Le rôle du pharmacien : prévenir mais aussi détecter précocement une DMLA

Le vieillissement oculaire est aujourd’hui un véritable enjeu de santé publique. Le pharmacien par son contact privilégié régulier est un intervenant prioritaire dans la prévention et la détection de cette pathologie.  Il peut aisément identifier les personnes à risque grâce aux indicateurs suivants :

 

  • L’âge principalement (après 50 ans et forte prévalence après 75 ans),

  • Le patient fumeur (risque supérieur de 3 à 6 fois),

  • Le patient atteint d’HTA,

  • La couleur de l’iris (risque plus élevé lorsqu’il est clair),

  • L’hypermétropie,

  • L’hérédité : le risque est 4 fois supérieur si un membre familial proche est atteint,

  • Une alimentation pauvre en en oligo-éléments et vitamines,

  • Une insuffisance régulière d’éclairage…


Ainsi tout au long des mois de mai et juin, le réseau de pharmaciens Giphar se mobilise autour de cette pathologie et confirme, une nouvelle fois, son positionnement résolument Métier

Pour aider ses adhérents à déployer un service de qualité, le groupement a mis à disposition de ses adhérents les outils suivants :
 En amont de l’opération métier :

  • Une formation e-learning* : épidémiologie, physiopathologie, symptômes, diagnostics et cas pratiques.

  • Un guide* reprenant les étapes de mise en place d'une opération de sensibilisation au dépistage de la DMLA dans l’officine.

 Pendant l’opération métier :

  • Un kakémono vitrine*

  • Une affiche A3* à disposer dans le point de vente

  • Des leaflets* à destination des patients

  • Un questionnaire en ligne (Declic©) permettant le dépistage de la DMLA (population ciblée prioritairement : âge > 50 ans, fumeurs, hypertendus et antécédents familiaux de DMLA)

  • Une grille d’AMSLER*


 Le rôle du pharmacien est d’orienter, urgemment, le patient 
 en cas de signes évocateurs de la pathologie vers un ophtalmologue


 

* Avec le concours du Laboratoire Novartis Pharmaceuticals

La DMLA

La dégénérescence maculaire liée à l’âge est une maladie dégénérative de la rétine d’évolution chronique qui débute après l’âge de 50 ans. Elle est la 1ère cause de handicap visuel chez les personnes de cette tranche d’âge. Au départ, la DMLA ne touche qu’un œil mais la bi latéralisation arrive dans 10 % des cas à un an, et 42 % à 5 ans.
La DMLA touche un million de Français et peut être de 2 formes :

 

  • Atrophique (ou sèche avancée) : correspond à une disparition progressive des cellules de l’épithélium pigmentaire de la rétine puis de photorécepteurs. C’est la forme prépondérante concernant plus de 80 % des DMLA. Une supplémentation en antioxydants, minéraux, lutéine et Zéaxanthine peut ralentir la progression de cette forme de DMLA. Il n’existe pas de traitement curatif.

 

  • Humide (exsudative) : correspond à une prolifération de petits vaisseaux anormaux sous la rétine avec apparition d’hémorragies rétiniennes. Cette forme évolue très rapidement avec une perte de la vision centrale en quelques semaines, voire quelques jours. Cette forme peut être ralentie par l’administration d’anti-VEGF. C’est la seule forme que l’on traite.


Les outils