Le Chikungunya

Prévenir le chikungunya
0 avis

Le Chikungunya est une maladie transmissible aux hommes par piqûres de moustiques, elle est nuisible et dangereuse pour la population sans possiblité de traitements ou de vaccins.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/11/2012

Chikungunya : identification

  • Origine : Isolé par RW ROSS, Entebbe (Ouganda), à partir d'un prélèvement sanquin effectué au Liteho (Tanzanie) le 22 février 1953 sur un homme présentant fièvre et arthralgie. 

  • Famille : Togaviridae 

  • Genre : Alphavirus (groupe A des arbovirus) 

  • Morphologie : Virion sphérique, enveloppé, de 60-70 nm de diamètre, à ARN monocaténaire de polarité positive. Très proche des virus de Mayaro, O'Nyong Nyong et Semliki, il est classé sous le type Chikungunya qui signifie en swahili "marcher courbé". 

  • Viabilité

    • Sensibilité aux médicaments : aucun agent antiviral disponible à ce jour

    • Sensibilité aux désinfectants : sensible à l'éthanol à 70%, à l'hypochlorite de sodium à 1% au glutaraldéhyde à 2%, aux solvants des lipides

    • Inactivation par des moyens physiques : inactivé par la chaleur sèche ou humide>58°C; sensible à la dessication (déshumidification).

 

Chikungunya : épidémiologie

  • Répartition géographique : L'Afrique sub-saharienne, l'Asie du Sud-Est, et depuis 2005, l'océan indien.

  • Espèces infectées :

    • L'homme

    • Les mammifères (chimpanzé, certains animaux domestiques), les reptiles, les oiseaux

    • Les moustiques (Anopheles, Aedes, Culex, Mansonia, Eretmapodites, Coquillettidia)

  • Transmissibilité : Homme : aucun cas confirmé de transmission de personne à personne, mais des cas de transmission materno-fœtale (de la mère à l'enfant) ont été constatés à l'Ile de La Réunion- Animal : essentiellement le moustique, famille des AEDES (aegypti, albopictus, polynesiens)

 

Chikungunya : maladie

  • Description : Incubation 4 à 7 jours. Apparition brutale d'un épisode fébrile durant 2 à 5 jours avec de forte fièvre (> 39°) et des céphalées frontales (maux de tête) intenses
  • Symptômes caractéristiques :

    • Arthralgie (douleur articulaire) localisée aux épaules, genoux, chevilles, poignées, et petites articulations

    • Myalgie (douleur musculaire)

    • Eruption cutanée (visage, tronc, racine des membres)

    • Autres symptômes possibles : petites hémorragies, nausées, vomissement, diarrhée, encombrement respiratoire

  • Virémie : C'est la période pendant laquelle la personne infestée est porteuse du virus, soit de 5 à 14 jours après la première piqûre. Pendant cette période, le malade doit se protéger voire être isolée d'éventuelles nouvelles piqûres de moustiques qui pourraient être eux-mêmes contaminés, entraînant ainsi la réaction en chaîne de l'épidémie.

  • Traitement : Aucun : on préconise le repos et l'administration d'antalgiques et d'anti-inflammatoires. L'aspirine est toutefois déconseillée en cas d'hémorragies.

  • Convalescence : La période de convalescence dépend des individus. Elle peut varier de quelques jours à plusieurs semaines, avec une asthénie (fatigue) intense et une impossibilité de concentration intellectuelle. Les arthralgies (douleurs musculaires) peuvent persister durant trois mois, voire plusieurs années.

  • Immunisation : Aucun vaccin n'est disponible à ce jour. Le séquençage complet du génome viral chik a commencé au Centre National de référence des arboviroses de Lyon. Cette démarche devra entre autre déceler une éventuelle mutation du virus. Des possibles Vaccins anti-arboviroses ADN (ou ARN ?) pourraient être alors ultérieurement envisagés : pour celui du chik, l'étude de la faisabilité est en cours mais les délais d'obtention ne sont pas connus. Cela sera probablement long.

  • Létalité : Plusieurs certificats de décès survenus en janvier 2006 mentionnent le chikungunya comme ayant pu contribuer au décès. Ces certificats concernent, pour la plus grande majorité d'entre eux, des personnes âgées présentant des pathologies chroniques sous-jacentes mais également celui d'un enfant de 10 ans auparavant en bonne santé et d'un nouveau-né directement contaminé par sa mère.

 

Prévention du chikungunya

  • En zone infectée

    • Réduction du nombre de gîtes larvaires par application de traitement larvicides

    • Elimination des déchets urbains retenant l'eau (récipients, pneus, vases, ...)

    • Epandage aérien d'insecticides à très bas volume

    • Introduction d'agents de lutte biologique comme Bacillus thuringiensis

  • En zone indemne

    • Interdire l'introduction d'animaux en provenance des zones infectées

  • Chez l'homme

    • Utilisation de répulsifs contre les vecteurs (spray, crême, gel, insecticides ...)

    •  Aménagement des maisons (moustiquaires)


 

Source

Les informations ci-dessus ont été synthétisées à partir des observations effectuées à l'île de La Réunion et des données recueillies auprès du CNRS, de l'Institut Pasteur et de l'Agence de Santé Publique du Canada.
Elles sont valables au moment de leur édition et susceptibles de modification en fonction des observations et recherches actuellement en cours.

Association Ile de La Réunion contre le Chikungunya1, rue de l'Alsou
11220 Serviès-en-Val
Vice-présidente : Marie-Claire Hamon-Salsano
Tél : 04 68 24 07 41
Gsm : 06 12 65 73 70
Mail : marieclairealbert@wanadoo.fr


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/11/2012

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Que prévoir quand on voyage avec bébé
Cet été, vous souhaitez partir en vacances avec votre bébé. Pouvez-vous aller partout ? À quoi faut-…
Tous les conseils pour des vacances sereines
À la mer ou à la montagne, en solo ou en famille, avec des bébés, des ados ou des seniors, voici nos…
Les ennuis de santé en mer
En mer, quel que soit le type de bateau, s’il n’y a pas de médecin à bord, c’est un membre de l’équi…