les abeilles ne piquent que si elles se sentent menacées. A vous donc d'adopter un comportement de prudence. Mettez en garde vos enfants qui sont les premières victimes des morsures de vipères ou des piqûres de guêpes. Faites attention si vous passez vos vacances en France, à la campagne ou au bord de la mer et plus encore si vous séjournez dans certaines régions d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique. Car les insectes et les animaux venimeux y sont plus nombreux et les précautions à prendre s'imposent donc encore avec davantage de vigueur que sous nos latitudes. 

 

Dans nos régions tempérées

  • Les insectes

Les piqûres de guêpes, d'abeilles et de frelons sont les plus fréquentes. L'appareil venimeux est situé à l'extrémité postérieure de l'abdomen des femelles, qui possède un dard rétractile muni de crochets latéraux.
Ce dard reste très fréquemment dans la peau et le sac à venin qui lui est attaché se videra quand vous tenterez de retirer le dard avec vos doigts. Le plus souvent, les piqûres de guêpes, d'abeilles et de frelons n'entraînent qu'une inflammation locale et douloureuse.
Les conséquences peuvent être beaucoup plus graves en cas de piqûres multiples ou de piqûres dans la bouche ou le pharynx ou encore lorsque la personne est atteinte d'allergies ou d'insuffisance cardiaque ou respiratoire. Dans certains cas, la mort peut survenir en quelques minutes: chaque année on déplore en France une dizaine de décès dus à des piqûres d'insectes.

Aussi, soyez prudent

  •  Ne vous approchez pas des ruches et restez à distance des nids de frelons, de guêpes

  •  Si vous découvrez à proximité de chez vous un nid de frelons ou de guêpes, prévenez les sapeurs-pompiers et éventuellement un apiculteur si vous découvrez un essaim d'abeilles; il saura le récupérer.

  •  Si vous êtes poursuivi par un essaim, réfugiez-vous dans une maison, une voiture ou dans n'importe quel autre endroit aussi sombre que possible et hermétiquement clos.


Sachez aussi qu'il vous est possible de suivre un traitement de désensibilisation au venin d'abeilles. Les piqûres de taons sont douloureuses. Les piqûres de tiques peuvent parfois transmettre des maladies (fièvre, paralysie locale ou étendue...).

En outre, rappelez-vous que certaines substances telle que l'essence de citronnelle ou certaines plantes comme le géranium éloignent les moustiques.
 

  • Les araignées

Les araignées ont aussi un appareil venimeux au niveau de leur appendice buccal mais il n'existe pas d'espèces dangereuses dans nos régions.

 

  • Les scorpions

Les scorpions venimeux sont rares.
On peut toutefois en rencontrer dans le midi de la France. Leur piqûre est douloureuse mais sans danger sauf pour l'enfant en bas-âge. Apprenez-lui à ne pas soulever imprudemment pierres et petites souches d'arbres et s'il est piqué, conduisez-le sans tarder dans un établissement hospitalier.

 

  • Les poissons et mollusques

 Les petites vives s'enterrent dans le sable ou la boue et laissent seulement émerger une partie de leur tête ou de leur dos. Ces poissons possèdent un appareil venimeux important et leurs épines érectiles très acérées peuvent transpercer les gants, les chaussures. La douleur est extrêmement violente, comme une brûlure et peut durer de deux à vingt-quatre heures; elle s'accompagne progressivement d'un œdème important du membre atteint. Agissez immédiatement: le traitement le plus efficace et le plus simple consiste à plonger la partie du corps atteinte dans un bain d'eau aussi chaud que possible, additionné d'un antiseptique léger. En cas de malaise ou de syncope: alertez les services de secours.

 

Les raies sont également armées d'un ou plusieurs aiguillons venimeux. Les lésions sont identiques à celles provoquées par les piqûres de vives.

 

Les rascasses et les oursins sont peu dangereux dans nos régions. Mais attention, les piquants d'oursins ont tendance à se fractionner à l'intérieur du derme et à provoquer ultérieurement des infections. Aussi, veillez à en extraire tous les morceaux en faisant appel au besoin à un médecin.

 

Les méduses, certes plus nombreuses dans les eaux chaudes, ne sont pas rares sur nos côtes. Le danger provient des tentacules dont le contact occasionne très souvent des douleurs intenses, de l'urticaire et un engourdissement au bout de quelques minutes et aussi, dans les cas les plus graves, des nausées et des vertiges. Essayez d'enlever les tentacules avec une lame de couteau et lavez la peau avec de l'alcool : appliquez ensuite du sable ou mieux du talc. Une solution antiseptique et des analgésiques peuvent s'avérer nécessaires.

 

Dans les eaux douces, les poissons-chats sont aussi venimeux que les vives. Lorsque vous les pêchez, ne les saisissez pas directement avec les mains.

 

  • Les serpents

Fort heureusement, en métropole, les morsures de vipères sont rarement mortelles. Elles entraînent une douleur immédiate avec une ecchymose qui apparaît quinze à trente minutes plus tard, cernant la trace des crochets. Puis un oedème survient localement ou remontant vers la racine du membre parsemé de taches et de plaques livides.
Chez l'enfant, ou en cas d'injection directe du venin dans un vaisseau, les morsures peuvent avoir des conséquences plus graves. Ne traitez médicalement que les intoxications réelles. En effet, la morsure peut être superficielle ou le reptile peut ne pas avoir injecté son venin. De telles morsures, sans injection de venin, se produisent une fois sur deux ou trois. Le traitement médical ne sera entrepris que si un oedème local existe. La décision d'utiliser un sérum revient au médecin. Il peut être utile d'en avoir sur soi encore convient-il de le conserver à bonne température pour préserver son efficacité. Si la température idéale de conservation est de +4°, on peut néanmoins voyager sous nos climats tempérés pendant six à huit semaines sans crainte de remettre en cause l'efficacité du produit.

En revanche dans les départements d'outre-mer, les serpents sont souvent ceux des pays chauds (trigonocéphales...) et nécessitent donc plus de précautions

 

Hors de nos frontières

Dans les zones tropicales ou subtropicales, les risques encourus sont beaucoup plus nombreux.

 

  • Certains insectes et notamment les moustiques peuvent inoculer des maladies et au premier chef le paludisme (anophèle). Portez des vêtements adaptés: pantalon, chemise à manches longues. Si vous vous trouvez à l'extérieur à la tombée de la nuit, utilisez des répulsifs locaux. N'oubliez pas votre moustiquaire et prenez régulièrement le médicament prophylactique contre le paludisme qui vous aura été prescrit. Renseignez-vous à ce sujet et pour d'éventuelles vaccinations obligatoires auprès des centres médicaux spécialisés.

 

  • Les araignées, beaucoup plus dangereuses que sous nos climats, sont fréquentes dans certaines régions d'Amérique, d'Afrique et d'Australie. Les sérums sont rares et on se les procure difficilement. Soyez donc prudent. Vérifiez qu'il n'y a pas d'araignées dans les fentes des sièges de voitures, sous les sièges de toilettes, etc...

 

  • Les scorpions d'Afrique du Nord sont particulièrement venimeux. Évitez de soulever des pierres imprudemment.

 

  • Les méduses de grande taille sont plus fréquentes et les oursins plus venimeux.

 

  • Parmi les coquillages, les cônes et notamment les cônes géographes sont particulièrement toxiques. On se blesse en général aux mains lorsqu'on les ramasse, ce qui entraîne des douleurs et un engourdissement local puis de la diarrhée et des vomissements. Attrapez-les par la base et ne les gardez pas trop longtemps dans vos mains. Le mieux est de ne pas y toucher.

 

  • Les variétés de serpents sont multiples et sont le plus souvent dangereuses. La meilleure sécurité consiste à se procurer un sérum efficace prescrit par un médecin. L'Institut Pasteur ne fabrique des sérums que pour les serpents d'Europe et d'Afrique du Nord. Aussi, renseignez-vous sur les autres sérums disponibles auprès des instituts des pays où vous séjournerez et faites-vous préciser leur période de conservation.

 

Conseils pour vous et les vôtres

  • Au bord de la mer

  1. Ne touchez pas à tout ce que vous ne connaissez pas, ni dans l'eau ni sur la plage;

  2. Lors de la baignade, nagez plutôt que de patauger;

  3. Evitez de vous baigner lorsque les méduses sont nombreuses notamment après une tempête;

  4. Portez des chaussures protectrices pour éviter les égratignures, les piqûres de vives ou d'autres poissons venimeux, les piquants d'oursins.

 

  • A la montagne ou en excursion

  1. Portez des chaussures montantes et un pantalon si vous marchez hors des sentiers battus

  2. Inspectez les lieux avant d'installer un campement; ne dormez jamais sur le sol non couvert;

  3. Evitez de ramasser du bois mort dans l'obscurité;

  4. Ne laissez pas vos vêtements et vos souliers à terre. Suspendez-les la nuit et secouez-les avant de les remettre pour éviter toute surprise;

  5. Ne touchez pas les animaux venimeux apparemment morts.

 

  • Ne paniquez pas: évitez les gestes inutiles ou dangereux.

  1. Rassurez le blessé;

  2. Réchauffez-le s'il est nécessaire avec une couverture ou un vêtement chaud sans lui faire absorber de l'alcool;

  3. Lavez à l'eau la lésion cutanée, désinfectez-la et enlevez les aiguillons et les piquants;

  4. Immobilisez les membres atteints si besoin est;

  5. Notez sur un papier l'heure de la blessure et celle de l'apparition d'éventuels symptômes;

  6. Organisez dans le calme le transfert du blessé en milieu hospitalier.

 

  • En cas de morsure de serpent

    • Evitez d'inciser la zone de morsure et de sucer la plaie. Cette dernière pratique peut être dangereuse pour vous si vous êtes atteint de lésions au niveau de la muqueuse buccale

    • Mieux vaut poser un bandage de crêpe modérément serré qu'un garrot qui peut certes retarder la diffusion du venin mais risque d'aggraver les lésions locales.


N'OUBLIEZ PAS ! VOTRE PHARMACIEN PEUT VOUS RENSEIGNER UTILEMENT


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Jean-Pierre Roy, Pharmacien
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 26/07/2012

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Que prévoir quand on voyage avec bébé
Cet été, vous souhaitez partir en vacances avec votre bébé. Pouvez-vous aller partout ? À quoi faut-…
Tous les conseils pour des vacances sereines
À la mer ou à la montagne, en solo ou en famille, avec des bébés, des ados ou des seniors, voici nos…
Les ennuis de santé en mer
En mer, quel que soit le type de bateau, s’il n’y a pas de médecin à bord, c’est un membre de l’équi…