Les bienfaits de l’ortie dans l’alimentation

Nutrition : les vertus de l'ortie
1 avis

Vous fuyez les orties, ces indésirables compagnes de promenade ? Cette plante sauvage est pourtant excellente pour la santé. En tisane, en soupe ou en pesto, elle est à redécouvrir au plus vite !

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Julie Luong
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 15/12/2016

Les vertus de l’ortie

Dans nos contrées, l’ortie est partout : au bord des chemins, dans les fossés et même dans nos jardins. Très riche en minéraux et oligo-éléments, cette plante sauvage contient du fer, du magnésium, du calcium, du phosphore, du potassium, du manganèse, du sélénium et du zinc. Elle est par ailleurs riche en vitamines A, B, C et K. Remède bien connu de nos grands-mères, l’ortie est particulièrement indiquée pour combattre la fatigue et l’anémie, en particulier chez les femmes qui manquent souvent de fer. Elle possède par ailleurs des vertus diurétiques et anti-inflammatoires, ce qui en fait une alliée contre les douleurs articulaires.

 

Cueillir des orties

Vous reconnaîtrez l’ortie à sa longue tige couverte de poils urticants et à ses feuilles dentelées qui poussent par paires. Évitez de la cueillir sur d’anciens sites industriels ou dans des zones trop fréquentées : privilégiez plutôt la campagne, les bordures de forêt ou encore les sous-bois. Coupez les quatre premières feuilles au sommet de la plante : ce sont les plus tendres et les moins amères. Vous pouvez aussi cultiver l’ortie : elle peut alors être coupée à deux reprises chaque été avant la floraison. Dans tous les cas, n’oubliez pas vos gants avant de partir à la cueillette !

 

La préparation des orties

Nettoyez soigneusement les feuilles dans une eau fraîche et vinaigrée et égouttez-les. Vous pouvez consommer l’ortie crue (mixée en smoothie ou pesto pour enlever le piquant) ou cuite (par exemple dans une soupe ou en accompagnement à la place des épinards). Vous pouvez aussi faire sécher les feuilles : celles-ci se conservent jusqu’à un an dans un endroit sec. Elles peuvent être utilisées pour préparer des tisanes : laissez alors infuser une dizaine de minutes pour en retirer tous les bienfaits.

 

Ortie, grossesse et allaitement

Par prudence, l’ortie est déconseillée à la femme enceinte, particulièrement lorsqu’elle est crue : les dards urticants contiennent de la sérotonine qui pourrait provoquer des contractions de l’utérus. En revanche, pendant l’allaitement, il est conseillé de consommer des tisanes d’ortie car cette plante stimule la lactation.

À lire aussi
Ortie : qui s’y frotte, s’y pique !
Les vertus du pollen
Un panier d’automne pour rester en forme !


Source
Le Grand livre de la santé au naturel pour les nuls, First Editions, 2015.
Linda Louis, L'appel gourmand de la forêt, La Plage, 2011.
 


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Julie Luong
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 15/12/2016

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

Quel pain faut-il manger ?
Pain complet, aux céréales, au levain…, lequel choisir si on veut faire attention à sa ligne ou si o…
Le potimarron un aliment bon pour la santé
Sucré ou salé, cru ou cuit, avec ou sans peau, le potimarron se cuisine facilement et à toutes les s…
Les bienfaits des choux
Les choux sont pauvres en calories et riches en fibres, minéraux et autres vitamines. Il s’agit donc…