SYNDROME MYOPATHIQUE

0 avis

Champignon responsable de cette intoxication : Tricholome doré = Bidaou (Tricholoma auratum)

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/11/2012

Il s'agit d'un syndrome de découverte récente et unique.

 

Toxine(s) en cause dans le syndrome myopathique

Toxines inconnues à ce jour. Il s'agit d'une destruction des muscles striés ou RHABDOMYOLYSE entrainant une libération d'enzymes, d'électrolytes et de myoglobine dans le sang. (un syndrome proche a déjà été observé avec certains médicaments comme les statines, les fibrates, les antiprotéases et les antifongiques azolés).Myolyse pure et directe (myopathie aiguë). Extraits de Tricholoma auratum toxiques pour la souris (même symptomatologie que chez l'homme).Toxicité due à la contamination par des micromycètes (cytochalasine) ? Toxicité du mycélium ?

 

Syndrome myopathique : signes cliniques

Ce syndrome apparaît suite à une importante consommation et à des repas à répétition dans la même semaine. Il existerait en outre un phénomène de sensibilisation et de prédisposition individuelle (une personne décédée après deux intoxications à quelques mois d'intervalle, la première légère, la seconde mortelle).

Signes généraux :

  • fatigue ;

  • myalgies rhizoméliques des membres inférieurs et des épaules ;

  • érythème facial ;

  • sueurs profuses sans fièvre ;

  • quelques nausées sans vomissement ;

  • urines foncées.

 

Signes biologiques :

  • augmentation très importante des créatines kinases (CPK > 1000, voire 100.000 UI/l ; N : 20-50 UI/l), signant l'atteinte musculaire ;

  • CPK-MB constante ? myocarde non touché ;

  • taux de transaminase reste peu élevé (ASAT > ALAT) ;

  • facteurs de la coagulation normaux ;

  • urée et créatinine en faible augmentation (atteinte rénale secondaire). Pas d'atteinte neuronale. Décès dans tous les cas par troubles du rythme cardiaque.

 

Traitement du syndrome myopathique en milieu HOSPITALIER !

Il est symptomatique; il n'existe pas d'antidote.

  • compensation des pertes hydriques provoquées par la sueur et la rhabdomyolyse;

  • antalgiques pour lutter contre les douleurs musculaires;

  • oxygénothérapie et ventilation artificielle en cas de détresse respiratoire;

  • substances vasoactives pour lutter contre la baisse de la tension artérielle.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/11/2012

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Les symptômes et les traitements du syndrome résinoïdien
Principaux champignons responsables de cette intoxication :Tricholome tigré (Tricholoma pardinum), E…
Les symptômes et les traitements du syndrome psilocybien
Principaux champignons responsables de cette intoxication :...
Principaux champignons responsables de cette intoxication : Clitocybe acromelalga (japon), Clitocybe…