Végétaliens : quelle différence avec les végétariens ?

Les caractéristiques du régime végétalien
0 avis

Le régime végétalien, souvent appelé « vegan », est de plus en plus à la mode. De quoi s’agit-il exactement ? Et quelle différence avec les végétariens ? Nous faisons le point sur les risques et les avantages de cette autre manière de manger...

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 03/07/2017

Végétarien ou végétalien ?

Il faut distinguer ces deux régimes alimentaires :

  • Les végétariens ne mangent aucune chair animale, donc pas de viande ni de poisson.

  • Les végétaliens ne mangent quant à eux, aucun produit d’origine animale : non seulement pas de chair animale mais en outre, pas de produit dérivé des animaux, tels que le lait, les œufs, le miel ; ainsi que leurs produits dérivés (fromages, yaourts, etc.)

 

Et les « vegan » ?

De nombreux végétaliens vont au bout de leur démarche et deviennent « vegan » (de l’anglais « veganism »). Il s’agit alors d’un véritable mode de vie qui exclut tout produit issu de l’exploitation animale : non seulement pour se nourrir, mais aussi pour s’habiller, se maquiller… Ils refusent donc de porter des vêtements en cuir, en soie, en laine... ; d’utiliser des produits testés sur des animaux... Cette philosophie refuse toute forme d’exploitation et de cruauté envers les animaux.

 

Pourquoi devenir végétalien ?  

Les raisons qui poussent à devenir végétalien sont variées et propres à chacun. On peut citer différents types de préoccupation :  

  • Éthiques

De plus en plus de voix s’élèvent contre certaines conditions parfois atroces de vie et d’abattage des animaux dans l’industrie. Elles peuvent concerner les animaux destinés à produire de la viande, mais aussi les poules pondeuses et les vaches laitières.

  • Philosophiques

Les « vegan » par exemple estiment que les hommes ne sont pas supérieurs aux animaux et qu’ils n’ont donc aucun droit de leur ôter la vie, ni de les exploiter.

  • Écologiques

Il est à présent établi que la production mondiale de viande et de produits laitiers, qui ne cesse d’augmenter(1), est l’une des causes principales des problèmes environnementaux. L’élevage de bovins produit davantage de gaz à effet de serre que les véhicules automobiles (fermentation du fumier, digestion du bétail, etc.). Il provoque une pollution des terres et des eaux et un épuisement des ressources naturelles : forêts défrichées pour créer de nouveaux pâturages, nécessité d’utiliser beaucoup d’eau et de végétaux pour nourrir les animaux, ainsi que d’électricité ou de pétrole(2).

  • Diététiques

Le régime végétalien est de plus en plus prôné pour ses bienfaits sur la santé et la ligne. Certains apprécient aussi qu’il pousse à être plus créatif et à varier les aliments : légumineuses et céréales oubliées, algues, graines germées…

 

Régime végétalien : un réel intérêt pour la santé ?

Les études montrent en effet que lorsqu’il est bien planifié, le régime végétalien a des effets positifs au niveau de la prévention des maladies chroniques(3) :

  • Les personnes qui ne mangent pas de viande (végétariens et végétaliens) présentent généralement moins de facteurs de risque cardio-métaboliques (diabète de type 2, hypertension, IMC trop élevé), un risque plus faible de maladies cardiovasculaires, de certains cancers ainsi qu’un taux de mortalité plus bas.

  • Par rapport aux végétariens, les végétaliens semblent bénéficier d’une protection supplémentaire contre l’obésité, le diabète de type 2 et la mortalité cardiovasculaire.


Pour ce qui est de l’impact sur le poids, les végétaliens ont en effet tendance à être plus minces(4). L’adoption d’un régime végétalien bien équilibré semble favoriser la perte de poids(5), notamment parce que celui-ci est moins riche en graisses saturées et plus riche en fibres qu’un régime omnivore ou végétarien.

 

Régime végétalien : des risques de carences ?

Le régime végétalien a longtemps été décrié par les spécialistes de la nutrition pour ses risques de carences. Aujourd’hui, il est accepté à condition de bien adapter son alimentation et de prendre certaines supplémentations(4) pour compenser les carences.

 

  • La supplémentation en vitamine B12 est indispensable. En effet, celle-ci ne se trouve que dans les aliments d’origine animale : viande, poisson, œufs ou lait (à savoir que celle contenue dans les œufs et le lait est beaucoup moins bien absorbée par l’organisme, donc les végétariens sont aussi à risque de carence(6)).

Elle peut être prise sous forme de compléments alimentaires ou d’aliments enrichis en vitamines B12 (certains laits végétaux, produits au soja, céréales de petit-déjeuner…).

 

  • D’autres nutriments sont particulièrement à risque de carence en cas d’alimentation végétalienne. C’est pourquoi les experts recommandent, en plus de manger des aliments contenant naturellement ces nutriments, de consommer régulièrement des aliments enrichis ou de prendre des compléments alimentaires :

    • Calcium

    • Vitamine D

    • Acides gras oméga 3 (ALA et DHA)

    • Fer

    • Zinc


À côté de cela, il est important de bien planifier son alimentation pour recevoir tous les autres nutriments nécessaires (tels que les protéines), mais ceux-ci peuvent être pris efficacement dans la nourriture végétale (les légumineuses comme les lentilles, les pois chiches, les haricots, etc. constituent par exemple de bonnes sources de protéines), sans supplémentation.

À lire aussi
Le régime végétarien en 4 conseils
Pas besoin d’être végétarien pour manger végétarien !


Sources

(1)  La production mondiale de viande est passée de 136, 7 millions de tonnes en 1980 à 304,2 millions de tonnes en 2012. La production mondiale de lait est quant à elle passée de 500 millions de tonnes en 1983 à 769 millions de tonnes en 2013 (Source : FAO).
(2)  Rapport du FAO, 2006
(3)  Beyond Meatless, the Health Effects of Vegan Diets: Findings from the Adventist Cohorts, Nutrients, 2014
(4)  Health effects of vegan diets, 2009
(5)  Comparative effectiveness of plant-based diets for weight loss: a randomized controlled trial of five different diets, Nutrition, 2015
(6)  Vitamin B12 among vegetarians : status, assessment & supplementation, Nutrients, 2016.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 03/07/2017

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Les alternatives au gluten
Le gluten est présent dans le blé mais aussi dans d’autres céréales. Que manger si on est intolérant…
Que manger quand on pratique un sport d'endurance ?
Tout comme l’entraînement, l’alimentation est un paramètre important pour les sportifs d’endurance. …
Les remèdes contre les ballonnements et les flatulences.
Douleurs, ballonnements, troubles du transit..., un Français sur 4 souffre de troubles intestinaux q…